background preloader

La pression pesant sur les corps féminins illustrée par des photos crues

La pression pesant sur les corps féminins illustrée par des photos crues
La pression que la société et les canons de beauté exercent sur les corps féminins est illustrée dans une série de photos crues. Ça fait peur et un peu mal. Malgré les dizaines de campagnes de sensibilisation qui tentent chaque année de dénoncer la pression des médias, et de la société en général, sur les corps des femmes, les diktats actuels de beauté restent assez rigides. The Fanciful, Monstrous Feminine (Le fantasque et monstrueux corps féminin) est un projet photographique de l'artiste australienne Jessica Ledwich visant à dénoncer les tortures que les femmes font subir à leur corps pour être physiquement « dans la norme ». Norme imposée par une société dans laquelle l'imperfection n'est pas une option. C'est déroutant, violent et terriblement percutant. Partage sur les réseaux sociaux & viens réagir sur le forum !

http://vistavie.madmoizelle.com/diaporamas/pression-corps-femmes/

Related:  Anatomie et rapport au corps fémininInversions & parodieshypersexualisation

Les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes En 2010, la Media Education Foundation sortait un nouvel épisode de Killing Us Softly, une série de documentaires sur les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes. Quatre ans plus tard, il est toujours temps de tirer la sonnette d'alarme... La Media Education Foundation, dont la mission est de produire des films éducatifs pour aider au développement du sens critique des jeunes américains, a récemment fait parler d’elle suite au retour en grâce du quatrième épisode de Killing Us Softly, une série de documentaires sur l’image des femmes dans les médias et les répercussions qu’elle peut avoir sur leur amour-propre.

Photoshop, révélateur des critères de beauté dans le monde Depuis Kansas City (Missouri, aux Etats-Unis) où elle travaille, la journaliste freelance Esther Honig a envoyé le même portrait d'elle, non-retouché, sans maquillage, cheveux attachés et épaules nues sur fond gris, à plusieurs dizaines de retoucheurs dans le monde. Via des plateformes d’échange de services, comme Fiverr, explique-t-elle sur son site, elle est entrée en contact avec une quarantaine de personnes, issues de plus de 25 pays, du Sri Lanka à l'Ukraine en passant par les Philippines ou le Kenya. «Certains [utilisateurs de Photoshop, ndlr] sont des experts, d'autres, des amateurs». ma chatte est-elle normale ? Alors que les hommes peuvent jouer allègrement avec leur engin, le sexe féminin est beaucoup plus dissimulé. En découle depuis des siècles le côté mystérieux du sexe féminin. Or le mystère repose généralement dans la méconnaissance.

Les complexes concernant la peau démontés dans une jolie campagne Dermablend Pondu par Virginie le 2 avril 2014 Dermablend lance Camo Confession, une série de vidéos qui démontent les complexes concernant la peau. Camo Confession est la nouvelle campagne de la marque de maquillage correctif Dermablend. Et si les personnages de dessins animés changeaient de genre ! Et si la petite sirène était en fait un homme, à quoi il ressemblerait ? l’artiste Sakimi Chan a tenté d’y répondre, et le résultat est plutôt réussit ! 1. Pocahon (Pocahontas)

Et si les hommes remplaçaient les femmes dans les pubs sexistes ? Pondu par Virginie le 17 mars 2014 Buzzfeed remplace les femmes par des hommes dans des publicités sexistes. C’est drôle et criant de ridicule. Le célèbre site Buzfeed a eu la bonne idée de se moquer des publicités sexistes en remplacant les rôles féminins, souvent ridicules et caricaturaux, par des rôles masculins. Je te laisse découvrir la vidéo (et pouffer de rire tout en grinçant des dents). La question que soulève Buzzfeed est claire : pourquoi ces publicités, qui nous semblent complètement ridicules avec des hommes, passent-elles comme une lettre à la Poste lorsqu’elles mettent en avant des femmes ?

Les cosplayeuses sexy doivent-elles se rhabiller ? / Super Popette De l’art de porter un cosplay sexy en convention Les photos de cosplayeuses sexy sont très recherchées sur internet et nombre de sites explosent leurs taux de vues avec des articles du type « les 10 costumes les plus sexy de telle convention » ou bien « telle cosplayeuse sexy sort son nouveau costume controversé ». Si les amateurs de ce genre de cosplay sont très nombreux et soutiennent avec ferveur la tradition des galeries sexy, leurs détracteurs ne sont jamais loin et ils ont un avis bien tranché. Pour ces derniers le cosplay sexy c’est un problème qui va grandissant : les cosplayeuses très sexy et conformes aux canons de beauté des magasines, généralement peu habillées et qui vendent des photos d’elles dans leurs costumes minimalistes donnent non seulement une image biaisée et réductrice du cosplay, mais encouragent en plus les jeunes cosplayeuses à marcher dans leur pas et à valoriser leur plastique plutôt que les efforts pour réaliser un costume.

Ma jalousie, le corps des autres et moi Sa jalousie par rapport au corps des autres, Sophie-Pierre Pernaut la combat au quotidien. Elle raconte le cheminement vers plus de tranquillité d’esprit. Je suis une personne jalouse, mais je me soigne. L’hypersexualisation : problème de société? « On n'est pas en train de voir le mal partout. La séduction, c'est correct. Les relations sexuelles entre ados, ça peut être possible. Ce qui est questionnant, c'est la séduction strictement sexuelle, c'est qu'il faut performer sexuellement parce que notre chum va nous laisser tomber ou que notre blonde va rire de nous », a affirmé, au cours d'une entrevue au Soleil, Francine Duquet, professeure au Département de sexologie de l'Université du Québec à Montréal. Banalisée l’hypersexualisation n’est pas un hymne à la pudeur et ne se veut pas un concept pour retourner cinquante ans en arrière et privé quiconque de relations sexuelles avant le mariage, loin de là.

Sharedwanderlust's Blog Aujourd’hui, on va parler de sang. Plus précisément, de règles, de rapport des filles à leur corps, de rapport des garçons au corps des filles, de fuites, de pub et de mal au ventre. Plus que jamais, ce blog se veut être un espace participatif. Je vous invite à poster, interroger, échanger des idées, débattre, m’insulter si vous en avez envie, mais je veux vous lire, sinon c’est pas drôle. Et surtout, surtout, ce post s’adresse aux filles ET aux garçons. Donc, les règles. « Majorité opprimée », un court-métrage percutant Il date de 2010, mais ce court-métrage dégoté chez Lidd.fr, réalisé par Éléonore Pourriat est toujours pertinent aujourd’hui. Certes, c’est de l’inversion des rôles pure et simple : dans ce petit film d’une dizaine de minutes, on suit la journée (de merde, disons-le franchement) d’un jeune père au foyer qui a commis l’erreur de sortir en short et petite chemisette pendant que sa femme est au travail. Pourtant, comme vous pourrez le constater par vous-même, c’est vraiment efficace. La preuve, peut-être, que le message qu’on veut faire passer n’est pas si compliqué que ça. On va droit au but en enchaînant les clichés et les attaques sexistes. Dans une même journée.

Un premier forum sur l’hypersexualisation bondé Jeudi dernier se tenait le premier forum sur l’hypersexualisation organisé par la députée de Sainte-Rose, Suzanne Proulx, auquel plus de 100 participants ont donné leur avis sur la sexualité des jeunes. Lors de l’évènement, une série de conférences et de panels donnés par des spécialistes du milieu communautaire, de la santé, de l’éducation et du sport ont présenté leur point de vue sur la question de l’hypersexualisation. Sans surprise, plusieurs intervenants ont déploré le bombardement de messages sexuel visant les jeunes filles, qui «sont souvent renvoyées à des modèles stéréotypés, largement axés sur le corps», indique Ariane Émond, animatrice du forum. Estime de soi et réseaux sociaux Étant l’environnement où les jeunes filles passent généralement la majorité de leur temps, le milieu scolaire était bien représenté lors du forum. «Une des problématiques qui nous touchent [à l’école] est l’hypersexualisation dans les médias sociaux, a expliqué Benoît Locas à L’Écho de Laval.

Related: