background preloader

Soigner par la méditation. Thérapies de pleine conscience

Soigner par la méditation. Thérapies de pleine conscience
Il est difficile d’échapper à la méditation de pleine conscience, ou mindfulness, une pratique qui se veut dérivée du bouddhisme et qui se dissémine dans le champ des psychothérapies, plus précisément de la « troisième vague » des thérapies comportementales et cognitives. Mindfulness based stress réduction (MBSR), Mindfulness based cognitive therapy (MBCT), thérapie comportementale dialectique, thérapie par l’acceptation et l’engagement… Focaliser son attention sur l’instant présent en « glissant » sur ses ruminations, ses sensations, ses émotions, sans se juger soi-même, se veut un enrichissement des thérapies cognitives traditionnelles, dont un volet est déjà axé sur l’auto-observation. Difficile, pour le néophyte, de se faire une opinion : simple variante de la relaxation, résurgence branchée du New Age, ou bien outil thérapeutique puissant et réellement novateur ? Pour les patients souffrant de troubles affectifs et anxieux, sept recherches sont citées ici.

L'utilisation de la pleine conscience (mindfulness) dans un cadre thérapeutique (Muzellec, 2008 Jon Kabat-Zinn [1] précurseur de l’utilisation de la pleine conscience dans un cadre médical la définit ainsi « Mindfulness signifie pleine conscience, c’est-àdire le fait de porter son attention sur le moment présent, avec intention, et sans jugement de valeur sur ce qui vient » ou bien encore « d’amener toute sa vigilance sur l’expérience de l’instant présent, moment après moment ». Pour parvenir à cet état, il s’agit principalement d’utiliser des techniques ancestrales de méditation, inspirées surtout des pratiques bouddhistes et développées, pour soulager la souffrance humaine. Différentes méthodes de méditation comme entre autres – la concentration sur un seul objet, la visualisation, l’engendrement de la compassion – mènent chacune à différents états méditatifs. En 1985, Benson (cité par Rosenfeld, 2007) observe que l’organisme est soit stressé, soit détendu, mais qu’il ne peut être les deux en même temps. Asseyez vous confortablement Fermez les yeux Un environnement calme

Méditer en pleine conscience Attention : la pratique de la méditation de pleine conscience peut à elle seule changer beaucoup de choses dans votre vie. En tout cas, ça a complètement transformé la mienne ;) Dans cet article, je vais vous expliquer : Qu’est-ce que la méditation de pleine conscience?Quels bienfaits peut-elle vous apporter?Et comment la pratiquer au quotidien grâce à deux exercices En tout cas croyez-moi, la pleine conscience (aussi appelée mindfulness) peut vraiment améliorer votre vie. Vous allez voir : c’est pour tout le monde, c’est simple à comprendre et ça se pratique partout ! (Note : cet article est ma participation au festival à la Croisée des blogs, une initiative du site Développement Personnel.org. Quels sont les bienfaits de la pleine conscience ? Voici quelques exemples de ce que peut vous apporter une pratique régulière de la méditation de pleine conscience : Alors en gros, c’est quoi la pleine conscience? Pratiquer la pleine conscience, c’est tout simplement apprendre à être plus présent.

Pleine conscience/ Wikipedia Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pleine conscience (parfois également appelée attention juste, samma-sati en pali, samyak-smriti en sanskrit[1], ou présence attentive) est une expression dérivée de l’enseignement de Siddhartha Gautama et désignant la conscience vigilante de ses propres pensées, actions et motivations. Elle joue un rôle primordial dans le bouddhisme où il est affirmé que la pleine conscience est un facteur essentiel pour la libération (Bodhi ou éveil spirituel). Il s’agit du septième membre du noble sentier octuple. En Occident, la pleine conscience est utilisée comme une thérapie ayant pour but la réduction du stress et la prévention de rechutes dépressives. Les principes de la pleine conscience[modifier | modifier le code] Cette pleine conscience n’est pas limitée à la pratique de la méditation, mais elle consiste simplement à observer les objets physiques et mentaux qui se présentent à l'esprit. Critiques[modifier | modifier le code] en français :

Diplôme universitaire de méditation santé Si l'agitation du monde et le tourbillon de vie vous stressent, il existe un remède qui est très en vogue : la méditation ou comment dominer le stress par des exercices mentaux. Par Denis Becker Publié le 08/03/2013 | 15:25, mis à jour le 08/03/2013 | 17:08 La nouveauté, c'est que la méditation est entrain de sortir de son ghetto religieux pour devenir une discipline laïque. Pour la première fois en France, elle fait son entrée à la faculté et c'est à l'université de Strasbourg que l'on doit cette initiative : une cinquantaine de médecins suivent en ce moment un diplôme universitaire "médecine, méditation et neurosciences". Ils sont médecins, psychologues et scientifiques, français, suisses et belges. Etre disponible dans l'instant, c'est là toute la difficulté de cette méditation qui se veut universelle et laïque et dont les bienfaits sur la santé du corps et de l'esprit sont accrédités par de nombreuses études. Diplôme universaire de méditation

VISUALISATION CREATRICE Site Francophone sur la Pleine Conscience "Etat de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, au moment présent, sans juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment". Kabat-Zinn, 2003. La pleine conscience est intégrée dans différentes formes de psychothérapies et d'interventions psychologiques. La Mindfulness Based Cognitive Therapy (MBCT), en français thérapie cognitive basée sur la pleine conscience, est une approche de groupe développée par Zindel Segal, John Teasdale et Mark Williams, qui est destinée à prévenir les rechutes dépressives chez les patients en rémission d'une dépression unipolaire récurrente. Nous savons qu'en présence d'un état de tristesse transitoire, les patients ayant déjà eu plusieurs épisodes dépressifs ont tendance à réactiver de manière facilitée des patterns de pensées et d'émotions négatives pouvant déclencher une rechute.

Les psychopathes ne seraient pas neurologiquement aptes à se préoccuper des autres Les psychopathes ne seraient pas neurologiquement aptes à se préoccuper des autres, concluent les auteurs d'une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Psychiatry.. Le manque d'empathie est caractéristique des personnes psychopathes, explique Jean Decety, professeur de psychologie et de psychiatrie à l'Université de Chicago. La psychopathie affecte environ 1 % de la population générale aux États-Unis et 20 à 30 % de la population carcérale. Par rapport aux criminels non psychopathes, les psychopathes sont responsables d'un nombre disproportionné de crimes répétitifs et de violence dans la société, indique-t-il. Decety et ses collègues ont mené cette étude avec 80 prisonniers âgés entre 18 et 50 ans. La réponse élevée dans l'insula est une découverte inattendue car cette région est impliquée de manière très importante dans la réponse somatique à l'émotion. L'étude a été financée par le National Institute of Mental Health américain. Voyez également:

Guérir par la méditation, vers une révolution silencieuse Cet article fait la une de couverture du journal "Bouddhisme Actualités" numéro 116, septembre 2009.La photo est de Clément Cornet. La méditation sort du cadre traditionnel qui était resté le sien depuis sa découverte par le Bouddha historique, il y a 2500 ans. Le monde entier commence à découvrir les bienfaits de la pratique de l’attention et de la présence, et ce quel que soit le milieu socio-professionnel, des relations d’affaires à la santé en passant par l’éducation. Et si une révolution silencieuse était en marche ? La méditation, le remède de demain ? La pleine conscience contre le stress et la dépressionDocteur en biologie moléculaire originaire des Etats-Unis, Jon Kabat-Zinn enseigne la méditation qui guérit, dont il est un pionnier. Rendre visite à l’instant présentUne fois reconnue dans sa nécessité, la présence s’apprend et se cultive. Nicolas D’Inca BibliographieJon Kabat-Zinn, L’éveil des sens. Retrouvez les news du journal sur www.bouddhisme-actu.net

Neuroscience cognitives Il fut un temps – pas si lointain- où il était impossible de concevoir que la psychanalyse et les neurosciences soient complémentaires et puissent être utilisées conjointement[2] : aujourd’hui des recherches pluri- et inter- disciplinaires esquissent ce qui pourrait constituer une nouvelle approche – plus globale, plus complexe – de l’être humain, de ses pathologies mentales, des substrats biologiques et des dysfonctionnements anatomiques Récemment dans un ouvrage collectif intitulé » Vers une neuropsychanalyse » , une vingtaine de pédopsychiatres, psychiatres, psychanalystes, médecins, et quelques neurobiologistes, livrent leurs réflexions sur les possibles interfaces entre les neurosciences et la psychanalyse. Controverses, débats mais aussi rapprochements jalonnent le champ (de bataille…) de la » neuropsychanalyse »[3]…. Face à face … ou côte-à-côte? Le point de rencontre qui semble être le plus fréquent(é) se situe autour de la notion de plasticité cérébrale[6] Convergences en France

Pleine conscience et inflammation Une étude internationale vient d’apporter une nouvelle preuve des changements intimes (à l’échelle moléculaire) que peut induire une forme de méditation. Cette pratique pourrait être utilisée à des fins thérapeutiques contre les mécanismes inflammatoires. C’est une nouvelle preuve des changements que la pratique de la méditation provoque au niveau moléculaire. Elle vient de nous être fournie par un groupe de six chercheurs travaillant aux universités du Wiconsin-Madison, Barcelone et Lyon. Tous tentent de comprendre par quelles voies la méditation pourrait avoir des effets bénéfiques pour la santé. Des approches similaires avaient déjà fourni des résultats positifs concernant l’hypertension artérielle ou l’anxiété. De l’avis de ses auteurs il s’agit ici de la première étude mettant en évidence des modifications aussi rapides de l'expression de gènes –des gènes déjà connus pour être les cibles de médicaments anti-inflammatoires et antidouleur. Mindfullness Huit heures de pratique (1).

Les secrets de notre cerveau Ayant fait l’expérience d’une forme rare d’accident vasculaire cérébral et d’une lourde opération chirurgicale du cerveau, le Dr. Taylor a observé et stimulé la « reconstruction » son propre cerveau de l’intérieur. Aujourd’hui, elle témoigne et fascine : elle s’est désormais « engagée à informer le public sur la beauté et la résilience de l’esprit humain, sur la réadaptation neurologique, et la valeur essentielle du don d’organe (notamment du cerveau) pour la recherche » . La 4ème de couverture de « Voyage au-delà de mon cerveau » annonce la couleur : nous sommes face à une expérience unique ! Le jour où Jill Bolte Taylor, chercheuse en neurosciences à Harvard, est victime à trente-sept ans d’un accident vasculaire cérébral, sa vie bascule : elle assiste à la dégradation de ses facultés au point qu’en l’espace de quelques heures elle ne peut plus marcher, parler, lire, écrire, ni même se rappeler à quoi sa vie ressemblait jusque-là. Éléments biographiques: Vidéo de la conférence : A lire

+ Méditation pleine conscience et neuroscience, Montréal La science a longtemps cru que les réactions émotionnelles étaient des aptitudes statiques qui ne changeaient pas beaucoup avec l’âge. Certaines stratégies psychothérapeutiques, notament celles qui s’inspirent des techniques de la pleine conscience, de la thérapie du lien ou des approches cognitives comportementales peuvent en fait modifier le fonctionnement et parfois même l’anatomie du cerveau. On peut donc utiliser notre esprit pour activer, par nos états mentaux ou certaines de nos activités, nos circuits neuronaux en les renforcent un peu plus chaque fois et vice versa. Cela devrait être une bonne raison de continuer nos efforts pour ne pas oublier de nous relaxer au présent en toute conscience, au moins une fois par jour et selon le moment qui nous convient. Et vaut toujours mieux quelques minutes que pas du tout. Les neurones s’activent… Si oui, quelle serait donc la profondeur de ces activités neuronales ? Pourquoi donc ne pas les cultiver pour notre santé et notre bient-être, ?

Le syndrome entéropsychologique (Gut and Psychology Syndrome) Ce syndrome se trouve à la croisée des fonctions digestives et cérébrales. Cette appellation a été créée en 2004 par le Dr Natasha Campbell-McBride, Neurologue et Nutritionniste, après avoir travaillé avec des centaines d'enfants et d'adultes atteints de pathologies neurologiques et psychiatriques telles que troubles du spectre autistique, déficit d'attention avec ou sans hyperactivité, schizophrénie, dyslexie, dyspraxie, dépression, troubles obsessionnels compulsifs, trouble bipolaire et autres problèmes d'ordre neuropsychologique et psychiatrique. La lecture de l'ouvrage Le syndrome entéropsychologique permettra de mieux comprendre ce syndrome, son étiologie ainsi que ses modalités de traitement par un protocole nutritionnel adapté. Une vue d'ensemble du syndrome. D'un point de vue clinique, ces pathologies se superposent bien souvent, et tel enfant atteint d'un trouble envahissant du développement pourra être également hyperactif et dyspraxique. Mais ce n'est pas tout.

Related: