background preloader

Des objets portables aux objets mettables

Des objets portables aux objets mettables
Related:  InterviewsObjets connectés

Chérie, j'ai imprimé les courses L'impression d'objets en 3D par de simples quidams n'en est qu'à ses balbutiements, mais les acteurs de la grande distribution réfléchissent déjà à la meilleure parade pour ne pas se laisser prendre de court, comme ce fut le cas avec l'essor du e-commerce. Atlantico : La chaîne de fast food Macdonald's envisagerait d’installer des imprimantes 3D dans ses restaurants, afin que les enfants, lorsqu’ils commandent un menu happy meal, puissent demander le jouet de leur choix, qui se créera sous leurs yeux. Ce type d’innovation préfigure-t-il d’autres changements, beaucoup plus radicaux ? Joêl de Rosnay : Pour certains produits, c'est très probable. Frédéric Fréry : L'impression 3D est très certainement une technologie d'avenir, dont les conséquences sur de nombreuses industries vont être considérables. Atlantico : Pourrait-on imaginer qu’à terme, les foyers seront équipés d’imprimantes 3D, comme ils le sont de télévisions ou d’ordinateurs ? Joêl de Rosnay : C'est déjà tout à fait possible.

Les Google Glass débarquent à Paris, France Les deux douzaines de Google Glass mise en vente à Paris (même pas imprimées en 3D, pffff…) le 1er avril étaient aussi sexy que des colliers à redresser les dents pour ados boutonneux, comme s’ils nous refilaient les prototypes que les Simpson ont renvoyés à Amazon. A croire que les Californiens prennent la France pour un pays de communistes barbubios pas rasés des mollets (à mettre dans l’abcdaire de maintenant) de plus de trente berges encore accrochés à leur certificat de garantie d’Apple II signé Steve Jobs comme si c’était leur carte vitale (ou celle de leur Parti, de leur vendeur de 4/4 diesel made in Pafrance, ou de leur club de foot franchouillard, pour les mâles pas bien finis et les femelles ratées) … Et puis ces Google Glass génération n-1 (ou 2 ?) Vivement le prochain arrivage, même si les lunettes version 2 seront toujours moches ! Vivement que l’ergonomie, les fonctions, le 5G, le wifigratuit et touça-toussa s’améliorent ! Vivement qu’Apple s’y mette ! What else ? Arrhgghh !

Regards dans le retro sur le surf à Biarritz Joël de Rosnay fait partie de ceux qu’on appelle les Tontons surfeurs, ces sportifs qui se sont tous initiés aux surf après l’arrivée, à Biarritz, d’une planche de surf californienne. Devenu l’un des meilleurs surfeurs de sa génération, il a répondu à nos questions, sur l’apparition du surf en Aquitaine, sur sa vision de la glisse, sur le surf et ses valeurs. 1. Vous êtes l’un des premiers à avoir surfé sur la côte basque, comment expliquez-vous l’implantation du surf à la fin des années 1950 dans cette région ? Plusieurs facteurs ont contribué à l’implantation du surf au Pays Basque : la région qui présente des conditions idéales pour le surf, des locaux qui aimaient les vagues et l’arrivée d’une planche de surf. Par un concours de circonstances, ces éléments se sont rassemblés à la Côte des Basques. C’est l’apport d’un élément extérieur qui a été l’élément déclencheur. 2. Ils ont tout de suite compris le surf, accroché à cette pratique. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11.

L’Internet des objets : le coût détermine-t-il les usages ? Note de veille, 5 octobre 2012 Depuis quelques années maintenant, l’Internet des objets (également appelé M2M, machine to machine) fait couler beaucoup d’encre mais peine à s’installer au quotidien. On observe un développement important de la domotique [1] dans certains pays comme le Japon, où quelques modèles de maisons intelligentes ont vu le jour, mais le coût de ce type d’installation demeure élevé. Toutefois, l’Internet des objets concerne également des interactions simples entre un objet et un terminal (fixe ou mobile) : la plante verte signalerait que sa réserve d’eau est vide, un panneau d’affichage publicitaire indique qu’il est bloqué, un container à ordures qu’il est plein, etc. Bien qu’il n’existe pas de définition standardisée, on peut définir l’Internet des objets comme une extension d’Internet à des choses et à des lieux du monde physique en y associant des étiquettes munies de codes qui peuvent être lus par des dispositifs mobiles sans fil.

L'esprit du surf Scientifique et sportif, futurologue et spécialiste de la longévité, Joël de Rosnay se livre avant d’ouvrir la 1re conférence internationale Mer & Santé. Champion de France de surf en 1960 et 1961, auteur de nombreux ouvrages, docteur ès Sciences, enseignant au MIT (Massachusetts Institute of Technology), Joël de Rosnay a été élu personnalité numérique de l’année 2012. Dans son dernier livre, « Surfer la vie », il écrit que « le surf représente la transposition dynamique de la vie elle-même ». Sud Ouest : Vous qui êtes depuis toujours un passionné de mer, dans quelle mesure attribuez-vous votre bonne forme à la fréquentation des vagues ? Joël de Rosnay : Évidemment, comme chacun sait, l’air marin est tonique. La présence d’iode et les UV jouent un rôle important. La pratique du surf nécessite une préparation continue, à la fois musculaire, nutritionnelle et psychologique. La nutrition est également très importante pour garder la forme. Joël de Rosnay : Oui, je le pense sincèrement.

Un foisonnement d’innovations sans fil Interaction entre les véhicules et l’infrastructure, diagnostic automobile en ligne, Light Fidelity, clé Insync, monitoring de pression des pneus, surveillance des structures d’avion, systèmes d’alarme, relevés médicaux à domicile, plateformes embarquées et contrôle de procédés industriels : retrouvez une belle moisson d’innovations à base de capteurs sans fil et de réseaux de capteurs dans cette nouvelle note de veille du Cetim, en libre accès sur cetim.fr. Transports terrestres, aéronautique, bâtiment, santé : dans tous ces domaines, les réseaux de capteurs jouent, aujourd’hui, un rôle important et les perspectives commerciales sont annoncées comme exceptionnelles. Raison de plus pour rester au fait de ces innovations et des changements qu’elles annoncent. Dans le transport terrestre, le comptage de trafic, la détection d’incidents ou d'encombrement, tout comme les modules de prévision du temps de déplacement ou de gestion du trafic se multiplient.

Focus sur… Oui, mais pas seulement, il y a également des scientifiques artistes peintres. On sait par exemple que le grand biologiste André Lwoff était également un excellent peintre. Il me disait souvent que la création artistique l’aidait beaucoup à découvrir des relations inaperçues entre certains secteurs qu’il étudiait, notamment sur les virus et leurs relations avec les cel-lules bactériennes ou de notre corps. Art pictural, musique, recherche scientifique, créent de nouveaux horizons, de nouveaux espaces dans lesquels l’intuition trouve son rythme créateur en rapprochant des éléments épars de la mémoire, voire en faisant ressortir des réflexes qui se révèlent sous l’effet de la création artistique ou scientifique. Le surfeur est confronté à la fois au déterminisme et à la liberté. D’une part parce que la vague qu’il surfe a été produite par une tempête dans l’Atlantique Nord, par exemple, elle est déterminée par des phénomènes météorologiques indépendants de lui.

Home | Elliot Comment rester jeune et en bonne santé Ce que je fais pour me maintenir en forme, tout le monde peut le faire. Il suffit de respecter cinq principes fondamentaux. C’est scientifiquement prouvé : en trois semaines, on peut changer son corps, sa vie. Exercice physique Je surfe toute l’année. Nutrition Une règle d’or : rester à 80% de sa faim à chaque repas ! Management du stress Je médite vingt minutes par jour. Réseau La famille est fondamentale, les amis bien sûr, les proches du travail… Mais aussi une activité régulière sur les réseaux sociaux. Plaisir Il y a le plaisir physique, sensuel, qui me porte depuis toujours.

Le projet européen ELLIOT La Fing est l’un des partenaires du projet de R&D européen ELLIOT, qui vise à créer une plate-forme d’applications de l’"internet des objets" fondée sur la co-conception et la co-création avec les utilisateurs. La Fing intervient en particulier dans deux domaines : les méthodologies de conception par l’usage, et l’expérimentation sur le terrain, autour de la mesure environnementale distribuée et des applications qui pourraient émerger sur cette base. The ELLIOT project aims to develop an Internet Of Things (IOT) experiential platform where users/citizens are directly involved in co-creating, exploring and experimenting new ideas, concepts and technological artifacts related to IOT applications and services. This will allow studying the potential impact of IOT and the Future Internet in the context of the Open User Centered Innovation paradigm and of the Living Lab approach. Main Objectives : Partenaires : TXT Polymedia s.p.a. The University of Nottingham, UK VU Log s.a.s.

Interview "Maurice a besoin d’une nouvelle génération de décideurs politiques" On ne vous entend plus. Êtes-vous toujours impliqué dans le projet Maurice île durable (MID) ? Je ne le suis plus pour le moment. Le gouvernent mauricien, en la personne du vice-Premier ministre et ministre de l’Énergie, m’a proposé de poursuivre cette collaboration (NdlR : celle-ci a débuté en 2007). J’ai refusé et j’ai expliqué mes raisons à M. Pourtant, une annonce contraire a été faite au Parlement… Cette annonce a été faite prématurément, sans même me laisser le temps de donner une réponse. Pourquoi vous désengagez-vous ? Parce que ma position de scientifique est trop éloignée de la stratégie du gouvernement actuel en matière d’énergie. En quoi y a-t-il incompatibilité ? Ma position est la suivante : je propose de combiner des énergies renouvelables intermittentes (soleil, vent…) avec des énergies renouvelables permanentes (biomasse, biogaz, hydroélectricité…). Cette vision implique quels changements ? Le mot-clé de la production d’électricité, c’est le base load, la production de base.

ReFaire : exploiter l’aura numérique des objets Pour favoriser le développement du “Nouveau Monde industriel”, il faut rendre accessible et réunifier l’aura numérique des objets, pour donner à l’objet une identité, une histoire, un devenir, des capacités d’évolution, d’initiative et rendre possible de nouveaux usages, de nouvelles pratiques. L’information sur les objets a de surcroît le potentiel de développer de nouveaux modèles d’affaires, de nouveaux services et de nouveaux objets. Elle est assurément un levier de l’innovation industrielle de demain. Un objet industriel commence sa vie sous la forme d’un modèle et de schémas de fabrication. La piste ReFaire : exploiter l’aura numérique des objets Retrouvez l’article complet publié sur Internetactu.net : Exploiter l’aura numérique des objets En savoir plus sur l’expédition ReFaire

La symbiose du futur Pourquoi ce livre maintenant ? Est-il en relation avec les grandes échéances électorales du moment ? J'avais envie de regarder plus loin que les habituelles échéances que l'on nous propose. Il me semble que la myopie des politiques face au futur est grande. Dix ans paraissent une éternité. Le monde est trop complexe, son évolution imprévisible. Vous pensez que nous allons vers des catastrophes ? Je crois que notre type de civilisation - celui des sociétés industrialisées - aboutit à un échec. C'est de la notion de symbiose que vient le titre de votre livre : "l'Homme symbiotique" ? Oui. Vous pensez que nous créons une nouvelle forme de vie ? Oui, je pense que des bouleversements se préparent. Décrivez nous cet organisme planétaire que vous appelez le cybionte. Pour l'imaginer il faut retracer l'évolution des techniques. Votre proposition s'appuie sur une nouvelle approche unifiée des connaissances ? Et puis il y a l'ordinateur, omniprésent dans votre livre ? Je le crois.

#Innovation : Il y aura 80 milliards d'objets connectés dans le monde en 2020 Ce chiffre a été communiqué par IDATE en 2013, via le rapport « The Internet of Things Market ». C’est aussi sur ce chiffre que se base le cahier de tendance publié récemment par Cap Digital, le pôle de compétitivité de la transformation numérique. Alors que le mot numérique est actuellement sur toutes les lèvres, il pourrait presque disparaître à l’avenir, puisque totalement intégré au quotidien. Au cours des prochaines années, un basculement de l’économie verra le jour. Ainsi, l’utilisateur sera placé au coeur de cette nouvelle économie, puisque l’économie numérique sera directement branchée aux données qu’il produit, via son activité quotidienne. Toutefois, la consommation collaborative tend à freiner ce développement, puisqu’à travers cette économie du partage, les relations sociales sont en pleine mutation. Crédit Photo : Shutterstock Tagged a-la-une, Big Data, cap digital, consommation collaborative, entrepreneur, phygital, selection-de-la-semaine

Related: