background preloader

Les principes tayloriens

Les principes tayloriens

Brioche Pasquier : Les secrets du premier boulanger de France Séance dégustation, ce lundi de juillet, au siège de Brioche Pasquier. La responsable innovation pâtisserie a aligné dix assiettes dans lesquelles elle a placé des macarons aux recettes revisitées. Les testeurs doivent d'abord essayer d'identifier les parfums, ananas, abricot, fruits de la Passion, etc. Un panel de consommateurs sélectionné par un cabinet spécialisé ? À LA BONNE FRANQUETTE, cette méthode ferait presque oublier que le boulanger vendéen figure dans le club très disputé des quinze marques agroalimentaires les plus achetées des Français. Et à l'export - un quart de son activité - il ne cesse de progresser, de l'Espagne aux Etats-Unis, en passant par la Corée. Chiffre d'affaires 2014 des quatre premiers boulangers industriel français : Brioche Pasquier : 640 millions d'euros Bridor (Brioche Dorée) : 455 millions d'euros Harry's France (filiale de Barilla) : 330 millions. Jacquet Brossard : 303 millions d'euros. ©SP Brioche Pasquier Tous droits réservés Benoît Berthelot

toyotisme et rotation A chaque système technique correspond une forme d'organisation et de rémunération du travail. Les innovations techniques, pour exister, doivent être acceptées par un système social préexistant et qu'elles contribuent à modifier. Les sociétés industrielles, dès le XVIIIe siècle, se sont employées à briser des formes anciennes de solidarité entre ouvriers, comme les corporations. Au cours du XIXe siècle, le monde du travail est marquée par la très grande liberté laissée aux entrepreneurs. Dès le début du XXe siècle, les choses évoluent en faveur des salariés auxquels on assura un certain nombre de droits sociaux. L'organisation concrète du travail fait jusque là l'objet de réflexions qui ne sont pas encore érigées en système de production théorisé. La première rupture vint de Taylor qui formalisa le premier le système de production industrielle qui allait dominer le XXe siècle. Le toyotisme repose essentiellement sur le passage du travail à la chaîne au travail en équipe. Bibliographie :

un exemple d'entreprise "taylorisée" : Mc Donald's Bien qu'il ne soit plus adapté aux ouvriers dans certaines entreprises, le taylorisme subsiste encore actuellement dans le secteur industriel: une large part des tâches de production reste déterminée par l'automatisation des chaînes. Le travail est jugé répétitif et déqualifiant par la plupart des ouvriers. De plus, le secteur des services n'est pas épargné par la monotonie des activités. ci-dessus un restaurant Mc Donald's. McDonald's, est la chaîne de restauration rapide américaine (" fast food ") la plus importante du monde.Son siège social est situé à Oak Brook en banlieue de Chicago dans l'État de l'Illinois aux États-Unis. Un restaurant "fast food " Mc Donald's compte en moyenne quarante salariés appelés " équipiers ". La plupart des employés travaillent à temps partiel (ce sont souvent des étudiants qui travaillent pour payer leurs études) . L'organisation du restaurant est assez spécifique : Chaque restaurant est en effet divisé en trois zones : la salle, les caisses et la cuisine :

Le système de production Toyota En basant la production sur la demande réelle plutôt que sur la capacité de production, Toyota a réussi à maintenir ses stocks au minimum, tant pour les pièces détachées que pour les produits finis. Mais ce n'est qu'un des avantages évidents de l'approche non conventionnelle de Toyota. En mettant l'accent sur des ensembles de production restreinte et en ne produisant que pour répondre à la demande du client, quand il le demande, Toyota a développé une flexibilité et une réactivité qui constituent toujours la norme pour le reste de l'industrie. Le processus d'amélioration constante (Kaizen) mis en place par Toyota a permis d'atteindre des temps de changement de moules et de reconfiguration de machine bien inférieurs à ceux de la concurrence. Autre principe fondamental : la gestion du contrôle qualité et la fourniture de produits fiables et sûrs au client.

La fabuleuse histoire des meubles à monter soi-même d'Ikea Dyslexique, Ingvar Kamprad a 17 ans lorsque son père lui offre une petite bourse, pour le récompenser de ses résultats scolaires. Plutôt que d’aller s’acheter de quoi boire avec ses amis, le Suédois décide en 1943 de créer son entreprise. Elle s’appellera Ikea et, neuf ans après, il posera par hasard les bases de son plus gros succès, le meuble à monter soi-même. L’histoire de celui-ci est raconté sur le site de la BBC. Lorsque Kamprad a 26 ans, son catalogue comporte déjà 100 pages, mais il lui manque son idée maîtresse. «Cette table prend beaucoup trop de place. Le concept du meuble vendu en pièces détachées est né. C'est en 1978 que ce même Lundgren accouchera de son best-seller dessiné sur un bout de nappe: la Billy. Les maîtres de la logistique Chose qu’on pourrait appliquer à la plupart des produits vendus par Ikea. Surtout, il adapte constamment ses produits pour simplifier au maximum la logistique.

Les styles de direction – la décentralisation du pouvoir Introduction : Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1980) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] I – Les styles de direction A – Les styles de direction selon Rensis Likert Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1981) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] Il cherche à comprendre dans quelle mesure la nature des relations entre supérieurs et subordonnés peut conduire à des résultats très différents dans un contexte organisationnel identique. Les résultats de ses recherches sont publiés en 1961 dans un ouvrage intitulé « Le gouvernement participatif de l’entreprise ». Source : Jean-Michel Plane, Management des organisations, Dunod, 2003 1 – Le manager autoritaire Il ne fait aucune confiance à ses collaborateurs. 2 – Le manager paternaliste .3 – Le manager consultatif

Entreprise LVMH : Chiffre d'affaires et résultats de l'action LVMH Histoire du groupe LVMH LVMH de Louis Vuitton et Moët Chandon et Hennessy, est un groupe d'entreprises leaders de l'industrie du luxe dans le monde et créé en 1857. Moët Chandon et Hennessy est un groupe spécialisé dans les vins et spiritueux de luxe. logo LVMH Secteurs/Pôles d'activité de l'entreprise LVMH Le groupe LVMH est spécialisé dans les produits de luxe, notamment : les Vins et Spiritueuxla maroquinerie et la mode,les cosmétiquesla parfumeriela joaillerieles montres etla distribution sélective LVMH possède également certains groupes dans les médias tel les Echos et les yachts de luxe. LVMH possède plusieurs marques telles Louis Vuitton, Kenzo, Moët & Chandon, Givenchy, Guerlain, TAG Heuer, Le Bon Marché, Sephora. Présence dans le monde de LVMH Avec plus de 80 000 collaborateurs dont une grande partie se trouvent à l'étranger, LVMH est une multinationale. Direction de LVMH Le Directeur Général et principal actionnaire du groupe, depuis 1989 à nos jours est Bernard Arnault.

Related: