background preloader

Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte

Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte
Pourquoi les éditeurs français courent à leur perte [mercredi 08 décembre 2010 - 08:00] Nonfiction publie aujourd'hui un dossier sur le livre numérique et, en particulier, sur les risques que courent les éditeurs français à moyen terme en raison de leur inadaptation aux changements que ce dernier induit. Ce dossier comprend : * Une introduction de Rémi Mathis intitulée "Le mépris du lecteur" sur la manière dont le lecteur ordinaire vit l'offre de livres numériques actuelle ; * Une analyse juridique du contrat d'édition, par Lionel Maurel, montrant que ce dernier doit évoluer pour s'adapter à l'environnement numérique ; * Une réflexion de Mathieu Pérona sur le prix du livre numérique, remettant en cause l'opportunité du prix unique ; * Un texte dans lequel Constance Krebs regrette que le livre numérique se résume à une pâle copie du livre sur papier au lieu de pleinement utiliser les possibilités du numérique, en lien avec les auteurs et en interaction avec les lecteurs. Related:  E-booksPanorama de l'offre

Quel modèle économique pour le livre numérique? | ParisTech Review Le passage au numérique semble se produire plus tardivement pour le livre que pour le cinéma ou la musique, mais on en parlait dès les années 1990, avec l’émergence des bibliothèques en ligne. Le site pionnier de la Library of Congress avait donné le ton en procédant à la numérisation de nombreux ouvrages anciens. Dès 1998, 50 000 volumes étaient ainsi offerts à la consultation. Il était toutefois possible d’en tirer profit. La révolution Kindle Les changements les plus radicaux surviennent en 2006-2007. Les premiers modèles sont apparus dès la fin des années 1990, mais le moment où tout bascule est le lancement du Kindle d’Amazon sur le marché américain, en novembre 2007. D’après un rapport d’International Data Corporation publié en mars 2011, le marché mondial des eReaders a plus que doublé du troisième au quatrième trimestre 2010, passant à 6 million d’unités – soit 12,8 millions pour l’année entière, à comparer avec 3 millions en 2009.

eBooks vs real books: a mythical publishing tale. On Mount Kyllini the Publishing Gods were in filthy moods. Sales were down, bookshops were closing and worse, they’d been called together to consider a membership application. ‘What’s the applicant’s name?’ The Goddess of Paperback leaned back in her chair, causing her spine to crack noisily. Sat on a rock, the God of Trade Formats passed a scribbled note to the Divine Mistress of Coffee Table Books. ‘People will always prefer paper,’ Hardback said. ‘How do you read these eBooks?’ The God of Multiple Volume Reference Books let out the loudest of sighs. The others laughed. Someone cleared his throat and the Gods looked round to see Lord Retail. ‘Bank Blaming is on the next mountain,’ said Hardback. Retail shook his head. ‘A ship?’ Retail clicked a finger and a tall figure clad in a white shroud appeared from behind a tree. Paperback yawned. The figure glared at Paperback. ‘Me?’ Lord Retail shook his head. Paperback’s face turned from peachy cream to china grey. ‘No,’ said Retail. ‘Ahem.’

Métadonnées : 95 % des éditeurs découvrent des informations fausses La question des métadonnées est assez récente, finalement. Et pourtant, omniprésente. Dans l'idée, des métadonnées fausses, ce serait la quatrième de couverture d'un livre, qui n'aurait rien à voir avec le livre que vous avez en main. Assez gênant, effectivement. Mais dans le domaine numérique, ces dernières sont essentielles. Une étude qui sera prochainement dévoilée par la Book Industry Group (rendez-vous le mois prochain) montre que 95 % des éditeurs ont découvert qu'entre les métadonnées créées pour le livre numérique, et celles présentes dans les points de vente, les informations pouvaient être complètement modifiées. Et les libraires en ligne qui sont pointés du doigt sont Amazon, Barnes & Noble et Apple. De quoi comprendre, explique Digital Book World, que les éditeurs ont finalement très peu de contrôle sur les métadonnées de leurs livres numériques, et ignorent à peu près tout de ce qui peut en être fait. Pour approfondir

Librairie numérique (septembre 2012): Cette liste a été démarrée en octobre 2009, plus de huit ans déjà! Les offres s'accélérant à un rythme quasi hebdomadaire, voici une liste des librairies numériques que j'essaierais de tenir à jour tous les débuts de chaque mois. J'ai même ajouté les bibliothèques qui proposent des offres de prêts. Pour faciliter la gestion de cette liste avec pas moins de 15 parties différentes et une meilleure visibilité en fonction des besoins, j'ai ajouté des ancres pour chaque partie, la liste est la suivante: N'hésitez pas à les utiliser en fonction de vos besoins respectifs. Important: Je voudrais ajouter que dans toute cette liste, seul Amazon défend un format propriétaire, vendant des livres qui ne sont et ne seront lisibles uniquement que dans l'environnement Amazon.Amazon ne propose pas une librairie, mais bien un seul accès, un "Club Kindle". Ceci étant posé, belles découvertes chez qui vous voulez, bonnes lectures! BibApps (catalogue d'applications jeunesse) D'autres éléments:

5 freins au développement des lecteurs à encre électronique L'encre électronique ne rencontre pas le succès qu'elle mérite. Une des raisons principales est qu'elle est peu connue, peu séduisante a priori, et exclusivement dédiée à la lecture. Mais il y a aussi d'autres freins à son succès.... Les lecteurs à encre électronique ont du mal à percer. Y arriveront-ils un jour ? -Le succès des applications de lecture Avec l'arrivée de l'iPad et plus récemment d'autres tablettes tactiles mais aussi le développement de la lecture sur smartphone, les applications de lecture gratuites des principaux distributeurs rencontrent un succès inattendu. C'est en effet tout le problème pour l'encre électronique : ces applications, avec leurs possibilités et leurs évolutions constantes ne sont pas utilisables sur les écrans qui utilisent la technologie de l'encre électronique. -De nouvelles technologies concurrentes Pixel Qi a créé un écran capable de passer d'un mode LCD normal à un mode réflectif qui donne un résultat similaire à l'encre électronique.

Yukubook, la start-up qui va bouleverser le marché de l’e-book ! Yukubook est née d’un ressenti commun: la difficulté d’accéder aux livres de n’importe quel endroit. Malheureusement, l’offre des livres numériques et le catalogue d’eBooks des bibliothèques sont faibles. C’est pourquoi Ève, Clément, Mathieu et Margaux, les 4 cofondateurs de Yukubook ont décidé de remédier à cette situation. Leur concept est simple, mais novateur : le livre en streaming. Yukubook sera donc une plateforme où l’on pourra accéder plus facilement au livre électronique et faire son choix parmi une grande quantité de titres disponibles. Le projet a réellement pris de l’ampleur lors du Start-Up Week-End de Saint-Étienne, où la start-up a reçu le Prix Spécial du Jury, ainsi qu’un coaching de 6 mois par l’équipe Entrepreneuriat de Saint-Étienne Métropole. Le contexte 3 millions de Français lisent des livres numériques. La solution de Yukubook Yukubook veut démocratiser le livre et diffuser la culture littéraire.

Piratage, coût du numérique, livre papier et ebook : place aux jeunes ! La promotion Master Edition 2013-14 s'en donne actuellement à coeur joie - on voit que les vacances de Noël sont impatiemment attendues. En effet, plusieurs petites infographies viennent de fleurir, présentant des synthèses du marché français du livre, sur différents sujets. Nous reproduisons ici toutes les présentations dignement infographiées, avec sérieux et goût. Tout à fait. Les différences de coûts entre une publication papier et sa version numérique Travail réalisé par Marion Jeandaux, Laetitia Bresse-Poirier et Manon Cluse Les coûts de réalisation du livre papier et du livre numérique Travail réalisé par Caroline Duchesnes, Virginie Maillart et Flora Sallot Le piratage du livre, le serpent qui se mord la queue Travail réalisé par Caroline Bouteillé / Marie Fouqueray / Lauriane Rollier Le piratage du livre et l'offre légale Infographie réalisé par : Saune – Dinh – Langlois Pour approfondir

Google Livres Créer un catalogue de ses livres et le partager en ligne… Vous avez constitué une jolie petite bibliothèque avec Calibre, l’avez organisée presque amoureusement au cours de longues veillées…Vous êtes content de vous et vous aimeriez bien en faire profiter quelques privilégiés bibliophiles. Une petite application vous le permettra assez facilement : Calibre2opds (ne pas confondre avec Calibre – tout court ^^). Vous aurez besoin d’un espace de stockage / partage en ligne : DropBox. Au gré des options, vous pouvez faire un catalogue seulement consultable, pour montrer vos centres d’intérêt, les livres que vous aimez… et aller jusqu’à permettre le téléchargement de vos livres. I. Pourquoi s’occuper d’abord de DropBox, alors qu’on n’a même pas encore commencé à créer son catalogue ? Parti pris : dédier un espace DropBox exclusivement au stockage de sa bibliothèque numérique. Deux étapes : 1. Il suffit de se laisser guider à la création du compte. DropBox.com 2. Deux possibilités : Icône Bibliothèque : lien Créer / Changer de bibliothèque 3. II. III.

Les ventes de livres numériques ralentissent aux USA Les ventes de livres numériques ralentissent aux USA L’AAP, l ‘Association of American Publishers, a publié ses dernières statistiques concernant les ventes de 1 186 éditeurs aux Etats-Unis. La période concernée va de janvier 2012 à août 2012. Sur les 8 premiers mois de l’année, les ventes de livres numériques ont progressé de 36,6%. Les ebooks pour enfants et adolescents continuent leur progression rapide mais avec un tassement par rapport au début de l’année. Source : paidcontent

Related: