background preloader

Diversité de l'agriculture urbaine

Diversité de l'agriculture urbaine

Nature(s) en ville La nature, élément du bien-être des citadins La nature « sauvage », qui peut se définir comme l’ensemble des éléments (végétaux et animaux) qui n’ont pas été transformés par l’Homme et qui sont préexistants à lui, a été un espace hostile qu’il s’agissait de dompter. Elle n’est jamais « parue si belle que lorsque la machine a fait son intrusion dans le paysage » (Baridon 1998). La nature symbolise alors dans l’imaginaire des hommes la liberté et la beauté. Un parc au cœur de Manhattan (New York, novembre 2007) © L. Aujourd’hui, alors que la ville est le lieu de vie de la majorité de la population mondiale et que l’on assiste à une montée des préoccupations environnementales, l’Homme semble aspirer à une nouvelle forme de proximité de la nature. Le verdissement de la société On assiste au verdissement de la société. Les urbains plébiscitent les villes vertes, respectueuses de l’environnement. La satisfaction du désir de nature aujourd’hui © L. Quelle(s) nature(s) en ville ? Au sommaire :

Dossier Jardins partag s Décembre 2010 (mise à jour : mars 2011) (Flickr/Frederic Dinh) Depuis quelques années des jardins entretenus par des habitants fleurissent en ville. On les appelle des jardins partagés, collectifs ou communautaires. Outre le jardinage, ces espaces favorisent les échanges entre voisins par le biais d’activités sociales, culturelles ou éducatives. Mais que sait-on réellement de ces jardins ? Sommaire Un jardin partagé, qu'est-ce que c'est ? Comment créer un jardin partagé ? Un jardin partagé, qu'est-ce que c'est ? Définition Un jardin partagé est un jardin conçu, créé et cultivé collectivement par les habitants d’un quartier ou d’un village. Les différents types de jardins partagés Les jardins collectifs désignent les espaces où l’on jardine en commun. Le premier jardin urbain Communty garden. Dans les années 1970, la ville de New York connaît une crise financière. Le premier jardin partagé en France Jardin partagé, un terme ambigu Evolution réglementaire des jardins partagés Un lien social

Une ferme dans un bunker en plein cœur de Londres AGRICULTURE - Une ferme dans un vieux bunker? Yes sir! Et en plein cœur de Londres en plus. 430 mètres de tunnels, 33 de profondeur, c'est sous le quartier de Clapham que ce projet aussi excitant que loufoque est en train de voir le jour, façon de parler. Pour l'instant, seule une salle du complexe est expérimentée mais, à terme, ce sont bien 2,5 hectares de surface qui pourraient être exploités expliquait le Guardian le 30 janvier. Lire aussi: » BLOG Urbanisme: la ville de demain se construira sur nos toits » BLOG Petite échelle, vrai impact: investir dans l'agriculture familiale pour lutter contre la faim Hydroponie Seulement voilà, dans un bunker souterrain, il n'y a pas de terre. Les plantes sont cultivées sur un substrat neutre, inerte et surtout régulièrement irrigué d'une solution qui apporte à la plante les sels minéraux et autres nutriment dont elle a besoin pour se développer. Et la lumière? Efficacité énergétique Steven Dring, justement. Lire aussi: » BLOG Un toit éphémère?

Écologie urbaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écologie urbaine étudie l'ensemble des problématiques environnementales concernant le milieu urbain ou périurbain. Elle vise à articuler ces enjeux en les insérant dans les politiques territoriales pour limiter ou réparer les impacts environnementaux et améliorer le cadre de vie et la qualité de vie des habitants. Cette notion a parfois un sens plus restrictif, désignant spécifiquement l'écologie des organismes vivants dans une zone urbaine, principalement représentés par les espaces verts, publics et privés et les animaux sauvages - mais cet usage tend à se raréfier. Exemple d'indicateurs (retenus par le programme URBIO), sous l'égide de l'ONU (PNUE) Histoire[modifier | modifier le code] De nouveaux concepts tels que l' urbotanique[5], l'agriculture urbaine intégrée apparaissent. L'écologie urbaine et le concept de ville soutenable[modifier | modifier le code] Tendances[modifier | modifier le code]

La permaculture grand format La permaculture est une approche globale que l’on peut mettre en pratique à l’échelle d’un jardin, d’une maison, d’un hameau, mais qu’en est-il à une échelle beaucoup plus grande ? Nous avions déjà évoqué dans le premier dossier de Kaizen consacré aux villes comestibles la ferme urbaine de l’éco-quartier de Lanxmeer à Culemborg, petite ville de 27 000 âmes au sud d’Utrecht aux Pays-Bas. Ce quartier unique à plus d’un titre est justement le fruit d’une réflexion globale qui prend racine dans la permaculture. Retour à Culemborg Le projet a démarré en 1993, impulsé par la dynamique Marleen Kaptein. Du lien avec l’humain et la nature Les réflexions sur le quartier ont duré six ans durant lesquels les futurs habitants se sont impliqués via des ateliers coordonnés par Marleen. Lanxmeer est ainsi composé de plusieurs îlots comme des petites oasis qui ont chacun leur identité propre. Bicyclettes et paniers bios Autour de ces îlots se trouvent des espaces publics eux aussi investis par la nature.

Les éco-quartiers sont-ils le futur de la ville ? C’est dans les villes que sont consommés 75% de l’énergie mondiale. Elles sont encore très dépendantes des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel). Ces cinquante dernières années, les villes européennes se sont étendues en moyennes de 78% alors que les populations ne grossissaient que de 33%. Si, vingt ans après le Sommet de la Terre, les clignotants sont encore plus rouges qu’alors, certains experts mettent en cause un urbanisme qui ne serait jamais sorti de l’utopie fonctionnaliste issue de la Charte d’Athènes de 1933, séparant les fonctions de la ville (habiter, circuler, travailler, consommer). Enfin et surtout, de quelles marges de manœuvre dispose-t-on ? Une nouvelle utopie urbaine En attendant cette hypothétique rupture de notre mode de développement, l’Europe réfléchit aux éco-quartiers qui, sur le papier, relèvent tous les défis de la ville du futur… en même temps ! BedZed Difficile de définir l’éco-quartier autrement que sous la forme du « portrait-robot ». Masdar

« La ville écologique n'est pas une utopie, c'est un combat » Terra eco : Pourquoi repenser le territoire urbain comme écologique, vous qui préférez ce terme à ville durable ? Thierry Paquot : Pour rompre avec la ville productiviste, née dans le contexte de la révolution industrielle. Or, la question environnementale, le réchauffement climatique et l’approche du pic pétrolier nous obligent à sortir du productivisme, de la logique du toujours plus. Il faut penser au toujours mieux, à consommer moins et autrement. Pourquoi continue-t-on à ouvrir des centres commerciaux en France ? Cela collait peut-être bien avec un mode de vie où l’on pouvait faire venir au même endroit 10 000 voitures par jour via des autoroutes urbaines. Comment construire cette ville écologique ? Une ville écologique doit permettre à ses habitants de participer de manière active et spontanée, bien au-delà de la simple concertation une fois de temps en temps. Certains n’ont pas attendu que ça vienne d’en haut. La ville écologique existe-t-elle déjà ? Par quoi cela passe-t-il ?

Les EcoQuartiers En attribuant le label EcoQuartier, le ministère valorise les opérations exemplaires, qui partout en France, permettent aux habitants de vivre dans des quartiers, conçus selon les principes du développement durable. Un EcoQuartier doit respecter tous les principes du développement durable par : la nécessité de faire du projet autrement, en impliquant tous les acteurs de la ville, du citoyen à l’élu, mais aussi par l’offre d’outils de concertation et de suivi pour garantir la qualité du projet dans la durée et à l’usage ;la contribution à l’amélioration du quotidien, par la mise en vie d’un cadre de vie sain et sûr pour tous les habitants et usagers de l’espace public ou privé, et qui favorise le vivre ensemble ;la participation au dynamisme économique et territorial ;la promotion d’une gestion responsable des ressources et de l’adaptation au changement climatique Un label, pour quoi faire ? Le label n’est pas une norme et ne propose pas de modèle unique. Les dates clés

Ecoquartiers : Hammarby, le développement durable à la suédoise L'actu : A quelques jours du Sommet de Copenhague, la Ville de Paris a organisé, le 30 novembre, un séminaire franco-suédois sur le thème de la ville durable. Objectif : confronter et mutualiser les expériences des deux pays, la Suède étant réputée pour ses initiatives innovantes en matière de développement durable. Parmi les projets exposés, celui du quartier d’Hammarby est venu prouver qu’il était possible de conjuguer croissance économique et démarche écologique. Ancien quartier de docks industriels, Hammerby-Sjostad est devenu un modèle de ville verte qui fait la fierté de la municipalité de Stockholm. Alliant proximité avec le centre-ville et rapport privilégié avec la nature, Hammarby constitue un système expérimental de gestion de l’énergie, de l’eau et de la récupération des déchets. La transformation de ce quartier délabré a commencé au milieu des années 1990. Découvrez également notre diaporama sur l’architecture durable en Suède.

Des rues appropriables pour des villes vivantes « Vers un renouveau territorial Permis de conduire en accéléré : possible mais au prix fort Monde académie Style et Vous Le délai d'attente pour passer l'examen du permis B ne cesse d'augmenter. Pour y pallier, de nombreuses auto-écoles proposent des stages intensifs de deux semaines. En Italie, Matteo Renzi renonce à un match de football de bienfaisance Campagne d'Italie Le Mouvement 5 étoiles estimait que la participation du président du conseil a un tel événement remettait en cause l'égalité du temps de parole pendant la campagne européenne. Qu’est-ce qu’une Parisienne ? Florence Müller livre aux étudiants de l'IFM sa vision de la Parisienne et de son rapport singulier à la mode (mardi 22 avril 2014). Pourquoi les frais de scolarité vont (encore) augmenter Focus Campus Pour "rester dans la course", les établissements doivent recruter des enseignants de haut niveau. En pleine disette, la Cour de cassation s'offre des manuscrits hors de prix Libertés surveillées Ari et ses drôles de vieilles dames Business of Fashion

Etude énergétique très sociale ! Chalets en palettes bois Par Robert PELZER - Président du BET BETEC La performance énergétique à un prix, celui de l’effort mais aussi de la générosité et solidarité. Au-delà des références high-tech, les réhabilitations thermiques dont bénéficient les Bâtisseurs d’Emmaüs, permettent d’économiser plus de 60% d’énergie…. Une performance énergétique à haute valeur ajoutée, humaine ! 1°/ Performance énergétique et sociale Les Bâtisseurs d’Emmaüs, héritiers des compagnons, s’engagent durablement contre la pauvreté et l'exclusion en luttant contre le mal logement. Jean-Pierre Le Bail, architecte DPLG est l'auteur de ces plans de maison d'un procédé de construction simple et moderne. Figure 1 : Vue d'un chalet pour 2 personnes Le rôle du bureau d’études à été d’effectuer un bilan énergétique portant sur les deux réalisations Neuilly-Plaisance (38, Avenue Paul Doumer) et Rosny-sous-Bois (8, Impasse de l'Aubépine). Figure 2 : Plan chalet Neuilly-plaisance Figure 3 : Plan chalet Rosny sous bois Pour une SHON = 35m² En résumé …

Vancouver deviendra-t-elle la ville la plus verte du monde? | Paris Climat 2015 Un photoreportage de Catherine François Le maire Robertson a lancé avec son équipe le plan « Greenest City ». Ce plan s'attaque au problème de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre en fixant 10 cibles précises. Il a déjà atteint 80 % de ces objectifs. La cible en matière de transports a été atteinte plus vite que prévu. La ville est quadrillée de 275 km de pistes cyclables.Le système de transport collectif est équipé de bus électrifiés.Une troisième ligne de métro doit être inaugurée l'an prochain.200 bornes électriques ont été installées pour les voitures électriques. Les Vancouvérois se sont engagés à fond dans cette aventure proposée par leur maire. « Dans les deux années qui ont suivi l'adoption du plan, nous avons consulté 35 000 résidents, ainsi qu'une centaine d'organisations, de professeurs, de spécialistes, d'entrepreneurs, des membres des communautés ethniques », explique Andrea Reimer, adjointe à la mairie de Vancouver.

La première forêt de Paris se plante dans le 19e Illustration ©Mairie de Paris. Cet été, la capitale plante sa première forêt dans le 19e arrondissement de Paris. Un ruban d’arbres s’étalera entre le périphérique et les boulevards des Maréchaux dès 2014, alliant biodiversité et promenade forestière pour les badauds. Explications. Imbriquée entre le périphérique et les boulevards des Maréchaux, dans ce qui est encore un chantier poussiéreux, une forêt linéaire va voir le jour. Par forêt linéaire, entendez « plus longue que large », simplifie Benoît Fagnou, l’architecte paysagiste en chef pour l’agence Arpentère, en charge du projet. Plan de la future forêt linéaire. « Les travaux d’aménagement ont déjà commencé, explique l’architecte. Une forêt plutôt qu’un parc Pourquoi une forêt ? L’idée est née voici plusieurs années, entre 2005 et 2006, d’une « prise de conscience générale, selon l’élu, alors que le parc du Millénaire était progressivement rasé pour laisser place à d’impressionnants locaux ». La fin des « occupations marginales »

Related: