background preloader

Psychothérapies en ligne – histoire, questions ethiques, processus

Psychothérapies en ligne – histoire, questions ethiques, processus
De tous les réseaux, Internet est celui qui s’est développé le plus rapidement. Son extension, son infiltration dans nos vies professionnelles et personnelles est telle qu’il devient incontournable pour la plupart d’entre nous. Ses évolutions sont rapides et surprenantes. Il est, si on le compare aux autres réseaux qui l’ont annoncé – le télégraphe, le téléphone, le train, la CB – unique car il produit à la fois une vie sociale riche et parfois tumultueuse, mais également les outils qui permettent ou facilitent cette vie sociale. Ses précurseurs sont construits, au creux de la guerre froide, non pas, comme on le répète souvent, pour faire face à une attaque nucléaire, mais simplement parce que les hommes qui inventent les premiers protocoles de communication machine/machine les utilisent rapidement pour bavarder. A la communication entre les machines s’ajoute ainsi la sociabilité inter-humaine, la première pré-formant la seconde, en lui donnant un lieu et des processus. Les précurseurs

http://www.cairn.info/revue-psychotherapies-2008-3-page-211.htm

Related:  La santé mentale en ligneSante Mentale en LigneLa santé mentale en ligne

Qu'est-ce que la santé mentale ? Ce titre, « Qu’est-ce que la santé mentale ? » se justifie d’autant plus que, dans une première approche, la formule paraît véhiculer avec elle un registre d’évidence tel qu’il n’est pratiquement jamais proposé de la définir rigoureusement. Chacun a pu seulement noter le rapprochement permanent de cette notion avec celle toute aussi vague de souffrance psychique. La lecture des textes qui assurent la promotion de la santé mentale permet cependant d’en isoler une définition implicite : est appelé santé mentale le domaine de la santé publique regroupant l’ensemble des modalités de prise en charge de la souffrance psychique. Ce domaine est non seulement vaste mais en progression constante. Il regroupe en effet sur un premier pôle, les troubles psychiatriques sévères dont s’est toujours occupée la psychiatrie de secteur, et sur le second, en extension permanente, le cadre du « développement personnel » et de la « santé mentale positive ».

Les psys en ligne: arnaque ou aubaine? Consulter son psy n'importe quand, n’importe où, obtenir des réponses rapides à ses demandes, sentir un véritable soutien au quotidien, tels sont les arguments mis en avant par les utilisateurs des thérapies en ligne. De nombreux sites d'« e-thérapie » ont vu le jour ces dernières années en France (exemples: À travers ces pages, un ou plusieurs thérapeutes (psychiatre, psychologue, psychanalyste, psychothérapeute) proposent leurs services. Les moyens de communication utilisés sont l’échange de mails, le chat (via des services de messagerie instantanée), l’échange téléphonique et la visioconférence. Soit tout, sauf le traditionnel contact réel et direct entre le thérapeute et son patient. Anonymat garanti et flexibilité maximale

Serge Tisseron, avis d'un psychiatre reconnu Posté par Serge TISSERON le 25 avril 2014. En France, les thérapies menées par le canal d’Internet - encore appelées e-thérapies - sont souvent condamnées au nom de trois arguments : elles ne permettent pas le contact en présence concrète avec le patient ; elles n’assurent jamais qu’un tiers n’est pas près du thérapeute... ou du patient ; enfin elles peuvent être espionnées, comme d’ailleurs toutes nos communications transitant par Internet. Mais malgré toutes les critiques qui peuvent leur être faites, les thérapies en ligne progressent, et cela d’autant plus vite que la distance à parcourir pour trouver un thérapeute est plus grande... Une opportunité pratique Aux Etats-Unis, elles représentent déjà une part importante des consultations et leur efficacité a été démontrée.

Efficaces les thérapies à distance, avis des patients Téléphone, chat, e-mail, webcam… Courantes outre-Atlantique, les consultations sans fauteuil ni divan commencent à faire des émules en France. Mais, pour soigner les maux de l’âme, peut-on se contenter de rencontres virtuelles ? Enquête au cœur d’un univers encore méconnu. Flux RSS de Psycom En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins de mesure d'audience. En savoir plus et gérer ces paramètres Vous êtes dans : Accueil > Flux RSS Flux RSS Brèves S'abonner Internet et les professions de sante Le Conseil National de l’Ordre des Médecins a créé en 1999 une commission « Informatique et nouvelles technologies », chargée d’examiner les questions posées à la déontologie par l’e-médecine. Cette commission a publié au cours de l’année 2000-2001 pas moins de cinq compte rendus de travaux sur ce thème [2][2] « Qualité et déontologie sur internet » (avril 2000),.... A ces documents, s’ajoute la publication en février 2001, des clauses fondamentales « que devrait contenir tout contrat conclu entre un médecin et une société intervenant dans le domaine de l’internet médical », autrement dit un contrat-type visant à aider les médecins à formaliser leurs relations avec des sociétés exploitant un site, et à aider les conseils départementaux de l’Ordre à examiner les contrats qui leur sont soumis par les médecins (tout médecin qui passe un contrat ayant trait à l’exercice médical doit le transmettre pour avis au conseil départemental de l’Ordre).

Blog "La psy dans tous ses états" On a longtemps cru que les cicatrices du passé ne disparaissaient jamais. Nous avons été conditionnés à accepter l’idée que nous restons toute notre vie des victimes de ce qui ne passe pas dans notre histoire. La pratique psychologique récente aborde la question de manière radicalement différente. Elle propose de relire ce qui nous est arrivé et de donner aux moments désagréables une autre explication. Ces modèles donnent un nouveau regard face au traumatisme. Elles permettent à celles et ceux qui ont l'impression que leur passé ne guérira jamais de reprendre espoir.

E-thérapie : une pratique en plein essor ! Mars 2012 (Mise à jour: Février 2015) Internet est entré dans les mœurs et a favorisé dans le même temps l'éclosion de l'e-thérapie, c'est à dire l'utilisation de supports numériques pour traiter des troubles psychologiques. Une question bien légitime s'est alors posée: une thérapie à distance peut-elle être vraiment efficace? Des études sur le potentiel des thérapies à distance ont alors été menées dès la fin des années 1990 et se sont multipliées au fil du temps, comme le montre le graphique ci-contre. Aujourd'hui, leur nombre est toujours en constante augmentation.

Thérapies en ligne - Santé mentale de A à Z - Espace Presse Compagnon omniprésent de notre quotidien contemporain, Internet n'est pas sans influence dans le champ de la santé mentale. Nées aux Etats-Unis, les consultations psychologiques en ligne connaissent aujourd'hui un succès croissant. Pour les digiborigènes[1] (Prensky, 2001), trouver une aide thérapeutique sur le réseau est parfaitement naturel. Ne remplaçant pas une thérapie en face-à-face, cette formule ouvre néanmoins la porte à un public qui, sans internet, ne l'aurait peut-être jamais franchie. Aujourd’hui, la question n'est plus de savoir si Internet peut ou non être le lieu d'une pratique thérapeutique, elle est de savoir comment utiliser le réseau sans céder sur la déontologie. Historique

Conférence Internet et santé - Laboratoire de recherche sur les psychotraumatismes La Conférence internationale sur l'utilisation d'Internet en santé mentale s'est déroulée à l'Institut Douglas du 14 au 16 mai 2009. Certaines des présentations de la conférence ont été enregistrées sur vidéo et sont accessibles en cliquant sur leur titre. 8h00 - Inscription (Salle Douglas) 8h45 - Allocution de bienvenue 9h00 - Le blogue comme outil de résilience, Michelle Blanc (Canada, Analyweb inc.) 9h20 - De Netscape à Twitter : 15 années de santé mentale en ligne, John Grohol (États-Unis, PsychCentral.com) 10h50 - 12h10 Atelier A (Salle Douglas)Information en ligne : dans quelle mesure les utilisateurs du Web font-ils preuve de discernement ? Atelier B (Salle Bowerman)L'information en ligne comme source d'aide : cela fonctionne-t-il ?

Un nouveau cadre d'action pour la santé mentale et le bien-être Par JM Caldas de Almeida, coordonnateur de l’action commune de l'UE sur la santé mentale et le bien-être L’UE a lancé l'action commune sur la santé mentale et le bien-être en 2013, afin de faire de la santé mentale une priorité en matière de santé publique et d'élaborer des outils pour aider les États membres à améliorer les conditions de prévention, de diagnostic et de soin des troubles mentaux. La conférence finale de l’action commune, qui s’est tenue à Bruxelles les 21 et 22 janvier 2016, a permis d’examiner les progrès accomplis ces trois dernières années et de débattre du cadre d’action pour la santé mentale et le bien-être, qui représente le résultat le plus important de cette initiative. En se fondant sur les principales recommandations proposées par les cinq groupes de travail ayant participé à l’action commune, le cadre d’action peut avoir une incidence significative sur la manière dont les pays européens abordent les problèmes de santé mentale à l’avenir.

Santé mentale : Définition de Santé mentale Definition du mot Santé mentale État d'un psychisme individuel qui fonctionne bien, c'est-à-dire qui se montre apte à affronter les frustrations et les conflits liés à la vie sociale, mais aussi les conflits intrapsychiques facteurs d'angoisse, sans être déstabilisé, sans perdre son aptitude à une harmonie personnelle ni à la jouissance d'un bien-être relationnel et social. Ceci suppose des capacités adaptatives fondées sur des mécanismes de défense du moi efficaces. En leur absence, différents modes de décompensation de l'équilibre psychique sont possibles, qui constituent les diverses maladies mentales.

Un très bon sujet qui permet de se faire une idée précise sur les avantages et les inconvénients de la thérapie en ligne. by thizy_groupea_psy Mar 13

Article présentant possibilités et risques qu'offre le web à la psychothérapie. Ainsi l'auteur, docteur en psychologie, rapporte l'histoire de la psychothérapie en ligne toujours en contextualisant ses propos et en les étayant d'exemples. Il met alors tout de suite en avant l'enthousiasme qu'a pu proposer ce nouveau support et ses aspects facilitants pour certaines populations n’ayant pas toujours un accès privilégié aux soins mentaux. Il expose ensuite précisément les limites et risques du web pour les personnes ayant des difficultés mentales mais également pour les praticiens par rapport notamment à l'éthique. Cet article vient finalement poser les conditions de réussites et les enjeux du lien entre santé mentale et web. Article à lire et je vous remercie de l'avoir sélectionné, j'étais passé à coté... by poirier_groupee_psy Mar 13

Réflexions très intéressantes sur l'intérêt de la thérapie en ligne, et l'application éthique de cette discipline dans ce contexte. by ekambi_groupec_psy Mar 12

Une bonne approche de l'analyse en ligne qui met bien en avant l'interrogation des dérives et limites de la consultation par le net. Merci pour cet article, même s'il est un peu ancien. Il m'a permis d'accéder à d'autres infos toutes aussi passionnantes. by lippmann_grouped_psy Mar 6

Clostermann_groupeb_psy Merci vivement pour ton conseil de lecture d'un article sur le même thème : je ne l'avais pas identifié et il est bon de revenir à des principes éthiques même si cela peut freiner certaines initiatives. by fauvel_groupeb_psy Feb 20

L’auteur de l’article Yann Leroux est docteur en psychologie, psychanalyste, il est membre de l’OMNSH (Observatoire des mondes numériques en sciences humaines. L’article est relativement ancien (mars 2008) mais l’auteur a publié depuis d’autres articles sur des thèmes connexes. by fauvel_groupeb_psy Feb 18

L’article est intéressant et demande à s’interroger sur la manière de faire une psychothérapie en ligne plutôt que de savoir s’il faut le faire ou non. Leroux Yann est un docteur en psychologie, un psychanalyste sa vision est susceptible de nous éclairer. by gautier_grouped_psy Feb 9

Related: