background preloader

Révolution numérique

Révolution numérique
Related:  rbouyafri

Dynamique des Structures Dans son célèbre ouvrage Structure et dynamique des organisations, H. Mintzberg définit la structure d'une organisation comme "la somme totale des moyens employés pour diviser le travail entre tâches distinctes pour ensuite assurer la coordination nécessaire entre ces tâches". 1. Cinq mécanismes expliquent les moyens fondamentaux par lesquels les organisations coordonnent leur travail : - l'ajustement mutuel : coordination du travail par simple communication informelle, - la supervision directe : mécanisme de coordination par lequel une personne se trouve investie de la responsabilité du travail des autres, - la standardisation des procédés : le contenu du travail est spécifié ou programmé (ex : mode d'emploi, gamme de fabrication), - la standardisation des résultats : par exemple, spécification des dimensions du produit ou de la performance à atteindre, - la standardisation des qualifications : spécification de la formation de celui qui exécute le travail. H. Haut - le centre opérationnel 4. 5.

2. Avec le virtuel, une nouvelle réalité Finie l’opposition... Adhocratie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'adhocratie est un néologisme (provenant du terme latin « ad hoc ») utilisé pour désigner une configuration organisationnelle qui mobilise, dans un contexte d’environnements instables et complexes, des compétences pluridisciplinaires et transversales, pour mener à bien des missions précises (comme la résolution de problèmes, la recherche d'efficience en matière de gestion, le développement d'un nouveau produit, etc.). L’adhocratie a d'abord été formulée par Alvin Toffler dans Le choc du futur (1970) puis a été popularisée par Robert Waterman Jr. dans Adhocracy. The power to change (1990). Ce concept organisationnel s'oppose à la bureaucratie. L'expression « ad hoc » indique en effet que les personnes choisies dans l'organisation travaillent dans le cadre de groupes-projets peu formalisés qui bénéficient d'une autonomie importante par rapport aux procédures et aux relations hiérarchiques normalement en vigueur.

Deux philosophes critiquent la révolution numérique Célébrée ou stigmatisée, la révolution numérique divise ceux qui en subissent les effets autant qu’elle génère des réflexions articulées parmi ses analystes, entre exaltation et scepticisme. Parmi les spécialistes des technologies numériques, Eric Sadin, auteur en 2013 de L’Humanité augmentée, poursuit une réflexion ambitieuse, “à l’écart de l’ancestrale et inopérante dichotomie entre les dénommés technophiles et technophobes”. Sa dernière entreprise cartographique, contenue dans son livre théorique le plus abouti, La Vie algorithmique, se propose de réexaminer la notion même de révolution numérique. L’orientation que le philosophe privilégie consiste “à ne pas envisager la technique ou le numérique comme une unité, comme une chose au sujet de laquelle on pourrait parler en soi, mais comme un foisonnement de dispositifs et de protocoles contradictoires ou convergents, dont il s’agit de dégager les dynamiques structurantes au-delà du bruit et de la fureur des divergences idéologiques”.

Philippe Corcuff : Figures de l’individualité, de Marx aux sociologies contemporaines. Entre éclairages scientifiques et anthropologies philosophiques. Philippe Corcuff a L’opposition de l’individuel et du collectif est souvent apparue comme un axe structurant pour la sociologie. Un des « pères fondateurs » de la sociologie universitaire française, Émile Durkheim, a ainsi fortement contribué à établir une séparation disciplinaire nette entre l’individuel et le collectif, le premier revenant à la psychologie et le second à la sociologie. La sociologie a-t-elle alors quelque chose à dire sur l’individualité, en tant que singularité, c’est-à-dire unicité irréductible ? Quelques questions épistémologiques introductives. Avant d’entamer la discussion proprement dite sur les sociologies de l’individualité, il nous faut clarifier deux problèmes qui seront engagés dans l’analyse : 1er) le rapport à la polarisation méthodologique traditionnelle entre holisme et individualisme, et 2e) le statut dans la recherche sociologique de ce qui est appelé « anthropologies philosophiques ».

Chère femme de ma vie que je vais pas texter — Urbania J’espère que tu liras en entier cette lettre que je t’adresse. Comme bien des gens de notre génération qui ne sont pas des amputés de guerre, on texte beaucoup. Plus qu’on parle. Et je sais pas si c’est tant une bonne chose. C’est pour ça que toi, je te texterai pas. Comme j’ai pas beaucoup d’amis, je lis. Et plus j’y pense, plus je me rends compte que la majorité de mes interactions en couple se déroulent sous forme de textes messages (sauf quand elle répond pas à mes textos; là, j’appelle). Même les affaires importantes. Mais avec toi, chère femme de ma vie que je vais pas texter, ce sera pas comme ça. Je veux changer. Même les débuts de relation sont comme ça. Sauf qu’à long terme, ça donne naissance à la pire chose depuis le pain pumpernickel: les faux espoirs. Parce que par texte, t’es même pas obligée de répondre tout de suite. J’aimerais changer un peu les règles du jeu. J’aimerais avoir à marcher. Étaler ma personne devant la tienne et te dire : « Toé, moé, ciné.» Deal? Bien à toi,

Les apports de Henri Mintzberg L'approche systémique pour mieux comprendre les organisations L'approche systémique pour mieux comprendre les organisations Dominique GROOTAERS, Le GRAIN asbl, 14 décembre 2005 Henry Mintzberg est une figure de référence internationale dans le domaine de la sociologie des organisations. Les modèles qu’il a élaborés permettent de mieux comprendre le fonctionnement d’une organisation. Le canadien Henri Mintzberg est apparu depuis les années 70 et 80 comme le théoricien de référence dans le domaine de l’analyse des organisations. Au fur et à mesure des essais de Henri Mintzberg s’est profilée une théorie qui est depuis lors abondamment utilisée, commentée et soumise à la critique et qui s’avère d’un intérêt fondamental pour analyser une organisation avant d’envisager la manière d’y opérer un changement. L’apport majeur de Mintzberg est d’avoir élaboré une typologie permettant de catégoriser les diverses composantes internes d’une organisation. 1. 1.1. 1.1.1. La dimension verticale 1.1.2. 1.2. 1.3. 2. 2.1. 2.2. 2.3. 2.4. 2.5. Conclusion Bibliographie

Is Google Making Us Stupid? Illustration by Guy Billout "Dave, stop. Stop, will you? Stop, Dave. I can feel it, too. I think I know what’s going on. For me, as for others, the Net is becoming a universal medium, the conduit for most of the information that flows through my eyes and ears and into my mind. I’m not the only one. Bruce Friedman, who blogs regularly about the use of computers in medicine, also has described how the Internet has altered his mental habits. Anecdotes alone don’t prove much. It is clear that users are not reading online in the traditional sense; indeed there are signs that new forms of “reading” are emerging as users “power browse” horizontally through titles, contents pages and abstracts going for quick wins. Thanks to the ubiquity of text on the Internet, not to mention the popularity of text-messaging on cell phones, we may well be reading more today than we did in the 1970s or 1980s, when television was our medium of choice. But the machine had a subtler effect on his work. Also see:

Les Classiques des sciences sociales Abel-Rémusat, Jean-Pierre [1788-1832] sinologue, titulaire de la 1re chaire de langue et littérature chinoise au Collège de France [ sous-collection "Chine ancienne" ] Adler, Alfred [1870-1937] psychanalyste Alain (Émile Chartier) [1868-1951] philosophe français Alexéiev, Basile [1881-1951] professeur au Collège de France Alexis, Jacques Stephen [1922-1961] Écrivain, homme politique et médecin haïtien [sous-collection "Études haïtiennes"] Alexis, Stephen [1889-1962] Diplomate, enseignant, historien, journaliste et écrivain haïtien né aux Gonaïves, père de Jacques Stephen Alexis. Anglès d'Auriac, Jean [1902-1954] Docteur ès Lettres, professeur à la Faculté des Lettres de Rennes Archambault, Paul [1883-1950] Ardouin, Beaubrun [1796-1865] Historien et homme politique haïtien [sous-collection "Études haïtiennes"] Argens, Jean-Baptiste de Boyer, Marquis d' [1704-1771] homme de lettres et philosophe français Auteurs inconnus Aveling, Edouard César, Jules [100 avant J. Commune de Paris, La [1871]

"L'acteur et le système" Les contraintes de l'action collective Seuil 1977 Copyright : Le contenu de cette page a été copié (social.subject-line.com/t2337-topic). Des démarches sont en cours pour faire supprimer ce site pirate. Sommaire I Le livre : FICHE de LECTURE - SYNTHÈSE II - CRITIQUE - Pistes de réflexion I - Le livre : FICHE de LECTURE - SYNTHÈSE Michel Crozier et Erhard Friedberg définissent ce livre comme un manuel, non pas de sociologie des organisations, mais de sociologie de l’'action organisée. Cette méthode, basée sur l’'analyse stratégique, se positionne sur le plan des relations de pouvoir entre acteurs et des règles implicites qui gouvernent leurs interactions, et qui sont appelées ici « jeux ». Le pouvoir est défini comme une relation structurante caractérisée par le déséquilibre d’'une relation qui est réciproque, et par la possibilité de certains individus ou groupes d’'agir sur d’autres individus ou groupes. Je terminerai cette synthèse avec deux citations : II - Critique / Pistes de réflexion

La Domination masculine Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Domination masculine[1] est un livre de Pierre Bourdieu, publié en 1998, aux Éditions du Seuil, dans la collection Liber. Pierre Bourdieu y développe une analyse sociologique des rapports sociaux entre les sexes, qui cherche à expliquer les causes de la permanence de la domination des hommes sur les femmes dans toutes les sociétés humaines. Présentation[modifier | modifier le code] Lors de débats ou de discussions, on observe ainsi que les femmes se font plus souvent couper la parole que les hommes[2] ; si elles réagissent de manière agressive, le groupe fera savoir que ce n’est pas souhaitable (par exemple, en traitant la femme de « harpie », en l’accusant de « perdre ses nerfs », en qualifiant sa réaction d’« hystérique »), tandis qu’un tel comportement chez un homme sera beaucoup plus accepté. Le processus de déshistoricisation[modifier | modifier le code] Critique[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Biographie Edith Penrose Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Edith Penrose ( - ) est une économiste anglaise née aux États-Unis, réputée pour la publication d'un ouvrage intitulé "The Theory of the Growth of the Firm", qui décrit les multiples manières (et la rapidité) par lesquelles les firmes modernes croissent. Il s'agit d'une contribution importante au monde de l'économie et du management par l'une des premières femmes à avoir influencé significativement ces domaines. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse et voyages[modifier | modifier le code] Edith Tilton est née à Los Angeles le 15 novembre 1914. En 1944, elle épouse Ernest Penrose, titulaire d'une Chaire d'économie à Johns Hopkins. Sa contribution principale : The Theory of the Growth of the Firm[modifier | modifier le code] Une des fondatrices du management moderne? Bibliographie[modifier | modifier le code] Références externes[modifier | modifier le code] Profil : Édith T.

Matrice d'Ansoff Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Matrice d'Ansoff Objectif de la matrice[modifier | modifier le code] La matrice, croisant les produits (actuels et nouveaux) et les marchés (actuels et nouveaux) de l'entreprise, permet de faciliter la prise de décision du décideur. Définition de la matrice[modifier | modifier le code] Selon Ansoff, il existe quatre stratégies de croissance: Pénétration de marché (ou consolidation) - produits existants/marché existants[modifier | modifier le code] L’entreprise cherche à développer les ventes de ses produits actuels sur ses marchés actuels grâce à un effort marketing plus soutenu. pousser le client à augmenter son niveau d’achat ou sa fréquence d’achat ;détourner le client des concurrents ;ou convaincre les clients potentiels. Extension de marché[modifier | modifier le code] Développement de produits (ou extension de segments)[modifier | modifier le code] Diversification[modifier | modifier le code] Article connexe[modifier | modifier le code]

La chaine de valeur de Porteur "La valeur est la somme que les clients sont prêts à payer pour obtenir le produit qui leur est offert. Cette valeur résulte de différentes activités réalisées par les fournisseurs, la firme et les circuits de distribution, que ceux-ci soient intégrés ou non à la firme. (…) Au sein de cet agrégat, M. Porter cherche à identifier les lieux essentiels de création de la valeur, de manière à cerner les modalités permettant d'obtenir un avantage concurrentiel." Michael Porter distingue les activités génératrices de valeur en activités principales et en activités de soutien. Les activités principales sont essentiellement celles de la création matérielle à la vente du produit, incluant son transport jusqu'au client et le service après-vente. Les activités de soutien viennent à l'appui des activités principales, en assurant : La façon dont l'entreprise maîtrise chaque activité détermine : 2. les activités créatrices de valeur seront regroupées, chaque fois que : Exemple

Related: