background preloader

L’INTERNET DES OBJETS

L’INTERNET DES OBJETS
«L’Internet des objets» Aujourd’hui, c’est déjà demain La vie quotidienne de millions de personnes a été bouleversée par l’Internet, qui nous relie les uns aux autres, indépendamment des distances et des fuseaux horaires. Aujourd’hui, selon un rapport récemment publié par l’UIT, nous sommes à la veille d’une nouvelle révolution: au cours des vingt prochaines années, le nombre d’internautes, pourtant en pleine augmentation, sera vraisemblablement infime par rapport à la multitude d’objets inanimés qui pourront communiquer les uns avec les autres par voie électronique. Par exemple, les réfrigérateurs pourront échanger des informations avec les rayonnages des supermarchés, les machines à laver pourront faire de même avec les vêtements — et même les vêtements que vous portez pourront «parler» à d’autres objets qui vous entourent. La mise en place de l’infrastructure nécessaire à l’Internet des objets avance à grands pas (Figure 1). Les technologies en vedette De nouveaux marchés potentiels

"L'Internet des objets", entre ouvertures et libertés ? A l’occasion des Entretiens du Nouveau Monde industriel consacrés aux nouveaux objets communicants, qui se tenaient la semaine dernière au Centre national des arts et métiers, Internetactu.net revient sur quelques présentations parmi les plus marquantes de ces deux jours. Le système des objets fait-il peser une menace sur l’internet ? “L’internet est un système technique”, rappelle Christian Fauré (blog), architecte principal chez Cap Gémini et coauteur avec Bernard Stiegler et Alain Giffard de Pour en finir avec la mécroissance. “Quand un nouveau système technique se stabilise, arrive à une certaine maturité, il provoque des désajustements sociologiques, économiques et politiques avec l’ancien système technique.” L’internet est un système technique, ouvert, social, libre et associé. Les machines peuvent communiquer entre elles sans se connaître, sans autorisation… L’enjeu auquel nous faisons face, explique Christian Fauré, c’est le choix du réajustement. De la portabilité des données

wirkers wirkers Contact - Editeur - Cnil - Wirkers En temps réel déjà : 454039 Merci à nos lecteurs fidèles. Nombre total de visites sur les articles du site : 454039 Erreur 403 Désolé, vous n'êtes pas autorisé à voir la page demandée. Mobilité connectée, partagée et apaisée… Espérance et ambiguité Le sujet est d’importance puisqu’il est censé interférer avec le devenir et l’usage de nombreux espaces publics de cheminement via divers modes. Salon des Entrepreneurs - Ennui et Décalages dans le numérique et le local - Paris février 2012 Paiement mobile et services pour la mobilité urbaine - Synthèse : Espoirs, Réalités, Oublis - Futur en Seine 19 Juin 2012 Pour accéder à votre Atelier ou vous abonner à l'un d'eux , merci de donner vos codes d'accès. [ S'INSCRIRE pour obtenir vos codes d'accès ] [ Changer de mot de passe ]

Internet of Things 2010 Conference November 29 - December 1 Tokyo, Japan IoT Mashups with the WoTKit Authors: Michael A Blackstock, Rodger J Lea Affiliations: University of British Columbia Identification of missing objects with physical FEC Authors: Yuki Sato, Yuki Igarashi, Jin Mitsugi, Osamu Nakamura, and Jun Murai Affiliations: Auto-ID Laboratory Japan at Keio University An Intelligent Medicine Box System in Pervasive Healthcare Applications Authors: Shiyang Shen, Danwei Luo, Tianyi Chen, Lucas Ahlstrom, Xiaolin Zhou, and Lirong Zheng Affiliations: Fudan University, China Ambigua Medito AB, Sweden iPack VINN Excellence Center, KTH-Royal Institute of Technology, Sweden MIT will host the Internet of Things Conference in 2014! The next IoT Conference is planned for Boston in 2014.

Entretiens du Nouveau Monde industriel : Quand les objets passent du numérique au physique Par Hubert Guillaud le 03/12/09 | 3 commentaires | 1,532 lectures | Impression A l’occasion des entretiens du Nouveau Monde industriel consacrés aux nouveaux objets communicants, qui se tenaient la semaine dernière au Centre national des arts et métiers, retour sur quelques présentations parmi celles qui nous ont semblé les plus marquantes de ces deux jours. Reprendre un imaginaire d’avance… “Que peut-on faire de transformateur à partir de la rencontre du numérique et du physique ?”, se demande Daniel Kaplan, délégué général de la Fondation internet nouvelle génération. Le paradigme des objets communicants ressemble plutôt à la gestion de flotte de véhicule, à de l’habitat ultra connecté que l’on pense au bénéfice de gens qui sont sensés en avoir besoin, comme les personnes âgées dont on puce les habitations… Force est de constater que nul n’éprouve un énorme désir à habiter une maison de ce type. Image : Daniel Kaplan lors des Entretiens du Nouveau Monde industriel, par Samuel Huron.

Internet des Objets : Objets « connectés », objets « communicants »… ou objets « acteurs » (1/2) ? » Société européenne de l'Internet Conseil : consulter le lien suivant avant la lecture de cet article… “Communiquer” n’est pas “partager” et, aujourd’hui, si certains moyens évolués de communication existent, ceux du “partage” ne sont pas (encore) déployés. Quand un objet “communique” avec un autre objet, de l’information en sortie alimente un autre objet en entrée afin d’initier une nouvelle transformation (mécaniste ou informationnelle). Sur la base de ces relations de cause-à-effet, le processus ainsi observé est dit “fonctionnel”. Ainsi, cette information est prédéfinie d’un point de vue syntaxique (standard EDI, protocole propriétaire, etc.) et ne saurait être interprétée que par des objets capables d’utiliser la même syntaxe (même référentiel) dans un cadre fonctionnel précis. En l’occurence, ils ne savent souvent pas : Philippe GAUTIER www.b-adsc.com

Les objets communicants [Aristote] La première vague Internet fut une révolution dans les modes d’information, et introduisit une nouvelle forme de publication, la page Web, au-dessus de standards comme IP, http et html. Le début du 21 ème siècle vit l’émergence de la seconde vague, qui magnifia la notion de collaboration et d’interactivité. Le moi se confrontait à l’autre, à la communauté. En 2009, une troisième vague se profile, celle de l’Internet du moi augmenté où l’individu devient le navigateur et se déplace dans le monde réel, bardé de capteurs pour augmenter sa perception et d’une intelligence pour le comprendre. L’individu dispose de compagnons numériques, situés soit sur lui, soit dans une voiture, soit dans sa maison. la matinée sera consacrée aux implications économiques et culturelles d’un monde d’objets communicants; l’après midi traitera des aspects pratiques (comment construire, programmer un objet communicant) et aux usages dans les domaines clef de l ‘éducation, la santé et l’énergie. Alain Renaud (Univ.

Internet des Objets : Objets « connectés », objets « communicants »… ou objets « acteurs » (2/2) ? » Société européenne de l'Internet … Suite de l’article : … disponible sur le même site. La question qui m’a été posée par Pierre Métivier , suite à mon précédent article : C’est parce que les humains ont avant tout la capacité d’être “acteurs” qu’ils ont transformé le WEB 1.0 (qui était un ensemble de moyens pour échanger de l’information, souvent structurée) pour l’adapter à des usages qu’ils ont « inventé » en l’utilisant… et qu’ils ont créé le WEB 2.0 (qui n’est qu’une première étape). Ce faisant, ils ont définit de nouvelles finalités, créé des comportements inédits ainsi que des valeurs économiques nouvelles (utiles et parfois rares). Ce que j’appelle des «acteurs», ce sont des «objets complexes disposant d’une certaine autonomie» : Les objets, tels qu’ils sont conçus ou appréhendés aujourd’hui, n’ont pas cette capacité à être « acteurs ». Exemple type : Philippe GAUTIER

Internet of things blurs the line between bits and atoms 3 June 2011Last updated at 00:01 By Katia Moskvitch Science and technology reporter, BBC News A smart wine rack - every bottle has a RFID tag, and the rack is connected to the internet to let the owner know when a bottle has been removed Imagine googling your home to find your child's lost toy. Or remotely turning on the tumble dryer for yet another cycle - after it has texted you that the clothes were still damp. Or your plant tweeting you to be watered. It might have been sci-fi just a decade ago, but with the internet forcing its way into every aspect of our lives, cyberspace is leaking out into the real world. In the past few months, companies ranging from giants such as Google to small start-ups have been touting the possibility of interconnecting people and objects - lightbulbs, fridges, cars, buildings - to create an internet of things. Many say this is a trend bound to hit us all in the near future. Smart minibars And it is already happening. It is not limited to that. “Start Quote

De l’internet des objets au web des objets « La promesse de l’internet des objets est de construire un réseau fluide d’appareils hétérogènes connectés ensemble pour former un dispositif unique et cohérent. Mais en fait, cette promesse est une escroquerie », attaque, bille en tête, Vlad Trifa, ingénieur à l’Institut d’informatique pervasive de l’Institut de technologie de Zurich sur la scène de Lift à Genève. Il existe déjà plus d’une quinzaine de protocoles techniques pour assurer les communications domotiques et machines à machines (M2M), mais ceux-ci demeurent largement inconnues des programmeurs qui ne sont pas spécialisés sur ces sujets. Si l’industrie a construit des normes pour contrôler l’internet des objets, elle est loin d’être parvenue à un accord. « La réalité aujourd’hui est que nous avons plutôt construit des intranets pour un grand nombre de choses qu’un internet des objets, chacun formant un îlot isolé de quelques appareils connectés qui n’ont pratiquement aucun moyen d’interagir les uns avec les autres ».

L'Internet des Objets | ParisTech Review De plus en plus d’objets sont équipés d’émetteurs-récepteurs, acquérant ainsi la capacité de communiquer. Les réseaux d’information qui en résultent portent en eux la promesse de nouveaux modèles économiques, d’une amélioration des processus d’activité et d’une réduction des coûts et des risques. Dans la plupart des organisations, l’information emprunte des circuits connus. Mais ces itinéraires, prévisibles, de l’information sont en train de changer : le monde physique lui-même devient une sorte de système d’information. Déjà, des micro-caméras de la forme d’une pilule parcourent l’appareil digestif et renvoient des milliers d’images permettant de localiser l’origine d’une pathologie. Certains de ces exemples revêtent un caractère futuriste et constituent des signes avant-coureurs pour les entreprises. Le déploiement généralisé de l’Internet des Objets prendra du temps, mais les choses s’accélèrent grâce aux progrès des technologies concernées. 1. 2. 3. 1. 2. 3.

Related: