background preloader

"Plus que l'apprentissage du code, c'est la sensibilisation aux cultures numériques qui est importante"

"Plus que l'apprentissage du code, c'est la sensibilisation aux cultures numériques qui est importante"
Peut-on enseigner le code informatique à toute une nation ? Nous nous posions la question dans un article dédié à la campagne de sensibilisation Year of Code récemment lancée au Royaume-Uni. Ces dernières années, la formation aux langages des machines s'est imposée comme un facteur d'employabilité au sein d’un marché qui fait grise mine. Mais comment procéder pour y éduquer la population ? Est-ce à l'école d’agir ou doit-on laisser la place aux Espaces publics numériques et autres tiers-lieux qui s'y sont déjà dédiés ? Dans leur ouvrage Lire, écrire, compter, coder qui sortira le 28 avril prochain, Frédéric Bardeau et Nicolas Danet questionnent les enjeux de l'apprentissage du code aujourd'hui et s'interrogent quant à la meilleure manière de le faire. Vous êtes co-fondateur de Simplon.co, la "fabrique des jeunes codeurs" ouverte l’année dernière. Nous sommes plusieurs co-fondateurs et nous travaillions tous en communication numérique. Ce n’est pas le propos de notre livre. Absolument.

http://www.rslnmag.fr/post/2014/04/16/Frederic-bardeau-Plus-que-l-apprentissage-du-code-cest-la-sensibilisation-aux-cultures-numeriques-qui-est-importante.aspx

Related:  interferencesApprendre à coder ?Enseigner le code à l'école ?

Enseigner le code à l’école ? Vraiment De partout, à travers le monde, l’idée de l’apprentissage du numérique à l’école semble être devenue le nouveau Graal. En France, la Fing (dont je suis employé) et de nombreuses autres associations et organismes ont même déclaré l’éducation au numérique grande cause nationale pour l’année 2014. Mais quel est l’enjeu de cet engouement pour le “tous codeurs ?” qu’évoquait dernièrement le designer Jean-Louis Fréchin dans les Echos ? Le présupposé part le plus souvent d’un principe simple : le numérique est l’enjeu de nos sociétés de demain, il faut donc apprendre aux plus jeunes non seulement les usages, mais également la programmation, le code, pour qu’ils sachent mieux comprendre le monde de demain et qu’ils puissent trouver de l’emploi dans les métiers du numérique qui peinent déjà à trouver les professionnels dont ils ont besoin.

Pourquoi il faut apprendre à coder à tous nos élèves {*style:<i>Surtout, je renvoie au dossier tiré du séminaire PRECIP : Enseigner l’écriture numérique ? certainement bien meilleure argumentation que la mienne. Màj n°6 : on m’a signalé cet article “ Coding – The new latin ” de Rory Cellan-Jones, à lire ! </i>*} Apprendre le code, même à l’école En France, en Europe, dans le monde entier, les initiatives se multiplient pour développer la culture numérique des jeunes et proposer des apprentissages au code. La maîtrise et la compréhension des fondamentaux de l’informatique semblent de plus en plus nécessaires pour éduquer de véritables citoyens numériques éclairés, dans un monde toujours plus connecté. « Les jeunes d’aujourd’hui ont une grande expérience et une grande facilité pour interagir avec les nouvelles technologies, mais beaucoup moins pour créer et s’exprimer avec.

Lire, écrire, compter… coder ? Faut-il enseigner l’informatique à l’école ? Dans un monde où les technologies numériques prennent de plus en plus de place, la question pourrait sembler anachronique — et la réponse évidente. En France, l’offre est pourtant encore d’une pauvreté désarmante. Faut-il enseigner le code informatique à l'école ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard L'écolier français fera-t-il bientôt des lignes de code à côté de ses lignes d'écriture ? Dans un monde où l'ordinateur prolonge nos cerveaux, la capacité à programmer et plus largement à maîtriser ce qui se passe derrière l'écran est en train de créer une nouvelle élite. Jusqu’où empiler les disciplines Une lettre ouverte au Président de la République lui demandant de valoriser l’enseignement de l’informatique a récemment été publiée par la société informatique de France qui se conclut, évidemment, par la demande de création d’un CAPES et d’une Agrégation d’informatique. Nous ne discuterons pas ici du fond de cette revendication, mais de ce qu’elle signifie en tant que démarche : alors même que le président du Conseil supérieur des programmes met en avant la nécessité d’une approche globale et curriculaire, les pétitionnaires empruntent la voie classique typiquement française consistant à rajouter une couche à l’empilement disciplinaire dont souffre déjà l’enseignement secondaire. Il est singulier que la seule méthode que l’on envisage pour promouvoir un champ de connaissances ou de compétences soit de créer une nouvelle boîte disciplinaire. A la place de laquelle d’ailleurs ? Mystère.

Académie des technologies Communication de la commission TIC de l’Académie des Technologies - mai 2014 Tous les citoyens doivent recevoir une éducation numérique et informatique, tout au long de leurs scolarité, du primaire au secondaire : cette idée fait aujourd’hui largement consensus, comme en témoignent plusieurs rapports produits récemment. Mais que doit-on enseigner et de quelle manière doit se faire cet enseignement ? Suite aux réflexions menées au sein de sa commission Technologies de l’information et de la communication, l’Académie des technologies, dans une communication : « Le rôle de la technologie et de la pratique dans l’enseignement de l’informatique », bat en brèche quelques idées reçues et prend position pour des contenus et une pédagogie adaptés aux besoins de la société du 21ème siècle. L’enseignement de l’informatique et du numérique doit avant tout permettre à l’élève l’apprentissage de la modélisation et intégrer l’étude des systèmes, un besoin fondamental du 21ème siècle. A lire

200 facteurs de ranking sur Google - le Guide Détaillé Le mode d'emploi de Google. Détaillé. Il y a quelques jours, je discutais avec quelqu'un qui me demandait quel métier je faisais. En général, je me dérobe à la question en répondant que je bosse dans la pub sur internet. Lettre ouverte à Monsieur François Hollande, Président de la République, concernant l’enseignement de l’informatique Monsieur le Président, L’informatique a donné naissance à une industrie du même nom, puis à une culture qui a pris une place considérable dans notre société, le numérique. La politique volontariste, la formation au numérique et par le numérique, que vous avez voulue, a pour but d’accompagner l’entrée de notre pays dans le monde du numérique.

Apprendre à écrire ou à coder ? Programmer ou être programmé(e) ? Premier argument en faveur de l’apprentissage du code informatique lors de la scolarité : Syntec Numérique, le syndicat qui regroupe les entreprises du secteur, alerte les pouvoirs publics depuis des années sur les difficultés de recrutement d‘informaticiens correspondant à leurs besoins. L’émergence de structures éducatives hybrides illustre le décalage (ou «mismatch») entre formation et profils recherchés, à l’image de l’école 42, une école d’informatique gratuite ouverte à toutes les personnes âgées de 18 à 30 ans, sans condition de diplômes préalables, lancée à l’initiative du PDG de Free en France. 40 000 candidatures ont été reçues en seulement quelques semaines pour 1 000 admis.

Related: