background preloader

JEUX PARALYMPIQUES. Le sport favorise-t-il réellement l'intégration des handicapés

JEUX PARALYMPIQUES. Le sport favorise-t-il réellement l'intégration des handicapés
Épreuve de 1500m T54 à Londres, le 3 septembre 2012 (K.WIGGLESWORTH/SIPA). La réponse est délicate et complexe car elle est multifactorielle, contextuelle et dépend du vécu et ressenti de tout un chacun dont, au premier chef, les sportifs en situation de handicap. Qui plus est, de quelle type d’intégration, voire d’inclusion, parle-t-on ? Si un court article ne suffit pas et s’expose, de fait, à quelques raccourcis et caricatures, certaines pistes peuvent néanmoins être mises au jour pour alimenter le débat. L'image positive et flatteuse du sport Le sport de haut niveau est source de passions, tantôt défendu et magnifié avec verve, tantôt combattu et dénigré avec force. Et ce malgré un dopage encore bien présent et récurrent, ainsi que des tricheries de toutes sortes. Bref, le sport est-ce avant tout vaincre l’autre ou les autres, à n’importe quel prix (au sens propre comme sens au figuré) ? Une séparation dictée par l’équité sportive Quand l'équilibre esthétique se substitue à l’altérité

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/619602-jeux-paralympiques-le-sport-favorise-t-il-reellement-l-integration-des-handicapes.html

Related:  bonheur et le sportRessources exposé emclearampelbergcompetition sportif

Sport et handicap - EurekaSanté par VIDAL En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.× Jeux paralympiques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Jeux paralympiques réunissent des athlètes handicapés de tous pays pour des épreuves handisports. Y participent des athlètes handicapés physiques ou visuels (amputés, aveugles, infirmes moteurs, cérébraux ou en fauteuil roulant, ou tout autre handicap physique) ainsi que les athlètes handicapés mentaux. Ils sont organisés par le Comité international paralympique (et non pas par le Comité international olympique) et ont lieu tous les 4 ans à la suite des Jeux olympiques. Les sourds et malentendants peuvent prendre part aux Deaflympics (Jeux olympiques des sourds).

Faire du sport pourquoi Pour se faire plaisir, et faire l’expérience de nouvelles sensations corporelles En effet, des études montrent que le plaisir est la première motivation chez les jeunes pour faire du sport ; cela est même prouvé scientifiquement puisque le plaisir que l’on prend lors d’une activité physique se traduit physiologiquement par la sécrétion d’endorphines ; l’activité physique a donc une activité calmante grâce à ces substances produites par le cerveau. Pour se sentir bien, pour être en bonne santé

Des bienfaits - Le sport pour les handicapés En premier lieu, le gain de force musculaire apporte des facilités pour la personne porteuse de handicap. Le renforcement musculaire des membres supérieurs et du tronc est particulièrement important et utile pour tous ceux qui se voient dans l’obligation d’utiliser des cannes ou un fauteuil roulant. Les personnes en fauteuil doivent souvent effectuer leurs transferts à la force des bras, pour se coucher par exemple, c’est pourquoi le gain de muscle facilite ces transferts. Ensuite, la pratique sportive permet une meilleure souplesse articulaire, celle-ci lutte contre l’atrophie musculaire et les problèmes articulaires. JEUX PARALYMPIQUES. La performance comme moyen d’accéder à la normalité La nageuse britannique Susannah Rodgers avant la finale du 100m nage libre S7, le 3 septembre 2012 (E.MORENATTI/SIPA). Dans une période où le mot normal, mis en exergue par la plus haute représentation de l’État, est devenu à la mode on peut s’interroger sur les réflexions récurrentes concernant la réalité du sport handicap et de ses sportifs à la lumière des jeux olympiques et paralympiques, événements sportifs planétaires (du moins pour le premier) les plus investis avec la coupe du monde de football. Avec ses 4.200 athlètes et la participation de 166 pays, les Jeux paralympiques de Londres, qui se déroulent du 29 août au 9 septembre, seront sûrement les plus beaux et les plus importants jamais organisés à ce jour. La qualité de la cérémonie d’ouverture a montré la volonté des organisateurs d’être en harmonie avec les Jeux olympiques qui se sont déroulés précédemment. Pour autant, le sport handicap doit encore trouver une justification et une légitimation au quotidien.

Sport et handicap : le chemin vers le bonheur « Web Log LEGTPA Magnac Laval Devenir handicapé du jour au lendemain, c’est débuter un combat de tous les instants. Tous différents, tous liés par leur handicap, ces personnes ont choisi le sport comme allié, comme exutoire, comme moyen de survie au quotidien. Parce que quand on est dans son sport, on ne pense plus à rien, on oublie son handicap. Tous ont dû affronter la vie d’après, celle où plus rien n’est comme avant. Celle qui se résume à une page blanche où tout est à réécrire. Ils ont décidé d’être maître de leur nouveau destin et de le lier à la pratique sportive, avec la hargne de ceux qui savent ce que c’est que de se battre, quand chaque geste banal du quotidien devient une lutte de tous les instants.

Le Sport rend-il heureux ? Du bien-être de l’athlète aux vertus anti-dépressives du sport, l’Observatoire du Bonheur se penche sur ce qui se passe dans notre cerveau pendant l’effort Pas de doute, l’été 2012 sera placé sous le signe du sport : UEFA 2012 en football, Jeux Olympiques de Londres mais aussi les rendez-vous sportifs incontournables de tous les étés, du tennis au cyclisme… difficile d’échapper à ces évènements sportifs attendus avec impatience dans le monde entier par les athlètes et leurs supporters. Source de bonheur, celui de gagner, de se dépasser, voire de passion, mais aussi de déceptions, le sport n’en reste pas moins riche en émotions, tant pour le sportif qui le pratique que pour le supporter qui le regarde. Pourtant, nombreux sont les clichés des athlètes qui miseraient plus sur leurs muscles que sur ce qu’ils ont dans la tête pour réussir. Mais quels sont les effets réels du sport sur notre cerveau ? Les endorphines : de « l’extase du coureur » à la dépendance

La face sombre du sport européen : racisme et discrimination Inter : “ La diversité et l’inclusion sont essentielles à l’évolution de la société” La question du racisme dans le sport a une nouvelle fois dominé les manchettes des journaux européens ces derniers temps, suite à une série d’incidents et de commentaires rapportés d’Angleterre, des Pays-Bas, de Bulgarie, de Turquie et même de la FIFA. Pourtant, on constate malheureusement aujourd’hui davantage d’incidents liés au genre et à l’orientation sexuelle.

Related: