background preloader

Le site de référence pour l'économie de fonctionnalité ou économie de l'usage

Le site de référence pour l'économie de fonctionnalité ou économie de l'usage

http://economiedefonctionnalite.fr/

Related:  abvpr

Economie de fonctionnalité Contexte Définition Conséquences pour les fabricants Exemples Projet n°12 - Economie de fonctionalité. Vers une organisation industrielle durable - Cluster GOSPI - Gestion et Organisation des Systemes de Production et de l’Innovation Daniel Brissaud, Laboratoire G-scop L’économie de fonctionnalité est définie comme le remplacement de la vente de biens par la vente de leur usage. Elle présente alors certains avantages qui en font aujourd’hui une stratégie industrielle capable de réconcilier entreprise et société. En effet, l’économie de fonctionnalité peut logiquement apparaître comme voie de développement durable réconciliant croissance économique et environnement. Ainsi, un producteur qui vend des biens a intérêt à en vendre le plus possible et donc à en raccourcir la durée de vie (obsolescence programmée) alors que le producteur qui en vend le seul usage (service) a intérêt à en allonger la durée pour diminuer son coût de production.

transitions: De l'obsolescence programmée à l'économie de fonctionalité Une nouvelle page sur l'obsolescence programmée a été publiée dans le groupe Economie de Fonctionnalité "L’obsolescence programmée (ou la désuétude planifiée) consiste à créer un bien en prévoyant à l'avance sa date de désuétude. Par ce procédé, les fabricants conçoivent des objets dont la durée de vie commerciale (mais pas nécessairement la durée de vie technique) est délibérément courte. Ce stratagème oblige les consommateurs à remplacer rapidement leurs produits, et donc, à acheter de nouvelles marchandises." (Source Solecopedia) Economie de fonctionnalité : un business modèle gagnant/gagnant ! Le 27 novembre prochain, CCI Puy-de-Dôme invite les entreprises à une table-ronde sur l’économie de fonctionnalité. Thierry Lagarde, vice-président de la commission Industrie, initiateur de cette rencontre, livre quelques explications sur ce modèle économique qui commence à faire bien des émules. Et pourquoi pas vous ? • Quand on parle d’économie de fonctionnalité, de quoi s’agit-il précisément ?

L’économie de fonctionnalité : principes, éléments de terminologie et proposition de typologie. 1L’économie de fonctionnalité consiste en « la substitution de la vente de l’usage d’un bien à la vente du bien lui-même » (Bourg et Buclet, 2005 : 2). La reproduction de document avec paiement « à la copie » de la société Xerox est certainement l’un des exemples les plus connus en matière d’opérationnalisation réussie de ce concept. Ce n’en est cependant qu’une de ses nombreuses déclinaisons. 2La première partie de cet article sera consacrée à un bref retour sur les origines et les bases théoriques de l’économie de fonctionnalité, puis s’intéressera à l’évolution de la terminologie employée dans différents travaux de recherche anglophones pour désigner certaines combinaisons de produits et de services, dont il sera montré qu’elles consistent, au moins en partie, en des concepts directement apparentés à l’économie de fonctionnalité. 1.1. Bases théoriques

Les difficultés de l’économie circulaire XEnvoyer cet article par e-mail Les difficultés de l’économie circulaire Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Economie de fonctionnalité : passer des produits aux services, un business modèle gagnant /gagnant - **BLOG.DLY.FREE.FR Définition de l’économie de fonctionnalité L’économie de fonctionnalité est la substitution de la vente d’un service à celle d’un produit. L’objectif est d’amener les industriels à modifier le centre de gravité de leurs intérêts : en tirant leurs flux financiers des services d’usage et de maintenance, ils seraient naturellement enclins à concevoir des produits pérennes et modulables et à dématérialiser leur activité. Ils pourraient plus facilement contrôler le cycle de vie de leurs produits et les recycler au terme de leur existence. Les flux financiers pourraient alors continuer de croître sans impliquer ipso facto la croissance des flux de matière et d’énergie.

Économie de fonctionnalité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’économie de fonctionnalité est une forme d’économie collaborative qui vise à substituer à la vente d’un bien la vente d’un service ou d’une solution intégrée remplissant les mêmes fonctions que le bien, voire des fonctions élargies, tout en consommant moins de ressources et d’énergie et en créant des externalités environnementales et sociales positives. Sous certaines conditions, il s'agit donc d'une modalité d'échange revisitée permettant d'intégrer de manière bien plus satisfaisante les enjeux du développement durable à l'activité économique (production et consommation) C’est la recherche normative de gains environnementaux et/ou sociaux qui distingue l’économie de la fonctionnalité de la servicisation (économie des services) classique[1].

Dix ans d’avance sur la réglementation pour un bâtiment ultra-basse consommation Situé au Luxembourg, un bâtiment avant-gardiste dont tous les systèmes de gestion d'énergie sont entièrement contrôlés par une supervision munie d’un module d´accès distant à Internet, est conforme au standard européen Passivhaus relatif aux maisons passives qui devrait inspirer la règlementation technique de la RT2020. Spécialiste de la conception de bâtiments en bois, Steffen Holzbau a, avec Sanichaufer (Luxembourg), et l'entrepreneur GIGA-Automation (Allemagne), planifié et construit un bâtimentavant-gardiste constitué d'une clinique de physiothérapie et de musculation médicale, et des bureaux du constructeur. Le bâtiment est conforme à la norme Passivhaus, le standard européen de maison passive, pour l'efficacité énergétique, avec un impact écologique minimum.

L’économie de fonctionnalité, un modèle pour le développement durable - AEDEV - Association pour l'e-Développement - Internet au service au développement durable La nécessité d’un développement durable s’impose maintenant comme une évidence dans nos esprits. Ce concept ambitieux permet d’allier économie, développement social et protection de l’environnement. Différents courants de l’économie écologique ont tenté de créer un modèle économique sur le fondement du développement durable consistant à prendre l’environnement en compte dans le système économique. Pourtant aucun modèle de ce type (1) n’est aujourd’hui applicable dans le contexte d’autorégulation économique actuel.

Michelin et la résitance au prix Problématique Michelin rencontrait de fortes difficultés à faire accepter le progrès technique et à le vendre à son prix. 1) pneu Energy = -6% en consommation 2) X-one = 1 pneu au lieu de deux par essieu => -5% en consommation par suite de la réduction de poids « Technologie Energy + X-one » = -11% en consommation de carburant, point très sensible pour un transporteur routier. Refus de ces derniers de payer plus cher tout en reconnaissant la valeur de la technologie Michelin.

Le Business Model des parcs de vélos publics Vous n’êtes pas sans savoir que l’exploitant des Vélib parisiens (ou encore du Vélo'v lyonnais comme de nombreux parcs de vélos publics similaires) est la société Cyclocity, filiale de JC Decaux qui est un spécialiste de l’affichage publicitaire… Le Business Model de Cyclocity est basé sur un contrat avec les communes desservies par les parcs de vélo et permettant à JC Decaux de vendre des espaces publicitaires. A Bruxelles, chaque parc de Villo’ (le Vélib bruxellois) est adossé à une borne publicitaire JC Decaux qui ne laisse pas l’ombre d’un doute sur la finalité du contrat… Obsolescence programmée - Trop de produits à durée de vie limitée Il y a peu, le sénateur Jean-Vincent Placé présentait une proposition de loi sur l’obsolescence programmée des appareils électriques et électroniques . Un rapport publié la semaine dernière par le Centre européen de la consommation (CEC), va dans le même sens (1). Il fustige les tactiques de l’industrie pour que nos appareils nous lâchent vite, trop vite. Comment ?

EXTERNALITÉ, économie, Comment « internaliser » les externalités ? Les instruments à la disposition des pouvoirs publics pour diminuer les inefficacités dues aux externalités peuvent être classés en trois catégories : la réglementation, les incitations économiques et la création de marchés. Ces différents instruments ont pour objectif commun d'augmenter l'efficacité des décisions en conduisant l'émetteur à tenir compte de tous les effets dans son calcul économique : ils permettent d'« internaliser » l'externalité. En revanche, tous ces instruments ne sont pas équivalents du point de vue de la répartition entre les différentes parties du bénéfice global obtenu par rapport au laisser-faire. La première catégorie d'instruments consiste à interdire ou à rendre obligatoire certains comportements à l'origine des externalités.

Related:  l'économie de la fonctionnalitéEconomie de la fonctionnalité