background preloader

Les différentes formes de cybercrimes existantes

Les différentes formes de cybercrimes existantes
Depuis l’apparition des réseaux informatiques et la vulgarisation d’Internet, une nouvelle forme d’infraction pénale est née : la cybercriminalité. Cette forme de délinquance de dernière génération, a intégré le rang des crimes et infractions pénales, car elle regroupe les trois éléments de formation d’une infraction pénale : l’élément moral, l’élément matériel et l’élément légal. Comme toutes les infractions pénales courantes, le cybercrime se manifeste sous différentes formes, en fonction desdits déterminants. Selon leur gravité, les cybercrimes sont classés respectivement : contraventions, puis délits et enfin, crimes. La première forme de cybercrime regroupe les manœuvres frauduleuses et criminelles affectant purement les systèmes informatiques. Quant à la deuxième forme de cybercrime réprimée par la loi pénale, il y a surtout les tracts en ligne d’incitation à la haine, au terrorisme et au pédo-tourisme.

Cybercriminalité : toutes les formes d'attaques - Cases Les attaques ciblées peuvent être très difficiles à contrecarrer. Tout dépend de l'énergie et temps déployés par le groupe de malfaiteurs. En général une attaque ciblée bien organisée a de grandes chances de réussir quand l'attaquant se concentre exclusivement sur sa victime. Ces attaques peuvent se dérouler en différentes étapes. La récolte d'informations Avant d'attaquer une cible particulière, le pirate procède généralement à un relevé de toute information pouvant mener à une cartographie (photographie détaillée) de l'organisation ou de l'individu qu'il vise. Le balayage du réseau Parfois les pirates testent les systèmes cibles pour vérifier s'ils sont actifs, et déterminer s'il présentent des failles. L'ingénierie sociale Souvent l'attaque sur les systèmes informatiques sera impossible car trop protégés. Le fichier piégé

Cybercriminalité | Anti Cyber Criminalité La cybercriminalité peut prendre diverses formes et peut se produire à tout moment et n'importe où.Les cybercriminels utilisent un certain nombre de méthodes, en fonction de leurs compétences et de leurs objectifs.Cela n'a rien de surprenant : après tout, la cybercriminalité est un type de criminalité, perpétrée à l'aide d'un ordinateur ou dans le cyberespace. La convention sur la cybercriminalité du Conseil de l'Europe utilise le terme "cybercriminalité" pour faire référence aux délits allant de toute activité criminelle portant atteinte aux données, au non-respect des droits d'auteur [Krone, 2005]. Toutefois, d'autres auteurs [Zeviar-Geese, 1997-98] suggèrent que la définition de cette notion est beaucoup plus vaste et comprend des activités telles que la fraude en ligne, l'accès non autorisé, la pédopornographie, et le harcèlement dans le cyberespace.

Escroquerie L'escroquerie est le fait d'obtenir un bien ou de l'argent par une manœuvre frauduleuse : faux documents, mensonge... Les escroqueries par internet sont également réprimées. Définition Cas d'escroqueries Il y a escroquerie lorsque qu'une personne se faire remettre un bien, de l'argent ou se fait fournir un service en utilisant la tromperie. La tromperie peut notamment porter : sur le nom (usage d'une fausse identité),sur la qualité (en prétendant être propriétaire ou assureur, par exemple),sur une manœuvre frauduleuse (un faux diplôme par exemple). La fraude à l'assurance (prétexter le vol de son portable alors qu'il est perdu) est considérée comme une escroquerie. Différence avec le vol et l'abus de confiance L'escroquerie est différente du vol. L'escroquerie est différente de l'abus de confiance. Par exemple, un tuteur qui détourne l'argent de la personne sous tutelle commet un abus de confiance car il a légalement le droit de gérer cet argent pour un usage précis. Recours de la victime

Internet : cause de suicide | Anti Cyber Criminalité La cybercriminalité va même jusqu’à pousser les gens au suicide Si internet était auparavant considéré comme étant la nouvelle technologie qui apportera le développement, il est désormais considéré comme un danger potentiel pour la jeunesse. On peut trouver sur la Toile divers sites qui manipulent les enfants, publient des images choquantes et qui vont même jusqu’à diffuser des messages incitant les jeunes générations au suicide. L’addiction à internet peut pousser les enfants à commettre l’irréparable, car au moment où ils allument leur ordinateur, ils ne vivent plus dans la réalité. A qui la faute ? Les parents sont toujours pointés du doigt quand il arrive malheur à un enfant. Une étude a révélé que les jeunes de 15 à 25 ans sont les plus touchés par les cas de suicide. Il est donc préférable de surveiller l’utilisation d’internet par les jeunes, car cela pourrait les conduire au point de non retour.

Cyberharcèlement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Logo contre le cyberharcèlement. Image laissée sur certains profils Facebook de victimes. Le cyberharcèlement ou cyberbullying en anglais, est une forme de harcèlement conduite par divers canaux numériques. Il peut prendre différentes formes, comme la création de faux profils, la diffusion de fausses rumeurs ou encore l'envoi de messages d'insultes.Le cyberharcelèment et le harcèlement traditionnel ont de nombreux points communs. Seule la forme change, puisqu’il s’agit d’agressions répétées sur le long terme envers un individu dans le but de nuire à celui-ci mais diffusées par des moyens de communication numériques. Le premier à avoir évoqué ce phénomène est Bill Belsey en 2003. Chez les jeunes[modifier | modifier le code] Description du phénomène[modifier | modifier le code] Le cyberharcèlement est une forme récente de harcèlement. Caractéristiques[modifier | modifier le code] Anonymat[modifier | modifier le code]

Cybercriminalité / Cybercriminalité / Criminalité / Internet La cybercriminalité est l’une des formes de criminalité qui connaît actuellement la croissance la plus forte, de plus en plus de malfaiteurs exploitant la rapidité et la fonctionnalité des technologies modernes, ainsi que l’anonymat qu’elles permettent, pour commettre les infractions les plus diverses : piratage des données et des systèmes informatiques, vol d’identité, diffusion d’images d’abus pédosexuels, escroqueries aux enchères sur Internet, accès non autorisé à des services financiers en ligne, propagation de virus, déploiement de botnets, escroqueries de divers types au moyen de la messagerie électronique comme par exemple l’hameçonnage (« phishing »), etc. Mondial par nature, Internet permet aux malfaiteurs de se livrer à la quasi-totalité des activités illicites en n’importe quel point du globe. La cybercriminalité évolue Rôle d’INTERPOL

Cybercriminalité : des condamnations bien réelles En avril, nous avons pu observer une augmentation des arrestations de cybercriminels. La plupart des cas étaient directement liés à des vols d’argent; mais curieusement, les cybercriminels préfèrent voler des petites sommes sur des centaines de cartes bancaires plutôt que de voler une grosse somme à une unique victime. Ainsi, ils espèrent ne pas être punis car les torts causés à chacune de leurs victimes sont relativement peu importants. Pirates du 21ème siècle Les films décrivent peut-être les pirates comme des héros romantiques, mais ils obtiennent leur argent en volant, et ça n’a pas beaucoup changé de nos jours. Curieusement, Svartholm Warg avait déjà été condamné pour des accusions contre Pirate Bay et s’était enfui au Cambodge afin d’échapper aux poursuites. Des millions de cartes bancaires À Washington D.C., l’affaire impliquant un célèbre voleur de cartes bancaires est enfin classée. La Russie a du talent Une négligence qui coûte des millions On ne plaisante pas avec la sécurité

Structures de lutte contre la cybercriminalité en France Dans un précédent post je m'intéressais à la censure sur internet dans les pays peu démocratiques. Cela ne veut pas dire que dans nos sociétés on puisse dire tout et n'importe quoi sur internet. Cet espace de communication doit respecter des règles : ne pas faire l'apologie du racisme, de la pédophilie et autres déviances. Un décret du 15 mai 2000* porte sur la création d'un office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication L'article premier paru au J.O. numéro 113 (du 16 Mai 2000) détaille la structure générale : « Il est créé au ministère de l'intérieur (direction générale de la police nationale, direction centrale de la police judiciaire) un office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication. La gendarmerie nationale est donc engagée dans la lutte contre le « technocrime », aux côtés de la police nationale. Jérôme Bondu Sources :

Cybercriminalité : 10 exemples d'arrestations majeures Les politiciens, les chercheurs en sécurité et autres groupes engagés dans la lutte contre la cybercriminalité comparent souvent cette situation aux efforts menés dans la lutte contre le crime organisé traditionnel. Certaines astuces et tactiques sont comparables et les motivations le sont tout autant; il existe néanmoins une différence majeure entre les deux groupes : les cybercriminels n’ont aucune peur d’être attrapés. Les chances qu’un cybercriminel soit attrapé, poursuivi et incarcéré sont extrêmement minces, surtout en comparaison avec le volume de cybercriminalité qui existe aujourd’hui. « L’absence d’accords internationaux et d’application des lois, y compris dans les pays où des lois contre la cybercriminalité existent, rend quasiment impossible la diminution de la cybercriminalité. Par conséquent, quand les organismes d’application de la loi effectuent une arrestation, même si elle ne semble pas importante sur le plan global, l’arrestation fait souvent les gros titres.

Cybercriminalité: les forces de l'ordre en formation continue 01net le 21/01/14 à 15h44 Création du CECyF au FIC 2014. Afin de mieux pouvoir lutter contre la cybercriminalité galopante, différents acteurs français dans la lutte contre ce fléau viennent de créer un centre d'expertise, à l'occasion du Forum International de la Cybercriminalité qui se tient actuellement à Lille. Dans les faits, le CECyF est une association de loi 1901. Lire aussi:

LOPPSI 2 : L’usurpation d’identité sur Internet est un délit - Mon Juriste – Actualité juridique – Actualité du droit Le sénat a approuvé, en deuxième lecture ce 19 janvier 2011, le filtrage par une autorité administrative des sites hébergeant des contenus de nature manifestement pédo-pornographique. Les sénateurs ont ainsi d’ores et déjà confirmé l’adoption du filtrage des sites Internet hébergeant des contenus illicites. Tous les amendements demandant l’intervention d’un juge ont été rejetés, il ne s’en sera donc que plus difficile d’éviter les dérives de filtrages abusifs en l’absence de toute forme d’audit inscrit dans cette nouvelle loi. Les décisions de filtrage seront adressées aux FAI par une autorité administrative, l’OCLCTIC (Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication), qui dépend directement du ministère de l’intérieur et gère tout le domaine de la cybercriminalité (un concept qui recouvre le traitement judiciaire des infractions spécifiques à la criminalité liée aux nouvelles technologies).

Ce document est redondant par rapport au 1er by cdises2 Dec 8

Related: