background preloader

Nouvelles formes de servitude et suicide

Nouvelles formes de servitude et suicide
Related:  La dissonance cognitivela soumission "librement" consentie

Les dangers de l’automensonge Si un petit mensonge blanc ne fait en général de mal à personne, il en est tout autre des mensonges profonds que l’on se fait à soi-même. Dans son livre « Du mensonge à l’authenticité », Marie Lise Labonté prévient des conséquences que l’automensonge peut avoir sur la reconnaissance de soi. Nous pouvons tenter de nous mentir à nous-mêmes, mais il y a toujours une partie de nous qui sait que nous nous mentons. Cette partie est notre corps, siège de l’inconscient. Souvent, lorsque nous sommes enfermés dans le mensonge, notre corps nous adresse des signaux, notre inconscient nous envoie des rêves nous informant qu’un temps de sincérité et d’honnêteté avec soi serait approprié pour notre santé physique et mentale. Si nous refusons ces signes qui nous interpellent pour attirer notre attention, nous pouvons avoir l’impression que notre corps est notre ennemi et qu’une partie de nous tente d’avoir raison sur nous. Nous avons tous le droit de mentir et nous avons nos raisons pour le faire.

Une ex-banquière de Goldman Sachs : « Nous sommes en grand danger » Une ancienne directrice de Goldman Sachs, Nomi Prins prétend « qu’il n’y a plus aucune importance de savoir qui siège à la Maison Blanche » et « les banquiers opèrent sans se soucier des besoins de l’économie nationale ». « Il n’y a pas de contrepoids à leur pouvoir « . Lisez cette interview exclusive d’une ex-insider du Calamar Géant… Nomi a également travaillé pour : Bear Stearns Lehman Brothers Chase Manhattan Bank Voici une version condensée d’une interview réalisée par Josh Eidelson du magazine « Salon » : « Ce n’est plus un secret que les grandes banques jouent un grand rôle dans l’élaboration de la politique bancaire américaine. J'ai examiné tous les événements du dernier siècle qui a commencé avec la panique de 1907… Ce que j'ai trouvé en accédant aux archives de chaque président est que, grâce à de nombreux événements et périodes, les banquiers particuliers étaient en communication constante avec la Maison Blanche.

Procès France Telecom : "Le suicide au travail, c’est la partie émergée de l’iceberg" Au procès des dirigeants de France Telecom, poursuivis pour harcèlement moral, le psychiatre Christophe Dejours a livré un éclairage passionnant sur ce mal moderne. Christophe Dejours est psychiatre, spécialiste des suicides au travail. Il a étudié les cas de policiers, d’ingénieurs de centrale nucléaire, de magistrats... Des gens passionnés par leur travail et qui se sont suicidés. Car il le dit d’emblée : "ce ne sont pas les paresseux, les tire-au-flanc qui se suicident au travail. Mais toujours ceux qui y étaient très engagés." Christophe Desjours travaille sur ces questions depuis 40 ans. Et peu importe, explique le psychiatre, le nombre de ces suicides. Mais peu importe, donc, pour le psychiatre : "un seul suicide sur le lieu du travail mérite qu’on s’y arrête. Christophe Dejours détaille les sept sortes de suicides liés au travail qu’il a pu observer. "Le suicide au travail est un message en soi."

Dénis de réalité et dissonances cognitives de nos dirigeants malades Comment peut-on nier l'évidence ? En étudiant les mécanismes de dissonance cognitive, Leon Festinger a élucidé ce mystère [1]. En s'attachant aux communautés millénaristes annonciatrices de la fin du monde, lesquelles refusaient d'admettre - sinon sur un calcul - s'être trompées lorsqu'elle n'advenait pas, il pointait des individus auxquels on attribue au moins un soupçon de folie [2]. Son analyse des dénis de réalité conservait un parfum d'irrationalité finalement rassurant. Il faut cependant convenir que la défense opposée par l'homme de foi à la réalité qui le dément s'applique très généralement à l'homme politique : « Supposons qu'un individu croit de tout cœur à quelque chose. Supposons aussi qu'il est engagé et a commis au nom de cette conviction des actes irréversibles. La dissonance cognitive est un pathos beaucoup plus grave au centre de la politique où elle menace le monde. Que dire encore de l'obstination de la politique néolibérale en France ? Notes : [3] Ibid., p. 1

Maître-Esclave | PLOUTOCRATIE Une fois n’est pas coutume, je vais baser cette réflexion sur ma propre expérience personnelle, très très récente (les derniers éléments datant de deux jours). A l’avance, désolé pour l’aspect personnel de l’article. Pour des raisons de confidentialité, je ne peux rentrer dans le détail de certains éléments abordés, mais le but initial est d’approcher une problématique d’un point de vue général. Il y a deux jours de cela, donc, je rencontrais la directrice des ressources humaines de ma région (la structure de mon entreprise multinationale est subdivisée en pays, puis en régions) dans le cadre d’une mutation vers notre plateforme logistique. En effet, je travaille dans le domaine de la logistique, élément primordial de notre activité de distribution de matériel auprès de professionnels (je tairai volontairement le type de matériel). Conscience professionnelle, zèle mal placé ou intention de me faire remarquer, je n’ai jamais cessé de secouer le cocotier. Alors pourquoi cet article ?

Martha Stout – La guerre limbique et l’ « interrupteur de paranoïa » | État du Monde, État d'Être (Source : SOTT) Par Harrison Koehli Les événements du 11 septembre ont traumatisé le public américain. L’administration Bush a exploité cette peur et continue à le faire. Le livre de Martha Stout, The Paranoia Switch (L’interrupteur de paranoïa – NdT), est une contribution bienvenue à la nouvelle science en développement de la ponérologie : l’étude des causes fondamentales et de la genèse du mal, à la fois au niveau social et au niveau interpersonnel. Stout fait appel à ses années d’expérience en tant que thérapeute des traumatismes pour diagnostiquer cliniquement la maladie de notre « culture de la terreur » et ceux qui manipuleraient ce traumatisme dans leur propre intérêt personnel. L’interrupteur de paranoïa Les évènements traumatiques surchargent notre système limbique. Comme Stout l’explique plus loin dans son livre, les agents de la peur maintiennent leur pouvoir par l’exploitation des faiblesses humaines. Résonance limbique Commentaire : Guerre limbique Échelle Micro/Macro Notes

La violence des riches – Vidéo Des sociologues à écouter Monique Pinçon-Charlot est une sociologue, directrice de recherche au CNRS jusqu’en 2007, année où elle part à la retraite pour se rattacher à l’Institut de recherche sur les sociétés contemporaines ou IRESCO. Son mari Michel Pinçon-Charlot a le même parcours, c’est pourquoi l’essentiel de ses œuvres ont été écrites avec la collaboration de sa femme. Et ce couple cogne dur et parle clair autour de leur livre «La violence des riches – Chronique d’une immense casse sociale» (Editions Zones – La Découverte 2013). Réalisation : Yannick Bovy — Janvier 2014 – 26 mn. Une émission proposée par la FGTB wallonne & produite par le CEPAG J'aime : J'aime chargement… Auteur : geneghys Lutte contre la désinformation et tous les problèmes que cela produit, l'injustice sous toutes ces formes.

Dissonance cognitive Ainsi il y a dissonance quand certaines personnes croient à la fin du monde pour tel jour précis et qu'à ce jour rien n'arrive, quand des étudiants doivent subir un ensemble d'épreuves sévères pour pouvoir assister à des réunions ennuyeuses, quand sans raison apparente un jouet ou une friandise est interdit à un enfant. Des faits contredisant l'opinion qu'un enfant a sur lui-même le placent devant une dissonance cognitive : selon que l'enfant a une bonne ou mauvaise image de soi-même, il pourra attribuer un échec ou une réussite à l'environnement extérieur, au lieu de s'attribuer à lui-même le résultat. Pour réduire la dissonance cognitive, l'enfant va ainsi chercher des excuses plutôt que de remettre en cause ses convictions. Rosenthal et Jacobson, Pygmalion à l'école (1968), ont aussi mis à jour un phénomène qui peut trouver sens dans le cadre de la dissonance cognitive.

LES LIMITES DU SYSTÈME POLITIQUE FRANÇAIS : QUAND L'ABSTENTION DEVIENT UN CRITÈRE DÉTERMINANT Le système politique français, tel qu'il s'est peu à peu affiné en dévoyant progressivement la philosophie des institutions de la Vème République, peut être schématisé de la façon suivante :un parti unique qui se maintient continuellement au pouvoir, sous couvert d'alternance entre son côté pile et son côté face, et par l’entretien de querelles secondaires mais très clivantes et très médiatisées (débat sur l'identité nationale, mariage pour tous, etc.). Ce parti unique, dont la ligne politique, fixée par l’Union européenne, est ultra-libérale en économie et euro-atlantiste en politique extérieure, c'est l'UMP-PS ;des réceptacles de mécontents, à gauche et à droite, qui canalisent les électeurs authentiquement de gauche déçus par le PS, et les électeurs authentiquement de droite déçus par l'UMP. Ces réceptacles sont le Front de Gauche et le NPA d'un côté ; le Front National et DLR de l'autre. Mais voilà ! Alors comptons ! En réalité, il n'en est absolument rien. Ces enseignements sont :

Notre cerveau est facilement piégeable. - POIL DE CAROTTE . . . . . . . . . . Association pour enfants tristes ce sont les mots prononcés lors d’une conférence sur le bizutage mais qui peuvent concerner toute sorte d’emprise. cette conférence débat av ait été organisée par le CNCB, comité national Contre le Bizutage en 2000. Il est bon de se souvenir des paroles de Mr PERRONE qui décortique avec minutie le mécanisme qui sous-tend la soumission et celui qui explique l’abus. Emprise psychologique et bizutage Salon de l’éducation 26 novembre 2000 Conférence-débat organisée par le CNCB Conférencier : Reynaldo Perrone Modérateur : Jean Pierre Rulié J.P. Pourquoi le Comité National Contre le Bizutage a-t-il choisi ce thème ? Depuis que notre comité s’est constitué, pour essayer de faire appliquer la loi votée par le législateur, nous constatons que le bizutage continue. Pourquoi, alors qu’il est dénoncé, perdure-t-il et pourquoi certains s’en font-ils les chantres et considèrent-ils même qu’il s’agit là de quelque chose d’extraordinaire ? Reynaldo Perrone : 1 - Que se passe-t-il dans la communication ? R.

Gautier-Sauvagnac reconnaît avoir versé de l’argent aux syndicats L’ancien patron de l’UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac, a confirmé lundi au tribunal correctionnel de Paris que les syndicats étaient bien les bénéficiaires des enveloppes d’argent liquide de la puissante fédération patronale de la métallurgie. La justice s’interroge sur la destination de quelque 16 millions d’euros retirés en liquide entre 2000 et 2007 des caisses de l’Entraide professionnelle des industries et des métaux (Epim), une structure de l’UIMM destinée à apporter «un appui moral et matériel» à ses adhérents subissant un conflit du travail. Interrogé une nouvelle fois lundi en début d’audience sur les destinataires de ces fonds, Denis Gautier-Sauvagnac est revenu sur ses précédentes déclarations en désignant les bénéficiaires au tribunal. «En réalité, je reconnais que je n’ai pas été assez clair jusqu’à présent et je confirme ici les propos d’Arnaud Leenhardt», a-t-il déclaré. Il a précisé que ces aides se présentaient sous deux formes. Stands à la fête de L’Huma Source: Libération

Related: