background preloader

"Google est devenue une entreprise de lutte contre la mort": Laurent Alexandre, dans GMB

"Google est devenue une entreprise de lutte contre la mort": Laurent Alexandre, dans GMB

Laurent Alexandre : "La stratégie secrète de Google apparaît…" Laurent Alexandre est une personnalité atypique dont l'expertise est écoutée. Chirurgien urologue de formation, diplômé de l'ENA, HEC et Sciences-Po, cofondateur de Doctissimo.fr, il préside désormais la société de séquençage de génome DNA Vision. Ce "cerveau" s'intéresse "aux bouleversements qu'entraîneront pour l'humanité les progrès de la science, de la technomédecine et des biotechnologies". Il y a consacré un essai remarqué intitulé La Mort de la mort dans lequel il affirme que "l'homme qui vivra 1.000 ans est déjà né". Google est le premier embryon d'intelligence artificielle au monde, selon vous. Expliquez-vous…Regardez la vague de rachats de start-up et de sociétés auxquels Google procède! Quel est le lien entre l'idéologie "transhumaniste" et Google? Quel est le but de cette croissance tentaculaire? Aucun concurrent de taille pour ébranler ce géant? Qui contrôle Google aujourd'hui? Le tableau est effrayant… N'est-ce pas trop tard? Source: JDD papier

[ANALYSE ETHIQUE] Google, un bond de Géant… pour le transhumanisme Plus de 90% des français utilisent Google comme moteur de recherche principal. Occupant la seconde place de la capitalisation boursière après celle du pétrolier ExxonMobil, Google est aujourd’hui le leader mondial de la navigation internet. Mais pas seulement. Google ne cesse d’accroître son champ d’investigation à travers ses investissements dans les industries et technologies du futur, c’est-à-dire celles de la robotique (Boston Dynamics), de l’intelligence artificielle (DeepMind) et des objets connectés (Nest). Suite à la condamnation récente de Google par la CNIL sur leur politique de collecte, de traitement et de durée de conservation des données personnelles, le Géant du web est aujourd’hui au cœur du débat sur la protection des données et la confidentialité des correspondances. Sommes-nous vraiment dépendants de Google ? Aujourd’hui, difficile d’imaginer un internet sans Google. Alors, avons-nous d’autres choix que Google ? Google sait-il tout ? Pour aller plus loin...

Ray Kurzweil, l'ingénieur Google qui veut faire reculer la mort Cyber En 2012, le géant californien Google a engagé comme ingénieur en chef Ray Kurzweil, cerveau en matière d’intelligence artificielle. Connu comme promoteur du transhumanisme, il est le pape de la "singularité". Sa thèse : "dès 2045 l’intelligence artificielle dépassera celle de l’humain". Son rêve : faire reculer la mort, et notamment, améliorer le cerveau humain grâce aux implants et aux ordinateurs, et même le rendre immortel en "versant" (uploader) l’intelligence humaine, le contenu d’un cerveau, dans un ordinateur. Pour le Pr Blondel (UCL), les thèses de Kurzweil n’appartiennent pas au domaine scientifique. "La base scientifique n’est pas avérée. Université de la Singularité Quoi qu’il en soit, Google parraine l’Université de la Singularité, que dirige Kurzweil et qui travaille sur les NBIC, technologies chères aux transhumanistes. "Google est un attracteur pour les scientifiques transhumanistes brillants, juge le Dr Alexandre.

PRISM, le filet géant des États-Unis pour la surveillance du web Nous indiquions hier dans nos colonnes qu’un important lien avait été révélé entre Verizon et l’agence américaine du renseignement, la NSA. L’opérateur fournit sur une base automatisée de nombreuses données sur l’historique de ses clients. Mais Verizon était clairement la pointe de l’iceberg et le programme de la NSA, baptisé PRISM, touche en fait de nombreuses sociétés. Quartier général de la NSA, Fort Meade, Maryland. Crédits : Greg Goebel, licence Creative Commons. AT&T et Sprint sont eux aussi concernés L’opérateur Verizon transmet quotidiennement à la NSA un grand nombre de données, notamment les appels émis par ses abonnés, la durée, la destination ou encore la position géographique. Concernant la téléphonie tout d’abord, le Wall Street Journal indique, selon ses propres sources, que les opérateurs AT&T et Sprint font également bien partie du lot. Le même ordre depuis sept ans Saxby Chambliss, de son côté, indique que rien de ceci n’est nouveau. Un fait confirmé par James R.

Raymond Kurzweil Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Kurzweil. Raymond Kurzweil. Présentation[modifier | modifier le code] Ray Kurzweil est né et a grandi dans le Queens, à New York. Son père est musicien et chef d'orchestre, et sa mère peintre. À 15 ans, il met au point un logiciel de reconnaissance de thèmes musicaux analysant les œuvres de compositeurs classiques, puis synthétisant ses propres chansons en imitant leurs styles. Kurzweil fut le développeur principal du premier OCR reconnaissant toutes les polices, du premier relecteur d'écran pour les non-voyants, du premier instrument électronique capable de recréer le son d'un piano à queue et d'autres instruments d'orchestre ainsi que d'un système de reconnaissance vocale. Il est notamment président fondateur de la Fondation Kurzweil, soutenant le développement de technologies destinées aux personnes handicapées. Publications[modifier | modifier le code] En anglais[modifier | modifier le code] En français

Le Projet de Conscience Globale Cette petite sphère colorée à l’apparence anodine (présente dans le coin droit du menu principal de ce site – petites tablettes et mobiles s’abstenir!) n’est rien de moins qu’un indicateur en temps réel du niveau de cohérence de la conscience collective! Et ce n’est pas une blague. Difficile à croire? Et pourtant, cette petite sphère est tout ce qu’il y a de plus scientifique, car elle est le résultat de plus de 30 années de recherches effectuées à l’Université de Princeton et représente l’une des grandes percées scientifiques modernes. Quoique son fonctionnement demeure inexpliqué, l’influence de la conscience humaine sur son environnement est désormais indéniablement prouvée. Mais cette petite sphère colorée, issue du Projet de Conscience Globale, ne fait pas qu’indiquer le niveau de cohérence de la conscience collective, elle peut aussi, dans une certaine mesure, servir à prédire le futur! Mais mesurer quoi exactement? Qu’en conclure? Une coïncidence? Qu’en retire-t-on? En conclusion

Les 5 projets fous que Google concocte dans son labo - Rue89 - L'Obs Le groupe promet des avancées scientifiques tous azimuts : cerveau électronique, voiture sans conducteur, réalité augmentée, transhumanisme, conquête spatiale... Elles semblent bien loin les années où Google n’était qu’un moteur de recherche. Le groupe est désormais partout, du téléphone aux systèmes d’exploitation en passant par la messagerie et les réseaux sociaux. Il deviendra même bientôt un fournisseur d’accès Internet haut débit aux ambitions mondiales. Google multiplie les projets, propose ses produits et services dans tous les rouages de l’économie numérique, avec plus ou moins de succès. Mais Google, c’est aussi l’entreprise qui a toujours un coup d’avance, qui flaire les technologies de demain et y investit massivement. En voici déjà cinq. Une Intelligence artificielle au rayon d’action planétaire La gestion des données passe, selon Google, par le développement d’une intelligence artificielle performante : les machines doivent apprendre de manière autonome.

En quoi les Big Data sont-elles personnelles A l’occasion du colloque “la politique des données personnelles : Big Data ou contrôle individuel “ organisé par l’Institut des systèmes complexes et l’Ecole normale supérieure de Lyon qui se tenait le 21 novembre dernier, Yves-Alexandre de Montjoye (@yvesalexandre) était venu présenter ses travaux, et à travers lui, ceux du MediaLab sur ce sujet (Cf. “D’autres outils et règles pour mieux contrôler les données” ). Yves-Alexandre de Montjoye est doctorant au MIT. Il travaille au laboratoire de dynamique humaine du Media Lab, aux côtés de Sandy Pentland, dont nous avons plusieurs fois fait part des travaux. Nos données de déplacements sont encore plus personnelles que nos empreintes digitales Faire correspondre des empreintes digitales n’est pas si simple, rappelle Yves-Alexandre de Montjoye. Image : illustration de l’unicité de nos parcours repérés via des antennes mobiles. Et Yves-Alexandre de nous inviter à retrouver un de ses collègues du Media Lab. Hubert Guillaud

Related: