background preloader

La cybercriminalité

La cybercriminalité
Pour lutter contre les crimes informatiques des unités de gendarmerie sont spécialisés dans la cybercriminalité, par exemple en Seine Saint Denis (93) à Fort Rosny-sous-Bois se trouve une de ces divisions avec toute une batterie d'armes informatiques au service des brigades de terrain. Installé au Fort de Rosny, l'Institut de recherche criminel de la gendarmerie nationale (IRCGN) comprend une division complète centrée sur les problématiques criminalistiques liées à l'ingénierie numériques. Le Fort abrite également une division de lutte contre la cybercriminalité. La reconnaissance d'images au service de la lutte contre la cybercriminalité Comptant une vingtaine de personnes, la division de lutte contre la cybercriminalité intervient notamment sur les trafics de contrefaçon de brevets industriels et de médicaments. "Notre principal outil de recherche est Google, et Advestigo pour les liens non-référencés", note le lieutenant colonel Permingeat, chef de la division.

http://cybercriminalite-solutions.over-blog.fr/

Related:  Cybercriminalitéeftekhari_groupe1_droitLa Cybercriminalitétranquard_groupe_droit

Darknet : immersion en réseaux troubles Monde parallèle aux contours infinis, ce Web bis anonyme où le pire côtoie le meilleur nourrit tous les fantasmes. Bienvenue dans le Darknet. Depuis Galilée, on sait que la Terre est ronde. Mais Internet ? On le sait protéiforme, on l'imagine infini. On connaît moins son ultime frontière, son dernier péage avant le néant ou, plutôt, le grand n'importe quoi : une zone non cartographiée, hors de portée des radars, et qu'on appelle communément le « Darknet ». Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée Contenu Loi n° 88-227 du 11 mars 1988 (Journal officiel du 12 mars 1988),Loi n° 92-1336 du 16 décembre 1992 (Journal officiel du 23 décembre 1992), Loi n° 94-548 du ler juillet 1994 (Journal officiel du 2 juillet 1994), Loi n° 99-641 du 27 juillet 1999, (Journal officiel du 28 juillet 1999). Loi n° 2000-321 du 12 avril 2000, (Journal officiel du 13 avril 2000). Loi n° 2002-303 du 4 mars 2002, ( Journal officiel du 5 Mars 2002). L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Cybercrime Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un cybercrime est une « infraction pénale susceptible de se commettre sur ou au moyen d’un système informatique généralement connecté à un réseau ». Il s’agit donc d’une nouvelle forme de criminalité et de délinquance qui se distingue des formes traditionnelles en ce qu’elle se situe dans un espace virtuel, le « cyberespace ». Depuis quelques années la démocratisation de l’accès à l’informatique et la globalisation des réseaux ont été des facteurs de développement du cybercrime. Types d'infractions[modifier | modifier le code] On peut alors aujourd’hui regrouper la cybercriminalité en trois types d’infractions :

Plateforme Signalement sur Internet PHAROS, la Plateforme d'Harmonisation, d'Analyse, de Recoupement et d'Orientation des Signalements permet de signaler les comportements illicites sur internet. Internet est un espace de liberté où chacun peut communiquer, découvrir ou s'épanouir. Les droits de chacun, quel que soit son âge, son origine ou ses affinités, doivent y être respectés pour que la toile reste un espace d'échanges et de respect. Les parents doivent pouvoir laisser leurs enfants naviguer et communiquer sans qu'ils ne se retrouvent exposés à des contenus nuisibles ou en contact avec des personnes mal intentionnées.

Bitcoin : la convoitise des cybercriminels... et des Etats DECRYPTAGE | Le Bitcoin agite les banques centrales et les gouvernements depuis plusieurs semaines un peu partout dans le monde. Comment empêcher les criminels de l'utiliser pour blanchir l'argent sale ? Comment reprendre la main face à une monnaie décentralisée qui échappe aux taxes publiques ? Faut-il interdire ou encadrer ? La cybercriminalité:aspects législatifs et jurisprudentiels - Maitre imen nasri L’Internet offre aujourd’hui une multitude de services aux gens mais les dérapages restent possibles en raison des failles facilement détectables par les escrocs du net. Le terme de cybercriminalité est une notion large qui regroupe l’ensemble des infractions pénales commises via les réseaux informatiques, notamment sur le réseau Internet. Il s’agit donc d’une nouvelle forme de criminalité et de délinquance qui se distingue des formes traditionnelles en ce qu’elle se situe dans un espace virtuel,selon l'Organisation des Nations unies, la cybercriminalité peut être définie comme « tout comportement illégal faisant intervenir des opérations électroniques qui visent la sécurité des systèmes informatiques et des données qu'ils traitent ».

Les escroqueries sur Internet / Sur internet / Conseils pratiques / Ma sécurité Escroqueries : que dit la loi ? L'Article L313-1 du Code Pénal définit ainsi l'escroquerie : "le fait, soit par l'usage d'un faux nom ou d'une fausse qualité, soit par l'abus d'une qualité vraie, soit par l'emploi de manoeuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d'un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. L'escroquerie est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 375 000 euros d'amende". Reconnaître l'infraction : zoom sur les escroqueries les plus fréquentes sur Internet

la-cybercriminalite-a-fait-7-millions-de-victimes-en-france-en-un-an Virus, programmes malveillants, hacking, fraude à la carte bancaire, usurpation d’identité, vol, usage frauduleux d’un équipement, les cybercriminels redoublent d’imagination et sont très actifs. D’après le "2013 Norton Report" rendu public par Symantec, 12 attaques seraient commises chaque seconde (plus d’un million par jour) dans les 24 pays sur lesquels porte l’étude. On apprend ainsi qu’en France 7 millions de personnes ont été victimes de ces agissements, entre juillet 2012 et juillet 2013. Au total dans l’Hexagone, le cybercrime a coûté 735 millions d’euros, soit 144 euros en moyenne par utilisateur visé.

Related: