background preloader

Dispositifs Relais

Dispositifs Relais
Les dispositifs relais (classes et ateliers) constituent un des moyens de lutte contre la marginalisation scolaire et sociale de jeunes soumis à l'obligation scolaire. À ce titre, ils doivent contribuer à réduire les sorties sans diplôme ainsi que les sorties précoces. Aussi, il convient d'en réaffirmer les principes en fonction des objectifs que les académies doivent se fixer, en matière de prévention du décrochage scolaire ainsi que dans le cadre de la nouvelle politique de lutte contre l'absentéisme. Certains élèves en rupture plus profonde avec les exigences de la vie des établissements scolaires, ou en voie de déscolarisation, ont besoin d'une prise en charge éducative plus globale, que peut permettre l'internat. L'ensemble de ces dispositifs relais (classes, ateliers et internats) contribuent à atteindre l'objectif de réduction de l'abandon scolaire que la France s'est donné en s'inscrivant dans la « stratégie Europe 2020 ». 1. 1.1 Les principes généraux 1.3 L'action pédagogique 2. Related:  Décrochage scolaireEducation et Système éducatifTER élèves à besoins éducatifs particuliers

AC-Nantes - Lutte contre le décrochage scolaire Espace pédagogique : Orientation et insertion > Lutte contre le décrochage Qu'est-ce que le décrochage scolaire ? Le décrochage est un processus complexe qui conduit un jeune en formation initiale à se détacher du système de formation jusqu'à le quitter avant d'avoir obtenu un diplôme. Un décrocheur est un jeune de plus de 16 ans qui quitte un système de formation initiale sans avoir obtenu le diplôme dans lequel il s'était engagé (de niveau V ou plus).Cet "éloignement" peut commencer sous la forme de désintérêt, d'inappétence, jusqu'à un rejet de l'école et une opposition aux méthodes pédagogiques. Il peut aussi aller d'une attitude de désinvolture, d'indifférence, puis de retrait jusqu'au renoncement. La réponse de l'académie de Nantes La troisième ambition du projet académique 2013-2017 est de "Ne laisser personne au bord du chemin", c'est à dire permettre l'accès de tous au premier niveau de qualification et à une insertion professionnelle et sociale réussie. 1 - Repérage et signalement

L’inégalité scolaire, chantier majeur PISA l’avait montré : en France, les difficultés sociales pèsent sur les résultats scolaires de façon inquiétante, et les inégalités s’accroissent. Les décrocheurs représentent le grand échec des politiques éducatives. Que faire ? Refonder l’éducation prioritaire. La question des moyens Que faire des décrocheurs (« jeune qui quitte un système de formation initiale sans avoir obtenu de diplôme de niveau 5 (BEP ou CAP) ou de niveau supérieur (baccalauréat) » selon la définition du ministère) ?

Devoirs faits_Devoirs faits : un temps d'étude accompagnée pour réaliser les devoirs_MEN Principaux de collège : téléchargez le vademecum pour tout savoir sur Devoirs faits Principes pédagogiquesPiloter l’élaboration du projet et sa mise en œuvreOrganiser Devoirs faits dans l’établissementConduire les séancesLes apports du numériqueLa relation avec les famillesFormation des intervenants dans le cadre de Devoirs faitsLes élèves en situation de handicapetc. Télécharger le vademecum à destination des principaux de collège Le travail personnel des élèves : un facteur de réussite au collège Le travail personnel des élèves est décisif pour la réussite de leurs apprentissages et de leur scolarité. Le dispositif "Devoirs faits" permet d’améliorer la synergie entre les temps de classe et les devoirs. Il offre aux équipes l’occasion de rendre explicites les attendus des "devoirs" pour les élèves et pour leurs familles. Qu’est-ce que le dispositif Devoirs faits ? Cette offre est conçue en fonction des besoins des élèves, de façon à : Un temps dédié à la réalisation des devoirs

Accord cadre entre le ministère de l'Éducation nationale et le ministère de la Justice et des Libertés - MENE1001062X Le ministère de l'Éducation nationale, Représenté par le directeur général de l'enseignement scolaire, et Le ministère de la Justice et des Libertés, Représenté par le directeur de la protection judiciaire de la jeunesse. Préambule La direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO) élabore la politique éducative et pédagogique ainsi que les programmes d'enseignement des écoles, des collèges, des lycées et des lycées professionnels. Dans ce cadre, elle assure différentes missions, notamment : - en liaison avec la direction générale pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle et la direction générale des ressources humaines, elle définit la politique de recrutement des personnels et les orientations générales de la politique de formation initiale et continue des enseignants des premier et second degrés ; - elle définit la politique relative à l'éducation prioritaire. Ainsi, elle : Le présent accord cadre précise les modalités de cette collaboration. I. II. III.

Scolarisation des élèves handicapés - Les unités localisées pour l'inclusion scolaire (ULIS) Les élèves scolarisés au titre des ULIS Les élèves scolarisés au titre des ULIS présentent des troubles des fonctions cognitives ou mentales, des troubles spécifiques du langage et des apprentissages, des troubles envahissants du développement (dont l'autisme), des troubles des fonctions motrices, des troubles de la fonction auditive, des troubles de la fonction visuelle ou des troubles multiples associés (pluri-handicap ou maladies invalidantes). Ce sont les commissions des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui décident de l'orientation d'un élève vers une ULIS qui lui offre la possibilité de poursuivre en inclusion des apprentissages adaptés à ses potentialités et besoins et d'acquérir des compétences sociales et scolaires, même lorsque ses acquis sont très réduits. Les ULIS sont des dispositifs permettant la mise en oeuvre des projets personnalisés de scolarisation (PPS). Mise en œuvre du PPS Texte de référence

Mobilisation contre le décrochage scolaire : bilan 2013 et perspectives 2014 Introduction : la Nation mobilisée contre le décrochage scolaire Des engagements tenus pour l'année 2013 En décembre 2012, Vincent Peillon s’était engagé à faire revenir en formation, au cours de l’année 2013, 20 000 jeunes ayant décroché. Un an plus tard, 23 000 décrocheurs sont de nouveau en formation initiale ou en Service civique 20 000 de retour en formation initiale diplômante3 000 effectuent un service civique À ceux-là s’ajoutent 11 000 jeunes décrocheurs qui bénéficient actuellement d’un parcours de retour en formation accompagné par la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS, anciennement MGI, mission générale d’insertion). Des réseaux FOQUALE ont été créés en face de chacune des 360 plates-formes d’appui et de suivi des décrocheurs à travers le territoire. Un objectif pour 2014 25 000 jeunes décrocheurs de retour en formation initiale. Le Président de la République a ainsi fixé l’objectif de diviser par deux au cours de la mandature le nombre de décrocheurs.

Accord historique conclu sur l'évolution du métier d'enseignant du second degré Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, se félicite de l’accord historique conclu sur l’évolution du métier d’enseignant du second degré. Cet accord intervient au terme de plusieurs mois de discussions avec les organisations syndicales représentatives. Dès la concertation pour l'avenir de l'École en juillet 2012, il a été établi que la refondation de l'École, construite dans l'intérêt de l'élève, exigeait de rénover les pratiques pédagogiques et donc de redéfinir les métiers de l'éducation. L'ensemble des organisations syndicales, qui représentent les enseignants, a été étroitement associé à l'élaboration de ces évolutions majeures. L'intégralité des missions des enseignants du second degré sera désormais reconnue et traduite dans un texte réglementaire qui remplacera les décrets de 1950 et dont l'application sera effective à la rentrée 2015. Au sein des collèges les plus difficiles de l'éducation prioritaire du temps sera dédié au travail en équipe et au suivi des élèves.

Accompagnement éducatif_ministère de l'éducation nationale L'accompagnement éducatif, c'est accueillir les élèves après les cours pour leur proposer une aide aux devoirs et aux leçons, un renforcement de la pratique des langues vivantes, des activités culturelles, artistiques ou une pratique sportive. L'accompagnement éducatif : pour qui ? Ce dispositif est conçu pour les élèves volontaires : En 2013-2014, il concerne 219 071 élèves d'écoles élémentaires publiques de l'éducation prioritaire et 674 461 élèves des collèges publics L'accompagnement éducatif complète l'aide personnalisée mis en oeuvre à l'école et l'accompagnement personnalisé déployé en classe de 6ème depuis la rentrée scolaire 2011. Cet accompagnement est organisé tout au long de l'année. Pour quoi faire ? Quatre domaines éducatifs complémentaires sont proposés : étude dirigéepratique sportivepratique artistique et culturellerenforcement de la pratique orale des langues vivantes, et particulièrement de l'anglais au collège, depuis la rentrée 2008 L'aide aux devoirs et aux leçons

REDE1236611C La présente circulaire concerne les élèves issus de familles itinérantes et de familles sédentarisées depuis peu, ayant un mode de relation discontinu à l'école. Les déplacements ne favorisent pas la continuité scolaire et les apprentissages. 1 - Principes généraux de scolarisation L'effort consenti par la communauté nationale au service des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs implique une mise en œuvre encadrée et articulée au niveau national, académique, départemental et local. 2 - Mise en œuvre du pilotage2.1 Au niveau nationalLes orientations et les conditions générales de scolarisation des enfants de familles itinérantes et de voyageurs sont définies au niveau national. Pour la ministre déléguée auprès du ministre de l'éducation nationale, chargée de la réussite éducative et par délégation, Le directeur général de l'enseignement scolaire, Jean-Michel Blanquer

MENE1504950C La présente circulaire abroge et remplace la circulaire n° 2009-087 du 17 juillet 2009 relative à la scolarisation des élèves en situation de handicap à l'école primaire ; actualisation de l'organisation des classes pour l'inclusion scolaire (Clis) et abroge la circulaire n° 2010-088 du 18 juin 2010 relative au dispositif collectif au sein d'un établissement du second degré à l'exception du point 4.3 La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées dispose que le parcours de formation des élèves en situation de handicap se déroule prioritairement en milieu scolaire ordinaire. La loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République a introduit dans le code de l'éducation le concept d'école inclusive et engage tous les acteurs dans une nouvelle conception de la scolarisation des élèves en situation de handicap. 1. Dispositions générales

Décrochage : Les microlycées peuvent-ils sauver l'Ecole ? Avec l'intensification de la lutte contre le décrochage, les microlycées sont sous les feux de la rampe. En Ile-de-France, le conseil régional souhaite voir leur nombre doubler. Partout ils apparaissent comme une réponse pour remettre sur les rails une partie des décrocheurs, principalement les "déçus de l'école", ceux que l'Ecole a blessé ou à qui elle refuse toute chance de retour à la normalité après un accident de vie. L'ouvrage d'Eric de Saint-Denis et Nathalie Broux fait découvrir la pédagogie et l'organisation qui font l'originalité de ces structures. Mis en avant avec la montée de la question du décrochage, les microlycées restent peu connus. L'intérêt de ce livre c'est de donner la parole aux enseignants des microlycées. Partant du récit de vie de trois élèves des microlycées, les auteurs mettent en avant ce qui fonde la pédagogie du raccrochage. On entre dans le détail de la vie des microlycées avec les emplois du temps des élèves et ceux des enseignants. Le sommaire

Alain Boissinot : « Il devient à la fois possible et nécessaire, grâce au numérique, d’enseigner autrement » Alain Boissinot est ancien recteur des académies de Bordeaux et Versailles, le métier qu’il a préféré, dit-il. L’actuel ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, l’a nommé récemment président du Conseil supérieur des programmes. Vous trouverez sur le site du ministère le compte rendu de l’installation du Conseil, la liste de ses membres, la lettre de mission, les premières commandes passées par le ministre et des schémas explicatifs de son fonctionnement et notamment le calendrier de ses travaux, ci-dessous. On le voit, les travaux du CSP sont progressifs, très progressifs, même s’il travaille d’emblée sur l’intégralité de l’école du socle, de la maternelle au collège. Les éditeurs sont-ils la cause de l’application lente, année après année, des nouveaux programmes — voir en marge, à droite ? On attend bien sûr d’eux les merveilleux manuels innovants qui ne seront, cela va de soi, que numériques. M. M. Alain Boissinot : Tout à fait. M. M. M. M. M. M. M.

Related:  Décrochage scolairemmoulier