background preloader

Information Geographies

Information Geographies
Related:  Cartographie

Sightsmap Maps With Me: la meilleure application de Cartes Hors-Ligne ? (Vidéo) De nombreuses applications de cartes hors-ligne existent sur le Google Play, cependant la majorité d’entre elles ne concernent qu’un pays ou qu’une ville. Avec Maps With Me, nous avons accès aux cartes du monde entier, pas moins de 345 pays sont maintenant disponibles ! Pourquoi nous vous conseillons cette application aujourd’hui ? Outre quelques points d’intérêt et éléments absents dans certains pays (les cartes sont mises à jour régulièrement) et un repérage GPS parfois un peu longuet, cette application fait quasiment un sans faute ! Les fonctionnalités sont multiples et doivent être connues pour pouvoir exploiter au mieux cette application, pour cela voici une vidéo de présentation (version Pro), utile pour vous faire une idée de ses qualités et défauts: LITE ou PRO (3€68) Avec la version gratuite, vous aurez : • Les cartes hors ligne de tout les pays • Tous les détails sur la carte • Votre position actuelle déterminée par GPS [androidapp=1535] AndroTesteur

Blog | Doing Digital Humanities (S13) The following “Blessay” post is an edited version of an earlier post I wrote on 02/13/2013 — “Toward a Student-Centered Collaborative Approach to DH Design — The ECDA’s Omeka Installation as a “Knowledge Lab” —which I had intended to submit as my “Blessay,” but failed to do so correctly. Across the semester I have been interested in a discussion of how the field of DH conceives of students (graduate and undergraduate) as not just eventual end-“users” of the DH projects scholars “build” but as potential, perhaps necessary co-contributors/collaborators in the “doing” and “making” practices of the field. In what follows, I want examine the need for DH, which is already characteristically a collaborative endeavor, to seek out new ways for involving students more directly in its scholarly “building” practices. I want to begin with Stephen Ramsay’s rather controversial statement over “Who’s In and Who’s Out” of the DH field.

Home — GeoNetwork opensource Atlas of Design "Any city-dweller knows that most neighborhoods don’t have clear boundaries. Yet on maps, neighborhoods are almost always drawn as perfectly bounded areas with sharp edges—homogeneous zones of ethnicity or class." Matt Forrest & Kate Chanba "Bringing this local identity into the map without sacrificing its navigational functionality was our biggest challenge, but an important one: as simple as fonts and colors are, they can speak volumes about a city." Tanya M. "The spreads in this section depart from the detailed, scientific presentation used elsewhere in the atlas, and evoke instead a field notebook style, wherein the maps appear to be produced by a hand-drawn, loose, pen/ink, and/or watercolor medium." "Over the years I have developed a map aesthetic for the magazine that features soft, muted raster backgrounds upon which more important thematic vector data and textual information are positioned." Brian E. Bieke Cattoor & Bruno De Meulder Sarah Williams & Juan Francisco Saldarriaga

Michel Foucher et la subjectivité des projections cartographiques, reflets d’une certaine vision du monde | Le Creuset [v. Bêta] L’émission culturelle de deuxième partie de soirée Ce soir ou jamais (France 3) consacrait ce mardi 7 février une partie de sa revue de presse aux représentations cartographiques du monde et ce, en lien avec l’exposition « La France en relief » tenue au Grand Palais (Paris) depuis le 18 janvier 2012[1]. Invité en compagnie de Sylvie Brunel[2], Michel Foucher[3] a exposé le caractère très subjectif des projections cartographiques, depuis celle de Gérard Mercator, géographe flamand du XVIe siècle (1512-1594), qui fausse la taille et la position des continents et des États mais qui demeure toujours un support utilisé par les départements d’État, les organisations internationales ou encore Google. Annette Ciattoni (dir.), Géographie 2de (manuel), Paris : Hatier, 2010, p. 10. Or, la projection de Peters, plus respectueuse des superficies mais non-exempte de défauts, est encore sous-utilisée[4]. Dans son ouvrage réédité – La bataille des cartes : analyse critique des visions du monde (F.

Collaborative Cybernetics | Olivier H. Beauchesne OpenStreetMap: Achèvement du tracé des 36680 communes françaises Bonjour florent, (bref intro : je suis contributeur osm, en charge de l'export automatique ci-avant cité) florent vanhoutte a écrit:(...) j'aurais quelques "retouches" mineures à soumettre pour assurer une cohérence topologique complète avec le PCI vecteur.(...) Cette remarque peut s'avérer intéressante : entre contributeur osm, on fini un peu par tourner en rond* et il arrive que parfois on ne sache plus trop pour quel usage ni pour qui nous avons tracé ces limites de communes. Avoir des retours, sur des usages rééls, par vous ou par d'autres est une source qui nous permet à nous même d'avancer. Sans rentrer dans le détail précis du cas auquel vous faites référence, qu'entendez vous par "cohérence topologique" ? Quand vous avez comparé, vous avez superposé le PCI vecteur aux frontières extraites ? Merci d'avance pour votre aide ;-)

Related: