background preloader

Jeux de rôle en ligne, une addiction à risque

Jeux de rôle en ligne, une addiction à risque
20 septembre 2011 Face à l’augmentation de l’offre des jeux en ligne, jeux vidéo ou jeux d’argent, les phénomènes d’addiction suscitent des inquiétudes. Le jeu problématique voire pathologique a même été intégré au plan de prise en charge et de prévention des addictions du ministère de la santé (2007-2011). Repérer les situations à risque Le jeu mondialement connu World of Warcraft réunit à lui seul 11, 5 millions de joueurs dans son monde virtuel. Pour cela, les chercheurs ont recruté 448 adultes volontaires sur des sites communautaires de jeux et les ont soumis à un questionnaire. Des conséquences nombreuses et une qualité de vie altérée Les résultats montrent que parmi les répondeurs, 27,5 % peuvent être considérés comme dépendants. Ce suivi a surtout permis aux auteurs d’évaluer l’impact de l’addiction sur la vie personnelle et sociale. Bientôt des marqueurs de vulnérabilité ? Source Achab et coll. Related:  Addiction numérique

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Rapport d'information n° 46 (2008-2009) de M. David ASSOULINE, fait au nom de la commission des affaires culturelles, déposé le 22 octobre 2008 Synthèse du rapport (97 Koctets) Disponible au format Acrobat (728 Koctets) au nom de la commission des Affaires culturelles (1) sur l'impact des nouveauxmédias sur la jeunesse, Par M. Sénateur. « Plutôt que de condamner ou d'approuver l'incontestable pouvoir des médias, force est d'accepter comme un fait établi l'impact significatif qui est le leur et leur propagation à travers le monde et de reconnaître en même temps qu'ils constituent un élément important de la culture dans le monde contemporain (...) Déclaration de Grünwald Mesdames, Messieurs, « Je t'aime moi non plus ». Mais, c'est surtout la question des relations que la jeunesse entretient avec ces médias qui inquiète ou qui réjouit : les nouveaux médias exposent-ils nos jeunes à des dangers majeurs tels que la perte de repères, la dépendance cybernétique ou la dissolution du sens critique ?

Jeux de rôle en ligne, une addiction à risque Hôpital Marmottan Paris Au Centre Médical Marmottan nous avons développé depuis le début des années 2000 un accueil spécifique pour des personnes en butte à certaines addictions sans drogue. Dans le cadre de cette consultation nous recevons principalement des joueurs de jeux vidéo, des joueurs d’argent et de hasard et des usagers de sites pornographiques. Qu’est-ce qu’une addiction sans drogue ? Une addiction commence quand une personne veut arrêter une conduite et qu’elle n’y arrive pas. La prise en charge à Marmottan Nos consultations sont proposées avec ou sans rendez-vous. Par exemple, les médecins psychiatres peuvent éventuellement vous prescrire des médicaments et des hospitalisations peuvent vous être proposées au cours de votre prise en charge : cas de dépression, comorbidités psychiatriques, problèmes familiaux… Le service social peut également vous aider à aborder des dossiers difficiles (situation de surendettement par exemple). La prise en charge est volontaire, anonyme et gratuite. Addiction au sport

site de l’INSERM Pourquoi jouons-nous aux jeux de rôle ? | Tous à poils - Le blog qui sent le fauve... Parce que c’est amusant. Pour justifier n’importe quel loisir, je crois que cette phrase devrait suffire. Mais passé la satisfaction immédiate, après le moment convivial entre amis, on peut se poser la question de façon plus approfondie, ou plutôt l’envisager sous un autre angle. Celui de l’attraction, peut-être : pourquoi suis-je attiré par les jeux de rôle ? Si l’on va plus loin, on peut même parler de besoin : pourquoi est-ce que j’éprouve le besoin de jouer aux jeux de rôle ? Avant de poursuivre, j’aimerais insister sur la différence entre besoin et addiction. Il peut être dangereux de pratiquer le jeu de rôle, tout comme il peut être dangereux de pratiquer n’importe quel loisir à l’excès. En bref : le jeu de rôle, avant de se focaliser sur la table où il se déroule, se nourrit d’observations effectuées dans d’autres domaines. Et c’est précisément ce qui est intéressant. En cela, chaque partie de jeu de rôle procède à la fois de l’exercice littéraire et de la note de synthèse.

Dépendance à Internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet (également nommée cyberdépendance cyberaddiction usage problématique d'Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI)) désigne un trouble psychologique entraînant un besoin excessif et obsessionnel d'utiliser un ordinateur et interférant sur la vie quotidienne. Des activités en ligne, telles que l'achat en ligne, si faite en personne, peuvent être considérées comme problématiques si celles-ci sont compulsives. Signes et symptômes[modifier | modifier le code] D'après le spécialiste français Romain Cally « sur le web, la compulsion apparaît lorsque l'internaute ne juge plus son comportement normal, mais ne peut pour autant éviter de se connecter. Symptômes psychologiques allégués[9] : Symptômes physiques allégués[10] : yeux secs ;maux de tête migraineux ;maux de dos ;syndrome du tunnel carpien ;repas irréguliers ou sautés ;mauvaise hygiène personnelle ;insomnies ou changements dans le cycle du sommeil. D. Psychologie :

La cyberdépendance est-elle devenue une maladie? Lundi, 25 Août 2014 13:01 FORUM Illustration : Benoit Gougeon La technologie a créé une nouvelle source de dépendance. Les accros d'Internet sont vissés à leur siège, parfois jusqu'à 20 heures par jour, et perdent presque tout contact avec la réalité. «La dépendance à Internet est virtuelle, mais le problème, lui, est réel. Qui sont-ils? Selon les experts, il existerait quatre champs liés à la dépendance au Web, soit les jeux vidéo d'action et d'aventure, les jeux de hasard et d'argent, la pornographie et les relations virtuelles. Mme Nadeau admet que la passion des jeunes pour les jeux en ligne peut devenir obsessive, pathologique dans certains cas, mais elle croit que le problème est nettement exagéré. Dominique Nancy

Home | psych.org Et si on parlait de jeu de rôle? J’ai envie d’organiser une conférence sur le jeu de rôle pour la prochaine convention Orcidée. Voilà, c’est dit. Et écrit, aussi. J’avoue: c’est mon côté mégalomane qui s’exprime ici. Ça, plus le fait que je suis jaloux comme un pou de Thomas B. qui a eu l’idée avant moi, et pour du GN en plus! Le fait est que je m’intéresse de plus en plus à ce que j’ai tendance à appeler, avec d’autres, la « jeuderôlogie », c’est-à-dire l’étude du jeu de rôle en tant que média à part. En fait, je ne sais trop pourquoi, mais j’ai toujours été fasciné par les conventions de jeu « à l’américaine » et leurs conférences d’auteurs, les panels de présentation et autres débats. Toujours est-il que j’ai commencé à jeter quelques notes sur le genre de choses dont on pourrait discuter. Il faudra également approcher les orgas d’Orcidée, mais le vrai défi, c’est de trouver les sujets et un format qui intéressent le chaland et, surtout, des personnes prêtes à en débattre. Et si on parlait de jeu de rôle?

Related: