background preloader

H&M veille au respect des droits de ses travailleurs

H&M veille au respect des droits de ses travailleurs
Related:  H&M (étude de gestion)H&M

Ontario: les travailleurs d'un H&M se syndiquent Publié le 07/10/2011 à 18:30 Les employés d'une boutique de vêtements H&M au centre commercial Square One de Mississauga, en Ontario, ont voté en faveur d'un accréditation syndicale, devenant ainsi le premier magasin du détaillant suédois à être syndiqué au Canada. Le syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce (TUAC) a indiqué vendredi que le vote secret s'est tenu jeudi sous la supervision de la Commission des relations de travail de l'Ontario. L'organisation syndicale n'a cependant pas divulgué les résultats détaillés. Le syndicat a affirmé que le scrutin a eu lieu après une campagne énergique et enthousiaste, au cours de laquelle une "bonne majorité" des 45 employés avaient signé des cartes de membre des TUAC. Les nouveaux membres sont majoritairement d'âge à fréquenter le collège et travaillent comme personnel de caisse, spécialistes des techniques marchandes et commis-étalagistes. M.

Deux gestions d'entreprise aux antipodes (H&M VS Zara) Aujourd'hui, deux athlètes surpassent leurs adversaires sur le ring de l'habillement grand-public. Hennes&Moritz, plus connu sous ses initiales H&M, et Zara, enseigne phare du groupe espagnol Inditex. Si les deux géants mondiaux n'ont pas le même âge (31 ans pour le premier, 59 pour le second), ils ont en commun d'avoir bouleversé la distribution textile mondiale en une décennie. Dans l'Hexagone, les deux enseignes se développent à vitesse grand V et se livrent à une bataille sans merci. Leur formule : des vêtements à la pointe de la mode, ouvertement inspirés des créateurs et des maisons de haute-couture, à des prix imbattables. Mais les deux enseignes n'usent pas des mêmes moyens pour y parvenir. Au système vertical d'Inditex, maison mère de Zara, H&M oppose une mondialisation à tout crin. Le secret de Zara ?

Bruxelles : évanouissement collectif devant un H&M Action d’AchACT devant un H&M Frédéric Lévêque 2012 Une vingtaine de personnes sont tombées en syncope ce vendredi midi devant le magasin H&M de la rue Neuve à Bruxelles. Des faits similaires ont été relevés cette semaine dans plusieurs villes européennes, dont Bristol, Londres, Paris, Copenhague et Varsovie. Par cette action symbolique, achACT et ses homologues européens de la Clean Clothes Campaign ont ainsi voulu attirer l’attention sur les évanouissements de masse qui se produisent dans des usines au Cambodge où se fournissent H&M, Zara, Gap et Levi Strauss & Co. Ces malaises collectifs ont touché 2400 travailleuses en 2011 et se perpétuent en 2012. Ils sont notamment liés à un déficit calorique chronique des travailleuses dont le salaire ne permet pas une alimentation saine et suffisante. H&M, Zara, GAP et Levi Strauss & Co. sont les plus gros acheteurs d’habillement au Cambodge. Au Cambodge, les syncopes collectives se multiplient. Le salaire de la faim Plus d’excuses.

H&M en gros, qu'est-ce que c'est ? Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Hennes & Mauritz AB, plus connu sous le nom de H&M, est une entreprise et chaîne de magasins suédoise de prêt-à-porter pour femme, enfant et homme, fondée en 1947 par Erling Persson (en). H&M est présente dans 50 pays et emploie environ 132 000 personnes (2014) et possède 2 776 magasins (juillet 2013). L'enseigne propose notamment des collections temporaires créées en collaboration avec des stylistes (Karl Lagerfeld, Viktor & Rolf, Roberto Cavalli, Versace etc.) ou des stars (Madonna, Kylie Minogue, Katy Perry, Lana Del Rey, David Beckham, Vanessa Paradis, Beyoncé, Lady Gaga). En dehors de Calvin Klein (CK.com) et American Eagle (AE.com), H&M est la seule société de textile au monde qui fait ainsi partie de la VB.com Internet Hall of Fame en possédant un nom de domaine à seulement deux lettres[3]. Historique[modifier | modifier le code] Dans les années 1940, Erling Persson, un jeune suédois va chercher de l'inspiration aux États-Unis.

H&M, une machine à "Cash" "Ten, nine, eight…" Le directeur du magasin vient de lancer le compte à rebours. Dehors, près de 2 000 jeunes Coréens trépignent dans le froid. Les plus impatients sont arrivés à 4 heures du matin, munis de couvertures pour terminer la nuit. "Two, one, welcooome !" Dieu qu’ils sont forts, ces marchands de fringues suédois. Et les jeunes en redemandent : depuis huit ans, le chiffre d’affaires de l’enseigne a plus que doublé, pour atteindre 11,87 milliards d’euros en 2009. A l’origine de cette réussite cousue d’or, il y a l’audace et la détermination d’un dénommé Erling Persson. La suite ? Aujourd’hui, le mirage fonctionne encore. Mais par quel miracle ces sorciers suédois transforment-ils les chiffons en montagne de millions ? D’un côté, ils planchent déjà sur la collection printemps-été 2011. Aux cadences infernales s’ajoute un cahier des charges très précis. Bien sûr, ces coups ponctuels ne représentent qu’une goutte d’eau dans les ventes annuelles de la maison. Avantage du système ?

Grève contre une délocalisation camouflée Depuis le 14 octobre, les salariés de l’entrepôt H&M du Bourget (Seine-Saint-Denis) bloquent l’entrée aux camions. Àl’intérieur se trouvent les marchandises pour réapprovisionner les magasins de l’hexagone durant la période des soldes flottantes, du 12 au 24 octobre. Pas une seule n’est sortie. Le mouvement a démarré, àl’initiative d’une intersyndicale CFDT-CGC-CGT-FO, par un rassemblement devant l’Assemblée nationale pour dénoncer les conséquences de la loi de modernisation sociale, véritable arsenal contre les salariés. Cet été, les salariés ont découvert quels étaient les projets de leur direction pour se débarrasser d’eux sans rien payer. H&M a décidé de liquider son secteur logistique en créant une société, GBC France («Global buying company»), rattachée à GBC Belgique qui gère la diffusion des produits H&M dans toute l’Europe du Sud. Pendant douze jours, les grévistes ont tenu le blocage à une quarantaine malgré les provocations patronales, présents jours et nuits. Cathy Billard

Circuit économique de l'organisation H&M accusée d'avoir exploité ses employés au cambodge "C'est entièrement faux", a affirmé M. Persson au quotidien suédois Expressen. Les accusations sont portées dans un documentaire qui doit être diffusé sur la chaîne suédoise TV4 mercredi soir, et dont la teneur a été révélée par la presse. Selon l'agence de presse TT, le documentaire situe le salaire mensuel à 500 couronnes (58 euros), pour des semaines de 70 heures. TV4 s'est rendu au Cambodge à l'invitation de H&M, et est tombé sur une grève pour revendications salariales. Le PDG du groupe a déclaré à Expressen que c'était tout le contraire. "Nous formons les travailleurs pour leur apprendre à négocier leur salaire avec leurs employeurs", a-t-il indiqué. "Nous voulons que l'ensemble des travailleurs obtiennent des salaires plus élevés et pour cela nous collaborons avec la classe politique pour faire relever le salaire minimum de sorte à ce qu'ils permettent de vivre. Belga

Related: