background preloader

Internet : outil de collaboration ou de domination

Internet : outil de collaboration ou de domination
Il y a un an, l’enquête Ipsos « France 2013 : les nouvelles fractures » faisait l’effet d’un coup de tonnerre médiatique, soulignant combien la crise avait exacerbé la tentation du repli national et le rejet du politique. Le Monde titrait sur « les crispations alarmantes de la société française ». « Le poujadisme s’est enraciné en France », estimait-elle. L’idéologie anti-autoritaire des années 60-70 a reflué de manière spectaculaire. 87 % des Français estiment qu’on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre et 86 % (toute tendance politique confondue) estiment que l’autorité est une valeur qui est souvent trop critiquée. Et la nouvelle édition que vient de relayer Ipsos ne fait que renforcer cette tendance. Certes, ce sondage, encore plus que d’autres, est à prendre avec beaucoup de précautions, tant il semble chercher à faire démonstration. Notre besoin d’autorité est impossible à rassasier Pourquoi les gens éprouvent-ils un tel besoin d’autorité ? Hubert Guillaud

Evolution et incidences de la Technologie sur les pratiques de communication en France des annees 1960 à nos jours - Quinchy RIYA Mémoire de Recherche pour l'obtention du Master AIGEME Culture et Métiers du Web réalisé sous la direction de Dominique CARDON Année universitaire 2010-2011 Université Paris Est Marne-la-Vallée 5 Boulevard Descartes77420 Champs-sur-Marne "L'Université Paris Est Marne-la-Vallée n'entend donner aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans ce mémoire. comme propres à leur auteur" Je souhaiterai adresser un premier merci à Vincent LEMIRE pour les cours de méthodologie, qui fût très utiles et qui m'ont aidé à structurer mon travail. J'adresserai un second merci à Dominique CARDON qui m'a aidé pour la structuration et la validation de mon plan, les pistes d'étude et bibliographique. J'adresserai également un merci à tous les êtres que j'aime et qui m'ont soutenu et difficilement supporté lors de la rédaction de ce mémoire. -Merci à tous- 'objet de notre étude est la communication politique en France depuis le début des années 1960. Nous avons traité la question en trois chapitres.

Avec le digital, le manager intermédiaire va-t-il disparaître A l’heure du « tout digital », les entreprises font figure de laboratoire. Leur fonctionnement interne est largement bouleversé, car la révolution numérique a déjà fait au moins une victime collatérale : le manager intermédiaire, en pleine perte de repères. Ce niveau de responsabilité reposait depuis toujours sur un pouvoir symbolique : la détention et la transmission de l’information. Inscrit au plus profond de l’ADN de l’organisation hiérarchique, ce rouage essentiel est sérieusement mis à mal par les solutions d’échanges dématérialisées. Des réseaux sociaux d’entreprise clés en main, tels Yammer ou Slack, permettent désormais à un dirigeant d’échanger directement et sans formalisme avec ses collaborateurs. A l’inverse, chacun peut communiquer sans filtre avec le top management, effaçant les privilèges attachés à la fonction… Il est difficile de prendre la mesure de l’impact. > Vidéo. Retrouvez toutes les vidéos de Xerfi sur XerfiCanal TV.

Trop cher, trop lent : les Egyptiens veulent un autre Internet, et vite Internet a joué un rôle important dans la révolution égyptienne, c’est un fait avéré. Ce qui est plus nouveau, c’est qu’Internet devient en lui-même l’enjeu d’une lutte politique : il s’agit plus de faire la révolution avec Internet, mais de faire la révolution d’Internet. C’est la fondatrice et rédactrice en chef d’un journal en ligne du nom de El Mandara qui le raconte, elle s’appelle Hannan Solayman. Cette campagne incite les usagers à déposer plainte au commissariat de police contre les entreprises frauduleuses qui vendent trop cher les abonnements à Internet. Un prix élevé pour une mauvaise connexion Cette campagne a été lancée par un groupe du nom de « Internet Revolution Movement » – « Le mouvement pour la révolution Internet » –, né du mécontentement croissant des usagers d’Internet contre la faiblesse du service, le prix exorbitant des abonnements et le peu d’assistance technique apportée par les entreprises télécoms et des fournisseurs d’accès à Internet. M.

Frédéric Bardeau : « l’hacktivisme doit changer de posture » Frédéric Bardeau s’est fait connaître du grand public après la parution fin 2011 de son bouquin-enquête « Anonymous, peuvent-ils changer le monde ? », co-écrit avec Nicolas Danet. Bardeau est un entrepreneur du web, co-fondateur de l’agence Limite, pure-player spécialisé en communication, mais n’est pas pour autant un « cyber-béat ». Son activité de conseil en stratégie digitale l’oblige à observer le net avec le plus de recul possible : l’évolution du réseau, ses ornières ou ses avancées, ceux qui défendent sa neutralité ou veulent le réguler, les groupes de cyber-activistes qui s’y font connaître, etc. Nous nous sommes rencontrés lors d’une conférence sur la neutralité du net et l’hacktivisme, où votre serviteur, pour Reflets, et Jérémie Zimmerman pour La Quadrature du Net étaient eux aussi invités. En cinq questions-réponses, Bardeau donne son analyse sur ces sujets. Frédéric Bardeau : C’est une très bonne chose sur le fond. Quel beau programme non ?

Comment le numérique change la politique Le numérique nous fait entrer dans un nouvel âge du politique, avec les « civic tech », ces technologies qui doivent permettre aux citoyens de prendre part à la prise de décision publique et de se mobiliser pour l’intérêt général. Cette démocratie numérique demande à être maîtrisée. Le numérique nous fait entrer dans un nouvel âge du politique, avec les « civic tech », ces technologies qui doivent permettre aux citoyens de prendre part à la prise de décision publique et de se mobiliser pour l’intérêt général. Puissant facteur de désintermédiation, elles modifient le jeu des acteurs, à la fois sur le plan de la communication (court-circuitant les médias), de la construction des projets et des lois (court-circuitant les lobbies) et le message même qu’elles véhiculent, qui doit être plus personnalisé et jouer sur le registre de l’émotion. Une fois cet espoir posé – « Notre génération aspire à un monde plus collaboratif. A lire sur le sujet : A lire aussi :

Surfer en vacances: peut-on faire confiance aux Wi-Fi publics? Il y a un an, le FBI avait mis les voyageurs (américains) en garde contre des logiciels espions circulant dans certaines chaînes hôtelières. Un truc souvent utilisé pour charger ces virus consiste à proposer, via le réseau public, la mise à jour d’un logiciel sur votre ordinateur. Le premier conseil est donc, avant de partir en vacances, de faire toutes les mises à jour nécessaires pour, ensuite, ne plus en faire après son retour. Tous les réseaux publics sont-ils peu fiables? Rien n’est vraiment confidentiel sur un réseau public. Les réseaux payants sont-ils plus sûrs? Des tests ont montré que les réseaux payants (dans les hôtels ou les aéroports) ne sont pas un gage de sécurité. Les mesures de prudence élémentaire Arrivé sur le site public (de son hôtel par exemple). Mais la situation la plus dangereuse est celle du réseau public ne disposant que d’un seul login et d’un unique mot de passe partagé par tous les utilisateurs. Et si l’on n’est pas dans un hôtel ni un café avec Wi-Fi…

Ma réponse aux «élites» qui détestent l'Internet Les Français n’aiment pas Internet (1). Est-ce le résultat d’une nouvelle enquête menée auprès de 85 internautes? Nan. Florilège des propos anti-web classés par «métiers» publicité Les politiques Michèle Alliot-Marie, Le Figaro, le 5 septembre 2011 «A travers les blogs et les tweets, il y a une mise en cause des principes de l’information. Patrick Ollier, à Public Sénat le 23 février 2011 «Les .fr vont chercher des infos dans le caniveau.» Nadine Morano, le 15 août 2008 «Internet, c’est comme une magnifique voiture de course. La même à Rue89, le 8 mai 2008 «Ah, Internet, je déteste, c’est le temple des rumeurs et de la caricature.» Jacques Myard, à l’Assemblée nationale en décembre 2009 «J’espère que l’on va prendre conscience de la nécessité de nationaliser ce réseau.» Rassurez-vous, à gauche aussi Ségolène Royal, le 21 septembre 2009: «Je veux un site qui nous ressemble et pas nous qui ressemblions au site. Martine Aubry, dans Le Point, le 6 juillet 2011: Les gens de la télévision Les acteurs Oui.

« On est dans un moment de perte de confiance dans le numérique » Enfin, la France dispose d’une commission consacrée aux droits et libertés à l’âge d’Internet. Mise en place le 11 juin, cette commission parlementaire comprend treize députés et treize personnalités qualifiées. Parmi ces experts, Francesca Musiani, chercheuse au Centre de sociologie de l’innovation - MINES ParisTech, explique l’enjeu. MyScienceWork : Pourquoi une telle commission est-elle importante maintenant ? Francesca Musiani : Jusqu’à présent, les parlements ont plutôt légiféré de façon réactive par rapport au numérique, sur des questions spécifiques. On doit essayer de raisonner davantage en termes de droits fondamentaux et d’applicabilité du droit à certaines situations. Il y a aussi le contexte des révélations d’Edward Snowden sur la surveillance des citoyens, la perte de confiance envers le gouvernement américain, puis on s’est demandé si les Français et les Britanniques ne faisaient pas la même chose. Des écrans d’ordinateur (Doug Waldron/Flickr/CC)

Internet, c’est un truc de hippies Conçu en pleine période Flower Power par des barbus libertaires, Internet n'a jamais perdu – malgré les tentatives de récupération politiques et commerciales – son esprit profondément lié au partage. Cette prise de conscience doit perdurer et produire un acte de résistance face à la tentative forcenée de nivellement du monde par les inconscients qui nous gouvernent. Je suis souvent présenté comme un dinosaure d’Internet, mais c’est faux : même si je suis trop vieux pour faire partie de la génération “digital-native”, j’étais trop jeune quand Internet est né, trop jeune pour pouvoir vivre une époque à laquelle toutes les utopies étaient encore imaginables. Et je voudrais, pour replacer mon propos dans son contexte historique, revenir quelques instants sur ce monde dans lequel Internet est né. Arpanet est né en 1969. On dit souvent qu’Internet a cassé la logique hiérarchique verticale préalable et créé une société plus horizontale. La tribu informatique L’art de la guerre Les voleurs 2.0

Related: