background preloader

Réchauffement climatique : l'humanité est dans une posture "suicidaire"

Réchauffement climatique : l'humanité est dans une posture "suicidaire"
Les scientifiques et délégations des pays membres doivent désormais débattre et adopter, en vue de sa publication le 12 avril, un "résumé pour décideurs". Avec pour objectif les futurs accords de Paris en 2015. Mais que peut-on en espérer devant ce qui semble être une indifférence globale au problème. Quand ce n'est pas sa négation pure et simple. Pour Pierre Rabhi, agriculteur, écrivain et philosophe, pionnier de l'agroécologie, initiateur du Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, aujourd'hui mouvement Colibris, l'humanité est dans une posture purement "suicidaire", inconsciente des enjeux. Par défaut d'intelligence collective. Sud Ouest. Pierre Rabhi. Vous pensez qu’il n’est pas trop tard pour intervenir sur l’environnement, pour retrouver cet équilibre nécessaire entre activité humaine et respect de la nature ? Le destin humain a toujours oscillé ainsi entre « il n’est jamais trop tard » et « il est trop tard ». C'est notre destinée tragique. C'est exact. Absolument !

2036 ou quand le réchauffement climatique atteindra un seuil critique 2036 pourrait être une année charnière dans l’histoire du réchauffement climatique. Selon les calculs du climatologue Michael Mann, c’est en 2036 que la température à la surface de la Terre atteindra un seuil dangereux pour nous, humains. Il détaille ses recherches dans un article de Scientific American. Le modèle arithmétique de Michael Mann, bien qu’expliqué par le scientifique, reste un vrai casse-tête. publicité D’abord, qu’est-ce que ce seuil jugé dangereux pour l’homme? Pourtant, ces dernières années, on entendait beaucoup parler d’une «pause» du réchauffement climatique. «[Pause] est un terme impropre: les températures continuent d’augmenter, même si elles n’augmentent pas aussi vite qu'avant.» Cette «fausse pause» du réchauffement, comme l’appelle Michael Mann, n’est donc qu’un ralentissement, dû à des éléments comme les éruptions volcaniques, ou encore les «variations cycliques du soleil» évoquées par le journaliste Stéphane Foucart sur un blog du Monde. À lire aussi sur Slate.fr

"Le photovoltaïque, c'est pas si fantastique" > Solaire L’Allemagne est le pays qui produit le plus d’électricité avec des énergies renouvelables. Faut-il pour autant chercher l’avenir de la production d’électricité du côté des énergies renouvelables ? Auteur pour ARTE Future, Ozzie Zehner émet des doutes quant à l’énergie solaire et invite à repenser la question. « Il était une fois un homme, moi, qui croyait aux vertus magiques des cellules photovoltaïques. » J'ai donc créé une agence d’architecture écologique dans un quartier historique de Washington DC. Le bâtiment - une maison centenaire - appartenait déjà à mon client. Un coût résolument élevé Si vous lisez n’importe quelle plaquette d’information récente sur les cellules photovoltaïques, vous aurez probablement l’impression que le tarif de cette technologie est en chute vertigineuse depuis des années. Alors, pourquoi cette soi-disant baisse ? Un ramassis de saletés « Voilà qui nous amène au troisième sacrifice exigé par les cellules photovoltaïques. Les questions qu'on ne pose pas

L'agroécologie, l'être humain dans sa responsabilité à l'égard du vivant La terre… Combien sommes-nous à comprendre cette glèbe silencieuse que nous foulons durant toute notre vie, quand nous ne sommes pas confinés dans des agglomérations hors-sol qui nous la rendent encore plus étrangère ? La terre nourricière est, parmi les quatre éléments majeurs, celui qui n’a pas existé dès l’origine. Il a fallu des millénaires pour que la mince couche de terre arable d’une vingtaine de centimètres à laquelle nous devons la vie puisse se constituer. Univers silencieux d’une extrême complexité, siège d’une activité intense, elle est régie par une sorte d’intelligence mystérieuse et immanente. Ainsi s’est établie une logique extraordinaire fondée sur la cohésion du vivant. On commence enfin à faire le rapprochement de cause à effet entre la nourriture et le véritable fléau des pathologies dites de civilisation qui, en dépit de nos connaissances, de nos équipements médicaux les plus sophistiqués, ne cessent de s’étendre.

Les Etats-Unis actent les effets du réchauffement climatique Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laurence Caramel Aucun Etats-unien ne doit se sentir à l’abri des effets du changement climatique, dont tout indique qu’ils vont s’amplifier au cours des prochaines décennies, selon les conclusions de l’Evaluation climatique nationale, remise mardi 6 mai, à Barack Obama. Cette somme de quelque treize cents pages a mobilisé plus de trois cents scientifiques et experts pendant quatre ans. Le président américain s’est saisi de ce diagnostic inquiétant pour une nouvelle fois appeler « à agir d’urgence contre le changement climatique. » « L’ampleur du changement climatique dans les prochaines décennies dépend en premier lieu des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités humaines. Lire nos articles (édition abonnés) : La Floride de plus en plus fragilisée par la hausse du niveau de la mer et A New York, des risques d'inondations multipliés Regarder la carte interactive des impacts du réchauffement climatique

Pourquoi la «neige noire» du Groenland doit nous alarmer Ce qui s'est passé dans la région cet été inquiète au plus haut point Jason Box, spécialiste de la glace et activiste climatique. Jason Box est un chercheur spécialiste de la glace. C'est pourquoi ce qui s'est produit cette année l'inquiète au plus haut point. Il revient tout juste d'un séjour au Groenland. A l'heure actuelle, la neige y est... noire. La glace sombre contribue au recul des glaciers. Le manteau neigeux du Groenland est recouvert de crevasses qui s'entrecroisent et laissent s'écouler l'eau de fonte très profondément sous la glace. La calotte glaciaire du Groenland n’a jamais été aussi noire que cette année. Jason Box et son équipe tentent de déterminer les facteurs qui ont rendu si inhabituelle cette saison de fonte. Jason Box plante des drapeaux noirs –couleur de circonstance– sur les sites qu'il a étudiés. Baptisé «Dark Snow» («Neige noire»), le projet de Jason Box est la première expédition scientifique à bénéficier d'un financement participatif. Eric Holthaus

Le réchauffement climatique vu de l'espace L'humanité doit se préparer à un monde différent, bercé par un climat plus chaud. Les données transmises par les satellites jouent un rôle capital dans l'étude scientifique du réchauffement climatique : la qualité et la quantité de données produites depuis l'espace ne cesse d'augmenter. Si le débat se recentre aujourd'hui sur la part de responsabilité des activités humaines dans le réchauffement de la planète, c'est bien que celui-ci ne fait pratiquement plus de doute et qu'il pourrait bien être pire que prévu. Pour en discuter, le CNES a donc invité le climatologue Jean Jouzelet Yann Kerr, directeur du Centre d’Études Spatiales de la Biosphère, rendez-vous le 20 mai à 19h30 au Café du Pont-Neuf à Paris. Le satellite SMOS participe à la prévention des cyclones. (Image : CESBIO) Le réchauffement climatique ne fait plus de doute, ses premiers effets peuvent difficilement être remis en question.

Nos civilisations se dirigent vers un effondrement irréversible des écosystèmes terrestres 44 717 lectures / 130 commentaires03 juillet 2012 ; révision : 06 juillet 2012, 09 h 53 L'humanité est entrée dans l'Anthropocène : une nouvelle ère géologique où tout pourrait basculer... pour le pire.© Globaia, Planet Under Pressure, SEI, SRC, CSIRO En se basant sur des théories scientifiques, des modélisations d'écosystèmes et des preuves paléontologiques, une équipe de 18 chercheurs, incluant un professeur de la Simon Fraser University (SFU, Vancouver), prédit que les écosystèmes de la Terre vont faire face à un effondrement imminent et irréversible. Dans un article récemment publié dans Nature intitulé "Approaching a state-shift in Earth's biosphere", les auteurs examinent l'accélération de la perte de biodiversité, les fluctuations climatiques de plus en plus extrêmes, l'interconnexion grandissante des écosystèmes et le changement radical du bilan énergétique global. Point de basculement et fonte totale de la calotte polaire du Groenland Sources Notes Auteur

Le combat politique de Pierre Rabhi pour une agro-écologie Par Francetv info Mis à jour le , publié le Partager Ouvrier dans sa jeunesse, Pierre Rabhi, 74 ans, est devenu un paysan philosophe et écrivain, dont le modèle de sobriété a fait école. Des milliers de personnes se revendiquent de lui : Nicolas Hulot, ou la comédienne Clémentine Célarié, et on vient du monde entier pour le rencontrer. "C'est la personne qui m'aide à me structurer", dit de lui l'écologiste Nicolas Hulot. Il défend un mode de société plus respectueux de l'homme et de la terre, avec des pratiques agricoles qui ne détériorent pas l'environnement et préservent les ressources naturelles. L'inéluctable fonte des glaces en Antarctique Le niveau de la mer pourrait monter de 1,2 mètre, car six glaciers sont instables à l'ouest du pôle Sud, près de la mer d'Amundsen. La fonte des glaces dans l'ouest de l'Antarctique est inéluctable et rien ne semble pouvoir l'arrêter. Telle est la conclusion d'une étude publiée lundi dans la revue de l'Union américaine de géophysique, élaborée par le Jet Propulsion Laboratory de la Nasa et l'université de Californie Irvine. Mais après avoir étudié six zones glacières autour de la mer d'Amundsen et collecté les données depuis quarante ans, dont une nouvelle série de mesures effectuées par les satellites européens ERS-1 et ERS-2 de 1992 à 2011, Eric Rignot, principal auteur de l'article, est formel: le processus de fonte des glaces, en particulier pour le grand glacier de Thwaites, est amorcé sans espoir de retour en arrière. Des courants sous-marins, plus chauds, viennent en fait grignoter par en dessous les glaciers qui, de ce fait, s'affinent.

Related: