background preloader

PASTEUR - La cryptococcose

PASTEUR - La cryptococcose
Le choléra est une maladie diarrhéique épidémique, strictement humaine, due à des bactéries appartenant aux sérogroupes O1 et O139 de l'espèce Vibrio cholerae. Ce bacille fût initialement observé par Pacini en 1854 puis isolé en 1883 par Koch en Egypte. La bactérie Vibrio cholerae sérogroupe O1, biotype El Tor, est répandue sur toute la planète, qui subit actuellement la septième pandémie de choléra. En 2009, 221 226 cas dont 4946 mortels, ont été déclarés à l'Organisation Mondiale de la Santé par 45 pays, appartenant à tous les continents à l'exception de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud. L'Afrique est le continent le plus touché : les cas signalés représentent chaque année entre 95 et 99% du total mondial. > Lire la suite Related:  Principaux liens concernant la cryptococcose

PASTEUR - Annual report of Molecular Mycology for year 2006 A better understanding of the interactions between the hosts and pathogenic fungi should improve the prognosis of systemic fungal infections. Our projects focus on Cryptococcus neoformans and Candida albicans's pathogenicity by studying the host (clinical and epidemiological studies, animal models of infection) and the fungus (virulence factors, variability) sides. There is an efficient interplay between research and expertise at the National Reference Center for Mycoses and Antifungals. Cryptococcus neoformans Cryptococcosis is a life-threatening disseminated meningoencephalitis that occurs in up to 30% of patients with AIDS in tropical areas in Africa and South East Asia. C. neoformans capsule (G. C. neoformans crossing of the blood brain barrier (BBB) (F. Host response to CNS infection by C. neoformans (S. Candida Candida albicans is a commensal of the digestive tract responsible for a wide range of infections in immunocompetent and immunodeficient patients.

JO SENAT 24/07/03 QUESTIONS ECRITES AVEC REPONSES Question écrite Nº 05470 du 30/01/2003 Botulisme Question écrite n° 05470 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - UMP) publiée dans le JO Sénat du 30/01/2003 - page 326 M. Emmanuel Hamel attire l'attention de M. le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sur l'information parue à la page 11 du quotidien Le Figaro du 26 décembre 2002 selon laquelle " En 2002, seize usagers de drogues intraveineuses ont été empoisonnés par la toxine botulinique en Grande-Bretagne. " Il lui demande si au cours de l'année 2002 des cas de botulisme ont été recensés en France. Ce chiffre est-il en augmentation, en stagnation ou en diminution par rapport à ceux de 2000 et 2001 ? Réponse du Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées

Morsure de chien - Prise en charge des plaies aux urgences . Conférence de consensus SFMU 2005 Extraits (page 23, 25, 26 et 41): Plaies de la main et des doigts Le traitement initial des mains blessées a une influence décisive sur leur avenir. Une plaie d’apparence banale, même punctiforme, peut être associée à des lésions profondes touchant des structures nobles. En dehors des situations dans lesquelles la gravité est évidente (amputations complètes, traumatismes pluritissulaires), il y a 3 urgences chirurgicales à côté desquelles il ne faut pas passer: les injections de liquide sous pression (peinture, huile,…) qui se présentent initialement comme une plaie punctiforme, souvent pulpaire, mais dont l’évolution est gravissime. Les morsures Les morsures sont des plaies à la fois contuses et fortement souillées. Le chien est responsable de 80 à 90% des morsures animales. Les morsures sont en général responsables d’une inoculation polymicrobienne. Les indications d’hospitalisation sont:

CNRS 06/02/07 Nouvelles recommandations contre une infection opportuniste majeure : la cryptococcose Due à un champignon microscopique, Cryptococcus neoformans, la cryptococcose affecte des individus immunodéprimés, majoritairement infectés par le VIH mais aussi atteints d'autres désordres immunologiques ou encore recevant des traitements immunosuppresseurs. Elle provoque le plus souvent des méningo-encéphalites, mais l'infection peut aussi être localisée aux poumons. Son incidence en France a diminué de moitié avec l'arrivée des trithérapies antirétrovirales et représente aujourd'hui une centaine de cas par an. Mais en Afrique et en Asie, elle reste la deuxième infection opportuniste fatale après la tuberculose chez les individus infectés par le VIH, touchant dans certains pays jusqu'à 30% d'entre eux en l'absence d'accès aux antirétroviraux. Elle est désormais la première cause de méningite chez l'adulte en Afrique. Elle démontre que la maladie est plus sévère chez l'homme que chez la femme, suggérant une influence des hormones sexuelles. Notes : Références :

INVS 07/12/11 Caractéristiques épidémiologiques du botulisme humain en 2010 En 2010, 7 foyers de botulisme totalisant 24 malades ont été recensés (figure 1). Tous sont survenus en milieu familial et le nombre de malades par foyer varie de un à six. En 2010, le taux d’incidence du botulisme était de 0,38 par million d’habitants. Ce taux représente une augmentation par rapport aux années 2006-2008 mais reste du même ordre que celui observé depuis 1991. Le taux d’incidence moyenne pour la période 1991-2009 est de 0,43 par million d’habitants par an. Nombre de foyers et de cas de botulisme déclarés, France, 1991-2010 Depuis 1991, les taux annuels les plus élevés d’incidence moyenne sont observés dans les départements de la Vienne (5,0/106), l’Allier (4,1/106), l’Indre (2,6/106), la Saône-et-Loire (2,5/106) et la Haute-Vienne (2,4/106) (figure 2). Incidence annuelle moyenne du botulisme par département, France, 1991-2010 Les sept foyers déclarés en 2010 étaient d’origine alimentaire, dont cinq TIAC.

NOUVEL OBS 04/02/09 Gonfler pour ne pas se faire croquerPour éviter de ce faire détruire par les macrophages du système immunita Les chercheurs de l'Albert Einstein College of Medicine de l'Université Yeshiva à New-York ont découvert comment Cryptococcus neoforman, une levure pathogène, échappe au système immunitaire humain. L'étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), pourrait aider les scientifiques à développer de nouvelles thérapies ou des vaccins contre cette infection souvent mortelle pour les patients immunodéprimés. La cryptococcose est en effet une maladie opportuniste qui affecte particulièrement les malades du Sida ou les patients transplantés astreints à un traitement immunosuppresseur. C. neoformans pénètre généralement dans le corps par les poumons et peut se propager dans tout l’organisme, y compris le cerveau en causant des méningites. L'infection provoque des douleurs à la poitrine, une toux sèche, un gonflement abdominal, des maux de tête et des désordres neurologiques.

ONCFS - AOUT 2015 - Lettre SAGIR Août 2015. Le botulisme, une gestion délicate Cryptococcose Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La cryptococcose est une maladie opportuniste et cosmopolite due à une levure, le Cryptococcus neoformans. Sa contamination se fait essentiellement par voie respiratoire. Distribution géographique, épidémiologie et importance[modifier | modifier le code] Répandu dans le monde entier (sol, débris organiques), les cryptocoques dont Cryptococcus neoformans, habituellement saprophyte mais de loin le plus fréquent des cryptocoques du point de vue pathogène, sont véhiculés vers l'homme par les poussières. Bien qu'il semble que l'inoculation puisse être faite par voie cutanée, lors de piqûre septique, la voie d'entrée normale des levures infectieuses semble être pulmonaire. La cryptococcose n'est pas si rare que cela : le seul Institut Pasteur de Paris en décèle 5 à 10 cas chaque année. Clinique[modifier | modifier le code] Diagnostic[modifier | modifier le code] Traitement[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

SANTE PUBLIQUE FRANCE - 2017 - Le botulisme humain en France, 2013-2016 Le botulisme humain en France, 2013-2016 // Human botulism in France, 2013-2016 Christelle Mazuet1, Nathalie Jourdan-Da Silva2, Christine Legeay1, Jean Sautereau1, Michel R. Popoff1 (mpopoff@pasteur.fr)1 Centre national de référence des bactéries anaérobies et du botulisme, Institut Pasteur, Paris, France2 Santé publique France, Saint-Maurice, France Le botulisme humain est une affection neurologique rare mais grave, qui fait l’objet d’une déclaration obligatoire depuis 1986 à Santé publique France. Cette étude présente la situation du botulisme humain en France sur la période 2013-2016, à partir des données épidémiologiques de Santé publique France et des investigations biologiques du CNR. L’aliment responsable a été identifié dans 15 foyers parmi les 36 foyers de botulisme alimentaire. Human botulism is a rare but severe neurological disease which is subjected to mandatory declaration since 1986 to Santé publique France. Human botulism is rare in France. Incidence Âge et sexe 25 Brook I.

Related: