background preloader

OMS : Plan d'action pour la santé mentale 2013-2020

OMS : Plan d'action pour la santé mentale 2013-2020

http://www.who.int/mental_health/action_plan_2013/fr/

Related:  Sites officiels SANTE MENTALE en FranceLa santé mentale en lignelaine_groupe5_psypietrera_groupe1_psy

INSERM / Santé mentale : les nouvelles approches - Conférences "Santé en questions" Date et horaire : jeudi 25 septembre 2014 de 19h à 20h30 Lieu : un duplex entre la Cité des sciences et de l'industrie de Paris (CSI) et l'amphithéâtre Sem-Numerica à Montbéliard Réservations : Accès gratuit, réservations à conferences@universcience.fr pour la CSI et et entrée libre à Montbéliard (Amphithéâtre Sem-Numerica, Cours Leprince-Ringuet- 25201 Montbéliard) Troubles bipolaires, schizophrénie, syndrome d’Asperger : les maladies mentales sont nombreuses et diverses. Un Français sur cinq est atteint d’une maladie psychiatrique et pourtant ce sujet reste tabou. De nombreux projets de recherche ont pour but d’améliorer la compréhension de ces maladies et d’en faciliter la prévention et le traitement.

Plan Psychiatrie et Santé Mentale 2011-2015 - Santé mentale et psychiatrie - Ministère des Affaires sociales et de la Santé publié le06.04.12 mise à jour14.12.15 Le plan psychiatrie et Santé mentale 2011-20125 apporte une réponse à ce qui est en passe de devenir l’un des défis majeurs de nos systèmes de santé. En effet, l’OMS estime qu’une personne sur cinq vivra au cours de sa vie un trouble psychique. Défi pour le système de santé, les troubles psychiques mettent également à l’épreuve notre cohésion sociale. Recouvrant des réalités très diverses, ces troubles sont en effet une cause importante d’incapacité, d’isolement et d’exclusion.

Présentation du plan santé mentale 2011-2015 L’objectif est donc de permettre à ces personnes de mieux vivre avec des troubles psychiques, troubles dont l’impact et la prévalence sont souvent sous-estimés, notamment chez les personnes placées sous main de justice ou faisant l’objet d’un suivi éducatif. Le plan décline 4 axes stratégiques : 1/ Prévenir et réduire les ruptures au cours de la vie de la personne 2/ Prévenir et réduire les ruptures selon les publics et les territoires3/ Prévenir et réduire les ruptures entre la psychiatrie et son environnement sociétal 4/ Prévenir et réduire les ruptures entre les savoirs Conçu comme un plan de nouvelle génération, qui intègre pleinement les principes et les outils de la loi Hôpital Patients Santé et Territoires, il trace des grandes lignes stratégiques et passe le relais aux agences régionales de santé (ARS) et aux acteurs de terrain pour traduire ces grandes orientations dans leurs réalités locales.

Reconnaître les signes de maladie mentale et agir en conséquence Il n’est pas facile de savoir si le comportement de quelqu’un est attribuable à une période difficile sur le plan émotionnel ou est un signe précurseur de maladie mentale. Il est normal d’éprouver des sentiments d’isolement, de tristesse, de solitude ou de détresse pendant une courte période. Ils nous aident à faire face à la vie et à surmonter les expériences les plus traumatisantes que la vie nous apporte. Cependant, si ces émotions ne changent pas avec le temps et commencent à nuire à vos tâches quotidiennes et à votre bien-être, elles pourraient être des signes de maladie mentale.

Thérapies en ligne - Santé mentale de A à Z - Espace Presse Compagnon omniprésent de notre quotidien contemporain, Internet n'est pas sans influence dans le champ de la santé mentale. Nées aux Etats-Unis, les consultations psychologiques en ligne connaissent aujourd'hui un succès croissant. Pour les digiborigènes [1] (Prensky, 2001), trouver une aide thérapeutique sur le réseau est parfaitement naturel. Ne remplaçant pas une thérapie en face-à-face, cette formule ouvre néanmoins la porte à un public qui, sans internet, ne l'aurait peut-être jamais franchie. Aujourd’hui, la question n'est plus de savoir si Internet peut ou non être le lieu d'une pratique thérapeutique, elle est de savoir comment utiliser le réseau sans céder sur la déontologie. Historique

ARTICLE / Santé mentale : en finir avec l’incroyable retard français Schizophrénie, troubles bipolaires, dépression, autisme… les maladies psychiatriques représentent un enjeu majeur de santé publique, puisqu’elles touchent une personne sur 5. Mais à cause d’une terrible stigmatisation, d’un manque d’information et d’investissements des pouvoirs publics dans ce domaine, elles restent largement délaissées. A l’occasion de la Journée mondiale de la Santé mentale, l’Institut Montaigne et la Fondation FondaMental avancent des propositions concrètes pour en finir avec cet incroyable retard français. Sans équivoque, le rapport intitulé "Prévention des maladies psychiatriques : pour en finir avec le retard français" plaide pour un renouveau dans la prise en charge de ces maladies. Lutter contre la stigmatisation des maladies psychiatriques Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les maladies mentales affectent une personne sur cinq chaque année et une sur trois au cours de sa vie !

Inserm : Santé mentale : les nouvelles approches 25 septembre 2014 Infos pratiques Public : Grand publicLieu : Cité des sciences et de l'industrie de Paris, en duplex avec l’amphithéâtre Sem-Numerica à Montbéliard. À suivre aussi sur Twitter via @InsermLive ou #ConfSanTDate et horaires : Jeudi 25 septembre 2014, de 19h à 20h30Modalités pratiques : Accès gratuit, réservations à conferences@universcience.fr pour Paris. Santé mentale Bien travailler: Guide de l'employeur sur l'embauchage et le maintien en fonction des personnes atteintes de maladie mentale Ce guide s’adresse aux employeurs canadiens se souciant du maintien en fonction d’emplyés atteints de maladie mentale, et à ceux qui cherchent activement à embaucher des personnes atteintes d’incapacités. Il a été développé d’une manière qui tient compte de la gamme complète d’employeurs; les principes présentés s’appliquent autant aux ministères gouvernementaux qu’au secteur privé, aux petites entreprises qu’aux grandes sociétés, aux milieux syndiqués qu’aux milieux non-syndiqués.

Soins de santé mentale : les grands oubliés LE MONDE | • Mis à jour le | Par Catherine Vincent Dépression, épilepsie, démence, troubles liés à l'utilisation de substances psychoactives : à un moment ou à un autre de sa vie, une personne sur quatre dans le monde aura besoin de soins de santé mentale ou neurologiques, estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pourtant, la plupart des pays ne consacrent à ce secteur qu'à peine 3 % des ressources destinées à la santé, quand environ 13 % seraient nécessaires. Un manque d'investissement jugé inquiétant par l'agence des Nations unies, qui a publié, lundi 10 octobre, à l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, un état des lieux des services de soins psychiatriques dans cent quatre pays.

Bonjour Sendra, Je recherchais une référence à un plan d'action que j'ai pu trouver chez vous. Aussi, je vous pique la perle. by elisabeth_groupe2_psy Apr 8

Related: