background preloader

Le patron d’Apple rémunéré 4 millions de dollars en 2013

Le patron d’Apple rémunéré 4 millions de dollars en 2013

Apple: Stratégie marketing d'innovation ou stratégie industrielle? Alors qu’Apple vient de vendre 18 000 iPads à l’US AirForce et devrait annoncer demain la sortie de l’iPad 3, déjà Le Monde consacrait à la marque à la pomme deux pleines pages jeudi dernier sous le titre évocateur Big Apple, le monstre du business. C’est l’occasion de revenir sur la stratégie marketing de la marque Apple et de son savoir-faire en marketing de la rareté. Un billet qui met l’accent sur l’innovation, la stratégie marketing mais aussi sur la stratégie industrielle, sans laquelle le succès rencontré et le business généré ne seraient pas au rendez-vous. Apple, une marque désirée D’après une analyse de l’agence Clear (M&CSaatchi) et relayée sur le blog ithink.fr, Apple serait la marque la plus désirée au monde: « Un fort désir crée une forte demande et une forte demande crée de la croissance » (Paul-Henri Brunet). Le marketing du désir existe déjà depuis les années 1970, il s’agit d’emporter la préférence, d’être la marque aimée, convoitée et espérée. Pour aller plus loin

Apple pèse plus que Microsoft en Bourse Steve Jobs, CEO d'Apple, avec la tablette iPad. © Bloomberg Apple est désormais la deuxième entreprise américaine la plus capitalisée, derrière Exxon Mobil. L'action est actuellement à son plus haut historique, portée par des performances financières exceptionnelles. La capitalisation boursière d'Apple, qui atteint désormais plus de 240 milliards de dollars, a dépassé celle de Microsoft. En comptabilisant l'intégralité des actions et pas seulement le flottant (qui est de 99,2% pour Apple et 87,7% pour Microsoft), Apple reste cependant toujours derrière Microsoft. Le titre d'Apple a connu une forte hausse cette semaine après la publication de résultats excellents de la part de l'entreprise.

» Grosse chute pour Apple|Le blogue techno Apple a dévoilé hier après-midi ses résultats financiers du premier trimestre 2014, conclu en décembre et couvrant donc l’importante période des Fêtes. Ceux-ci étaient excellents, avec notamment des ventes se situant dans le haut de sa fourchette prévisionnelle et des profits supérieurs aux prévisions des analystes. Pourtant, dans les minutes qui ont suivi, son titre a amorcé une importante chute qui s’est concrétisée à l’ouverture des marchés ce matin. Pourquoi? Il y a deux raisons. Les ventes d’iPad et d’ordinateurs Mac, elles, ont été légèrement supérieures aux attentes. Ce qui fait plus mal encore, ce sont les prévisions émises par Apple pour le prochain trimestre, qui sont elles aussi plus faibles qu’anticipées. Cela semble indiquer qu’Apple a atteint le sommet de la montagne et foule maintenant une pente descendante. De mémoire, jamais une entreprise n’a disposé d’autant d’argent.

Apple : qu'est-ce qui a changé depuis la mort de Steve Jobs ? Une multinationale peut-elle survivre à son fondateur, si charismatique soit-il ? La question s'était posée quand Steve Jobs, co-fondateur d'Apple, annonça sa démission de la tête de l'entreprise, le 24 août 2011. Question revenue sur le tapis à l'occasion de son décès, le 5 octobre 2011. Un an après, force est de constater qu'Apple est toujours là, plus puissante que jamais. Pourtant, lors de la keynote de Tim Cook sur le très attendu iPhone 5, le 21 septembre, Chris Taylor, du site américain Mashable, lâche : "Il devient évident qu'Apple n'est plus la maison que Steve Jobs a construit". Capitalisation boursière mythique Le premier indice se trouve dans les limbes du cour des actions du Nasdaq, la bourse américaine des entreprises des nouvelles technologies. Les chiffres donnent le vertige. Autre preuve que la pomme change. Avec Tim Cook, pas de "révolution" Il y a un an et demi, Timothy D. Aujourd'hui, le PDG d'Apple déçoit. La mort du culte du secret

Apple annonce des résultats record Apple a-t-il surmonté la mort de Steve Jobs? Il y a un an jour pour jour, Steve Jobs décédait des suites d'un cancer. Une perte encore vive pour nombre de disciples et de personnalités du secteur, comme Larry Elisson, le directeur général d'Oracle, qui déclarait il y a quelques jours : "Nous avons tous perdu quelque chose. Il était notre Edison, il était notre Picasso. Il n'y a personne comme lui", ajoutant "Apple va continuer à prospérer, mais pas comme quand Steve était là". L'entreprise a-t-elle vraiment souffert de la mort de son patron depuis un an ? Une croissance toujours aussi phénoménale Pas si on se limite aux chiffres. Dans l'esprit, on peut également dire qu'Apple a respecté l'héritage de Steve Jobs. Mais difficile de succéder au mentor Sur les produits eux-mêmes, porter un jugement sur l'impact de la mort de Steve Jobs n'a pas grand sens, car le plan produits pour 2012 a été validé par Steve Jobs lui-même bien avant sa mort. Alors, certes, les keynotes ont perdu de leur superbe. Quand Steve Jobs inspire encore

Pression, salaires, flicage: malaise dans les Apple stores Que se passe-t-il chez Apple ? Une ébauche de mouvement social, menaçant le lancement de l'iPhone 5 en France, commence à mettre un peu de désordre dans ses boutiques épurées. Des négociations concernant les salaires et les conditions de travail devaient avoir lieu ce mercredi. Premier mouvement social, 10 ans après la création des magasins C'est en mai 2011 (année du 10e anniversaire du premier Apple store) qu'un employé, Cory Moll, recruté en 2007, se donne pour mission de rassembler les salariés des magasins au sein d'un mouvement - ce n'est pas un syndicat à proprement parler - qu'il baptise Apple Retail Workers Union. A partir de ce moment là, en réaction ou non, les choses commencent à bouger. C'est à cette époque que l'ambiance se gâte dans les Apple stores parisiens, qui n'ont pas vu, eux, la couleur de ces augmentations. Salaires : des raisons de se plaindre ? Aux Etats-Unis, un vendeur dans un Apple Store gagne entre 8 et 18 dollars de l'heure. Control freak

Steve Jobs : sa vie et sa carrière en dix années marquantes L’annonce du décès de Steve Jobs ne va pas manquer de déclencher des bilans sur sa vie et son impact sur le monde de la high tech. Nous avons décidé de notre côté de nous pencher sur les apports et les étapes marquantes d’une vie d’exception en dix années importantes. C’est le départ de la grande aventure. La société Apple est fondée par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ron Wayne. Durant les premières années, tout ou presque tournera autour du matériel. C’est la sortie du Lisa, une étape marquante dans la conception des ordinateurs personnels. Le Lisa va surtout marquer l’histoire de l’informatique pour d’autres raisons que son équipement. Il s’agit d’une année charnière pour Steve Jobs. À cette époque cependant, Steve Jobs est déjà millionnaire car l’introduction en bourse en 1980 s’est bien déroulée. Autre année importante pour Jobs, autre investissement. Le Graphic Groups était à l’origine une société vendant du matériel informatique. C’est l’année du tout premier iMac.

Conditions de travail en Chine: Apple accusé de ne pas tenir ses promesses Des ouvriers qui s'endorment sur la chaîne de production, des journées de travail pouvant aller jusqu'à 16 heures, du métal provenant de mines dans lesquelles travaillent des enfants... Le documentaire de la BBC dans une usine chinoise où sont fabriqués des iPhone 6 dresse un constat sombre et dénonce «les promesses non tenues» d'Apple pour améliorer les conditions de travail chez ses fournisseurs. Apple, qui a refusé d'être interviewé, a exprimé son désaccord avec les conclusions du reportage. Son fournisseur Pegatron «enquête» sur les abus signalés et promet «de prendre toutes les mesures nécessaires» pour rectifier la situation. Dix-huit jours d'affilé sans repos Un reporter chinois filmant en caméra caché a été contraint de travailler 18 jours de suite malgré ses demandes pour obtenir une journée de repos. Apple met en avant une origine «éthique» des minéraux et du métal rentrant dans la fabrication d'un iPhone.

Insectes, mercure : les conditions de travail "misérables" d'une usine Apple en Chine - 23 octobre 2015 Bas salaires, heures non-payées, dortoirs infestés d'insectes : ce n'est pas la première fois que l'organisation China Labor Watch pointe du doigt le groupe Pegatron, sous-traitant chinois d'Apple, mais elle enfonce le clou ce jeudi dans un rapport publié sur son site. "Les bas salaires, les longues journée de travail, les heures non-payées, les mauvaises conditions de sécurité et les conditions de vie misérables persistent", estime l'organisation, qui a mené son enquête clandestinement dans une usine de Shanghai du groupe taïwanais. Après leur journée de travail, les employés, logés dans l'entreprise, sont par ailleurs conduits dans des dortoirs bondés et insalubres, équipés de lits "infestés de punaises", décrit l'organisation. Une usine Pegatron à Shanghai, en Chine. Même si le groupe américain s'est récemment engagé à améliorer la situation en Chine, le rapport affirme que le quotidien des salariés n'a guère changé sur place. (China Labor Watch) Timothée Vilars

Related: