background preloader

Twitter, Facebook et Google+ : Comment identifier les membres les plus actifs de sa communauté ?

Twitter, Facebook et Google+ : Comment identifier les membres les plus actifs de sa communauté ?
Que cela soit sur Facebook, Twitter, Google+ ou n’importe quel autre réseau social, il est indispensable d’identifier les influenceurs et membres les plus actifs de sa communauté. Même si tout bon community manager saura identifier de façon instinctive ces derniers, des outils existent pour les identifier de façon automatique. Quelquefois, vous verrez qu’il y-a des surprises entre ce que le CM pense et la réalité. Testons ensemble 3 outils pour Twitter, Facebook et Google+, c’est parti… Identifier les membres les plus actifs de sa communauté Twitter Pour Twitter, nous allons utiliser l’outil SocialRank. 3 types d’influenceurs sont mis en avant via cet outil : Pour chacun de ces classements, l’outil vous permet de filtrer par compte de marques et compte de personnes individuelles (option assez pratique pour adapter sa communication en fonction). A noter que SocialRank propose une version payante (25 dollars par mois) avec des options supplémentaires.

3 outils pour espionner vos concurrents en ligne Article invité, rédigé par David Carle ! L’analyse des concurrents est un élément essentiel de toute stratégie SEO. En effet, il est primordial d’étudier soigneusement le positionnement ainsi que les tactiques utilisées par les concurrents, afin de non seulement connaître les éléments responsables de leur succès, mais afin d’utiliser ces mêmes pratiques pour inspirer vos stratégies. Bien sûr, il existe une panoplie d’outils en ligne pouvant analyser de près ou de loin le comportement de vos concurrents en ligne. Voici donc 3 outils de qualité – ainsi que la façon de les utiliser – qui vous permettront d’espionner le positionnement et les tactiques utilisées par vos concurrents, au bénéfice de votre stratégie. Outil #1 – ChangeDetection.com Si nous connaissons tous de nombreux outils de veilles nous permettant de suivre nos compétiteurs lors de leurs activités « off-site », les outils surveillant le contenu même d’un site en particulier, quant à eux, sont plutôt rares. Conclusion

Test du Chromecast : quand Google s'attaque à la télévisionAndroid MT Après avoir essuyé quelques échecs dans le monde de la télévision, Google se remet en selle et propose sa nouvelle approche : le Chromecast. Finis les gros boîtiers ou les ovnis comme le Nexus Q, Google a opté pour un dongle. Le dongle ressemble à une clé USB dont on aurait remplacé l’extrémité par un port HDMI. L’idée est de brancher ce fameux dongle sur notre téléviseur, c’est à la fois discret, simple et silencieux. Prise en main du Chromecast Afin de piloter l’appareil, quoi de mieux que d’utiliser l’un des appareils le plus proche de nous, le smartphone ou la tablette. Il est possible de "caster" du contenu Google Chrome, via une extension, sur votre téléviseur. Chromecast : de votre mobile à votre télévision, il n’y a qu’un doigt Le Chromecast se propose d’être le pont entre votre mobile et la télévision. Le Chromecast dispose d'un store dédié où vous trouverez les applications officielles, mais il y en a d'autres sur le store classique. Conclusion

Quels outils utiliser pour réaliser une veille efficace La réussite dans les médias sociaux prend du temps, exige de la patience et une bonne approche. La véritable question est donc de savoir si votre entreprise est prête à s’en donner les moyens. Certaines sociétés craignent la perte de contrôle, mais les médias sociaux exigent une certaine dose de laisser faire pour que les conversations puissent suivre leur cours. Et si vous ne pouvez pas maîtriser la conversation en elle-même, vous pouvez néanmoins participer et vous engager. Pour que votre présence sur les réseaux sociaux soit efficace vous devez savoir si vos clients et prospects s’y trouvent et où ils passent le plus de temps. Le Guide Social Media vous propose aujourd’hui une liste complète des outils de veille indispensable lors d’une présence sur les réseaux sociaux: > Alertes Google Ce service peut vous aider à suivre ce qu’il se dit en recevant des rapports directs ou groupés. > Blogsearch de Google > Google tendances de recherches > Ebuzzing (anciennement Wikio) > twirus.com

Google AdWords : le mobile pour tous ? Il y a un peu moins d'un an, Google lançait les campagnes universelles AdWords. Prenant le contre-pied parfait de sa stratégie initiale qui consistait à appréhender le desktop et le mobile comme des investissements distincts, Google oblige désormais les annonceurs à piloter ces deux supports comme un seul et même objet marketing. Pourquoi cette nouvelle stratégie ferme-t-elle les portes du mobile aux petits et moyens annonceurs ? Malgré cela, pourquoi ce chemin est-il celui du succès pour Google dans l'optique de développer son activité mobile ? Et finalement, quelles solutions reste-t-il aux PME pour exister sur Google mobile ? Juin 2013, moment de flottement chez les account managers de Google. En effet, faisons une brève parenthèse technique pour mieux comprendre les enjeux. Concrètement, qu'est-ce que cela signifie ? 1. 2. Quelles solutions reste-t-il alors aux petites structures pour annoncer sur les smartphones ?

la curation, la syndication et l'agrégation ~ RG Mobility Google reader (et donc ses "bundle" pour mettre plusieurs RSS en un) comme vous le savez certainement va disparaître d'ici quelques jours et beaucoup de challenger s'empressent de proposer une solution de remplacement. Bien que j'apprécie particulièrement le lecteur de flux RSS de Google j'avoue ne pas toujours être satisfait de son système d'alerte (Google Alerts) en grande partie par la limite même des mots clés. En effet, si la thématique "marque employeurs" m'intéressent le mots clés "marque employeurs" est parfois trop restrictif. Je vous propose donc ici une méthode qui vous permettra de vous réconcilier avec les outils de curation, de syndication et d'agrégation. Chaque fois que vous publiez un lien de contenu vers un autre site ou sur votre réseau social ou peut parler de curation il s'agit d'une action "manuelle" alors que si vous collectez et partagez automatiquement ce que vous trouvez à partir de mots clés, on parlera plutôt d'agrégation (Netvibes, Google Reader...).

26 idées pour obtenir plus d'abonnés Google+ Par Olivier Duffez, Mardi 15 avril 2014 Cet article recense de nombreux moyens d'augmenter votre nombre d'abonnés, et donc la visibilité Google de votre site ainsi que son trafic et son référencement naturel. Cet article vous liste plein de façons d'avoir plus d'abonnés (followers) sur votre page Google Plus Comment avoir plus d'abonnés sur Google+ Vous trouverez une liste par Stephen Walsh sur le blog de Kissmetrics, mais en voici un résumé complété par mes commentaires... 1- En plus de votre page G+, créez un profil personnel "personnel" ne signifie pas ici qu'il concerne la sphère privée mais qu'il concerne une personne physique. Si vous avez des auteurs dans l'équipe, n'hésitez pas à mettre en place Google Authorship et à les inciter à partager leurs articles. 2- Considérez que votre page Google+ est comme un micro-blog et publiez-y du contenu à haute valeur ajoutée 3- Ajoutez des personnes et des pages pertinentes dans vos cercles 5- Surveillez les sujets populaires

Veille d'informations : bien utiliser Feedly Feedly fait partie des outils les plus populaires sur le web pour suivre ses contenus favoris. Optimisé pour une utilisation web et mobile, il permet de trier, agréger et classer des centaines de sources d'informations. Comment organiser efficacement sa veille d'informations sur Feedly ? Organiser sa veille Trouver et ajouter de nouveaux contenus Se connecter à son cloud personnel Feedly : première étape consiste à sélectionner des sources d'informations (blogs, journaux en ligne) par thème. Personnaliser les catégories Via l'onglet « personnalize » (colonne de gauche), accéder à la liste complète des catégories et sources d'informations qu'elles contiennent. Mieux visualiser ses flux d'informations Paramétrer le mode d'affichage des sources d'information A noter : l'affichage de type « liste » est le moins attrayant et le moins visuel, mais il permet de visualiser rapidement une grande quantité de contenus. Gérer ses préférences Utiliser les raccourcis clavier

Guerre des brevets : Google a proposé d'indemniser Samsung contre Apple C'est un témoignage qui pourrait peser lourd dans le second procès américain de la guerre des brevets Apple contre Samsung. Un avocat de Google spécialisé en propriété intellectuelle a reconnu, dans un témoignage vidéo diffusé mardi lors d'une audience en Californie, que le géant de l'Internet avait proposé de « défendre et indemniser » Samsung, partiellement ou en totalité, de sa condamnation pour violation des brevets d'Apple. Les premiers échanges d'emails entre Google, le concepteur du système d'exploitation mobile Android, indirectement visé par le procès, et le constructeur sud-coréen de smartphones sur le sujet remontent à avril 2012 et se seraient poursuivis jusqu'en fin d'année. En août 2012, Samsung a été condamné à verser 1,05 milliard de dollars à Apple en dommages et intérêts pour avoir copié plusieurs technologies et design de l'iPhone. Un montant revu à la baisse par la suite (930 millions).

Delicious Projet Ara : Google lancera son smartphone modulable début 2015 Le projet Ara lancé par Motorola et désormais repris par Google est mené tambour battant par une équipe dirigée par d’anciens employés de la Darpa. Le concept repose sur un châssis nommé Endo, sur les faces duquel on vient connecter des modules en fonction de ses besoins. Le but est de donner aux usagers la maîtrise totale de la configuration de leur smartphone, qu’ils pourront faire évoluer. Ce principe de modules offre également des options de personnalisation esthétique quasi illimitées. © Google ATAP Projet Ara : Google lancera son smartphone modulable début 2015 - 2 Photos Avec les smartphones, les fabricants sont parvenus à pousser le principe de l’obsolescence jusqu’à son paroxysme. L’idée consiste à créer un smartphone modulable, que l’on pourrait configurer et personnaliser à sa guise pour le rendre unique et le faire évoluer afin de le faire durer. Assemblage du smartphone à la carte Ara et sa connectique inédite Un nouveau business pour Google A voir aussi sur Internet

Scoop.it : créer et partager sa veille d'informations Scoop.it est un outil en ligne pratique pour mettre en place et partager une veille d'informations réactive aux mots-clés de son choix. Connecté à différentes sources d'informations comme Google (blogs, actualités) et Twitter, il permet de partager sur un journal personnel les meilleurs pages web sur des thématiques ciblées et évite ainsi la fragmentation de sa veille d'informations. Un outil de communication également utile en complément d'autres supports d'expression (blogs, sites web) pour faire valoir son expertise dans un domaine particulier. Présentation. Qu'est-ce que Scoop.it ? Scoop.it est un service de curation et de partage de veille de contenus web sur un sujet ou une thématique ciblés, présenté sous la forme d'un journal en ligne actualisable en temps réel. Son fonctionnement s'articule en trois étapes : Pour quels professionnels et quels usages ? Il peut-être utilisé : Notre vidéo Ouvrir un compte Scoop.it, choisir un sujet et créer son journal Dans tous les cas :

Google poursuit l'indexation du contenu des applications mobiles Le contenu d'un plus grand nombre d'applications Android va remonter dans les résultats du moteur, qui pourra désormais l'afficher dans toutes ses déclinaisons anglophones. Fin 2013, Google commençait à indexer le contenu d'une douzaine d'applications Android triées sur le volet (Wikipedia, Etsy, Expedia, IMDb...). Ce contenu pouvait ainsi remonter sur les résultats générés, aux Etats-Unis, par les applications Chrome ou Google Search. Google annonce aujourd'hui avoir étendu le déploiement de ce dispositif, qui va désormais concerner plus globalement les résultats anglais. 24 nouvelles applications vont aussi pouvoir voir leur contenu indexer et remonter, comme celles d'AOL, Booking.com, Glassdoor, Pinterest, TripAdvisor ou Tumblr, entre autres. Leur contenu "in app" va donc pouvoir apparaître dans les résultats sur terminaux Android, l'internaute pouvant être invité à télécharger ou à ouvrir l'application pour y accéder (voir ci-dessous).

Trouver et évaluer une source en ligne Martine Mottet met à disposition sur son site (déjà présenté sur éduscol) une rubrique spécifique de partage de ressources pédagogiques qui s'étoffe régulièrement de nouveaux contenus : affiches couleur pour la classe, capsules vidéos de formation et documents d'accompagnement, journal de recherche de l'élève, grilles d'évaluation d'un site Internet, témoignages vidéos d'élèves, activités éducatives (une activité par étape du processus, une activité d'intégration pour l'ensemble du processus, des dizaines de ressources et de documents d'accompagnement). L'auteure publie ces différents contenus sous Licence Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage des conditions initiales à l'identique 2.0 Canada. Chacun est donc libre de reproduire ou d'adapter les textes et les ressources éducatives disponibles sur le site, sans omettre la mention de responsabilité « de sorte que le travail des personnes qui ont contribué à la création des ressources soit reconnu ».

Cloud : Google attaque par le prix La guerre des prix dans le secteur du Cloud public fait toujours rage. Et dans ce nouvel épisode de cette bataille concurrentielle, c’est Google qui est à la manœuvre. Il faut dire que la Google Cloud Plateform souffre - particulièrement en Europe - d’un déficit de notoriété par rapport à la concurrence, et en particulier d’AWS. Pour conquérir des parts de marché, Google a donc décidé de miser plus encore sur la différenciation par les prix. Le Cloud public n'a pas tenu ses promesses sur les coûts « La promesse initiale du cloud computing était simple : virtualisation du matériel, paiement fonction de l’utilisation, sans dépenses en capital préalables et des prix inférieurs à ceux des solutions en local [Ndlr : on-premise]. Ainsi, d’après la firme, les progrès sur les coûts du hardware ont été compris entre 20 et 30% par an depuis les 5 dernières années. Plus on consomme, moins on paie Le prix c'est bien, mais pas suffisant Voir aussi notre pageChiffres clés : le marché du Cloud Computing

Related: