background preloader

I PAID A BRIBE

I PAID A BRIBE

http://www.ipaidabribe.com/#gsc.tab=0

Related:  Indian society - Société indienneInnovation collaborativeInteresting

Rejoignez nos projets Rejoignez nos projets Chaque personne qui s’engage est un espoir pour les plus pauvres Le Mouvement ATD Quart Monde existe grâce aux contributions de plus de cent mille personnes qui mettent leurs compétences et leur temps au service de notre action de lutte contre la misère, souvent au coté de personnes et de communautés en situation de pauvreté ou en soutenant ceux qui s’y trouvent. Dans leur propre milieu, ils cherchent à réaliser les transformations sociales nécessaires pour faire reculer l’exclusion sociale et l’injustice , et susciter de nouveaux engagements pour construire une société sans misère. Chaque personne qui s’engage constitue un espoir pour les plus pauvres. Si vous voulez participer, n’hésitez pas à vous mettre en contact avec nous par l’intermédiaire de l’équipe du pays où vous vivez ou du Centre International.

Le Capital au XXIe siècle (2013) , Thomas Piketty, Actualités / Essais / Document La répartition des richesses est l’une des questions les plus débattues aujourd’hui. Pour les uns, les inégalités n’en finiraient pas de se creuser dans un monde toujours plus injuste. Pour les autres, on assisterait à une réduction naturelle des écarts et toute intervention risquerait de perturber cette tendance harmonieuse. Mais que sait-on vraiment de l’évolution des inégalités sur le long terme ? En réalité, les analyses économiques supposées nous éclairer se fondent plus souvent sur des spéculations théoriques que sur des faits établis. Fruit de quinze ans de recherches, cette étude, la plus ambitieuse jamais entreprise sur cette question, s’appuie sur des données historiques et comparatives bien plus vastes que tous les travaux antérieurs.

À Goa, les enfants de hippies moins idéalistes que leurs parents - Inde - RFI - Pale Moon Le sable caresse la plante des pieds, la brise de fin d’après-midi souffle légèrement et aucun nuage ne se profile à l’horizon. Au loin, on entend déjà le rythme de la musique électronique qui sort d’un bar de plage et annonce une nouvelle soirée de fête, en ce jeudi de février. Quarante ans après l’arrivée des premiers hippies, Goa continue à envoûter ses visiteurs.

L'économie du partage, une révolution en marche Article paru dans Victoire du 07 septembre 2013 Alliance entre le troc, le partage, l ’échange de services et les nouvelles technologies, le mouvement touche tous les secteurs : l ’habitation, l ’alimentation, les déplacements ou le tourisme. Grâce au financement participatif, le crowdfunding, n’importe quel quidam peut participer à la création d’une startup ou au f inancement d’un projet. Par son côté réactif et individualisé, internet permet de répondre au plus juste aux besoins et aux attentes de l’utilisateur. «Une économie du partage entre utopie et big business» Chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), Damien Demailly coordonne le programme «Nouvelle Prospérité» et étudie l’impact des nouvelles formes d’économie collaborative. L’économie du partage devait redonner du pouvoir au consommateur et l’on se retrouve face à des géants comme Airbnb… C’est la grande désillusion ? Non, parce que dans les faits, l’économie du partage a toujours porté en elle cette contradiction entre utopie et big business. D’un côté, il y a une vision libertaire née de l’Internet social qui réunit des gens désireux d’échanger des biens et des services en pair à pair pour renouer du lien, redonner du sens à la consommation, au travail. En résumé : «Je partage mon logement, je te prête ma voiture ou ma tondeuse en échange d’un service, on jardine ensemble parce que c’est cool et que c’est bon pour le vivre-ensemble et l’environnement.»

«La Troisième Révolution» de Rifkin n’aura pas lieu Le dernier livre de Jeremy Rifkin, la Troisième Révolution industrielle , est, ces jours-ci, très abondamment commenté dans la presse alors que son auteur multiplie les conférences grassement payées et les entrevues avec les puissants. Le succès foudroyant de cette expression «Troisième Révolution industrielle» n’est pas sans rappeler la formule, très à la mode dans les années 70, de «société postindustrielle». Mais quelle est exactement sa fonction ? Que recouvre-t-elle ? Et surtout, derrière son évidence apparente, que dissimule-t-elle ? L’idée de Troisième Révolution industrielle part d’un constat apparemment juste : ce sont les lois de l’énergie qui gouvernent l’activité économique, or la crise actuelle marque l’essoufflement des trajectoires énergétiques du passé.

Rifkin: «Le modèle collaboratif va marginaliser le capitalisme» Le rituel est immuable. Une suite d’un grand hôtel parisien, le large sourire et l’énergique poignée de main d’une pile électrique de 69 ans toujours tiré à quatre épingles, et c’est parti pour deux heures de plongée dans les fulgurances du plus prolifique des disrupters du nouveau siècle, Jeremy Rifkin. Malgré son titre pour initiés, son dernier ouvrage, la Nouvelle Société du coût marginal zéro (éd.

Comment rater son crowdfunding Il faut empêcher les chatons d’exploser en détournant leur attention. Telle est la règle d’Exploding Kittens, un jeu de cartes qui vient de lever la somme astronomique de 4,2 millions de dollars (3,7 millions d’euros) en une semaine sur Kickstarter, plateforme phare du financement participatif en ligne (ou crowdfunding). Ses créateurs en demandaient 10 000… Encore inconnu la semaine dernière, le jeu est entré au panthéon des success stories du genre, aux côtés du lecteur MP3 de Neil Young (Pono Music, 6,2 millions de dollars), de l’adaptation ciné d’une série culte (Veronica Mars, 5,7 millions) ou encore d’une glacière connectée (Coolest Cooler, 13,3 millions). BlendWebMix 2014 : un mix plein d’énergies Entrepreneurs, attention aux univers parallèles Blend, ce fut aussi l’occasion d'entendre la parole d'autres entrepreneurs. Des mots pleins de bon sens et remplis expérience !

Airbnb, Uber, Lyft : de l'économie collaborative au business du partage - 16 août 2014 - L'Obs Ne parlez pas à Jamie Wong d'économie collaborative ni d'économie du partage ! Le discours idéaliste et pseudo-désintéressé que véhiculent les sites internet d'échange de services de particulier à particulier, comme Airbnb ou Uber, a le don de l'horripiler. La "sharing economy" ? prévient-elle. Ce n'est pas du partage. Airbnb, ou le mariage de l’éphémère et de l’intime Le succès d’entreprises comme Airbnb traduit une évolution profonde de notre société, à la fois plus individualiste et plus connectée. Je fais partie de ces gens qui croyaient qu’Airbnb ne marcherait jamais. Je ne pensais pas que les gens accepteraient de louer leur maison à de quasi-inconnus. Airbnb, Uber, Blablacar : faire confiance à n’importe qui Louer son appartement, emmener des étrangers dans sa voiture, recevoir des inconnus à dîner : l’économie du partage révolutionne les interactions sociales. Désormais, nous sommes prêts à confier notre vie à de parfaits inconnus. 22 Septembre 2014 | Partager :

Related: