background preloader

Information Geographies

Information Geographies
Related:  Cartographie

Maps With Me: la meilleure application de Cartes Hors-Ligne ? (Vidéo) De nombreuses applications de cartes hors-ligne existent sur le Google Play, cependant la majorité d’entre elles ne concernent qu’un pays ou qu’une ville. Avec Maps With Me, nous avons accès aux cartes du monde entier, pas moins de 345 pays sont maintenant disponibles ! Pourquoi nous vous conseillons cette application aujourd’hui ? Outre quelques points d’intérêt et éléments absents dans certains pays (les cartes sont mises à jour régulièrement) et un repérage GPS parfois un peu longuet, cette application fait quasiment un sans faute ! Les fonctionnalités sont multiples et doivent être connues pour pouvoir exploiter au mieux cette application, pour cela voici une vidéo de présentation (version Pro), utile pour vous faire une idée de ses qualités et défauts: LITE ou PRO (3€68) Avec la version gratuite, vous aurez : • Les cartes hors ligne de tout les pays • Tous les détails sur la carte • Votre position actuelle déterminée par GPS [androidapp=1535] AndroTesteur

Blog | Doing Digital Humanities (S13) The following “Blessay” post is an edited version of an earlier post I wrote on 02/13/2013 — “Toward a Student-Centered Collaborative Approach to DH Design — The ECDA’s Omeka Installation as a “Knowledge Lab” —which I had intended to submit as my “Blessay,” but failed to do so correctly. Across the semester I have been interested in a discussion of how the field of DH conceives of students (graduate and undergraduate) as not just eventual end-“users” of the DH projects scholars “build” but as potential, perhaps necessary co-contributors/collaborators in the “doing” and “making” practices of the field. In what follows, I want examine the need for DH, which is already characteristically a collaborative endeavor, to seek out new ways for involving students more directly in its scholarly “building” practices. I want to begin with Stephen Ramsay’s rather controversial statement over “Who’s In and Who’s Out” of the DH field.

Open Product Data Michel Foucher et la subjectivité des projections cartographiques, reflets d’une certaine vision du monde | Le Creuset [v. Bêta] L’émission culturelle de deuxième partie de soirée Ce soir ou jamais (France 3) consacrait ce mardi 7 février une partie de sa revue de presse aux représentations cartographiques du monde et ce, en lien avec l’exposition « La France en relief » tenue au Grand Palais (Paris) depuis le 18 janvier 2012[1]. Invité en compagnie de Sylvie Brunel[2], Michel Foucher[3] a exposé le caractère très subjectif des projections cartographiques, depuis celle de Gérard Mercator, géographe flamand du XVIe siècle (1512-1594), qui fausse la taille et la position des continents et des États mais qui demeure toujours un support utilisé par les départements d’État, les organisations internationales ou encore Google. Annette Ciattoni (dir.), Géographie 2de (manuel), Paris : Hatier, 2010, p. 10. Or, la projection de Peters, plus respectueuse des superficies mais non-exempte de défauts, est encore sous-utilisée[4]. Dans son ouvrage réédité – La bataille des cartes : analyse critique des visions du monde (F.

Collaborative Cybernetics | Olivier H. Beauchesne Henri Verdier devient le vrai référent Open Data de la France Tout en conservant la direction de la mission ETALAB, Henri Verdier prend les fonctions d’ Administrateur Général des Données (AGD) ou Chief Data Officer (CDO) en anglais. Cette nomination d’une portée nationale, officialisée par décret publié dans le JORF du 17 septembre 2014, constitue une première. « Cette fonction de Chief Data Officer avait auparavant été réservée à des villes (New York, San Francisco, Chicago, Philadelphie, Baltimore…) ou des entreprises (Yahoo, Ogilvy, CitiGroup…) pionnières », selon une contribution blog de la mission Etalab en date du 19 septembre. Placé sous l’autorité du Premier ministre, l’Administrateur Général des Données sera chargé d’exploiter « le potentiel des données publiques pour améliorer le service public » : comment améliorer la qualité des données produites par l’Etat ? Comment faciliter leur circulation (administrations, chercheurs, entreprises et citoyens’ ? Comment produire des données clefs ?

2011 à la carte Tour d'horizon des meilleures cartes de 2011 par l'auteur du site anglais de datavisualisation Spatial Analysis. Des connections sur Facebook aux collaborations scientifiques, tout se cartographie ! Alors que 2011 touche à sa fin, il est bon de revenir sur cette année déterminante pour la cartographie et l’analyse spatiale. Les données géographiques se sont massivement ouvertes, et ont été rendues largement accessibles, conduisant à la production presque quotidienne de cartes inédites et intéressantes. L’usage croissant de technologie telle que les Google Fusion Tables a rendu la cartographie des données plus facile que jamais. Pour trouver l’inspiration pour une nouvelle année de cartographie, et sans classement particulier, voilà le Best Of 2011 de l’analyse spatiale. La carte des connections Facebook de Paul Butler Celle-ci se faufile tout juste dans le classement, puisqu’elle a été réalisée en décembre 2010. La carte des noms de famille aux États Unis Voyage dans la galaxie

CINEMETRICS — film data visualization

Related: