background preloader

Loi des trois ans - Guerre 1914-1918 - Assemblée nationale

Loi des trois ans - Guerre 1914-1918 - Assemblée nationale
Les fondements du service militaire universel En 1913, et depuis la loi du 21 mars 1905, le principe du service militaire obligatoire s'impose à tous les citoyens. La conscription est alors considérée comme le système le mieux adapté pour fournir les effectifs nécessaires à la sécurité du pays et le plus conforme au principe d'égalité républicaine. Les lois Jourdan (de 1798), Gouvion Saint-Cyr (de 1818), Soult (de 1832) et Niel (de 1868), bien que fondées sur le principe d’universalité, permettent à une grande partie des citoyens d’échapper au service militaire, du fait de nombreuses exemptions, et des modalités de tirage au sort et de remplacement : les « bons numéros » sont exemptés de tout service, et les « mauvais numéros » peuvent, moyennant rétribution, se faire remplacer. La loi du 21 mars 1905, en supprimant le tirage au sort et les dispenses – sauf pour inaptitude physique –crée un véritable service militaire universel. Aux origines de la loi 26 janvier 1913 BnF Aristide Briand M. Related:  14-18 - Guerre & ContexteCivils et militaires dans la Première Guerre mondiale (1914-1918)

Première Guerre mondiale La première base présente plus de 1,4 million de fiches individuelles numérisées de militaires décédés au cours de la Grande Guerre et ayant obtenu pour la plupart la mention "Mort pour la France". La deuxième recense les fusillés en vertu d’une décision de la justice militaire et les exécutés sommaires au cours du conflit. La troisième comprend quelque 74 000 fiches individuelles numérisées de soldats ayant appartenu à l’aéronautique militaire. La quatrième base présente les images numérisées des journaux des marches et opérations, des carnets de comptabilité en campagne, des journaux de bord, etc. de toutes les unités militaires engagées durant la Première Guerre mondiale. Les 5e et 6e fonds sont accessibles sous forme là encore numérisée, la collection des historiques régimentaires de ces unités, ainsi que les 107 volumes des Armées françaises dans la Grande Guerre (AFGG). Enfin, le dernier ensemble est relatif à Georges Clemenceau, ministre de la Guerre et président du Conseil.

Introduction à la Première Guerre mondiale - Évènements canadiens clés 4 août 1914 : Le Canada en guerre Quand la Grande-Bretagne déclara la guerre le 4 août, toutes les dominions et colonies de l'Empire britannique, dont le Canada et Terre-Neuve, se retrouvèrent automatiquement en guerre. 22 août 1914 : Loi sur les mesures de guerre Le Canada adopta la Loi sur les mesures de guerre afin d'accorder au gouvernement, pour mener la guerre, de nouveaux pouvoirs. Par exemple la censure, le droit de détenir et d'arrêter des Canadiens, et le droit de s'emparer de tous biens. 22 avril 1915 : Deuxième bataille d'Ypres Dans la première grande bataille du Canada, la Division canadienne, surpassée en nombre, fut confrontée à la première utilisation du chlore gazeux sur un champ de bataille. 1er juillet 1916 : Beaumont-Hamel Le Newfoundland Regiment a livré sa première bataille à Beaumont-Hamel dans le cadre d'une offensive britannique générale le 1er juillet 1916. 9 au 12 avril 1917 : Bataille de la crête de Vimy 20 septembre 1917 : Loi des élections en temps de guerre

Introduction du dossier « Les fusillés de la Grande Guerre » - Pour mémoire - CNDP Nous proposons dans ce dossier de revenir sur un phénomène tragique qui a traversé la Grande Guerre de part en part, touché tous les États belligérants, tous les fronts, dès les premiers jours de la guerre et posé aux autorités tant militaires que politiques des questions portant sur leur fonctionnement, leur finalité, leur existence même, puisqu’il s’agit de réfléchir sur la question de l’exécution de soldats au sein de leur propre armée. Nous centrons le propos sur le cas français, non qu’il soit plus important que les autres, mais parce que les sources et l’historiographie dont nous disposons permettent de construire un discours véritablement problématisé et de livrer des conclusions tangibles. D’autre part, la figure du fusillé a opéré un retour en force dans l’actualité, dans les champs mémoriels, dans les débats politiques au point de prendre une place peut-être démesurée face au nombre réel de cas. Le plan du dossier articule six aspects principaux de la question.

Archives départementales d'Indre et Loire Les registres et dossiers de recrutement militaire sont riches de renseignements sur le destin des individus puisque la majorité de la population masculine est concernée par ce recrutement. Les dossiers de recrutement conservés aux Archives départementales émanent des services préfectoraux et, uniquement pour les registres matricules, des services de l'armée ; ils constituent la sous-série 1R. Les dossiers des officiers de carrière, comme d'ailleurs les opérations militaires et la vie des régiments, sont conservés par le Service historique de la Défense, à Vincennes. Si les répertoires alphabétiques (1878-1940) et les registres matricules du recrutement militaire (1867-1940) sont désormais numérisés et consultables, sous cette forme, à distance ou en salle de lecture, il est nécessaire d'expliquer comment rechercher le parcours d'un homme dans les dossiers militaires conservés par les Archives départementales, pour la période du Consulat à 1940. On dénombre : Le processus de recherche

Présentation du dossier « L'armistice du 11 novembre 1918 » - Pour mémoire - CNDP L’armistice, signé le 11 novembre 1918 entre les Alliés et l’Allemagne marquant la fin de quatre années de guerre, constitue un moment clé de la conscience nationale et européenne. « L’École a pour mission l’enseignement de l’histoire de la Grande Guerre, et également la transmission de la mémoire » (*). La commémoration de l'armistice permet de mener un travail d'Histoire ancré dans un enseignement de la citoyenneté et des valeurs de la République. © H. Partant des événements de l'année 1918 (voir le chapitre 9 du livre La Grande Guerre par M.C Bonneau-Darmagnac, Fréderic Durdon, Pierrick Hervé, CRDP de Poitiers collection trait d’union, 2008) qui ont conduit à l'arrêt des combats, cet opus de la collection « Pour Mémoire » met en évidence les spécificités de la Première Guerre mondiale. (*) Commémoration du 90e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, Bulletin officiel de l’Éducation nationale, n° 24 du 12 juin 2008. La Grande Guerre, M.C.

Une guerre totale : le sort des civils - 1918, la Grande Guerre s'achève... - Dossiers À la fin du XIXe et au début du XXe siècle des règles avaient été édictées pour, en principe, protéger les populations non-combattantes durant les conflits. Si les civils ne sont pas au cœur même des combats de la Grande Guerre, ils sont affectés de bien des manières par la violence de guerre : l'invasion, les bombardements, les souffrances affectives, sont trois épreuves parmi tant d'autres analysées par Anne Duménil dans "La guerre au XXe siècle, l'expérience des civils" (La Documentation photographique n° 8043, 2005). Invasion L'exode des Belges vers la France. Photo : Préfecture de police, La Documentation française © Présidence du Conseil. Agrandir l'image « Pour les civils, l'invasion constitue un moment de particulière vulnérabilité. Bombardement [...] Ypres (Belgique) détruit par les bombardements. Photo : Holzapfel © La Documentation française. Séparation, solitude et deuil Aux privations qui mettent en jeu les corps, s'ajoutent les épreuves affectives.

14-18 : les 10 films qu'il faut avoir vu De Chaplin à Tavernier, la Grande Guerre a laissé des traces dans le septième art. Sélection des 10 films incontournables. La magnifique intuition de Chaplin qui ne connut pas la guerre mais y jette Charlot dès 1918 (Shoulder Arms), la terreur pure du livre, puis du film de Dalton Trumbo, Johnny got his gun (1971) qui déchiquète le corps humain, la stupéfiante reconstitution des Croix de bois par Raymond Bernard (1931) ou encore La Vie et rien d’autre (1989) et Capitaine Conan (1996), les deux films de Bertrand Tavernier... autant de chefs-d’œuvre – on évitera l’expression « films culte » – à avoir vu sur la guerre de 14. 1. 2. A défaut de sauver le soldat poilu, tous ces films louent à leur manière le courage des combattants, évoquent leur humanité broyée, dénoncent la bestialité du carnage ou l’incohérence des états-majors. 3. Pourquoi Charlot est-il dans le brouillard ? 4. Chaque film a sa propre histoire et en voici quelques-unes. 5. 6. 7. 8. 9. 10.

Service national (France) Présentation Le service national est l'un des mythes fondateurs de la République française. Il a d'abord été baptisé « service militaire ». Historique 21 juin 1791 : Un décret organise la première levée de volontaires. 24 février 1793 : Loi introduisant une obligation pour une partie des «volontaires». 23 août 1793 : Un décret de la Convention instaure une levée en masse. Inscription et conscription sur les tableaux de recrutement pour les hommes de 20 ans révolus Création des classes, tous les français nés la même année formaient une classe Service militaire obligatoire de 5 ans pour les hommes de 20 ans révolus à 25 ans. 1802 : Cette loi instaure le tirage au sort désignant ceux qui partaient sous les drapeaux et le remplacement qui permettaient à ceux d'échapper à la conscription en achetant un homme. 1805 : réutilisation de la Loi Jourdan en y ajoutant des règles administratives. Conscription limité par tirage au sort. Le remplacement Archives du Conscrit Classes Recensement

24 avril 1915 - Le génocide arménien Le samedi 24 avril 1915, à Constantinople (*), capitale de l'empire ottoman, 600 notables arméniens sont assassinés sur ordre du gouvernement. C'est le début d'un génocide, le premier du XXe siècle. Il va faire environ 1,2 à 1,5 million de victimes dans la population arménienne de l'empire turc (ainsi que plus de 250.000 dans la minorité assyro-chaldéenne des provinces orientales et 350.000 chez les Pontiques, orthodoxes hellénophones de la province du Pont). Un empire composite Aux premiers siècles de son existence, l'empire ottoman comptait encore une majorité de chrétiens (Slaves, Grecs, Arméniens, Caucasiens, Assyriens....). Ces « protégés » (dhimmis en arabe coranique) étaient du fait de ce statut de subordination soumis à de lourds impôts ; ils avaient l'interdiction de porter les armes et de posséder un cheval, ce qui les mettait dans l'incapacité de se défendre ; il ne pouvaient plaider en justice contre un musulman qui les aurait dépouillés ou violentés ! Ébauche de génocide

La première guerre mondiale / Histoire et personnalités / Présentation de Wattrelos / Cadre de vie / Accueil - Ville de Wattrelos A l’aube du XXe siècle, il y a tant à créer pour les besoins de Wattrelosiens dont le nombre a presque doublé en 30 ans, passant de 14 682 habitants en 1876 à 27 503 en 1906. La minorité socialiste au conseil municipal reproche au maire, Joseph Thérin, de ne pas consacrer en priorité, lors de l’élaboration du budget municipal, les recettes de la commune aux œuvres d’hygiène (eau potable pour remplacer les puits contaminés, voirie pour supprimer les mares qui croupissent dans presque toutes les rues…). On comprend qu’apparaissent somptuaires l’installation d’un kiosque sur la Grand-Place (1908) et la création d’un square sur le terrain de l’ancien cimetière, tandis qu’un nouveau champ pour le sépultures s’ouvre au Crétinier et qu’on salue comme un espoir la pose, le 8 octobre 1911, de la première pierre du nouvel Hôtel de ville sur une partie de l’ancien hôpital frappé de vétusté. Une bien curieuse épidémie... C’est dans ce contexte qu’éclate la première guerre mondiale. Une ville exsangue

Related: