background preloader

Types de personnalité

Types de personnalité
Quel type de personnalité êtes vous? * Ce texte pourrait être un compte rendu de lecture tant il s'inspire du livre de F Lelord et C André : « Comment gérer les personnalités difficiles ». Les auteurs classent les différents types de personnalités selon leurs traits de caractère et leurs types de comportement et donnent par la suite dans chaque cas des conseils pour s'adapter à ce type de personnes. Toutefois l'esprit de ce texte sera un petit peu différent : s'il reprend à son compte la classification du livre, c'est avant tout pour amener une réflexion personnelle. En effet il y a fort à parier que vous vous retrouviez dans une de ces personnalités ou plus vraisemblablement dans un mélange de deux d'entre elles, voire plus. Je vous invite donc à un voyage au travers des comportements humains . 1. En pathologie, on parle de TAG (trouble anxieux généralisé). 2. Ces personnes semblent prédestinées à devenir acteurs, avocats, hommes politiques, ou tout autre métier de « spectacle ». 3. 4.

Présentation succincte de onze notions-clés de la pensée de Jung - Site de l'Association Adéquations Sommaire de cet article 2) Individuation Dans la définition 33 du chapitre XI des Types psychologiques, Jung écrit que l’individuation "est le processus de formation et de particularisation de l’individu ; plus spécialement de l’individu psychologique comme être distinct de l’ensemble, de la psychologie collective. L’individuation est donc un processus de différenciation qui a pour but de développer la personnalité individuelle". Jung pare aussitôt au possible reproche d’individualisme. Il est intéressant de souligner ici la pensée d’une cohésion collective universelle. Dans les dernières lignes du texte que nous avons suivi jusqu’ici, Jung définit le processus d’individuation comme "l’élargissement de la sphère du conscient et de la vie psychologique consciente". Pour mieux saisir ce qu’est l’individuation, il faut donc tenter une définition de l’archétype du Soi, dont la réalisation consiste en sa venue à la conscience.

Présentation succincte de onze notions-clés de la pensée de Jung Sommaire de cet article Les passages de Jung cités dans les définitions ci-dessous sont tirés des ouvrages suivants, dans l’édition à chaque fois indiquée : 1) Les Types psychologiques, Librairie de l’Université, Georg, 1968 2) Dialectique du moi et de l’inconscient, Gallimard, 1964 3) Psychologie et alchimie, Buchet-Chastel, 1970 4) Les Racines de la conscience, Buchet-Chastel, 1971 Ces passages sont reproduits avec l’aimable autorisation des éditeurs concernés. 1) Archétypes – Inconscient collectif Dans son étude intitulée Des archétypes de l’inconscient collectif (publiée pour la première fois dans les Annales d’Eranos, 1934, et reprise dans Les Racines de la conscience, Livre I), Jung distingue entre "une couche pour ainsi dire superficielle de l’inconscient", qu’il appelle "inconscient personnel", et une "couche plus profonde qui ne provient pas d’expériences ou d’acquisitions personnelles, mais qui est innée".

Jung Inconscient Si cette libido se rapporte à l'inconscient, c'est comme si elle se rapportait à la mère, et contre cela se dresse le tabou. Mais comme l'inconscient est une grandeur au delà de la mère, qui ne fait que le symboliser, l'angoisse incestueuse devrait, en fait, être surmontée pour qu'on atteigne les contenus salutaires ("trésor difficile à atteindre"). Le fils n'ayant pas conscience de sa tendance incestueuse, celle-ci se projette sur la mère ou son symbole. Mais comme ce symbole n'est pas la mère elle-même, il n'existe en fait aucune possibilité d'inceste et ainsi le tabou n'a plus de raison d'être une cause de résistance. La mère représente l'inconscient; alors la tendance à l'inceste, surtout quand elle apparaît comme désir de la mère ou de l'anima, représente une exigence de l'inconscient qui veut que l'on tienne compte de lui. Les archétypes sont des noeuds énergétiques sur lesquels s'articule la structure de l'inconscient.

Individuation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. en biologie et en particulier en l'embryologie : « le processus d'induction qui aboutit à la constitution de structures organiques complètes[2]. »en linguistique : « Processus par lequel un groupe se caractérise face à un autre groupe grâce à des constances de l'activité langagière[3]. »en philosophie : « réalisation d'une idée générale, d'un type, d'une espèce dans un individu[4]. »en psychanalyse : « Processus de prise de conscience de l'individualité profonde, décrit par Jung[1]. » Histoire et origines[modifier | modifier le code] Socrate disait faire « accoucher les esprits » En Grèce antique[modifier | modifier le code] Une source probable de la notion se trouve dans les discussions philosophiques de la Grèce antique. Socrate expliquait que le fait d'être un homme mâle, vivant à Athènes, etc, ne suffit pas à le déterminer en tant qu'individu. Au Moyen Âge, de la Perse à l'Écosse[modifier | modifier le code] Portail de la sociologie

Thérapie Jung et les enfants thérapie jung approche éducative formation online Fils de pasteur, il naquit le 26 juillet1875 à Kesswil dans une petite commune de Suisse. Après des études au collège de Bâle, il entreprit des études de médecine puis se spécialisa en psychiatrie. Élève d'Eugen Bleuler, il soutint une thèse de doctorat concernant « La psychopathologie des phénomènes dits occultes ». C'est sous sa direction qu'il a travaillé au Bürgölzi ou il a entre autre rencontré Sabina Spielrein dont il fut le psychiatre, l'analyste et l'amant. Il s'intéressait de près à l'œuvre de Sigmund Freud, qu'il rencontra en 1907 et dont il devint le dauphin. « Un coup d'œil superficiel sur mon travail suffit pour voir ce que je dois aux géniales conceptions de Freud. En 1912, il se fâche avec Freud et la psychanalyse freudienne. Après une grande période de solitude et de doutes, Jung poursuit des recherches personnelles, fondant une approche de l'âme humaine qu'il dénomma psychologie analytique. Le créateur de concepts [modifier] Son apport [modifier] Notes [modifier] C.G.

Jung et les neurosciences, l\'imagination active et le langage verbal avec l\'inconscient. Synchronicité et Paracelsica (Carl Gustav Jung). Synchronicité et Paracelsica La synchronicité représente de toute évidence l'un des nœuds théoriques principaux de la pensée et de l'œuvre de Jung. Alors que celui-ci en découvre très tôt la présence et les manifestations (il en parle dès 1930), en déclarant à propos du Yi King que ce dernier "repose en effet, non sur le principe de causalité, mais sur un principe non dénommé jusqu'ici - parce qu'il ne se présente que chez nous - auquel j'ai donné, à titre provisoire, le nom de principe de synchronicité", il ne se décide cependant à publier à son sujet de manière systématique et réglée que très tard dans sa vie, à la fin des années quarante et au début des années cinquante. S'il se résout à cet effort, c'est par un double souci d'élucidation scientifique et philosophique, ainsi que devant l'importance humaine du phénomène, et l'exigence intérieure du souci thérapeutique que l'a toujours animé. (...)

Carl Jung et l’activation de l’inconscient collectif Carl Gustav Jung avait fait une série de rêves, qu’il pensait symboliques et destinés à lui seul, peu avant la Première Guerre mondiale. Il avait par exemple perçu une marée de sang recouvrir l’Europe. Il semblerait donc que notre intelligence créatrice, communément appelée « l’inconscient », soit en relation avec l’avenir probable d’un ensemble de consciences subtilement reliés, partageant une perception commune (le « corps social »). Mark Hedsel a donné, dans The Zelator, sa réflexion sur cette question : « Existe-t-il une raison – je veux dire, une raison cosmologique – à la sensibilité dont sont dotés les poètes ? Le Liber novus ou « Livre rouge » de C.G. Ainsi, des changements à venir, même « potentiels », présentent une charge émotionnelle que captent les personnes sensibles. « En 1919, en Angleterre, Jung présente devant la Society of Psychical Research, dont il est membre honoraire, une communication sur « Le fondement psychologique de la croyance aux esprits ».

La spiritualité de Jung : Cinq décennies plus tard Le pionnier de la psychologie des profondeurs, le psychiatre, psychologue et essayiste Carl Gustav Jung, est mort le 6 juin 1961. Cinq décennies plus tard, quel est son héritage ? Nous avons posé la question au philosophe Michel Cazenave, membre fondateur et président du Cercle Francophone de Réflexion et d'Information sur l'œuvre de C.G. INREES : Cinquante ans après sa mort, quel est l’héritage de la pensée de Jung ? Freud tombe en disgrâce, la pensée de Jung est redécouverte. Des notions comme celles de synchronicité, élaborée par Jung, peuvent-elles nous aider à vivre ? Y a-t-il toujours une forte résistance à sa pensée ? D'autres ont aimé... Sur le même thème...

L'inconscient collectif, une notion clé de la pensée de Jung Selon le psychiatre suisse Carl Gustav Jung , l'inconscient collectif constitue « une condition ou une base de la psyché en soi, condition omniprésente, immuable, identique à elle-même en tous lieux ». L’inconscient selon Jung comporte plusieurs dimensions. « Il ne s’agit pas de nier l’inconscient freudien mais de voir qu’il y a une couche beaucoup plus profonde d’inconscient dans lequel le sujet n’est plus enfermé sur lui-même mais ouvert à de l’inconnu » explique Michel Cazenave qui ajoute : « Il ne faut pas rester dans l’idée d’une créature qui est complètement enfermée dans son histoire personnelle. Ma psychologie n’est jamais que le champ dans lequel se manifeste quelque chose qui est bien au-delà de moi. C’est la différence fondamentale avec Freud. Dans l’âme, Jung distingue trois degrés : 1. Dans L’Ultime Voyage, la conscience et le mystère de la mort, le psychiatre Stanislav Grof relate un cas qui selon lui illustra magistralement l’existence de cet inconscient jungien.

Related: