background preloader

Injures et diffamation sur les réseaux sociaux : que risquez-vous ?

Injures et diffamation sur les réseaux sociaux : que risquez-vous ?
Related:  Médias sociauxFacebook : lieu public ou privé ?

Comment trouver et identifier les influenceurs ? Influenceur, influenceur, où te caches-tu ? Devant l’émergence des réseaux sociaux, sans abandonner les relations presse, les marques se tournent de plus en plus vers les e-influenceurs, ce qu’on appelle le Marketing d’influence. Comme souvent en Marketing, on aime remettre à la mode des notions qui ne sont pourtant pas nouvelles et les courants se succèdent. Le Marketing d’influence n’est pourtant pas quelque chose de récent, la différence se situe aujourd’hui dans le fait que les journalistes ne sont plus les seules cibles. C’est donc sur les plateformes de blogging et les médias sociaux que l’on pourra trouver les influenceurs. Alors où les trouver, c’est bien la grande question ! Alors il y a bien les plateformes de Social Scoring, comme Klout, qui attribuent une note aux comptes de Réseaux Sociaux. Autrefois, les marques utilisaient les journaux télévisés, les pages de publicité ou l’endorsement de célébrités. Les réseaux sociaux chamboulent tous nos modèles Influenceur :

Facebook pas un lieu public selon Cour de cassation DROIT - La Cour de cassation a tranché: un profil Facebook n'est pas un lieu public... et cette décision relance le débat de la liberté d'expression sur les réseaux sociaux. Le 10 avril, les juges de la Cour de cassation ont déclaré qu'une employée, plaidant sur sa page Facebook et sur son compte MSN pour "l'extermination des directrices comme la (sienne)" et des "patronnes (...) qui nous pourrissent la vie", ne pouvait pas se voir reprocher d'avoir tenu ces propos publiquement puisqu'ils n'étaient accessibles qu'à ses "amis" ou "contacts". Avec cet arrêt, la Cour de cassation admet ainsi que les propos que chacun publie sur les réseaux sociaux -et notamment sur Facebook- ne sont pas des propos tenus en public mais relèvent du privé. Ainsi les publications sur un profil Facebook ne sont plus susceptibles de faire l'objet de poursuites pour diffamation ou injure publique. Vos amis Facebook sont une "communauté d'intérêt" Comment la justice a-t-elle pu arriver à cette conclusion?

Atteintes a la personne sur reseaux sociaux : fondements juridiques aux poursuites... Les réseaux sociaux, tels que facebook permettent de faciliter toutes les dérives qui portent atteinte au droit à l'image ou à la vie privée. Quelque soit le motif, vengeance, harcèlement, escroquerie tout est possible, mais la liberté d'expression a ses limites ... Sous couvert de la liberté d'expression un certain langage ou discours engendre un panel de délits du ressort du tribunal correctionnel le plus souvent ( ex injure, dénigrement,diffamation, usurpation d'identité, de l'usage d'une fausse identité fantaisiste ou non , du harcèlement ou de la discrimination...). La sanction encourue pourra être pénale, civile voire prud'homale. Divers textes concernant l'atteinte à la vie privée et le droit à l'image ... I- Les fondements "classiques" de l'atteinte à la vie privée et au droit à l'image commis sur un réseau social A) L’article 8 de la CEHD envisage la protection à la vie privée et familiale. " 1. 2. B) L’article 9 al 1 du Code Civil dispose : Rappelons l'article 434-23 du code pénal

Chiffres clés sur YouTube.com – Mise à jour oct 2012 Article mis à jour le 19/10/2017 (voir l’infographie YouTube France), publié initialement le 07/11/2012 Partagez les dernières infos via Twitter : Chaque jour, les 1,5 milliard d'utilisateurs passent en moyenne 1h à voir des vidéos sur YoutubeClick to Tweet Au niveau upload : Chaque minute, 400h de vidéos sont uploadées sur Youtube ! Ou alors, ramené par jour : Chaque jour, ~600 000 heures de vidéos sont uploadées sur YouTubeClick to Tweet Ainsi que : Chaque JOUR, les utilisateurs de Youtube passent + d'1 milliard d'heures à regarder des vidéos ! On peut aussi le calculer en années :

Diffamation, injure, calomnie… que risquez-vous Selon que l’infraction est commise en public ou dans le cadre privé, la sanction est plus ou moins lourde. Vous encourez une amende de 38 € (contravention de 1re classe) pour une diffamation ou une injure proférées en privé (par exemple, à votre domicile) (articles R. 621-1 et R. 621-2 du Code pénal), contre 12 000 € si vous tenez les mêmes propos en public (sur Internet, dans un bar, sur votre lieu de travail) (articles 32 et 33 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse). La condamnation est plus grave si l’infraction est commise envers une personne à raison de son origine raciale ou de son appartenance à une religion : 750 € d’amende (contravention de 4e classe) si vous diffamez ou injuriez dans un lieu privé, contre un an d’emprisonnement et/ou 45 000 € d’amende en public, et six mois d’emprisonnement et 22 500 € d’amende pour l’injure. Les sanctions concernant le salarié Par ailleurs, vos propos peuvent vous conduire jusqu’au licenciement pour faute grave.

La vague « social media » atteint le codir - Les Echos Accueil La moitié des dirigeants de grandes entreprises s'impliqueraient dans la stratégie de présence de leurs sociétés sur Twitter, LinkedIn, Facebook, Viadeo et Cie.(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Monde A Cuba, Hollande veut rivaliser avec Obama Le chef de l’Etat entame ce lundi une visite historique, la première d’un président français sur l’île. "L'île est dans un processus d'ouverture progressive" Le sort de Cuba est-il définitivement suspendu à la levée de l'embargo américain ? Europe La « conversion » miracle de Raul Castro au Vatican A la veille de la visite de François Hollande à La Havane, le Président cubain a exprimé sa gratitude au pape François pour son rôle décisif dans le... à lire également sur les echos Recommandé par Les articles les plus lus Les banquiers millionnaires se comptent en centaines dans les... Numérique : ces algorithmes qui savent tout de nous

"La page Facebook reste un lieu public dans la plupart des cas" D'après une toute récente décision de la Cour de cassation, les propos tenus sur une page Facebook ne doivent pas être considérés comme publics s'ils ne sont accessibles "qu'à des personnes agréées et peu nombreuses". Les propos injurieux d'une salariée sur sa patronne, tenus à un groupe d'amis, ne sont donc pas des "injures publiques", passibles d'un procès en correctionnel. Nous avons demandé Servan Kerdoncuff, avocat à Bordeaux, si cette nouvelle jurisprudence changeait quelque chose pour les personnes licenciées après des propos diffamatoires sur le réseau social. La décision de la Cour de cassation est-elle un retournement de jurisprudence? Non, pas du tout. Change-t-elle quelque chose pour les personnes qui ont été licenciés pour des critiques de leur employeur? Non, c'est peu probable.

Les 10 ans de Facebook en 10 chiffres Le précurseur des réseaux sociaux en ligne fête ses 10 ans mardi 4 février. Créé par une bande de copains dans une chambre de l'université de Harvard, Facebook est devenu en l'espace d'une décennie un phénomène mondial incontournable. Avec beaucoup de questions néanmoins sur son avenir. Voici en 10 chiffres l'histoire folle du site Facebook. 1,23 milliard C'est le nombre d'utilisateurs de Facebook dans le monde à fin décembre. 556 millions C'est le nombre d'utilisateurs qui se connectent chaque jour sur Facebook dans le monde. 157,6 milliards de dollars C'est la valorisation boursière du groupe côté au Nasdaq, lundi 3 février. 19 milliards de dollars C'est la fortune de Mark Zuckerberg selon le classement Forbes. 7,872 milliards de dollars C'est son chiffre d'affaires en 2013, en augmentation de 55% par rapport à 2012. LIRE : 2013, l'année de tous les records pour Facebook 85 millions C'est le nombre de fans recueillis par la page officielle de Rihanna. 715 millions de dollars

Tous les chiffres-clés sur Facebook (octobre 2012) Par Olivier Duffez, le 31 janvier 2014 Retrouvez sur cette page les principaux chiffres sur Facebook : nombre d'utilisateurs actifs, d'utilisateurs de Facebook sur mobile, chiffre d'affaires, bénéfices, salaire et revenus de Mark Zuckerberg, capitalisation boursière, etc. Dernière mise à jour des données : 31 janvier 2014 à partir des chiffres établis au 31/12/2013 (fin du 4ème trimestre 2013) Utilisateurs (membres) Chiffres mis à jour au 31 décembre 2013 (source : Facebook) : Voici l'évolution en graphiques... Evolution des utilisateurs actifs par jour sur Facebook de 2011 à Q4 2013 Evolution des utilisateurs mobiles actifs par jour sur Facebook de 2011 à Q4 2013 Evolution des utilisateurs actifs par mois sur Facebook de 2011 à Q4 2013 Evolution des utilisateurs mobiles actifs par mois sur Facebook de 2011 à Q4 2013 Evolution du chiffre d'affaires de Facebook de 2011 à Q4 2013 Evolution du chiffre d'affaires de Facebook par géographie de 2011 à Q4 2013 Activité des utilisateurs Chiffres financiers

La fabuleuse histoire de Facebook 28 octobre 2003 : Etudiant à Harvard (Massachusetts, USA), Mark Zuckerberg lance le site Facemash. Son principe : mettre côte à côte les photos de 2 étudiant(e)s de l’université et demander de voter pour la plus hot des deux. Pour alimenter la base de données, Zuckerberg n’hésite pas à aspirer les photos des trombinoscopes («face books » en anglais) en ligne des étudiants de l’université. Le site, dont la fréquentation explose en quelques heures, est fermé par l’administration de Harvard quelques jours plus tard. Avec Facemash, Zuckerberg comprend l’intérêt d’un site communautaire reflet de la vie réelle, où les internautes usent de leur véritable identité. 4 février 2004 : Après avoir développé le site dans son coin, Mark Zuckerberg lance, avec l’aide de Dustin Moskovitz, Eduardo Saverin et Chris Hughes, un trombinoscope amélioré baptisé « The Facebook » et accessible à l’adresse thefacebook.com.

11 réseaux sociaux en fiches pratiques pour une utilisation pédagogique Dans le cadre de l’enseignement des MITIC (Médias, Images et Technologies de l’Information et de la Communication) à l’école, le centre Fri-Tic (centre de compétences responsable de tous les aspects en lien avec les MITIC) dans le domaine de l’enseignement du canton de Fribourg (Suisse) met à jour régulièrement des fiches signalétiques sur les principaux réseaux sociaux grand public et leur possible utilisation dans un cadre pédagogique. Ces fiches réseaux sociaux (liste complète ci-dessous) diffusées sous licence Creative Commons décrivent avec précision les infos nécessaires et principales fonctions, pratiques numériques avec ces plateformes tout en portant un regard critique et des possibilités pédagogiques avec ces services. Les fiches utilisent une grille commune d’analyse (voir en fin d’article). 11 services de réseaux sociaux analysés Fiche d’analyse Facebook (pdf) Fiche d’analyse Twitter (pdf) Fiche d’analyse Spotify (pdf) Fiche d’analyse Snapchat (pdf) Fiche d’analyse Skype (pdf) Bilan

On peut (un peu) insulter sa hiérarchie sur Facebook Facebook Facebook est un réseau social en ligne qui permet à ses utilisateurs de publier des images, des photos, des vidéos, des fichiers et documents, d'échanger des messages, joindre et créer des groupes et d'utiliser une variété d'applications. Facebook est né en 2004 à l'université Harvard ; d'abord réservé aux étudiants de cette université, il s'est ensuite ouvert à d'autres universités américaines avant de devenir accessible à tous en . Le nom du site provient des albums photo (« trombinoscopes » ou « facebooks » en anglais) regroupant les photos des visages de tous les élèves prises en début d'année universitaire. Facebook fait régulièrement l'objet de débats tant sur le plan politique que juridique, économique, culturel et social. Histoire Développement (2004–2005) Améliorations (2006–2009) Dès le 2006, toute personne d'au moins 13 ans possédant une adresse électronique valide a pu posséder un compte[fb 2],[fb 3]. Succès (2010–2013) Branch Media et divers (depuis 2014) Un bouton d'empathie

Related:  emi76EréputationRéseaux sociaux