background preloader

Je suis étudiant, comment éviter le plagiat ?

Je suis étudiant, comment éviter le plagiat ?
Recommander cette page à un(e) ami(e) Bien sûr, il y a et il y aura toujours des malins à la recherche du moindre effort et de la moindre réflexion. Ceux-là, bien conscients de leurs actes, comprennent et "jouent" avec la triche, le plagiat et la fraude durant leur cursus universitaire, quels qu'en soient les risques. Ils sont pourtant loin de constituer la majorité des étudiants et nombreux sont ceux qui ne connaissent même pas les limites et les définitions exactes du plagiat ou de la fraude. Dès lors, il leur devient difficile parfois de savoir les limites de la copie ou de la paraphrase réussie. Citer ses sources et utiliser correctement ses documents Plagier, c'est utiliser les mots, les idées d'autres personnes sans les citer ni en mentionner la source. La liste de sources, indispensable à tout bon devoir Tout document écrit que vous produisez doit être agrémenté de la liste de vos sources. Du résumé et de la paraphrase Sources : Université Libre de Bruxelles - "Évitez le plagiat !" Related:  Droit d'auteur

« Les humanités ne servent à rien en particulier, mais elles peuvent être utiles à tout » XEnvoyer cet article par e-mail « Les humanités ne servent à rien en particulier, mais elles peuvent être utiles à tout » Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Fermer Langues anciennes Les arguments de Barbara Cassin, philosophe et helléniste, pour sauver les langues anciennes et la culture générale du naufrage La culture générale régresse. Spécialiste des philosophies anciennes, Barbara Cassin est solidaire. “Les humanités représentent un outil précieux à notre disposition pour forger la capacité de chacun à penser, à discriminer, à critiquer, au sens grec du terme, c’est-à-dire à avoir du discernement. A partir de ce monde-là, on peut réfléchir aux interactions avec les autres mondes, dont le nôtre. Si nous ne continuons pas à les visiter, ces textes vont finir par être réservés aux seuls spécialistes et par mourir. Le problème Le problème n’est pas tellement que les humanités soient moins bien considérées. Par Jacques Secondi

Il faut un guide de 52 pages pour savoir si une oeuvre est dans le domaine public américain ! Il peut y avoir quelques exceptions (mort pour La France, prorogations de guerre [1]) mais en France on entre dans le domaine public 70 ans après la mort de l’auteur, ou du dernier auteur décédé lorsque l’œuvre est le fruit d’une collaboration. Nonobstant les tentatives de réappropriation lorsque l’on numérise du domaine public, cela a le mérite d’une certain clarté et permet ainsi au ministère de la Culture et à l’OKF France de proposer un prototype de calculateur du domaine public relativement simple à programmer. Il en va tout autrement aux USA où tout se complique à partir de l’an de grâce 1923. Il est dit en effet que toute œuvre publiée sur le sol américain avant 1923 est dans le domaine public (ouf !). En cause de nouvelles lois successives qui ont tout fait pour retarder l’entrée et complexifier à l’extrême la réponse à la question. Un guide précieux mais aussi malheureusement révélateur de l’état actuel plus que fragile du domaine public américain.

Faut-il "flipper" ? Flipping Classroom On parle de tectonique des plaques, de tremblement de territoires, de changement de paradigme, de grand switch dans l'organisation de nos sociétés et voici que l'univers bien clos de la classe (n'évoquait-on pas en France il n'y a pas si longtemps une école sanctuaire construite sur des fondamentaux ?) se renverse avec ce « nouveau » concept de « Flipping class ». Vraiment si renversant ? Pour de nombreux enseignants la notion n'a rien de bien nouveau : afin d'échapper à la « leçon » magistrale, ou ce qu'on appelle la lecture en université, il y a mille façons de mettre en activité un groupe d'élèves ou d'étudiants : recherches en bibliothèque ou sur internet, projets, discussions, travail en ateliers à partir de documents de tous types qui peuvent avoir été consultés préalablement à la séance. Le travail en amont, avant d'arriver en cours, s'il n'est pas très familier en France est plus courant dans les pays anglo-saxons. De quoi parle-t-on au juste ?

Quel régime patrimonial pour la propriété intellectuelle ? To what extent can the so-called “intellectual property” right be considered a property right? In other words, can one speak of “property” in the legal sense when speaking of an intangible creation and its protection? After two centuries of debate, the question has received considerable attention. Bernard Vanbrabant, young legal expert at the University of Liège, wrote his doctoral thesis (1) on the topic. He raises the polysemy of the term “property” suggesting in particular a method of exclusive reservation of assets allowing for them to be marketed. The concept of property is now extensive enough to include intangible property like products of the intellect. The detailed and meticulous thesis by Bernard Vanbrabant, who is a practising lawyer and has been an assistant at the department of the law of property and of evidence at the University of Liège for about 12 years, seeks to specify the legal nature of intellectual property and to define its property regime.

Tuteurs, mentors, que transmettre aujourd'hui? Une passionnante réunion de l’AFREF, le mois dernier, posait la question du tutorat et de la transmission des savoirs. Au fil des interventions, une question s’est dégagée : que transmettre et pourquoi ? Dans une période de « crise de la transmission », est ce un hasard si la fonction tutorale connaît un tel renouveau, si le mentorat émerge dans les entreprises françaises ? Dans un billet précédent, nous avons observé les différences entre tutorat et mentoring, le premier davantage centré sur les savoirs à faire partager, l’autre sur la relation. Mais, dans les deux cas, il y a bien un enjeu de transmission. Il y a-t-il encore quelque chose à transmettre ? Mais dans un monde où « le changement » -organisationnel, technologique… – devient une fin en soi, est il toujours pertinent de vouloir transmettre ? « Les évolutions étaient lentes, les savoir faire anciens ne se dévalorisaient pas ». La transmission est nécessaire à la préservation du corps social Comme l’indique F.

Le partage non-marchand ne doit pas faire l’objet d’une compensation et c’est la Hadopi qui le dit ! La Hadopi a lancé depuis le mois de juillet des travaux sur la faisabilité d’une rémunération proportionnelle du partage (RPP), à propos desquels j’avais déjà eu l’occasion de m’exprimer. L’approche retenue me paraissait particulièrement dangereuse et biaisée dans la mesure où elle semblait revenir à nier le fait que certains échanges en ligne d’oeuvres protégées s’exerçaient dans une sphère non-marchande, alors que celle-ci doit être reconnue et constituer le périmètre d’une démarche de légalisation de ces pratiques, comme le préconise notamment La Quadrature du Net. Hadopi Remixed. Par Luis Volant. Cette semaine, la Hadopi a annoncé que ces travaux allaient se poursuivre en coopération avec l’INRIA concernant les aspects économiques et avec l’Institut de Recherche en Droit Privé de l’Université de Nantes pour la partie juridique. Ce n’est pas la première fois à vrai dire que la Hadopi rejoint dans ses travaux les positions des militants de la légalisation. Hadopi au pays du partage

Interro surprise sur vos portables Tablettes, téléphones portables, jeux vidéos, réseaux sociaux : autant d'éléments qui ont fait leur apparition dans les usages des élèves et, parfois, dans les salles de classe. Loin de l'alarmisme ambiant, la pédagogue Emmanuelle Erny-Newton met en avant les bénéfices de ces outils. L’école se “technologise”. Les TIC (technologies de l’Information et de la Communication) sont partout, leurs avancées abondamment relayées dans les médias –et abondamment commentées par les internautes. Or les commentaires, souvent négatifs, des lecteurs (et parfois même des éducateurs) dénotent une vaste incompréhension des enjeux éducatifs des nouvelles technologies. Le problème réside sans doute et avant tout dans le terme “TIC”, un collectif proche de l’Inventaire à la Prévert : Ordinateur ou Tableau Blanc Interactif (TBI) ? Ainsi énoncés pêle-mêle, la spécificité pédagogique de chacun de ces outils technologiques est occultée. Individuel ou centralisé ? Sédentaire ou nomade ? Quid des médias sociaux ?

Rabelais pour nous aider à refonder le droit d'auteur Ce n’est pas tous les jours qu’on a face à soi le commissaire européen au Marché Intérieur et au Service, dont une des directions (la direction D) s’intitule « Propriété intellectuelle », elle-même sous-divisée en trois sous-directions : unité D1 (Droit d’auteur), unité D2 (propriété intellectuelle), unité D3 (Lutte contre la contrefaçon et le piratage). Trois dossiers qui comptent parmi les plus importants dans le monde numérique, et pour le quotidien des internautes européens. C’est un peu comme un chroniqueur sportif qui aurait face à lui, ce matin, Didier Deschamps. Et là, vous pensez que je vais me lancer dans une diatribe anti-droit d’auteur, anti propriété intellectuelle, anti-brevet que je vais chanter les louanges du téléchargement illégal, de la contrefaçon, et du piratage etc. Dans le Tiers-Livre, Rabelais met en scène un fou qui est tenu en haute estime dans Paris. Pourquoi je raconte cette histoire ? Qui sont les fous en matière de droit d’auteur et de copyright ?

Actualités du numérique - Internet responsable De l'usage intuitif à la maîtrise Le développement des usages de l'Internet et des services en ligne, autant dans le cadre familial que scolaire, offre des opportunités d'expression multiples tout en collectant et exploitant massivement des données personnelles. Dans ce nouvel espace, les élèves s'expriment à travers tous types de médias en faisant usage de compétences acquises de façon rapide et intuitive. C'est un enjeu important pour l'École que de les amener de cet usage empirique à une réelle maîtrise des nouveaux modes de communication et de traitement de l'information. Accompagner les élèves Les enjeux de la maîtrise des TIC et de l'Internet doivent être perçus et compris par les élèves et futurs citoyens. Internet responsable a pour objectif de mettre à disposition de la communauté éducative un point d'entrée unique vers des ressources propres à faciliter cet accompagnement. Un outil pour les enseignants Accompagnement pédagogique avec 3 catégories de documents :

Copyright Madness (#123) : une semaine de propriété intellectuelle en délire - Pop culture - Numerama Chaque samedi, c'est la compilation de l'actualité de la propriété intellectuelle et de ses dérives, concoctée par Lionel Maurel et Thomas Fourmeux. Le Copyright Madness revient cette semaine sur l’accusation de plagiat visant la chanteuse Taylor Swift, le cauchemar que constitue l’accord commercial TPP, la fermeture de plusieurs sites de sciences provoquée par Elsevier ou encore le problème d’une marque comme « Fuckoffee ». Bonne lecture, et à la semaine prochaine ! Copyright Madness Trolls Gonna Troll. Guerre du Pacifique. Pirates de la science. Trademark Madness Bullshit. Kebab. Patent Madness Tête au carré. Gros poisson. Le Copyright Madness vous est offert par : Lionel Maurel Thomas Fourmeux Merci à tous ceux qui nous aident à réaliser cette chronique, publiée sous licence Creative Commons Zéro, notamment en nous signalant des cas de dérives sur Twitter avec le hashtag #CopyrightMadness ! Lire Copyright Madness (#120) : une semaine de propriété intellectuelle en délire

Elle va en cours sans cahier mais avec un iPad ! Les pdf de math dans les ebooks Comme je l’avais indiqué en début d’année scolaire, l’une de mes filles atteinte de dyslexie peut cette année utiliser son iPad au collège. Elle est la seule dans la classe (du collège) à être équipé d’une tablette. Les autres élèves restent au papier – crayon… Aussi, j’avais promis de faire un retour de cette « expérience » de l’utilisation de l’iPad en classe ! En fin d’année dernière, en 4e, nous avions demandé la mise en place d’un PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) ainsi que pour les examens suite à son « handicap », à sa dyslexie. Aussi, la veille de la rentrée, j’appelle la directrice de l’établissement pour savoir si nous pouvons déjà mettre en place l’usage de la tablette Apple dès le 1er jour de la rentrée scolaire. La décision est vite prise… la réponse est : «il vaut mieux qu’elle démarre dès le début de l’année !» L’un des freins à cette décision est levé. D’ailleurs côté outil, j’ai laissé Yseult choisir ses propres outils ! WordPress:

Vers une redéfinition du « cercle de famille  en faveur du partage des oeuvres sur Internet ? | «:: S.I.Lex :: Le mois dernier, la Cour de Cassation a rendu une décision extrêmement intéressante où pour la première fois elle a considéré qu’un profil Facebook ne constituait pas nécessairement un lieu "public". Des propos échangés entre "amis" sur ce réseau social n’étaient pas forcément assimilables à des injures publiques, mais pouvaient avoir le caractère d’injures prononcées dans un lieu privé. Private. Cette jurisprudence est importante concernant le tracé des frontières de la liberté d’expression en ligne, mais je voudrais pousser ses implications sur le terrain du droit d’auteur et du partage des oeuvres. Si les frontières du privé et du public se redessinent en matière d’injures, ne peut-on pas envisager que cela puisse être le cas également en matière de partage des oeuvres en ligne ? Sphère privée = Communauté d’intérêts Communauté d’intérêts ou cercle de famille ? Quel impact potentiel sur la représentation privée dans le cadre du "cercle de famille" ? Like this: J'aime chargement…

La fracture numérique Cette infographie est également disponible sur le blog des off du www2012. This infographic is avaible in English Je me lance dans une série d’infographies en partenariat avec la conférence www2012. L’objectif est de rendre compréhensible par tous les différentes thématiques de cette conférence qui rassemblera le web à Lyon en avril 2012. Premier enjeux : La solidarité digitale. Mais qu’est-ce que la fracture numérique ? La fracture numérique - Cliquez sur l'image pour l'agrandir Télécharger le fichier au format PDF Digital Divide – English translation Transcription 1. Dans l’heure qui suit, une alerte apparaît sur le téléphone 3G de Camille.Dans la journée, Hiro a accès à l’alerte en se connectant à Internet depuis son domicile.Dans la semaine, Mariam lit l’alerte en se connectant à Internet depuis un cyber-café.Mais si Amadou a accès à l’alerte, ce sera via un autre média qu’Internet. Tout le monde n’a pas accès à cette information. 2. Les causes peuvent être dues : 3. Sources et remerciements

Related: