background preloader

Cerveau global

Cerveau global
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cerveau global est le nom donné au réseau émergent intelligent formé par toutes les personnes sur la Terre, les ordinateurs et liens de communication qui les connectent ensemble. Comme un vrai cerveau, ce réseau est un système immensément complexe, auto-organisé, qui traite l'information, prend les décisions, résout les problèmes, apprend les nouvelles connexions et découvre de nouvelles idées. Il joue le rôle d'un système nerveux collectif pour l'ensemble de l'humanité. Carte des différents nœuds d'Internet en février 1982 ; le réseau des réseaux était alors en phase de pré-production (beaucoup d'hôtes reliés à ARPANET utilisaient toujours NCP à cette date). Le superorganisme global[modifier | modifier le code] Autres noms pour ce concept[modifier | modifier le code] Différentes personnes ont proposé différents noms pour ce concept d'un système cognitif au niveau planétaire : Histoire de l'idée[modifier | modifier le code] P. Related:  Conscience Collective - inconscient Collectif

Swarm Intelligence: Is the Group Really Smarter? « People-triggers Swarm Theory Swarm Intelligence, or Swarm Theory, is the collective behavior of decentralized, self-organizing systems: ants in a colony, movie raters at Rotten Tomatoes, participants in a market economy, etc. By observing these systems in nature, scientists have theorized that such systems harness a sort of leaderless, collective intelligence. By leveraging these kinds of consensus-based systems, groups of independently-acting agents can solve problems more efficiently than they could if they were centrally controlled. Ants, for example, do not use any kind of centralized management in their colonies. Bees choose their next hive location using a similar, self-organized system. Scientists started looking at this kind of theory as early as the 40’s (John Van Neumann and John Conway did the first theoretical work on “self-replicating automatons”). There are many examples of how society has leveraged this idea, even before we knew what it was. Japan Earthquake Shelter Map Like this:

Esprit De Ruche Cette page a démarré sur HiveMind. Au pluriel on parlera des EspritsDeRuche Nous utilisons la phrase EspritDeRuche pour parler de la thématique de la communication globale de masse. Quelques-unes des sections les plus importantes du thème sont : CerveauGlobal : Visualiser tous les humains connectés (ce qui revient à dire fondamentalement chaque humain sur la Terre) comme une énorme tâche cybernétique et demander : “Bien, que fait ce truc.” Cela nous emmène vers des choses comme la ThéorieRéseauActeur?. Quand nous disons “EspritDeRuche,” nous ne voulons pas dire des insectes servant une reine, comme cela est décrit sur MeatBall:EspritDeRuche et Wiki:HiveMind. Nous avons fait un peu de travail sur une ThéorieEspritDeRuche pour nous aider à nous comprendre et réfléchir sur la façon d’accélérer nos efforts d’organisation en-ligne. Cette page est essentiellement destinée à traiter ce qu’est l’EspritDeRuche, ce que nous entendons par là. Le Cerveau Global – from the Great Story webpages

Citique négative ? De nombreux discours sur l’e-réputation se concentrent sur les commentaires/avis négatifs. Cette vision binaire parfois étonnante, négatif = mauvais, positif = ce que l’on cherche à atteindre, exclue souvent tout l’intérêt que ces commentaires jugés comme négatifs apportent à une organisation. Voyons rapidement pourquoi… Tout d’abord, il est important de rappeler que rien n’est négatif ou positif en soit, ce n’est qu’une question de perception. Perception basée sur l’image voulue par une organisation pour ses produits/services, image qu’elle retrouve ou non dans les avis exprimés sur le web (à condition bien entendu qu’elle définisse clairement cette image voulue). Au final, ces commentaires/avis qui peuvent paraitre négatifs et critiques sont (et on peut en débattre) une vraie valeur ajoutée pour une organisation. Mais aussi de se positionner face à une communauté (sociale) à laquelle il veut se rattacher ou s’opposer. Les commentaires négatifs peuvent amener au débat. Au final…

Le cerveau global (H. Bloom) Détails Catégorie parente: Notes sur oeuvres Catégorie : Philosophie Écrit par Michel Drac Pour Howard Bloom, l’actuelle « révolution Internet » n’est que la continuation du « cerveau global » par d’autres moyens. Il entend par là l’intelligence collective construite par l’humanité, vue comme un système adaptatif complexe – le réseau des cerveaux étant, à l’échelle collective, ce que le réseau des neurones est à l’échelle de chaque intelligence individuelle. Démonstration : Notre intelligence collective est constituée sur la base d’une architecture distribuée ; elle se perfectionne constamment par un ensemble de mécanismes adaptatifs issus de la réaction d’optimisation spontanée générée par l’addition des décisions individuelles. D’où la conclusion de Bloom : l’architecture Internet, avec sa concurrence entre les sites pour se placer à la confluence des réseaux d’échange, d’influence et de connaissance, n’est que la continuation du « cerveau global » par d’autres moyens.

Qui veut inventer une conscience collective ? Les plus grands visionnaires, de Bouddha à Jésus, de Platon à Rousseau, de William Blake au chef Seattle, d’Aurobindo à Teilhard, de Hugo à McLuhan, ont évoqué une telle conscience, portée par la métaphore d’un cerveau global, dont chacun de nous serait un neurone. Mais concrètement ? Ce dossier n’épuise pas le sujet, loin de là. Il ouvre juste quelques pistes. De « l’intelligence » du monde à l’intelligence collective Au détour d’un chemin, perdues au cœur des hautes vallées de la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie, une centaine de femmes de la communauté des indiens Kogis sont assises à l’ombre d’un manguier. Construit sans chef, d’une portée de plusieurs dizaines de mètres, le pont est réalisé par une centaine de Kogis en moins de 48h. Construire une vision partagée porteuse de sens et proposer une démarche à la fois « juste » et transformatrice, qui permette d’atteindre un objectif (action, projet, situation, etc.) n’est-ce pas là, le fondement de l’intelligence collective ?

Les sociétés coopératives d’intérêt collectif (Scic) La particularité du statut Scic est de permettre l'association de divers acteurs autour d'un même projet de production économique et de production d'intérêt collectif. Cette forme de société coopérative peut être particulièrement intéressante pour des projets répondant à des besoins collectifs d'un territoire donné ou d'une filière d'activité donnée. Elle favorise en effet la meilleure mobilisation possible des ressources économiques et des compétences sociales présentes sur tel territoire ou dans telle filière. Le statut Scic répond à une volonté de concilier et de mettre à égalité d'importance les deux volets du développement que sont l'économique et le social. Sur les 117 Scic agréées depuis 2002, 103 sont en activité au 30 juin 2007. Les principales caractéristiques d'une Scic Le multisociétariat Le partenariat avec les collectivités locales Les principes coopératifs Le pouvoir Les votes en assemblée générale respectent le principe "une personne = une voix". L'agrément préfectoral

Group intelligence and social skills Do groups have genetic structures? If so, can they be modified? Those are two central questions for Thomas Malone, a professor of management and an expert in organizational structure and group intelligence at MIT’s Sloan School of Management. In a talk this week at IBM’s Center for Social Software, Malone explained the insights he’s gained through his research and as the director of the MIT Center for Collective Intelligence, which he launched in 2006 in part to determine how collective intelligence might be harnessed to tackle problems — climate change, poverty, crime — that are generally too complex to be solved by any one expert or group. The smart group First is the question of whether general cognitive ability — what we think of, when it comes to individuals, as “intelligence” — actually exists for groups. And what they found is telling. So how do you engineer groups that can problem-solve effectively? Which, yay. The group genome Image via ynse used under a Creative Commons license.

Structure neuronale de l'univers 30.10.2010Structure neuronale de l'univers Ces deux images montrent des structures qui se ressemblent... Sur la première image, il s'agit des neurones et l'enchevêtrement des connexions qui les relient. La deuxième image montre l'univers tel que nous le verrions si nous pouvions prendre assez de recul dans l'espace pour voir la structure formée par les amas de galaxie. A cette échelle, la structure qui apparait est clairement cellulaire, et plus particulièrement neuronale. Dans les deux cas, la structure est faite de filaments qui relient des zones de plus forte concentration d'information et de conscience. Dans le cerveau, l'information et la conscience se concentrent dans les neurones. Ceci est encore un exemple de la nature fractale de l'univers, avec la répétition de structures analogues à différentes échelles. Thèmes: Cerveau, Univers, Fractals Sélection d'articles sur les mêmes thèmes:

Notre système économique est incompatible avec qui NOUS sommes source : Hier soir dans le cadre du colloque sur l’évolution de la Conscience, j’assistais à ma deuxième rencontre avec Erwin Laszlo, fondateur du Club de Budapest qui était en dialogue avec Andrew Cohen. Suite à une incroyable déclaration appelée sentiment de l’Akasha “comment savoir si ma conscience évolue“, Erwin Laszlo nous a réuni par les mots, par la force de leur sens, par la vérité qu’ils transportaient. Un réveil, un éveil, une prise de conscience collective s’il en était besoin, que nous ne sommes qu’un, voici les premières lignes : I am part of the world. The world is not outside of me, and I am not outside of the world. Je suis partie intégrante du monde. Je suis partie intégrante de la nature et la nature fait partie de moi. Je suis partie intégrante de la société et la société fait partie de moi.

Société coopérative de production Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une société coopérative et participative (Scop ; jusqu'en 2010, société coopérative ouvrière de production) est, en droit français, une société commerciale, société anonyme ou société à responsabilité limitée. Soumise à l’impératif de rentabilité comme toute entreprise, elle bénéficie d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats favorisant la pérennité des emplois et du projet d’entreprise. Ses salariés-coopérateurs y sont en effet associés (ou « coentrepreneurs ») majoritaires et détiennent au moins 51 % du capital et 65 % des droits de vote. Aspects juridiques[modifier | modifier le code] La Scop est une entreprise collective dont les associés sont majoritairement salariés. La Scop est une entreprise commerciale, SA ou SARL à capital variable. En complément, les Scop sont soumises aux deux lois suivantes : De ces lois découlent les spécificités suivantes par rapport aux autres sociétés commerciales :

La Sagesse des foules Education et TICE Noosphere

Related: