background preloader

Internet : outil de collaboration ou de domination

Internet : outil de collaboration ou de domination
Il y a un an, l’enquête Ipsos « France 2013 : les nouvelles fractures » faisait l’effet d’un coup de tonnerre médiatique, soulignant combien la crise avait exacerbé la tentation du repli national et le rejet du politique. Le Monde titrait sur « les crispations alarmantes de la société française ». « Le poujadisme s’est enraciné en France », estimait-elle. L’idéologie anti-autoritaire des années 60-70 a reflué de manière spectaculaire. 87 % des Français estiment qu’on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre et 86 % (toute tendance politique confondue) estiment que l’autorité est une valeur qui est souvent trop critiquée. Et la nouvelle édition que vient de relayer Ipsos ne fait que renforcer cette tendance. Certes, ce sondage, encore plus que d’autres, est à prendre avec beaucoup de précautions, tant il semble chercher à faire démonstration. Notre besoin d’autorité est impossible à rassasier Pourquoi les gens éprouvent-ils un tel besoin d’autorité ? Hubert Guillaud

La fonction publique paie mieux que le privé Globalement, la fonction publique rémunère mieux que le privé. Le salaire moyen net par mois est plus élevé à l'Etat et dans l'Hospitalière. Par contre, un agent dans la Territoriale est moins bien payé qu'un salarié du privé. Le dernier Point Stat de la DGAFP sur les rémunérations dans la fonction publique (mars 2014) qui s'appuie sur les résultats publiés dans le rapport annuel sur l'état de la fonction publique (édition 2013) tente « un exercice méthodologiquement délicat » : comparer les salaires entre le public et le secteur privé. Plus de cadres dans la fonction publique que dans le privé Les auteurs de l'étude soulignent d'emblée à quel point il est difficile de confronter les pratiques des employeurs publics-privés « en termes de rémunération (augmentations générales ou/et individualisées, primes "fixes" ou/et liées à la performance) ou en termes de modes de gestion des ressources humaines (évolutions de carrière, notamment) ». Les moins diplômés mieux payés dans le public

Comment les réseaux sociaux vous trahissent Atlantico : Johnny Hallyday a été accusé d'évasion fiscale après que des journalistes ont suivi ses déplacements sur près de deux ans via des photos géolocalisées et datées qu'il avait publiées sur les réseaux sociaux Instagram ou Twitter. En quoi ces réseaux sociaux l'ont trahi ? Erwan Le Nagard : Les réseaux sociaux ne peuvent en aucun cas être tenus pour responsables des publications faites par Johnny Hallyday. Il s’est trahi lui-même en publiant des informations à propos de sa vie privée. Quelle est la légitimité des réseaux sociaux pour prouver des actes illégaux ? Il n’y a pas de différence théorique entre la responsabilité qui incombe aux utilisateurs lorsqu’ils publient sur un réseau social (comme Twitter ou Facebook), et celle des éditeurs de presse. Les défenseurs des consommateurs s'inquiètent du fait que certains emprunteurs pourraient se voir refuser un crédit ou devoir payer des taux d'intérêt plus élevés car la banque serait allée voir leurs profils.

Evolution et incidences de la Technologie sur les pratiques de communication en France des annees 1960 à nos jours - Quinchy RIYA Mémoire de Recherche pour l'obtention du Master AIGEME Culture et Métiers du Web réalisé sous la direction de Dominique CARDON Année universitaire 2010-2011 Université Paris Est Marne-la-Vallée 5 Boulevard Descartes77420 Champs-sur-Marne "L'Université Paris Est Marne-la-Vallée n'entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans ce mémoire. comme propres à leur auteur" Je souhaiterai adresser un premier merci à Vincent LEMIRE pour les cours de méthodologie, qui fût très utiles et qui m'ont aidé à structurer mon travail. J'adresserai un second merci à Dominique CARDON qui m'a aidé pour la structuration et la validation de mon plan, les pistes d'étude et bibliographique. J'adresserai également un merci à tous les êtres que j'aime et qui m'ont soutenu et difficilement supporté lors de la rédaction de ce mémoire. -Merci à tous- 'objet de notre étude est la communication politique en France depuis le début des années 1960. Nous avons traité la question en trois chapitres.

ARCHÉOLOGIE 2.0 – On a retrouvé la première photo postée sur le Web Silvano de Gennaro. (DR) Comme le note le site Gizmodo, c'est un cliché qui ressemble à beaucoup d'autres postés aujourd'hui sur Facebook. Quatre jeunes femmes, membre du groupe Les Horribles Cernettes posent devant l'objectif de Silvano de Gennaro, un ingénieur du CERN. Nous sommes en 1992 et le World Wide Web balbutie. Le groupe de musique est en fait composé de membres de l'équipe du laboratoire situé en Suisse où de nombreux ingénieurs, parmi lesquels Tim Berners-Lee, considéré comme l'un des inventeurs du Web, planchent sur l'amélioration du système. Comme le raconte dans le détail le site Motherboard, le 18 juillet 1992, Silvano de Gennaro assiste en backstage au Hardronic Music Festival, un évènement annuel organisé par les équipes du CERN. "En 92-93, le Web n'était utilisé que par des physiciens", explique l'auteur de la photo à Motherboard. "Tu mets une jolie fille dans le média, et les gens remarqueront le média", a ajouté Jean-François Gross, l'un des programmeurs du CERN.

Trop cher, trop lent : les Egyptiens veulent un autre Internet, et vite Internet a joué un rôle important dans la révolution égyptienne, c’est un fait avéré. Ce qui est plus nouveau, c’est qu’Internet devient en lui-même l’enjeu d’une lutte politique : il s’agit plus de faire la révolution avec Internet, mais de faire la révolution d’Internet. C’est la fondatrice et rédactrice en chef d’un journal en ligne du nom de El Mandara qui le raconte, elle s’appelle Hannan Solayman. Cette campagne incite les usagers à déposer plainte au commissariat de police contre les entreprises frauduleuses qui vendent trop cher les abonnements à Internet. Un prix élevé pour une mauvaise connexion Cette campagne a été lancée par un groupe du nom de « Internet Revolution Movement » – « Le mouvement pour la révolution Internet » –, né du mécontentement croissant des usagers d’Internet contre la faiblesse du service, le prix exorbitant des abonnements et le peu d’assistance technique apportée par les entreprises télécoms et des fournisseurs d’accès à Internet. M.

La formation professionnelle au-devant de la scène La formation professionnelle fait parler d’elle. Les partenaires sociaux sont en train de la réformer en profondeur et une loi intégrant ces changements devrait survenir cette année. En attendant, les pratiques de formation restent marquées par des spécificités nationales relativement stables, remarque le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Cereq) dans une étude sur la formation continue des salariés en Europe. Pour l’année 2010, les entreprises européennes ont déclaré avoir formées 38% de leurs salariés via un budget représentant 1,6% de la masse salariale (la France se situant en haut de la distribution). Les formations privilégiées par les entreprises restent les stages de courtes durées mais aussi les cours. Les PME privilégient les actions obligatoires Le groupe des pays fortement formateurs par cours et stages mais pas par d’autres types de formation, comprend de nombreux pays parmi lesquels la France. Un plan de formation peu usité Un besoin de simplification

A défaut de réduire la collecte des données, comment les altérer Par Hubert Guillaud le 14/04/10 | 1 commentaire | 1,567 lectures | Impression Toutes les données sont devenues personnelles, écrivions-nous il n’y a pas si longtemps, montrant combien anonymiser les données devenait difficile, à l’heure où les champs de données eux-mêmes génèrent de l’identifiabilité. Paul Ohm (blog), dans un article important sur l’étonnant échec de l’anonymisation annonçait déjà, qu’il n’y aurait pas de solutions miracles : “les mesures qui sont prises augmenteront la confidentialité ou réduiront l’utilité des données, mais il n’y aura aucun moyen de garantir à la fois une utilité maximale des données et une confidentialité maximale.” Dans la Technology Review on apprend que des chercheurs du Laboratoire de protection des renseignements médicaux de l’université Vanderbilt ont créé un algorithme pour altérer des données génétiques ou médicales afin de les anonymiser tout en permettant aux chercheurs de les utiliser. Sur ces mêmes sujets Aucun article relatif

Frédéric Bardeau : « l’hacktivisme doit changer de posture » Frédéric Bardeau s’est fait connaître du grand public après la parution fin 2011 de son bouquin-enquête « Anonymous, peuvent-ils changer le monde ? », co-écrit avec Nicolas Danet. Bardeau est un entrepreneur du web, co-fondateur de l’agence Limite, pure-player spécialisé en communication, mais n’est pas pour autant un « cyber-béat ». Son activité de conseil en stratégie digitale l’oblige à observer le net avec le plus de recul possible : l’évolution du réseau, ses ornières ou ses avancées, ceux qui défendent sa neutralité ou veulent le réguler, les groupes de cyber-activistes qui s’y font connaître, etc. Nous nous sommes rencontrés lors d’une conférence sur la neutralité du net et l’hacktivisme, où votre serviteur, pour Reflets, et Jérémie Zimmerman pour La Quadrature du Net étaient eux aussi invités. En cinq questions-réponses, Bardeau donne son analyse sur ces sujets. Frédéric Bardeau : C’est une très bonne chose sur le fond. Quel beau programme non ?

Web 2.0 Companies Do Not Have Any Women on Their Board of Directors In one memorable episode of the famous old short films “The Little Rascals,” after not getting invited to a party, the Our Gang little dudes decided to form their own group, comically called “The He-Man Woman-Haters Club.” In other words: No girls allowed! While it was wink-wink cute when Spanky, Alfalfa and Buckwheat huffed and puffed about keeping out Darla–which they never ever could do–back in the last century, it’s not quite as adorkable when it comes to the boards of all the major Web 2.0 hotshots these days. That would be Twitter, Facebook, Zynga, Groupon and Foursquare, none of which have any women as directors. As in zero. What’s most remarkable is that most of these start-ups are run by what I consider enlightened and open-minded entrepreneurs, mostly young enough to be part of a generation more inclined to value equality and diversity in the workplace. In addition, each of these companies has a massive base of women consumers, in some cases well over 50 percent of its audience.

Related: