background preloader

Biblio Remix : l’esprit Lab en bibliothèque

Biblio Remix : l’esprit Lab en bibliothèque
« Un Lab est un espace de co-construction – physique, virtuel ou relationnel, temporaire ou permanent, ponctuel ou récurrent – permettant l’émulation par l’expérimentation d’une communauté hétéroclite autour de projets innovants, et participant d'un écosystème décloisonné et évolutif. »[1] Éric Pichard, directeur-adjoint des bibliothèques de Rennes a bien voulu revenir pour enssibLab sur son expérience de logique participative avec les usagers, à l’occasion de la préfiguration des services d’une nouvelle bibliothèque, dont l’ouverture est prévue en 2018.Il a également partagé plus largement ses questionnements et les jalons de sa démarche méthodologique concernant l’évolution du réseau des bibliothèques de quartier. Le projet originel est celui de l’Antipode, une structure qui intègre actuellement dans le même bâtiment une bibliothèque, une MJC et une SMAC (musiques actuelles). Comment définir des services autour de la musique dans une bibliothèque en 2018 ? Related:  ParticipatifBIB

Construire la médiathèque… avec les habitants Pour sa 12e résidence, l’équipe de la 27e Région, ce laboratoire d’innovation public, a posé ses bagages à Lezoux en Auvergne. Pendant 3 semaines, les intervenants invités par la 27e Région ont travaillé avec les habitants pour imaginer ce que pourrait être la future médiathèque qui doit y voir le jour dans plusieurs mois. Plutôt que d’être confronté à un projet « tombé du ciel », l’idée de cette résidence était d’aller à la rencontre des habitants, des associations, des bibliothèques intercommunales bénévoles qui émaillent déjà le territoire pour comprendre avec eux comment ils pourraient s’emparer du projet, se l’approprier, y trouver une place. Le résultat de cette immersion vient d’être publié et autant le dire, il est très rafraichissant. Document : Les nouveaux usages de la médiathèque par la 27eregion. Autre exemple, celui de la « cabine de téléchargement » qui est un espace de téléchargement en accès libre dans l’espace public de documents en libre diffusion. Share and Enjoy

« Bibliothèque et numérique : vers des espaces de création et de participation » Après un premier rassemblement autour d'un café, la journée a commencé de façon dynamique, puisque les participants étaient invités directement à participer à un atelier ou à visiter les stands sur le forum. La main à la pâte : des ateliers pour démystifier la « technique » L'atelier « grainothèque » a fait prendre conscience aux sceptiques de l'intérêt pour les bibliothèques de s'emparer de la problématique des semences, qui n'est qu'un des aspects de la lutte pour le partage et la réappropriation par les citoyens de ce qu'on appelle les « biens communs ». L'atelier MakeyMakey s'est déroulé en deux temps : d'abord, la présentation du kit qui contient une carte de commandes simples (clic gauche de souris, touches simples du clavier) et des câbles de différentes couleurs que l'on peut relier à des objets de son choix (citrons, bananes, pâte à modeler...) Le forum : un regard sur l'innovation en action La synthèse : numérique & bibliothèques dans le territoire Remix vs.

Les Fab labs en bibliothèque : nouveaux tiers lieux de création Depuis leur origine, les bibliothèques se sont assez patiemment adaptées aux vagues des nouveaux médias se succédant afin de partager l’information dont les usagers avaient besoin. Notamment pour cette raison : des citoyens informés sont les piliers de la démocratie. Les bibliothèques ont évolué à travers l’âge de l’accès (et ce n’est pas terminé), l’âge de la formation et, maintenant, voici que survient l’âge de la participation. Dans ce contexte, les bibliothèques se redéfinissent en tant que projet de curation et de création. L’âge de la participation correspond aussi au moment où l’accès aux ressources numériques tend à faire décroître les superficies nécessaires pour le stockage des collections. Contre toutes attentes, il semble que la dématérialisation des documents tombe à point car des espaces sont précisément requis pour les nouvelles fonctions entourant la participation créative. Petit rappel d’un longue histoire : L’âge de l’accès et de la formation 8 fabuleux labs 1. 2. 3. 4.

BiblioBox - Ressources et aides et astuces pour BiblioBox, LibraryBox, PirateBox Co-construction Le terme de co-construction a fait irruption de manière récente dans le langage courant : utilisé dans la presse écrite une fois par an avant 2003, une fois par mois en 2005, il apparaît presque quotidiennement en 2013. En règle générale, il sert à mettre en valeur l’implication d’une pluralité d’acteurs dans l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet ou d’une action. On relève deux contextes principaux d’utilisation : le premier, relativement circonscrit, renvoit à la coopération entre les autorités définies aux différentes échelles, de la commune à la région, dans l’élaboration de politiques territoriales ; le second, beaucoup plus vaste du point de vue des champs d’application, désigne, de manière spécifique et dans le cadre de certains processus, la participation d’acteurs « inhabituels » compte-tenu de la répartition convenue des prérogatives, des compétences et de l’expertise.

BIBLIOREMIX Kit | LE DESIGN THINKING EN BIBLIOTHÈQUE Un kit pratique pour la conception de projets centrés sur les usagers Le design thinking permet de résoudre de façon créative les défis quotidiens que l’on rencontre en bibliothèque. IDEO emploie depuis de nombreuses années cette méthode qui accorde une place centrale aux usagers pour imaginer des services, des espaces et des produits innovants. Cette approche a fait ses preuves dans de nombreux domaines, comme l’éducation, le commerce, l’économie solidaire ou la santé. Nous avons conçu ce kit spécifiquement pour les bibliothécaires et nous sommes impatients de découvrir ce que vous allez en faire ! Le Design thinking en bibliothèque vous est proposé par : L’objectif de ce kit est de vous présenter une nouvelle façon de travailler qui va vous permettre d’impliquer davantage vos usagers et de mieux répondre à leurs besoins. Ce kit est un prototype, une « V1 », et nous espérons qu’il y en aura beaucoup d’autres. Le design thinking est l’une de ces nouvelles méthodes.

Les Fab Labs en bibliothèques - épisode 3 Fab Labs en bibliothèques : quels acteurs pour quels prototypes ? Pour l’heure, les partisans des Fab Labs en bibliothèques s’organisent et imaginent prototypes et services innovants, certains plus activement que d’autres, notamment à l’étranger, mais aussi depuis peu en France. Les structures des FabLabs hors bibliothèques sont aujourd’hui bien organisées et reconnues ; le wiki FABlabo ouvert par l’association nantaise Ping, l’ouvrage d'un des membres actifs du réseau social de la FING1, Fabien Eychenne, Fab Lab. L’avant-garde de la nouvelle révolution industrielle ou encore les travaux de recherche récents dont ils font l’objet[2] sont la preuve de cette vitalité. Tour d’horizon des Fab Labs en France et à l’étranger L’atelier numérique : une culture de l’expérimentation Autre facteur favorable à la création de Fab Labs en bibliothèques, la préexistence d’une culture de l’expérimentation autour du numérique. FabLab à l’université et dans les grandes écoles

Cryptoparty : Pour apprendre à protéger sa vie privée et ses données personnelles sur Internet En France, dans les associations de logiciels libres et de plus en plus dans les EPN, la cryptoparty (ou chiffrofête) a le vent en poupe. Issu d’un mouvement de fond, la cryptoparty vise à aider le grand public via des ateliers pratiques et activités à apprendre aux citoyens à utiliser les logiciels qui leur permettront de protéger leur vie privée lorsqu’ils sillonnent la toile, le web et les réseaux sociaux et de garantir la confidentialité de leurs communications. Cryptoparty : échange de savoirs Ces rendez-vous gratuits et libres d’accès invitent à apprendre à gérer son quotidien numérique comme les mots de passe, ses données personnelles, l’utilisation de moteurs de recherche respectueux de la vie privée… que ce soit sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Pour cette initiative désintéressée, plusieurs dizaines de bénévoles sont mobilisés en France localement. Cryptoparty Identité numérique à Toulouse « Qu’est-ce que notre identité à l’heure d’internet ?

[Dossier] Qu’est-ce que le design thinking ? On pourrait penser que c’est une mode, mais le design thinking est bel et bien né dans années 1950. De San Francisco à Delhi, en passant par Londres et Berlin, cette méthode qui oblige à repenser les cycles de création et de management en entreprise par le design convainc les plus réfractaires. Trois écoles spécialisées ont déjà ouvert. FrenchWeb a récemment consacré un atelier dédié en juillet dernier : qu’est-ce que le design thinking ? Le design thinking est « un mode d’application des outils de conception utilisés par les designers pour résoudre une problématique d’innovation, par une approche multidisciplinaire centrée sur l’humain » Les grandes dates du design thinking: Années 1950: Le publicitaire américain Alex Osborn, en mettant au point la technique du brainstorming, sensibilise le monde de l’entreprise à la pensée créative.Années 1960: Création d’un premier programme inter-départemental à l’université de Stanford, la majeure de Product Design. L’économie de l’expérience

Le design thinking dans le #ProjetBayeux Comme je parle souvent de design thinking – sur ce blog et ailleurs – et que je pilote une création d’établissement pour Bayeux intercom, on me demande régulièrement le lien entre les deux. La réponse type que je fais le plus souvent est frustrante pour moi et décevante pour mes interlocuteurs : « Pour être franc, le contexte bayeusain ne nous permet pas, pour l’instant, de mettre pleinement en œuvre une démarche de design. » Ça, c’est la version courte : en fait, les choses ne sont pas si simples ! En effet, avec mon adjointe Eva Garrouste, nous nous efforçons d’ores et déjà de saupoudrer nos actions d’éléments imprégnés de « pensée design. » Je voudrais expliquer ici en quoi consistent ces éléments… C’est aussi l’occasion de vous dire quelques mots du #ProjetBayeux. Le temps : un allié précieux qui nous manque Avant tout : pourquoi pas de projets de design à Bayeux ? Une organisation par pôles Pour éviter ce travers, nous avons opté pour un organigramme par pôles. En conclusion…

Du design thinking à l'innovation publique en communs - J'ai écrit ce blog entre 2005 et 2018, de nombreux billets peuvent vous intéresser. Désormais je m'occupe de Design des politiques publiques. Retrouvez-moi sur mon nouveau blog ! Symbioses Citoyennes On parle pas mal en ce moment de Design Thinking ou de la pensée Design. J’ai récemment relayé la traduction en français du guide destiné aux bibliothèques. Le Design Thinking n’est qu’une méthode, parmi d’autres Deux remarques me semblent importantes. Voilà près de 10 ans que les formations à la médiation numérique que nous organisons, notamment avec le CNFPT insistent sur l’expérimentation. Il me semble pourtant qu’il faut faire attention à ne pas fétichiser la méthode. Les pionniers du genre en France, il ne faut pas l’oublier, ce sont les membres de la 27e Région, qui dès 2009 organisaient des ateliers de prototypage rapides dans les collectivités. Dans cet article du site, d’autres « méthodes ingénieuses » sont abordées. Extension du domaine du Remix Biblio Remix

Les Fab Labs en bibliothèques - épisode 2 Fab Labs et bibliothèques : deux espaces antagonistes du savoir ? La bibliothèque du XXIe siècle est entrée dans une nouvelle ère. L’étude récente de Gaëlle Bergougnoux [1] les Fab Labs en bibliothèques parue sur le blog des bibliothèques de Montréal, montre que ces nouveaux lieux d’apprentissage et de participation sont revendiqués par les bibliothèques au-delà de l’effet de mode. Le concept des Tiers-Lieux, comme l’explicite Raphaël Besson[3], est né, non pas des sciences de l’information et des bibliothèques, mais de la sociologie urbaine d’inspiration utopiste ; élaboré par le sociologue américain Ray Oldenburg en 1989 sous le terme de third place, il désigne un lieu possible de restauration de l’identité communautaire permettant aux citadins de se retrouver, d’interagir et de constituer une communauté démocratique en marge des cadres formels et de la sphère privée. A suivre le 19 novembre, l’épisode 3 : Fab Labs en bibliothèques : quels acteurs pour quels prototypes ?

Related: