background preloader

Un village auto-géré depuis 1971 !

Un village auto-géré depuis 1971 !
Des élus qui écoutent les citoyens, des citoyens qui participent vraiment à la décision, des référendums qui tranchent quand aucune solution nette n’émerge ? Mais si, c’est possible. Ça s’appelle la démocratie. Et ça marche très bien, comme à Vandoncourt, commune de 800 habitants près de la frontière suisse qui expérimente depuis plus de quarante ans la démocratie participative. Les 800 habitants de Vandoncourt, dans le Doubs, n’ont pas attendu que la démocratie participative soit à la mode pour s’impliquer dans la vie de leur village. Ils disposent de nombreux canaux pour faire entendre leurs voix. Le débat en cours sur l’implantation d’un parc éolien est un bon exemple de la culture démocratique qui règne dans la commune. Une opposition qui n’incommode pas le maire, Patrice Vernier : « Je me suis engagé auprès des habitants en leur disant que dès que nous aurons tous les éléments en main, nous organiserons une réunion publique contradictoire ». Chacun a son mot à dire Site :

http://www.informaction.info/02042014-1043-Un-village-auto-g%C3%A9r%C3%A9-depuis-1971-positivons-projet-de-soci%C3%A9t%C3%A9-gouvernance

Related:  Voter & décider ensembleProjets - expérimentations - Associations - Groupesdemocratie participativeAlternativesAUTOGESTION / PARTICIPATION

Etat de la démocratie en France « La droite a gagné les élections. La gauche a gagné les élections. Quand est-ce que ce sera la France qui gagnera les élections ? » [Coluche] Espagne : Marinaleda, un village 100% en autogestion Au coeur de l’Andalousie, le village de Marinaleda fait figure d’exemple pour sa gestion et son administration basées sur l’économie sociale et solidaire. Ce village, fondé à l’issue de la dictature franquiste, n’a jamais cessé d’oeuvrer pour le bien-être de ses habitants. Visite au coeur d’un paradis terrestre en autogestion, où il fait bon vivre. Marinaleda est une commune de la province de Séville située dans la comarque de Sierra sud de Séville, dans le bassin de Genil, en Andalousie. Sur une superficie de 24,8 km2 vit une population de 2778 habitants. Son économie repose essentiellement sur l’agriculture.

Tordères : commune autogérée, mode d'emploi - Marion Dumand Tordères est connu pour sa démocratie participative. Comment le projet et l’équipe municipale se sont-ils constitués ? Aux dernières élections, le maire sortant en avait ras la casquette, et le précédent (qui était resté 14 ans à la mairie), plutôt procédurier et bétonneur, voulait y retourner. On a alors organisé une grande réunion publique, ouverte à tous, même aux enfants et aux ados. On n’a pas réfléchi à qui était de droite, qui était de gauche, même s’il faut bien avouer que la majorité du village vote à gauche. Nous voulions d’abord décider ensemble de ce que nous souhaitions défendre et ensuite déterminer qui serait candidat, disposé à défendre le bien commun et pas ses propres intérêts.

« Produire autrement et partager le travail pour en finir avec le chômage » Reporterre - La Fête du Travail a-t-elle encore un sens pour vous qui avez écrit en 1995 Le travail. Une valeur en voie de disparition ? Dominique Méda - Dans cet ouvrage, je ne décrivais pas une situation objective. J’exprimais le souhait que le travail prenne moins de place dans nos vies et soit mieux réparti entre les membres de la société, pour que chacun assume ses rôles de travailleur, parent, citoyen, ami… Continuer à faire du partage du travail une cause commune aux travailleurs de tous les pays – puisque je rappelle qu’il s’agit d’une Fête internationale des travailleurs ! Un oasis coopératif dans un monde néolibéral : le village utopique de Marinaleda en Espagne Des maisons autoconstruites à 15 euros par mois, un salaire unique pour tous les membres de la coopérative, des assemblées générales pour décider de la politique communale : Marinaleda, petit village andalou de 2 770 habitants, tente depuis 35 ans de maintenir un système politique, social et économique qui place l’intérêt de ses citoyens au cœur des décisions. La nouvelle génération saura-t-elle poursuivre l’utopie mise en œuvre par les anciens ? Cet article a initialement été publié dans le magazine Lutopik. Dans les années 1970, Marinaleda, dans la province de Séville, en Espagne, était un village en ruine, dont la population majoritairement au chômage devait vivre dans des conditions particulièrement difficiles. À la fin de la dictature de Franco en 1975, ses habitants commencent à se réunir pour débattre des conditions de vie dans le village et des injustices sociales auxquelles ils sont confrontés, comme l’ensemble des journaliers d’Andalousie. Une démocratie participative

5 bonnes raisons de ne pas voter ce dimanche Par Baptiste Créteur. 1. Voter, c’est accepter l’idée du scrutin Spencer notait déjà que le jeu démocratique rend toute contestation impossible. L’électeur du vainqueur ne peut en vouloir qu’à lui-même, l’électeur du perdant aurait été d’accord si son candidat avait gagné, et l’abstentionniste a laissé les deux premiers décider à sa place et ne peut donc pas se plaindre. En plaçant un bulletin dans l’urne, chaque votant augmente la légitimité des élus, qui se mesure au nombre de suffrages exprimés hors votes blancs et nuls. S'installer dans un écovillage, une idée folle ? On les appelle écovillages, écolieux, écohameaux. Parfois, on les orthographie éco-villages, éco-lieux et éco-hameaux. Quels que soient le terme utilisé et l’orthographe, on désigne la même chose : une agglomération rurale ou urbaine qui vise l’autosuffisance.

Marinaleda, un village en utopie Du droit à terre au droit au logement. Marinaleda, un village andalou en autogestion unique en europe «Pas de chômeurs, pas de promoteurs. Vivre et acheter écologique, c’est facile ! « Consommez écologique – Faits et gestes » (208 pages, 18 €) le premier livre de Matthieu Combe, fondateur de Natura Sciences vient de paraître en librairies. Ce livre fait le tour des grands enjeux environnementaux et explique avant toutes choses les faits qui doivent nous pousser à vivre de façon plus écologique. Suite à la semaine du développement durable qui s'est tenue sur la thématique « consommer autrement », ce livre tombe à pic pour continuer la réflexion ! A la portée de tous, il apporte des solutions simples, applicables au quotidien au-delà des simples éco-gestes et des guides pratiques habituels pour mieux respecter notre environnement. Il décrypte l’intérêt et les garanties de certains labels pour mettre fin aux généralités et idées reçues. Les thèmes abordés ne s’arrêtent pas là : la troisième partie s’intéresse au recyclage et aux différentes technologies du quotidien.

Dans un village de la Drôme, la révolution participative est en marche ! Cet article a initialement été publié dans le journal L’âge de faire. Mardi 20 mai. Ce soir, l’ambiance est studieuse chez Joachim Hirschler. Comment les élections peuvent être « biaisées » Oui tant que le « comptage républicain » ne sera pas appliqué il y aura des déformations… avec les 3 comptages (population adulte totale, par rapport aux inscrits et seulement les exprimés) le 25 Mai a montré par rapport à population adulte totale : 4,81 %, oui un demi de vote, 1/2 (0,50 %) de français, en effet...pour le P.S. Cela change selon les élections mais est rarement-au dessus des 15 %. Chiffre qui correspond à ceux de marginaux qui osent faire croire qu’ils gouvernent ? Qui ne survivent que sur des chiffres « trompe l’œil » !!! Comment en sommes-nous donc arrivés là ? Comment des minoritaires « réels » (le FNUMPS) osent gouverner CONTRE la claire majorité du pays ?

Hjortshøj : un écovillage qui multiplie les expériences Attirés ici par l’expérience de l’écovillage pour l’assainissement alternatif, nous découvrons l’esprit de l’écovillage : mode de vie écologique qui s’illustre dans la construction mais aussi par la mixité sociale et de génération, l’autosuffisance alimentaire et énergétique. Pierre, un français vivant dans l’écovillage, nous fait la visite et nous montre le village dans son ensemble. Organisé en petites entités d’une dizaine de familles chacunes, le lieu s’est construit au fil des années. Chacun des groupes a défini son projet d’habitat (bâtiments à basse consommation, matériaux écologiques, autoconstruction, assainissement écologique, gestion des déchets…).

L'engagement citoyen dans les associations : contexte, enjeux et conditions Problématique des travaux de la Fonda sur l’engagement citoyen, in la tribune fonda n° 169 - octobre 2004 Si un certain discours tend à déplorer l’absence d’engagement des citoyens, que ce soit dans la vie politique ou sociale, il convient néanmoins d’y regarder de plus près. Dans les associations, l’engagement perdure mais revêt probablement des formes différentes de ce qui était traditionnellement connu. Le taux de création d’associations qui explose depuis plusieurs années montre combien l’engagement des citoyens, dans leur environnement ou pour une cause, est à l’œuvre.

Related: