background preloader

La CIA espionne toutes vos données persos... et l’Europe s’en fiche

La CIA espionne toutes vos données persos... et l’Europe s’en fiche
Le gouvernement américain s’est octroyé depuis quelques années le droit d’espionner la vie privée des citoyens étrangers, dont les Européens, en mettant à contribution ses grandes compagnies, Facebook, Google ou Microsoft. Et les autorités européennes ferment les yeux. C’est ce que dénonçait la version américaine de Slate le 8 janvier dernier, en s’appuyant sur le rapport [en anglais] « Combattre le cybercrime et protéger la vie privée sur le Cloud » du Centre d’études sur les conflits, liberté et sécurité, passé jusqu’alors tout à fait inaperçu. La mise en place d’une sorte de tribunal secret, dont l’action ne se limite plus aux questions de sécurité nationale ou de terrorisme mais à « toute organisation politique étrangère », inquiète les auteurs de ce rapport remis au Parlement européen fin 2012. Un risque pour la souveraineté européenne « Carte blanche » pour espionner L’inaction des responsables européens « Il est très clair que la Commission européenne ferme les yeux.

La police se lance sur les réseaux sociaux - Société La Police nationale lance officiellement sa page Facebook. © Copie d'écran de la page Facebook de la Police nationale. La police nationale a annoncé mardi son lancement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Flickr). Objectif : "aller chercher les internautes là où ils se trouvent". Si cette présence des autorités n'est pas nouvelle, elle est désormais officielle. La Police nationale se met à la page. La police nationale va se lancer sur les réseaux sociaux "afin d'aller chercher les internautes là où ils se trouvent" et de "les toucher par l'intermédiaire de leurs contacts et de leurs centres d'intérêt". L'objectif "est de créer un lien de confiance avec les internautes et de développer toutes les opportunités offertes par internet". La Police nationale sur les réseaux sociaux : quelles avancées ? Déposer une pré-plainte en ligne La DGPN a lancé sa page Facebook qui permettra par exemple de déposer une pré-plainte en ligne "directement". Les internautes réagissent

L’UE inaugure demain le Centre européen de lutte contre la cybercriminalité C’est demain qu’ouvrira officiellement à La Haye (Pays-Bas) le Centre européen de la lutte contre la cybercriminalité, comme l’a annoncé la Commission européenne. Son objectif ? Mener à une échelle européenne des opérations portant sur la cybercriminalité. Crédits - Commission européenne. Selon Bruxelles, cette nouvelle structure située dans les locaux de l'Office européen de police (Europol) devrait concentrer ses actions sur les activités illicites menées sur Internet par des organisations criminelles, « notamment les attaques dirigées contre les services de banque en ligne ou d'autres activités financières en ligne, l'exploitation sexuelle en ligne des enfants et la criminalité touchant aux infrastructures critiques et aux systèmes d'information de l'UE ». D’autre part, une partie des activités de ce centre sera consacrée à la publication de travaux de recherche et de développement. Xavier Berne Journaliste, spécialisé dans les thématiques juridiques et politiques.

Accord TAFTA : l’Assemblée nationale au secours du secteur de l’audiovisuel Après François Hollande, les députés ! Dans un projet de résolution, les parlementaires français viennent défendre le secteur audiovisuel de l’accord commercial en préparation entre l'Union européenne et les États-Unis. Le Transatlantic Free Trade Area (TAFTA ou TPIP pour Transatlantic Trade and Investment Partnership) est critique par plusieurs organisations de la société civile. Du côté des ayants droit, les inquiétudes sont bien différentes. « Une offensive libérale » Mais aussi présidentielle soit-elle, sa parole n’est pas suffisante. Ils demandent à ce que les services audiovisuels soient expressément exclus du mandat de négociation. « C’est la première fois, en vingt ans, que la Commission ne respecte pas le principe de l’exception culturelle, en n’excluant pas expressément le secteur audiovisuel d’un accord de commerce international, a fortiori avec les États-Unis. Une ouverture, mais pas à n'importe quel prix

Après le Free #AdGate, l’ASIC veut que la neutralité du Net soit préservée L’ASIC, qui regroupe différents acteurs du Web - dont notamment Google, vient d’applaudir le retour des publicités chez Free. L’organisation a profité de l'occasion pour demander au gouvernement de Jean-Marc Ayrault de s'engager sur trois points, afin de préserver « sans exception » la neutralité du Net. L’ASIC (Association des services internet communautaires) s’est félicitée aujourd’hui de « la levée de la mesure de blocage des services de publicité sur internet », telle que modifiée en début de semaine par Free. Même si le nom du FAI n’est jamais mentionné, l’association - qui se présente comme « la première organisation française qui regroupe les acteurs du web 2.0 et qui vise à promouvoir le "nouvel" Internet » - estime que cette décision avait « de fortes conséquences sur les acteurs de l’internet dont tout ou partie de leur modèle économique repose sur la publicité en ligne ». Un blocage considéré par l'ASIC comme une rupture de la neutralité du Net Xavier Berne

Droit d'auteur : La Commission européenne invoque la crise pour poursuivre la répression La Commission européenne n'est pas prête à changer de cap en matière de droit d'auteur, estime la Quadrature du Net. Avec la publication de deux nouvelles « feuilles de route » [1] sur le droit d'auteur, les brevets et le droit des marques, l'institution qui a négocié l'ACTA décide d'en rester au statu quo. Ironiquement, elle invoque la crise pour justifier la poursuite de ces politiques qui ont d'ores-et-déjà échoué, souligne Philippe Aigrain, co-fondateur de l'organisation citoyenne. La Commission européenne refuse de voir que le partage de la culture et de la connaissance favorise la collaboration, encourage l'innovation et garantie notre souveraineté sur les ressources informationnelles. Après l'épisode ACTA, la Commission ne peut ignorer la crise de légitimité croissante du dogme du droit d'auteur. « C'est en effet une période de troubles que nous traversons. Références 1. 2.

Plateforme 3©-DA - Consommateurs et créateurs s’unissent pour la création à l’ère numérique Des associations de consommateurs et de créateurs français et néerlandais se rassemblent au sein de la plateforme 3©-DA - Consommateurs et créateurs pour la création à l’ère numérique - mise en ligne aujourd’hui sur le site www.3c-da.org. Les organisations présentent une vision commune pour un financement équitable du contenu numérique. Le lancement de cette initiative, saluée par des eurodéputées de tous bords(1), entend enfin apporter une réponse commune propre à satisfaire tous les intérêts en présence. La question de l’adaptation de l’industrie culturelle à l’ère numérique n’est certes pas nouvelle, et un certain nombre de difficultés est déjà connu. Tout le monde s’accorde pour dire que le statu quo actuel - l’absence d’offre légale de qualité et d’une rémunération équitable des artistes - n’est pas acceptable. (1) MEP Malika BENARAB-ATTOU (FR, Greens - ALE) : « Le droit au partage non marchand entre individus et notamment le téléchargement sur internet est une nécessité.

"Stellar Wind" : le programme top-secret de surveillance de la NSA On connaissait déjà Echelon, le système de surveillance des télécommunications de la NSA. L’agence américaine s’apprête maintenant à passer au stade supérieur, en mettant en place Stellar Wind (Vent Stellaire), un programme d’espionnage qui ne laissera rien passer … Echelon est déjà un programme de renseignement particulièrement intrusif : piloté par la National Security Agency (NSA) américaine, et soutenu par le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, Echelon peut librement espionner les télécommunications et les courriers électroniques du monde entier : dès qu’un mot-clé, présent dans la liste noire de l’agence (ex : attentat, bombe, etc.), est repéré dans une communication électronique (flag), son auteur est surveillé dans le moindre détail. Pourtant, Echelon apparaît aujourd’hui comme un outil artisanal, comparé à ce que nos voisins outre-atlantique s’apprêtent à mettre en marche : Stellar Wind, ou Vent Stellaire. Les différences entre Echelon et Stellar Wind

Le gouvernement veut une loi sur la fiscalité du numérique en 2013 Le député Philippe Marini (UMP) a finalement retiré son amendement sur la fiscalité du numérique, présenté dans le cadre du projet de loi de finances pour 2013. Ce recul intervient après que Jérôme Cahuzac ait fait connaître l'intention du gouvernement de légiférer dans ce secteur en 2013. Philippe Marini (juillet 2012, photo MR) Jérôme Cahuzac, ministre délégué en charge du Budget, s’est dit défavorable à l'amendement de Philippe Marini, hier lors des discussions devant le Sénat. Le locataire de Bercy a également indiqué que le gouvernement a l’intention de légiférer sur la fiscalité du numérique en 2013. Le dispositif de l'amendement proposé par le sénateur UMP reprenait les grandes lignes de sa proposition de loi « pour une fiscalité numérique neutre et équitable », déposée le 19 juillet dernier. La première taxe était due par ceux qui assurent la région des services de publicité afin, selon le sénateur, d’éviter le risque de délocalisation. Une taxation contestée dans ses modalités

Comment Bruxelles se prépare à enterrer la neutralité du Web Décidément, l’année 2013 n’aura pas été faste pour l’Internet tel qu’il avait été pensé par ses géniteurs : libre, anonyme et égalitaire. Le quotidien économique allemand Handelsblatt affirme être en possession d’un document prouvant la volonté de la Commission Européenne d’enterrer la neutralité du Web. La proposition, téléguidée par la commissaire européenne chargée de la société numérique, Neelie Kroes, vise à laisser libres les opérateurs Télécom de décider de la bande passante qu’ils désirent allouer aux sites internet. Jérémie Zimmerman, cofondateur de l’organisation de défense des droits etlibertés des internautes La Quadrature du Net, réagit vivement : « C’est un habillage très subtil, qui n’en détruit pas moins la neutralité du Net. En autorisant la limitation des données et les deals sur la qualité du trafic, on ne fait pas de discrimination, mais on n’interdit pas la discrimination. » Un principe indissociable de l’Internet Vers un Internet à deux vitesses

Le syndicat de l'industrie numérique française très peu optimiste pour 2013 Le Syntec Numérique, syndicat de l'industrie numérique française, a publié hier son bilan pour l'année 2012 ainsi que ses perspectives pour l'année 2013. Et ces dernières sont loin d'être particulièrement optimistes, avec une croissance estimée à... zéro. Une année 2012 inférieure aux premières prévisions Avec une croissance désormais estimée à 0,7 %, contre une estimation de 1,2 % en avril dernier, l'année 2012 ne restera pas dans l'histoire du secteur numérique. Plus précisément, l’activité « Conseil et services informatiques » affichera même une croissance nulle cette année, tandis que les activités « Logiciel » et de « Conseil en Technologies » devraient croître de 1,6 % et 2,0 % respectivement. En 2011, les taux de croissance respectifs de ces trois secteurs étaient de 2,7 %, 3,8 % et 7 %. Loin derrière l'Allemagne et les USA Comparée aux autres pays, la France devrait réaliser une croissance supérieure à celle du marché britannique (-0,4 %), italien (-2,6 %) et espagnol (-2,7 %).

CETA : comment Bruxelles tente de court-circuiter le rejet d'ACTA Chassez ACTA par la grande porte du Parlement européen et il revient par la lucarne d’un accord international entre le Canada et l’Union européenne. Extrait du tableau de Michael Geist La semaine dernière, le Parlement européen repoussait à une très large majorité (478 vs 39) ACTA, assénant à l’accord anti-contrefaçon un désaveu politique magistral. Hier, le clou s’enfonçait un peu plus dans les planches du cercueil : la commission des affaires juridiques du Parlement a sollicité de la CJUE l’abandon de la procédure pour avis lancée par la Commission européenne. Cependant, le sort de l’accord est loin d’être scellé. Pour arriver à cette conclusion, le juriste publie un tableau qui reprend dans une colonne les articles d’ACTA, dans l’autre ceux de CETA, dont le contenu a été divulgué. Dans le détail, l’accord CETA absorbe le fameux article 27 d’ACTA qui préconise notamment des sanctions contre « la neutralisation des mesures techniques efficaces ».

Forum d’Avignon 2012 : la culture croit en son avenir numérique Le Forum d’Avignon est un événement exceptionnel qui se déroule dans un lieu exceptionnel. C’est au cœur du Palais des Papes, dans la Salle du Conclave, que les débats se déroulent. Un décor impressionnant qui fut le théâtre de l’élection de 6 papes au XIVème siècle. C’est là, pendant 3 jours, que les principaux acteurs de la Culture débattent de leur(s) métier(s) , de leur économie et de leur avenir. Et chaque année depuis 5 ans, la révolution numérique y occupe une place de plus en plus importante. L’édition 2012 du Forum d’Avignon avait une dimension très particulière : d’abord parce que c’était la première édition de l’ère Filippetti (Ministre de la Culture et de la Communication), ensuite parce que Pierre Lescure y animait une matinée et enfin parce que le numérique n’a jamais été autant porteur d’espoir mais aussi d’inquiétude pour l’industrie culturelle et plus particulièrement pour l’industrie des programmes. L'étude complète est disponible ici @plechevallier

INDECT le méga cyber espion européen pire qu'ACTA Pire qu' ACTA, PIPA et SOPA réunis, il y a INDECT, le grand oublié des pétitions qui tournent en ce moment. Lancé en silence le 1er janvier 2009, le programme européen de recherche INDECT est étallé sur 5 ans. C'est le temps nécessaire pour mettre en place ce méga cyber espion. Officiellement, la Commission Européenne a chargé le consortium INDECT de mettre en place "un système intelligent d'information permettant l'observation, la recherche et la détection en vue d'assurer la sécurité des citoyens dans un environnement urbain" et dont le but est en fait "la détection automatique des menaces, des comportements anormaux ou de violence.". Voilà qui a le mérite d'être explicite ... Au nom de notre "sacro-sainte" sécurité, il se construit un monde où notre liberté semble fondre comme neige au soleil. Big Brother est bien là ... La Commission Européenne avait prévu en 2009, un investissement de plus de 10 millions d'euros. Le préambule du cahier des charges fixé en 2009 est sans appel :

Related: