background preloader

Un mouchard dans nos voitures dès 2015

Un mouchard dans nos voitures dès 2015
Et voici encore un exemple de libertés individuelles rognées par les bons sentiments... Je vous expliquais il n'y a pas si longtemps que les polices européennes étaient en train de négocier un mouchard et une prise de contrôle de nos véhicules pour pouvoir arrêter les voitures de n'importe qui à distance, les localiser et j'en passe. Et bien BONNE NOUVELLE pour tous les Little Brothers, le Parlement Européen vient de valider un machin baptisé eCall qui consiste tout simplement à placer un système de téléphonie mobile (Pas besoin de carte SIM apparemment) obligatoire dans tous les véhicules neufs commercialisés à partir d'octobre 2015. Officiellement, le bon sentiment est de permettre aux secours d'arriver plus vite sur le lieu d'un accident. En effet, en cas de déclenchement d'airbag ou d'accident important, le système eCall passera un coup de fil automatique au service de secours (112), leur communiquant votre position exacte ainsi que le modèle du véhicule. Alors que faire ? Source Related:  Surveillance2014

Le CSA dresse la liste de ce qu'il veut contrôler sur Internet Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) a publié lundi son rapport annuel 2013 (.pdf), dans lequel l'autorité administrative confirme sa demande de ne plus réguler uniquement la télévision et la radio, ou leurs déclinaisons "à la demande", mais bien tout le web audiovisuel en France. Et surtout de créer un label "Site de Confiance" que les logiciels de contrôle parental et de filtrage auraient l'obligation de respecter pour s'assurer que la censure du web est effective — voir à ce sujet nos explications sur le mécanisme redoutable qui attend les internautes. Ainsi, les "services audioivisuels numériques" serait entendus comme "les services de communication au public par voie électronique mettant à disposition du public ou d'une catégorie de public des contenus audiovisuels ou sonores". Toujours très flou dans ses demandes, le CSA se contente de proposer que ses règles soient appliquées "selon des modalités adaptées à la nature des services audiovisuels numériques".

"DeepFace", le nouveau système de reconnaissance faciale de Facebook qui fait froid dans le dos RÉSEAUX SOCIAUX - Facebook possède la plus grande galerie de photos du monde, et a désormais la possibilité de faire correspondre tous les visages qui s’y trouvent. Oui, même ceux qui ne sont pas tagués. Facebook a en effet annoncé la semaine dernière qu’il avait développé un programme appelé "DeepFace". D’après les chercheurs, il peut déterminer si deux visages photographiés appartiennent à la même personne – avec une précision de 97,25 %. Selon Facebook, les humains soumis au même test répondent correctement dans 97,53% des cas – soit seulement 0,28% mieux que le programme de Facebook. Une technologie assez perturbante Pour faire simple, Facebook est maintenant aussi doué que les humains pour reconnaître un visage. À titre d’exemple, les développeurs montrent dans un article sur le programme que DeepFace peut effectivement reconnaître le très célèbre acteur Sylvester Stallone. Un simple projet pour le moment Déployer les capacités d’intelligence artificielle de Facebook

La loi Consommation : ce qui change pour les achats et notamment sur Internet Le 18 mars dernier, la loi Consommation (ou loi Hamon) a été publiée au Journal Officiel. Les dispositions de cette loi vont apporter de profonds changements pour les achats, sur Internet, mais également en boutique. Certaines modifications s'appliqueront dans 2 mois, pour les contrats passés après le 14 juin 2014 alors qu'il faudra attendre 2016 pour l'application de certaines nouveautés. Faisons un petit état des lieux de cette loi qui permettra presque d'acheter les yeux bandés sur Internet. La grosse nouveauté, c'est la garantie légale de conformité qui passe enfin dans les faits de 6 mois à 2 ans ! Une autre disposition intéressante de la loi est le passage du délai de rétractation de 7 jours à 14 jours. Pour inciter les fabricants à produire des objets davantage réparables, le consommateur devra être informé, avant la conclusion de la vente, de la durée pendant laquelle les pièces détachées du produit seront disponibles.

Nouveau scandale sur la NSA et RSA. Mozilla impliqué. En fin d'année dernière, l'agence Reuters avait révélé que la société de sécurité RSA (désormais possédée par EMC) avait accepté 10 millions de dollars de la part de la NSA, pour imposer par défaut dans son logiciel de sécurité BSafe un algorithme que l'agence de sécurité américaine savait casser. Il s'agissait du Dual Elliptic Curve Deterministic Random Bit Generator (Dual EC DRBG), une méthode de génération de nombres aléatoires pour laquelle les premiers soupçons émis par la communauté des cryptographes sont apparus dès le milieu des années 2000. Ce lundi, la même agence Reuters révèle qu'un groupe de chercheurs américains (de Johns Hopkins, l'Université du Wisconsin, l'Université d'Illinois...) publiera cette semaine le résumé d'une présentation qu'ils feront l'été prochain, dans laquelle ils affirment que la NSA a également poussé RSA à intégrer un autre protocole, "Extended Random". Interrogés par Reuters, ni Eric Rescorla ni Mozilla n'ont souhaité réagir.

Les tasers embarqués sur des drones, c’est maintenant ! A l’occasion du festival SXSW, la société Chaotic Moon Studios a choisi de présenter l’une de ses dernières inventions conceptuelles : un drone embarquant un taser. Baptisé C.U.P.I.D., il a été testé en vidéo et présente d’importants arguments de dissuasion… C.U.P.I.D. (pour Chaotic Unmanned Personal Intercept Drone) est avant tout un drone hexacopter de la marque Tarot, équipé d’un contrôleur de vol Dji NAZA-M V2. Généralement, ce modèle est davantage utilisé pour la photographie aérienne puisqu’il est capable d’embarquer une caméra. Chaotic Moon Studios a en réalité détourné la première fonctionnalité de ce type de drone en choisissant de le dédié à la sécurité. En termes d’équipement, il embarquerait un système d’autopilote et de reconnaissance faciale mais resterait maîtrisé par une décision humaine pour déclencher ses attaques. Aucune date de commercialisation n’a pour le moment été fixée par Chaotic Moon Studios. Source(s) : gizmodo / Relayé par MetaTV(metatv.org)

Mettez à jour OpenSSL [Urgent] Chers amis, l'heure est grave. Un bug vient d'être découvert dans la bibliothèque OpenSSL utilisée pour gérer la couche TLS/DTLS de nombreux logiciels (serveurs web, emails, messagerie instantanée, VPN...etc.). Découverte par une équipe de chercheurs en sécurité de Codenomicon et par un ingénieur en sécurité de Google, cette erreur d'implémentation permet de dérober des informations normalement chiffrées et les clés privées, ce qui je vous l'accorde fait plutôt mal. Ce bug a un nom : The Heartbleed Bug (Le bug du cœur saignant). En l'exploitant, un hacker (et la NSA ?) Alors, comment savoir si votre service est faillible ? Maintenant, je comprends pourquoi ça s'appelle "Open" SSL Les versions 1.0.1g, 1.0.0 et 0.9.8 (ou antérieures) ne le sont pas. openssl version Il existe aussi un service en ligne qui permet de tester les services web. Mettez à jour vers la version 1.0.1g ou recompilez les sources d'OpenSSL avec le flag OPENSSL_NO_HEARTBEATS pour contourner le problème. + d'infos ici.

Stratobus, un projet de dirigeable autonome entre le drone et le satellite - Spatial VIDÉO Thales Alania Space a présenté son projet Stratobus, un dirigeable autonome évoluant juste au-dessus du trafic aérien, à 20 kilomètres d'altitude. Cet engin, à mi-chemin entre le drone et le satellite sera capable d'effectuer par exemple des missions d'observation et de télecommunication durant 5 ans d'affilée, sans se (re)poser. Le premier prototype devrait voir le jour d'ici 2020. Engin hybride entre le satellite, le drone et le dirigeable, le projet Stratobus est piloté par Thales Alenia Space et ses partenaires Airbus Defense & Space, Zodiac Marine et le CEA-Liten (Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles). Stratosphérique, géostationnaire et autonome D'une longueur comprise entre 70 et 100 mètres pour une largeur de 20 à 30 mètres, Stratobus devrait disposer d'une autonomie de cinq ans.

Six innovations technologiques anti-NSA qui pourraient bien changer le monde Plutôt que de ramper et de supplier le gouvernement US de respecter notre vie privée, ces innovateurs ont pris le problème à bras le corps, et leur travail pourrait bien complètement changer la donne. Les gens avaient l’habitude de penser que le gouvernement des États-Unis était retenu par la Constitution, qui interdit des recherches et des saisies déraisonnables et qui requiert le respect des procédures lors des enquêtes criminelles, mais de telles illusions se sont évaporées ces dernières années. Il s’avère que la NSA se considère au-dessus des lois à tous les égards et se sent en droit d’espionner n’importe qui, n’importe où sur la planète sans mandat, et sans réelle supervision. Évidemment, ces révélations ont choqué le citoyen moyen qui a été conditionné à prendre les paroles du gouvernement pour argent comptant, et les répercussions ont été considérables. La récente campagne "The Day We Fight Back Icône de liens externes 1 – Médias sociaux décentralisés – vole.cc VIDEO en anglais

Transatlantic cables will bypass USA to avoid NSA spying A jointly funded, €135 million project will enable Brazil and the EU to bypass US-owned transatlantic cables, The New York Times reported, with plans to lay a modern high capacity fibre-optic cable from Lisbon, Portugal to Fortaleza, Brazil. With her typical antipathy towards the US after past NSA email hacks, the President of Brazil, Dilma Rousseff, said during the joint EU - Brazil news statement: We have to respect privacy, human rights and the sovereignty of nations. President of the EU Council, Herman Van Rompuy, also suggested the importance of bypassing the US whilst avoiding any blatant public criticism of NSA activity: We will continue to enhance data protection and global privacy standards. This reads like an epic effort to sideline the USA from the rest of the Americas. There is no doubt that the NSA's activities have helped to ensure there is the funding, economic model and political willpower to push this forward. Image of Brazil on globe courtesy of Shutterstock.

J'ai visité le "Big Brother" à la française Un bunker enfoui à dix mètres sous terre. Trois niveaux séparés par de multiples sas de sécurité et espacés d'épaisses couches de béton armé. La plateforme nationale des interceptions judiciaires (Pnij), le nouveau Big Brother à la française, est nichée là, à Élancourt dans les Yvelines. Le système se veut infaillible. Les coûts exorbitants de l'espionnage Et les enjeux sont considérables. En centralisant les interceptions judiciaires chez Thales, le gouvernement espère limiter "la dérive des dépenses" et cantonner les frais annuels à 12 millions d'euros. Des données ultrasécurisées Mais le recours à Thales n'est pas sans problèmes. Pendant de nombreux mois, et encore aujourd'hui, l'entreprise a dû se soumettre aux contrôles de la Cnil et de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi). "La Pnij n'est pas un aspirateur à données" (chancellerie) Au sous-sol, des OPJ se lancent dans une démonstration du logiciel. Reste ensuite à demander les renseignements voulus.

Related: