background preloader

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"- 21 avril 2014

Industrie du médicament : "J'ai vendu mon âme au diable"- 21 avril 2014
Dans la famille "Les Repentis de Big Pharma", voici John Virapen, ancien directeur de la firme Eli Lilly en Suède, qui a rédigé dans sa soixante-quatrième année une confession professionnelle peu ordinaire. Par une ironie du destin, son livre est sorti en France jeudi 17 avril, au lendemain de la mort de Jacques Servier. "Depuis des années parfois aux premières heures du jour des silhouettes fantomatiques m’apparaissent en rêve, écrit-il en préambule. Elles se tapent la tête contre les murs ou s’entaillent les bras et la gorge a coups de rasoir. J’ai maintenant compris que j’avais indirectement contribué a la mort de personnes dont les ombres me hantent. Je n’ai évidemment tué personne directement, mais aujourd'hui je ne peux pas ne pas me sentir responsable en partie de ces morts. Le cas du Prozac D’origine indoue et fils de pêcheur illettré de la Guyane britannique, l’auteur de ce mea culpa glaçant est entré dans l’industrie pharmaceutique, en 1968, par la toute petite porte.

http://tempsreel.nouvelobs.com/sante/20140418.OBS4469/industrie-du-medicament-j-ai-vendu-mon-ame-au-diable.html

Related:  Médicaments et vaccinsalcaceapression lobby confiance médecinIndustrie pharmaceutiqueScientific structures & events

Un médicament de Sanofi à l'origine d'au moins 450 malformations à la naissance Mots-clés : big pharma, malformation, Médicament, Sanofi lejdd.fr La prise du médicament antiépiléptique de Sanofi (Dépakine et ses dérivés) par des femmes enceintes a entraîné au moins 450 malformations congénitales à la naissance, selon une estimation publiée mardi par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Selon Le Figaro, l’Etat réfléchit à un fonds d’indemnisation pour les victimes.

Livre Antidépresseurs : mensonges sur ordonnance Voici le récit passionnant de l’une des plus formidables impostures médicales et scientifiques. L’irruption du Prozac, il y a vingt ans, sur la scène occidentale a semblé marquer le début d’une ère nouvelle pour l’humanité. On avait trouvé l’antidote à la souffrance et la détresse humaine. Comprendre la promotion pharmaceutique, un manuel pour les médecins Les médecins sont régulièrement visités par les commerciaux des labos, ces commerciaux portent le joli nom de « délégués médicaux » ou « visiteurs médicaux » et nos chers médecins, et apprentis médecins sont fortement influencés par ces vendeurs de médoc qui vantent les mérites de telle ou telle nouvelle molécule des labos pharmaceutiques. Cela voudrait-il dire que nos médecins de famille sont conditionnés par les labos ? Certains médecins diront que c’est faux, d’autres diront que ce sont les « autres » médecins qui sont conditionnés mais pas « eux », d’autres encore n’auront pas d’opinion et certains n’acceptent même plus de recevoir ces commerciaux… Voici un résumé de ce manuel pratique de 181 pages à destination des toubibs Remarque de l’auteur : En gros on essaye de faire comprendre aux braves toubibs que les médocs qu’ils prescrivent sont souvent de la simple m….vendue à prix fort.

Trop chers, trop prescrits, les médicaments tuent la Sécurité sociale Au-delà des grands scandales sanitaires (Mediator, Isoméride, Distilbène, Vioxx…), un autre scandale affleure : celui de la surfacturation du prix du médicament par rapport à nos voisins européens. Récemment, nous avons appris que le laboratoire américain Gilead surfacture le Sovaldi (son médicament innovant contre l’hépatite C chronique de l’adulte) 256 fois son prix de revient : la cure de l’antiviral coûtant 56 000 euros par patient alors que la fabrication des 84 comprimés coûte globalement 200 euros environ. En y incluant la recherche, ce prix est à l’évidence au moins dix fois plus élevé que le coût réel total.

La pilule contraceptive est en train de tuer les femmes, mais personne ne dit un mot ! La pilule contraceptive est liée à un certain nombre de répercussions qui peuvent entraver la vie d’une femme. Effroyablement, une jeune mariée allait perdre la vie suite à la prise d’une pilule contraceptive qui aurait pu lui causer un AVC (accident cardiovasculaire). La jeune mariée portant le prénom de Kate, âgée de 28ans, ignorait les nuisances de ces pilules, tandis que, Malheureusement, le personnel ne l’a pas avisé du danger encouru. Cette regrettable histoire dont le récit a été fait par « What Every Woman Needs to Know about Blood Clots » et publiée sur le site web de National Blood Clot Alliance “Stop the Clot”, a épouvanté les femmes qui prenaient ce genre de choses à la légère et de manière inconsidérée. Selon un rapport de « the Canadian BroadcastingCompany (CBC) » datant de juin 2013, le fabricant de ces pilules contraceptives a été poursuivi juridiquement et a dû payé plus d’un milliard de dollars. Source: astucesnaturelles

Merck admet l’inoculation du virus qui provoque le cancer La division vaccin de Merck, admet l’inoculation du virus qui provoque le cancer par le biais de vaccins. L’interview choquante censurée menée par un médecin historien Edward Shorter pour la télévision publique de Boston WGBH et Blackwell Science a été coupée du livre “The Health Century” en raison de sa teneur – l’admission que Merck a traditionnellement injecté le virus (SV40 et d’autres) dans la population partout dans le monde. Ce passage contenu dans le documentaire " In Lies We Trust: The CIA, Hollywood & Bioterrorism", produit et librement crée par les associations de protection des consommateurs et l’experts de santé publique, le Dr Leonard Horowitz, caractérise l’entrevue avec le plus plus grand experts en vaccins du monde, le Dr Maurice Hilleman, qui explique pourquoi Merck a propagé le sida, la leucémie et d’autres fléaux horribles à travers le monde: Quels sont les dangers?

Quand Big Pharma joue avec notre santé "Ceci n'est pas un livre contre les médicaments", écrit Mikkel Borch-Jacobsen en avant-propos de Big pharma, une industrie toute-puissante qui joue avec notre santé. "C'est un ouvrage contre l'industrie qui en détourne l'usage pour faire du profit, au risque de mettre notre santé en danger et de profondément changer la nature de la médecine", précise encore le philosophe, historien et enseignant à l'université de Washington qui a coordonné l'ouvrage. Pour les auteurs - experts internationaux, lanceurs d'alerte et journaliste -, les médicaments sont "des substances étonnantes, admirables, auxquelles nous devons de véritables miracles". On est donc loin de certains ouvrages à charge contre les médicaments en général ou contre des familles thérapeutiques en particulier, comme ceux récemment rédigés par des médecins français. "Le tribunal des flagrantes dérives" La "stratégie Wikipédia"

Jusqu'où va l'industrie pharmaceutique ? 4avr Je ne sais pas qui est le courageux qui a osé faire le parallèle entre l’industrie pharmaceutique et l’industrie automobile, mais la comparaison vaut le détour. Aujourd’hui, quel que soit le problème que nous présentons, la réponse mène invariablement à la médication. Mais nous ne le remarquons pas parce que tout est organisé pour que cela soit ainsi. Si on ramenait ce principe à un autre domaine, nous hurlerions, tellement c’est gros. C’est purement une atteinte à notre liberté.

FameLab France L’objectif de FameLab est de découvrir des jeunes scientifiques charismatiques, qui encouragent le public à voir le monde sous un nouvel angle. Si vous pensez pouvoir expliquer un concept scientifique, mathématique ou d’ingénierie en trois minutes chrono, en utilisant éventuellement des accessoires, alors participez au concours FameLab. Chaque présentation sera jugée selon la règle d’or des 3C : Contenu, Clarté, et Charisme. Dépakine, le scandale qui monte Alors que plus de 93 000 femmes en âge de procréer prenaient de la Dépakine en 2014 en France, le ministère de la Santé réfléchit à la mise en place d’un fonds d’indemnisation, comme pour le Mediator. Selon nos informations, le ministère de la Santé planche actuellement sur la mise en place d’un fonds d’indemnisation pour les victimes de la Dépakine, un médicament antiépileptique responsable de malformations graves chez le fœtus. La question devrait être tranchée dans les prochaines semaines.

Gardasil : Sanofi dément les effets secondaires Sanofi Pasteur MSD dément dimanche tout lien entre le Gardasil, son vaccin contre le cancer du col de l'utérus, et la survenue de cas de sclérose en plaques, après le dépôt d'une plainte d'une jeune fille atteinte, selon elle, de graves effets secondaires. Dans un communiqué, le laboratoire pharmaceutique dit avoir été informé le 18 septembre des conclusions de la Commission régionale de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux (CRCI) de Bordeaux à la suite d'une demande d'indemnisation "concernant la survenue d'une sclérose en plaques chez une jeune fille au décours d'une vaccination par Gardasil". La CRCI a retenu une imputabilité de la pathologie à la vaccination à hauteur de 50 % et l'avocat de la jeune fille, Me Jean-Christophe Coubris, a déposé une plainte simple vendredi auprès du parquet du tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour "atteinte involontaire à l'intégrité de la personne humaine". Sanofi "conteste" les conclusions de la CRCI

Related: