background preloader

Monsanto veut contrôler le business des abeilles

Monsanto veut contrôler le business des abeilles
Après les semences, les pesticides, les engrais... Voilà que Monsanto s’intéresse à la pollinisation. Ou plus précisément, aux abeilles. Un tiers de notre alimentation dépendrait de leur patient travail, un service évalué à 153 milliards d’euros par an par une équipe de chercheurs de l’INRA. Depuis quelques années, Monsanto s’intéresse à la mauvaise santé des abeilles, et explique vouloir les sauver à coup de recherche génétique. Le principal promoteur des plantes transgéniques débarque dans un contexte très difficile pour les apiculteurs. Depuis la fin des années 1990 en France, et l’hiver 2006-2007 aux Etats-Unis, les essaims semblent victimes d’un mal mystérieux. Les scientifiques n’ont pas réussi à trouver une seule explication à ce "syndrome d’effondrement des colonies", mais un ensemble de causes qui provoqueraient la disparition des colonies d’abeilles : des causes "pathogènes" comme certains parasites, virus ou champignons, enfin (et surtout ?) Un "sommet sur la santé des abeilles"

http://www.reporterre.net/spip.php?article5614

Related:  Abeilles - constat et questionsles désastresAbeilles et insectesEspèces menacées / ProtectionMonsanto

Engager un développement durable de l'apiculture ? L’apiculture est un maillon essentiel de l’agriculture, puisque 1/3 de ce que nous mangeons n’existerait pas si les abeilles disparaissaient. En Europe, elles pollinisent à elles seules plus de 80 % des espèces de plantes à fleurs (sauvages et cultivées). Sans les abeilles, pas de miel, mais pas non plus de fraises, d’aubergines, de poires ou d’amandes sur les étals des marchés… La France a tous les atouts pour être un grand pays apicole, en agissant à la fois sur la santé de ces pollinisateurs hors pair, sur la biodiversité essentielle à leur environnement et sur la structuration de la filière apicole. LES ENJEUXLes abeilles jouent un rôle important dans le maintien de la biodiversité et sont aussi des auxiliaires indispensables à l’agriculture. Les abeilles, en butinant de fleurs en fleurs, pollinisent les plantes et permettent à celles-ci de produire fruits et graines qui font partie de notre alimentation quotidienne.

A Hawaï, poisons de paradis LE MONDE | • Mis à jour le | Par Corine Lesnes (Honolulu, Waimea (Hawaï) - envoyée spéciale) Tous les jours, Klayton Kubo, 49 ans, fait le même pèlerinage dans son village de Waimea, sur l’île de Kauai, l’un des confettis de l’archipel d’Hawaï. Il prend la route qui longe la rivière, gare son pick-up sur le bas-côté et escalade la colline qui surplombe l’usine d’agrochimie. Là, il observe. Par-delà les acacias, il voit l’épandage de pesticides, le tracteur aux bras qui se déploient sur 5 m de chaque côté, les employés vêtus de leur combinaison de protection et il attend la poussière.

Mortalité des abeilles : on connait maintenant le coupable Bambi, Equinoxe, Cruiser, Gaucho, Poncho, Confidor, Proteus : autant de produits phytosanitaires comprenant des molécules néonicotinoïdes aux noms tout aussi barbares (acétamipride, clothianidine, dinoturéfane, imidaclopride, nitempyrane, thiaclopride et thiaméthoxane). Ils visent à éliminer des insectes dits « ravageurs » qui menacent les cultures agricoles. Inodores, insipides, invisibles, on en retrouve un peu partout dans la nature, et dans nos assiettes à faible dose. Ces sept molécules néonicotinoïdes entrent aujourd’hui dans la composition d’une dizaine d’insecticides, eux-mêmes dérivés en plusieurs formulations. Ces molécules agissent sur le système nerveux des invertébrés et entraînent leur paralysie jusqu’à la mort.

Monsanto perd face aux apiculteurs yucatèques Les apiculteurs de la péninsule du Yucatán ont remporté un procès contre le géant Monsanto, après deux ans de procédures. Ils s’opposaient à la décision du Ministère de l’Agriculture d’autoriser la plantation d’OGM. Le juge a révoqué l’autorisation et demandé que, conformément à la constitution mexicaine, des référendums soient tenus dans les communautés autochtones Santa Elena, Ticul, Oxkutzcab, Tekax, Tzucacab, Peto et Tizimin avant tout changement en la matière. (En ces temps où la finance semble dicter tous nos faits et gestes, il faut avouer qu’un juge qui rappelle le droit à l’autodétermination des peuples, ça fait plaisir!)

Censure scientifique : Des chercheurs condamnent le retrait de l’étude Séralini Les scientifiques du monde entier sont invités à joindre leurs signatures contre cette censure de la science. Aujourd'hui, un groupe de 41 scientifiques et experts en biosécurité ont signé une déclaration publique condamnant le retrait de cette étude comme étant un « acte de censure scientifique », exigeant que la revue rétablisse l'étude, qui, selon ces scientifiques, contient des constatations d'importance potentiellement critique pour la santé publique. Le groupe invite les scientifiques à signer la déclaration commune et une pétition hébergées sur le nouveau site internet : www.endsciencecensorship.org Icône de liens externes Sur le site, plusieurs des scientifiques signataires expliquent l'étude et ses résultats pour les lecteurs moins expérimentés. Ils y fournissent également une analyse détaillée des raisons invoquées pour justifier le retrait, et les contre-arguments pour contester cette décision unilatérale du journal FCT.

Des abeilles filmées en plein travail au ralenti Une nouvelle vidéo présente le vol d’abeilles filmées au ralenti. Des images surprenantes qui dévoilent toute la grâce de ces insectes au travail. Lorsqu’elle est en vol, une abeille peut effectuer jusqu’à 200 battements d’ailes par seconde. Cette rapidité de mouvement rend l’observation difficile. La RDC, paradis du commerce illégal du bois ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laurence Caramel Faut-il encore importer du bois de République démocratique du Congo (RDC) ? L’ONG Global Witness publie, mercredi 3 juin, un rapport accablant, intitulé « L’impunité exportée », sur les pratiques des grandes entreprises forestières opérant dans ce pays d’Afrique centrale, où le contournement des lois se fait avec la complicité notoire de l’administration. L’ONG britannique s’est appuyée sur le travail de l’Observatoire de la gouvernance forestière (OGF) en compilant les cas d’infraction relevés entre 2011 et 2014 par cet organisme indépendant, mandaté par le ministère des forêts pour suivre les fonctionnaires dans leurs missions de contrôle.

Les abeilles méritent mieux qu’un bord de route A la veille de la journée mondiale de la nature, et après l’annonce d’une mortalité record de pollinisateurs aux Etats Unis, Ségolène Royal s’engage vers la protection de ces insectes essentiels. Un plan national bien trop timide au regard de l’enjeu et de l’urgence. Il était temps de reconnaitre le déclin des abeilles, porte drapeau médiatique de l’ensemble des insectes pollinisateurs ou non. En France, le plan national d’action « France, terre de pollinisateurs », lancé par Ségolène Royal, apporte de nouvelles pierres à l’édifice de la sauvegarde des pollinisateurs. Ainsi, la ministre prend l’initiative de montrer l’exemple avec deux mesures phares : l’installation de 5000 ruchers et gites à insectes et la mise en place de fauches tardives et jachères fleuries sur 12000 km de bord de routes nationales, suite à l’expérimentation proposé par FNE dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Le principal coupable n’est pas inquiété

Disparition des insectes : une catastrophe silencieuse Les personnes de plus de 40 ans se souviennent des pare-brise, phares et calandres de voiture constellés de cadavres d'insectes. La propreté des voitures actuelles est le signe d'une disparition massive d'insectes qui doit nous alarmer. L'agriculture moderne a permis, par l'usage massif d'« intrants », une augmentation considérable de la productivité des cultures. Maïs Monsanto : batailles juridiques autour d’un probable nouvel arrêté anti-OGM Une quarantaine de faucheurs volontaires occupent depuis 9h ce matin, 14 mars, le site de l’Association générale des producteurs de maïs (AGPM) à Montardon, près de Pau. Cette occupation intervient alors que le projet d’arrêté visant à interdire la culture du « Mon810 », un maïs génétiquement modifié produit par Monsanto, n’a toujours pas été promulgué. Contacté par Basta !, le ministère de l’Écologie indique qu’un délai légal de quatre jours est nécessaire entre la fin de la consultation publique – qui s’est achevée le 9 mars – et la promulgation de l’arrêté. Il est donc probable que cet arrêté d’interdiction du Mon810, seul maïs OGM autorisé à la culture dans l’Union européenne, soit publié dans les heures à venir. « Une forte majorité de citoyens européens et d’agriculteurs ne veulent pas d’OGM, souligne Jacques Dandelot, membre du collectif, joint par téléphone.

Les abeilles parasitées ne sont pas exclues des ruches Les abeilles, malgré leur vie sociale extrêmement hiérarchisée, auraient une personnalité propre dont les bases moléculaires sont identiques à celles des vertébrés. Heureusement, les envies de liberté de quelques abeilles sont parfaitement compatibles avec le mode de fonctionnement des ruches. © L. Brian Stauffer Les abeilles parasitées ne sont pas exclues des ruches - 2 Photos Depuis plusieurs années, il n’est pas rare, à la sortie de l’hiver, qu’un apiculteur français ou transfrontalier ait à constater la mort de 30 à 50 % de ses abeilles.

c'est pas gagné... Le passage d'un modèle agricole productiviste vers une "agro-écologie", volonté affichée du projet de loi d'avenir pour l'agriculture, a provoqué de vifs débats mercredi soir à l'Assemblée, la droite y voyant la fin du métier d'agriculteur comme producteur. L'agro-écologie, qui ne se limite pas au bio, a été définie dans ce projet de loi comme un "système de production privilégiant l'autonomie des exploitations agricoles et l'amélioration de leur compétitivité en diminuant la consommation d'énergie, d'eau, d'engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires". A l'occasion de l'examen en première lecture de ce texte, dans un hémicycle relativement garni pour une séance de nuit, la droite a vivement contesté cette définition, tout comme un amendement écologique introduisant "la conversion à une agriculture biologique" comme l'une des finalités de la politique agricole. "Il ne faut pas s'enfermer dans un modèle", a plaidé Christian Jacob.

Cri d’alerte contre les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d’abeilles Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Martine Valo L’interdiction des néonicotinoïdes – ces pesticides qui contribuent notamment à décimer les abeilles – devient un sujet récurrent à l’Assemblée nationale. Mercredi 24 juin, Delphine Batho, Gérard Bapt et Jean-Paul Chanteguet, trois députés socialistes à la pointe de ce combat, ont poussé un nouveau cri d’alerte à l’occasion d’un forum citoyen réuni à leur initiative. Le 19 mars 2015, ils étaient déjà parvenus à faire voter dans l’hémicycle un amendement lors de l’examen du projet de loi sur la biodiversité, stipulant tout simplement que « l’usage des produits phytosanitaires de la famille des néonicotinoïdes [serait] interdit à compter du 1er janvier 2016. » Seulement, voter n’est pas adopter, surtout lorsqu’une résolution de cette nature n’est pas soutenue par le gouvernement.

La Terre a perdu la moitié de ses populations d'espèces sauvages en quarante ans Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Garric La planète est malade, et sa guérison semble de plus en plus incertaine. La pression exercée par l'humanité sur les écosystèmes est telle qu'il nous faut chaque année l'équivalent d'une Terre et demie pour satisfaire nos besoins en ressources naturelles, tandis que le déclin de la biodiversité est sans précédent.

Related: