background preloader

Diversité de l'agriculture urbaine

Diversité de l'agriculture urbaine
L’agriculture urbaine, déclinée sous une diversité de formes et de systèmes de production, renvoie à un terme polysémique. On peut toutefois la définir comme l’agriculture située à proximité de la ville ou en son sein. La définition peut être précisée par les opportunités (débouchés) ou les contraintes, (accès au foncier, aux ressources productives, pollutions urbaines de l’air, de l’eau, du sol) générées par cette proximité. Alors qu’une forte pression s’exerce vis-à-vis de l’accès au foncier en zones urbaines, pourquoi l’agriculture urbaine arrive-t-elle à s’ancrer dans le paysage urbain ? La place qui lui est dédiée est avant tout partie liée aux décisions politiques de ménager au cœur des villes ou, en leur périphérie, des parcelles agricoles. Son atout réside dans la multifonctionnalité de ses rôles, d’importance variable selon les pays.

http://www.sad.inra.fr/Toutes-les-actualites/diversite-de-l-agriculture-urbaine

Related:  ECOLOGIE URBAINE, VILLE DURABLEArticles / infosEcologie urbaine

La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, 1996 III. Quelques questions importantes L'agriculture urbaine a une longue tradition dans de nombreuses sociétés, en particulier en Asie et en Europe. Plusieurs facteurs expliquent l'intérêt croissant pour le phénomène de l'agriculture urbaine au cours des dernières années: l'urbanisation croissante du monde en développement; les conditions de vie toujours plus difficiles des citadins pauvres; les guerres et les catastrophes naturelles, qui perturbent les approvisionnements en provenance des zones rurales; les atteintes au milieu naturel et l'insuffisance des ressources, cause d'aggravation des pénuries alimentaires; la tendance à l'autonomie des communautés; enfin, la reconnaissance de valeurs indépendantes des lois du marché. La plupart des facteurs énoncés ci-dessus ne sont pas nouveaux, mais la répétition des catastrophes et l'aggravation des tendances ont orienté la réflexion vers l'agriculture urbaine en tant que solution possible. En quoi consiste l'agriculture urbaine?

Nature(s) en ville La nature, élément du bien-être des citadins La nature « sauvage », qui peut se définir comme l’ensemble des éléments (végétaux et animaux) qui n’ont pas été transformés par l’Homme et qui sont préexistants à lui, a été un espace hostile qu’il s’agissait de dompter. Elle n’est jamais « parue si belle que lorsque la machine a fait son intrusion dans le paysage » (Baridon 1998). Dossier Jardins partag s Décembre 2010 (mise à jour : mars 2011) (Flickr/Frederic Dinh) Depuis quelques années des jardins entretenus par des habitants fleurissent en ville. On les appelle des jardins partagés, collectifs ou communautaires. Outre le jardinage, ces espaces favorisent les échanges entre voisins par le biais d’activités sociales, culturelles ou éducatives.

Agriculture urbaine Environnement Expert Le poulailler communal: une idée toute simple pour le recyclage des restes alimentaires / Europe Écologie urbaine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’écologie urbaine étudie l'ensemble des problématiques environnementales concernant le milieu urbain ou périurbain. Elle vise à articuler ces enjeux en les insérant dans les politiques territoriales pour limiter ou réparer les impacts environnementaux et améliorer le cadre de vie et la qualité de vie des habitants.

La permaculture grand format La permaculture est une approche globale que l’on peut mettre en pratique à l’échelle d’un jardin, d’une maison, d’un hameau, mais qu’en est-il à une échelle beaucoup plus grande ? Nous avions déjà évoqué dans le premier dossier de Kaizen consacré aux villes comestibles la ferme urbaine de l’éco-quartier de Lanxmeer à Culemborg, petite ville de 27 000 âmes au sud d’Utrecht aux Pays-Bas. Ce quartier unique à plus d’un titre est justement le fruit d’une réflexion globale qui prend racine dans la permaculture. Retour à Culemborg Eco-quartiers.fr Sites utiles La ville durable française dans la compétition mondiale 1/3 04/11/2014 - Paul-Antoine LECUYER Missionné en début d’année par le premier ministre pour définir les contours d’un « Institut pour la Ville Durable », le conseiller d’Etat Roland Peylet a remis son rapport le 30 octobre 2014.

« La ville écologique n'est pas une utopie, c'est un combat » Terra eco : Pourquoi repenser le territoire urbain comme écologique, vous qui préférez ce terme à ville durable ? Thierry Paquot : Pour rompre avec la ville productiviste, née dans le contexte de la révolution industrielle. Or, la question environnementale, le réchauffement climatique et l’approche du pic pétrolier nous obligent à sortir du productivisme, de la logique du toujours plus. Il faut penser au toujours mieux, à consommer moins et autrement. Pourquoi continue-t-on à ouvrir des centres commerciaux en France ?

Les EcoQuartiers En attribuant le label EcoQuartier, le ministère valorise les opérations exemplaires, qui partout en France, permettent aux habitants de vivre dans des quartiers, conçus selon les principes du développement durable. Un EcoQuartier doit respecter tous les principes du développement durable par : la nécessité de faire du projet autrement, en impliquant tous les acteurs de la ville, du citoyen à l’élu, mais aussi par l’offre d’outils de concertation et de suivi pour garantir la qualité du projet dans la durée et à l’usage ;la contribution à l’amélioration du quotidien, par la mise en vie d’un cadre de vie sain et sûr pour tous les habitants et usagers de l’espace public ou privé, et qui favorise le vivre ensemble ;la participation au dynamisme économique et territorial ;la promotion d’une gestion responsable des ressources et de l’adaptation au changement climatique Un label, pour quoi faire ? Le label n’est pas une norme et ne propose pas de modèle unique. Les dates clés

Bruit Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie Bruit Contexte et Enjeux À la question, "quels problèmes dans votre quartier ou votre commune vous préoccupent le plus ?", les ménages urbains répondent en premier lieu le bruit (Source : INSEE PREMIERE, octobre 2002). Toujours selon l'enquête de l'Insee parue en 2002, plus d'un Français sur deux (54 %) se déclare gêné par le bruit lorsqu'il est chez lui. 28 % sont gênés souvent ou tout le temps.

Des rues appropriables pour des villes vivantes « Vers un renouveau territorial Permis de conduire en accéléré : possible mais au prix fort Monde académie Style et Vous Le délai d'attente pour passer l'examen du permis B ne cesse d'augmenter. Pour y pallier, de nombreuses auto-écoles proposent des stages intensifs de deux semaines. En Italie, Matteo Renzi renonce à un match de football de bienfaisance Campagne d'Italie Le Mouvement 5 étoiles estimait que la participation du président du conseil a un tel événement remettait en cause l'égalité du temps de parole pendant la campagne européenne. Qu’est-ce qu’une Parisienne ?

Etude énergétique très sociale ! Chalets en palettes bois Par Robert PELZER - Président du BET BETEC La performance énergétique à un prix, celui de l’effort mais aussi de la générosité et solidarité. Au-delà des références high-tech, les réhabilitations thermiques dont bénéficient les Bâtisseurs d’Emmaüs, permettent d’économiser plus de 60% d’énergie…. Étudier les bruits de la ville Consacré aux bruits de la ville, le dernier numéro de la revue Communications aborde le bruit comme « son social », ancré « au cœur de la vie urbaine » (p. 8). Le sujet est d’actualité, à l’interface entre les questionnements politiques sur les nuisances et la qualité de la vie et les questionnements propres aux sciences sociales : comment en rendre compte, avec quels outils, quels concepts et quelle méthodologie ? Il y a 10 ans, un numéro de Géocarrefour intitulé « La ville, le bruit et le son » montrait que le bruit restait essentiellement associé aux nuisances, bien qu’on puisse mettre à jour et cartographier le patrimoine sonore urbain. Les nuisances constituent également le fil directeur de ce numéro de Communications, qui affiche la double ambition de « dresser un bilan des recherches menées sur la portée sociale de la dimension sonore en ville et d’ouvrir de nouvelles pistes sur ces questions » (p. 14).

Related: