background preloader

Comment le lobby financier condamne Bruxelles à l'impuissance politique

Comment le lobby financier condamne Bruxelles à l'impuissance politique
1.700 lobbyistes, 120 millions d’euros par an, c’est ce que mobilise l’industrie financière pour "influencer" les institutions européennes et parfois dicter les directives. Une étude de l’ONG Corporate Europe Observatory montre l’étendue d’un système toléré en toute opacité. Au moment où chacun put prendre conscience de l’ampleur de la crise financière et de ses conséquences tragiques pour les économies européennes, l’évidence s’imposa qu’il fallait imposer des moyens de régulation et de contrôle afin d’éviter que pareil désastre ne se reproduise. Les gouvernants se multiplièrent alors en déclarations d’intentions affirmant leur volonté de se saisir de la question, et divers plans furent envisagés. Mais, comme le constate Kenneth Haar de l’ONG Corporate Europe Observatory (CEO), « la puissance de feu du lobby financier pour résister à toute réforme a été manifeste chacune des batailles sur la régulation financière depuis la faillite de Lehman Brothers ». La société civile marginalisée

http://www.regards.fr/web/comment-le-lobby-financier,7667

Est-il impossible de taxer les marchés financiers ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé A trois semaines des élections européennes, la taxe Tobin européenne – appelée aussi taxe sur les transactions financières (TTF) – est au menu de la réunion des ministres des finances de la zone euro, lundi 5 mai, et des grands argentiers des Vingt-Huit, mardi 6 mai. La TTF doit contribuer à la fois à la régulation financière, au redressement des finances publiques et à la solidarité internationale : « ces ressources additionnelles pourraient financer la lutte contre les grandes pandémies comme le sida ou le paludisme et la lutte contre le changement climatique », expliquait en janvier Pierre Moscovici – alors ministre de l'économie et des finances. Le principe de la taxe Tobin, du nom de l'économiste américain, qui, dans les années 1970, voulait lutter contre le court-termisme des marchés financiers, est celui d'une taxation très minimale de certains flux de capitaux. Un engagement du candidat Hollande Lobby bancaire

Salle de presse 05/05/2014 - Les inégalités – qui atteignent leur plus haut niveau depuis des décennies dans de nombreux pays – fragilisent la croissance économique et le bien-être, selon un nouveau rapport publié par l'OCDE. Toutefois, les mesures adoptées pour réduire l’écart croissant entre riches et pauvres ne pourront être efficaces que si elles vont au-delà du revenu pour s’attaquer à d’autres dimensions, notamment l’amélioration de l’accès à un enseignement, des services de santé et des infrastructures publiques de qualité. Le rapport « All on Board: Making Inclusive Growth Happen »fournit des données concrètes sur les retombées des inégalités, définit un cadre d’action et offre aux pouvoirs publics la possibilité d’évaluer les effets variables des mesures qu’ils adoptent sur les différentes catégories sociales. Selon les auteurs de ce rapport, les politiques économiques et sociales doivent être conçues de manière à favoriser à la fois l’équité et la croissance.

Crise financière : comment des « fonds vautours » commencent à attaquer l'Europe Plusieurs dizaines de fonds spéculatifs s’estiment lésés par la suppression d’aides publiques ou les restructurations de dettes souveraines menées en Europe. Au nom de la protection des investissements, ils attaquent donc les Etats devant des tribunaux commerciaux extranationaux. En jeu : des centaines de millions d’euros d’indemnités à empocher. Si leurs premières cibles sont l’Espagne, la Grèce et Chypre, d’autres pays pourront être concernés. Le travail : valeurs, attentes et frustrations Robert Castel est sociologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est l’auteur des désormais classiques Métamorphoses de la question sociale (Fayard, 1995 ; Folio Gallimard, 1999) et, avec Claudine Haroche, de Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi (Fayard, 2000). Dominique Méda est actuellement Professeure de sociologie à Dauphine et titulaire de la chaire « Reconversion écologique, travail, emploi, politiques sociales » du Collège d’Etudes Mondiales. Elle a écrit plusieurs ouvrages sur les politiques sociales, l’emploi, le travail, dont Le travail. Une valeur en voie de disparition ?, Champs-Flammarion, 2010 ; Le travail, Que sais-je ?

Le Parlement européen confirme l'accord en trilogue pour que le pollen ne soit pas considéré comme un ingrédient du miel, mais comme un composant naturel, afin de permettre de contourner l’obligation d’étiquetage du pollen OGM - Europaforum Luxembourg - A Il n’y aura finalement pas d’étiquetage du pollen OGM présent dans le miel. Dans un vote très serré (283 voix pour, 248 contre et 45 abstentions) en faveur du rapport de l’eurodéputée britannique Julie Girling (CRE), le 16 avril 2014, le Parlement européen s’est définitivement prononcé en faveur de la proposition de la Commission européenne de septembre 2012 modifiant la directive 2001/110/CE relative au miel et qui visait à définir le pollen comme un composant naturel du miel, plutôt que comme l’un de ses ingrédients, conformément aux normes de l'Organisation mondiale du commerce, et contourner ainsi l'obligation d'étiquetage. Par cette initiative, la Commission entendait revenir à la situation antérieure à celle créée par un arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui avait au contraire qualifié le pollen d’ingrédient du miel. Le contexte Suite au vote du 15 janvier, un accord informel avait été dégagé avec le Conseil, sans que ses résultats ne soient diffusés.

Bruxelles, les lobbies à la manœuvre LE MONDE | • Mis à jour le | Par Ian Traynor (The Guardian), Ignacio Fariza Somolinos (El Pais), Javier Caceres (Süddeutsche Zeitung) et Marco Zatterin (La Stampa) Dans le vaste quartier européen de Bruxelles, la puissance des lobbies saute aux yeux. Les grands noms du monde des affaires occupent chaque immeuble de bureau dans un rayon de 1 kilomètre autour des sièges de la Commission, du Conseil et du Parlement européens. Les entreprises, banques, cabinets juridiques, consultants en relations publiques et associations professionnelles y prolifèrent, s'employant à peser sur les règles, lois et directives qui façonnent le marché unique, encadrent les accords commerciaux et régulent le comportement économique et commercial dans une Union de 507 millions de citoyens. A Bruxelles, le lobbying est une industrie qui pèse plusieurs milliards d'euros. Pour ces lobbyistes, aucun domaine n'est plus important que celui de l'énergie.

Goldman Sachs poursuit son OPA économique sur l’Europe « Surprise », le choix de la Banque d’Angleterre, Mark Carney était à la réunion Bilderberg cette année… L’annonce « surprise » que le Canadien Mark Carney va être nommé gouverneur de la Banque d’Angleterre veut dire que celui qui participa à la réunion du groupe Bilderberg cette année, complète la domination virtuelle de Goldman Sachs sur toutes les économies principales d’Europe. La nomination de Carney est venue comme un choc pour beaucoup qui s’attendaient à ce que le gouverneur adjoint actuel Paul Tucker soit approuvé, mais ceci n’est pas du tout une surprise pour nous alors que nous avions prédit dès Avril que Carney serait désigné pour le poste. Carney a eu eu carrière de 13 années chez Goldman Sachs et fut impliqué dans la crise financière russe de 1998 qui fut exarcerbée par Goldman Sachs conseillant la Russie tout en pariant derrière le rideau sur l’incapacité du pays à payer sa dette.

La monnaie, de la Russie à l’URSS Il a été habituel de voir dans le discours du marxisme de la Seconde Internationale l’origine des conceptions économiques des futurs dirigeants soviétiques[1], et d’en tirer alors les conclusions qui s’imposent en ce qui concerne la monnaie, son statut et son usage. Ceci reste loin de pouvoir fournir une réponse globale. La prétention à une continuité entre une théorie, par ailleurs elle-même évolutive et contradictoire, et la réalité d’une pratique est tout aussi trompeuse que la continuité que l’on pourrait supposer entre les conceptions des dirigeants et le système sur lequel ils ont régné. L’identification de filiations idéologiques et intellectuelles, pour instructive qu’elle puisse être, ne dispense nullement d’autres analyses, en particulier celles insistant sur les contraintes qui pèsent sur les acteurs, y compris à leur insu. On voudrait ici s’interroger sur certaines spécificités plus que sur des communautés d’apparence. I.

Perturbateurs endocriniens, une bombe à retardement allumée par les lobbies industriels Ils sont partout. Dans votre dentifrice, sur votre ticket de caisse, parmi les jouets de vos enfants, imprégnés dans les vêtements que vous portez… Ils accompagnent la plupart de vos repas puisqu’ils emplissent les contenants alimentaires et constituent certains des pesticides qui finiront dans votre salade ou votre verre de vin. Ils suivent peut-être même vos partenaires sexuels les plus réguliers, balisant toutes les étapes de votre vie intime, comme l’avait montré Générations Cobayes au printemps dernier. Inutile d’ailleurs de songer aux médicaments pour s’en purger, on en retrouve également dans plusieurs d’entre eux. Vous êtes donc cernés, exposés de manière quotidienne et invisible.

L'OCDE rappelle les riches à leur devoir fiscal face à la montée des inégalités Le dirigeant de l'OCDE, autrement dit le "club des pays les plus riches", a jugé mercredi qu'il était "d'autant plus important que les plus fortunés payent leur juste part d'impôt" que les inégalités ne cessent de croître. "Sans action politique concertée, le fossé entre riches et pauvres risque de s'agrandir encore dans les années à venir", a averti dans un communiqué Angel Gurria, secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques, connue pour ses prises de position très libérales en matière économique. La France fait exception dans ce paysage

Related: