background preloader

[2009] La "souffrance au travail" chez France Télécom

[2009] La "souffrance au travail" chez France Télécom
Il ne fait pas bon travailler chez France Télécom. Le nombre d'arrêts pour maladie a augmenté de 50% depuis 5 ans. Quant au nombre de visites chez le médecin du travail, il est passé de 3430 à 4468 entre 2007 et 2008, soit une augmentation de 30%, selon les chiffres des syndicats de l'entreprise spécialisée dans les télécommunications. Cette situation mène parfois à l'irréparable. Le 14 juillet dernier à Marseille, un salarié s'est suicidé à son domicile. Dans une lettre, Michel D. mettait en cause "la surcharge de travail" et "le managment par la terreur". La principale cause de cette situation, selon les syndicats de France Télécom : les conditions de travail au sein de l'entreprise. Des salariés poussés à quitter l'entreprise Actuellement le groupe emploie plus de 100.000 salariés. Ce serait notamment le cas de ceux qui travaillent sur la plate-forme d'appels. Les techniciens sont également concernés. Seulement 70 cas de stress résolus selon la direction Related:  ETUDE 0 (2)Etude 0

[2010] Enquête préliminaire sur les suicides - Société Le parquet de Paris a ouvert jeudi 8 avril une information judiciaire contre X pour "harcèlement moral" après la vague de suicides chez France Télécom, a-t-on appris vendredi 9 avril de source proche de l'enquête. L'information judiciaire concerne également le chef "d'insuffisance du document d'évaluation des risques dans l'entreprise." L'enquête va être confiée à un juge d'instruction du pôle santé publique de Paris qui reste à désigner. L'information judiciaire pour harcèlement moral et mise en danger de la vie d'autrui fait suite à une plainte déposée par le syndicat Sud-PTT après des suicides chez l'opérateur télécom ces dernières années. Entre 2008 et 2009, 35 salariés de France Télécom se sont suicidés. D'après l'observatoire du stress et des mobilités forcées, créé par la CFE-CGC et Sud-PTT, 11 salariés se sont suicidés depuis le début de l'année 2010. Un rapport accablant "Faire la part des choses" L'avocate a souligné qu'"aujourd'hui personne n'est mis en examen.

Comment soigner son corps au travail Attention à votre posture physique Penché sur votre ordinateur, jambes croisées, la colonne tordue... Sans doute ne vous rendez-vous même pas compte du mal que vous vous faites. "Posez-vous simplement la question : Est-ce que je suis bien installé(e) ?", propose Magali Combal, coach et professeure de yoga. Bougez ! Respirez ! Prêter attention aux signaux faibles "Le corps fait tout ce qu'il peut pour nous aider, dans la limite de ses capacités, remarque Magali Combal. Quand les symptômes sont là, il est nécessaire de changer quelque chose dans notre mode de vie et notre façon de travailler pour ne pas tomber plus gravement malade. Percevoir son corps dans une dimension positive "Nous sommes contents quand notre corps se fait oublier, s'amuse Magali Combal. Concrètement, c'est simple : il s'agit par exemple de marcher en ayant conscience du contact de la plante des pieds sur le sol, du déplacement du poids du corps d'un pied sur l'autre. Traiter son corps avec bienveillance

Nouveau suicide lié aux conditions de travail chez France Télécom La CGT d'Orange-France Télécom a mis en cause une nouvelle fois, mercredi, les conditions de travail dans l'entreprise après le suicide d'un salarié en poste à Schiltigheim (Bas-Rhin), survenu le 8 mars dernier. Après les suicides, au début du mois, à la CPAM de l'Hérault, à La Poste de Rennes et d’un cadre de Gefco à Bordeaux sur leur lieu de travail, un technicien d'intervention d'Orange âgé de 58 ans, s'est tiré une balle dans la tête après avoir évoqué dans une lettre "la responsabilité de l'entreprise dans son geste désespéré", a dénoncé Frédéric Karas, délégué syndical CGT à France Télécom. Dans sa lettre, le technicien "cite nommément les responsables, des cadres de l'entreprise. Mais c'est une responsabilité globale, c'est un système de management" qui l'a poussé à se suicider, a expliqué le délégué CGT, évoquant un "climat de suspicion, de défiance". "Il était très soucieux de transmettre son expérience très spécialisée. Lire aussi Notre dossier sur la souffrance au travail

Les conditions de travail chez Foxconn toujours aussi mauvaises d'après une ONG, un concurrent d'Apple pourrait en profiter Le sous-traitant informatique Foxconn continue de faire parler de lui. Ce géant taïwanais, qui emploie plus de 1.2 millions de collaborateurs, assemble les produits de grands noms de l’électronique à l’instar de Apple, HP, Nintendo, Sony, Microsoft ou encore Amazon. Une vague de suicides à répétition avait placé Foxconn sous le feu des projecteurs en 2010 et 3 employés ont trouvé la mort en juin dernier dans une explosion à l’usine de Chengdu. Foxconn a vu sa réputation s’écrouler aux Etats-Unis le 6 janvier dernier suite à la retransmission d’une partie du texte « Agonie et extase de Steve Jobs » de l’acteur Mike Daisey diffusée dans l’émission de radio « This American Life ». Ce spécialiste du monologue avait alors été très critique envers Foxconn mettant en lumière les conditions exécrables de production des appareils électroniques dans les usines de Shenzen. Ce fut le cas du New York Times. Foxconn avait alors promis des améliorations tout en déplorant de fausses accusations. Et vous ?

EDF doit revoir les conditions de travail dans ses centrales nucléaires Dans deux notes envoyées à EDF en juin, l’Autorité de sûreté nucléaire pointe de nombreuses infractions à la réglementation sur le temps de travail dans les centrales et s’inquiète des conditions de recours à la sous-traitance, en pointant des risques pour la sûreté des installations. EDF ne se contente pas d’éclairer les Jeux olympiques de Londres, comme elle s’en vante dans sa récente campagne publicitaire. Si l’on en croit une récente note de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), EDF impose également à ses agents des centrales nucléaires des conditions de travail dignes d’un marathon. Dans cette note datée du 22 juin 2012, envoyée aux directeurs des centrales nucléaires et dont Santé & Travail a pris connaissance, l’autorité de contrôle pointe en effet de nombreuses infractions concernant les durées réglementaires du travail et les périodes de repos obligatoires. Procès-verbaux Quelle sous-traitance ? Stéphane Vincent Article Web - 03 août 2012 Commentaires Commenter cet article

[2009]La direction de France Télécom a présenté son plan pour améliorer les conditions de travail dans l'entreprise Cette fois, c’est sûr, France Télécom, pourtant étrangement titulaire du label responsabilité sociale, a pris la mesure de la situation. Pour répondre à la vague de suicides dans l’entreprise – plus d’une vingtaine depuis janvier 2008 – la direction a décidé, semble-t-il, de sortir de sa torpeur et dégainé hier une série de mesures d’urgence. Dans une ambiance forcément un peu lourde, les syndicats de France télécom ont été reçus hier par le DRH de France télécom, Olivier Barberot, pour un CNHSCT où il leur a annoncé « très ému » par la situation, les principales décision de la direction face à la situation. La veille de la rencontre, un technicien du centre d’intervention de Troyes avait en effet tenté de mettre fin à ses jours devant ses collègues. Tranquille jusqu’à octobre Alors qu’ils le réclamaient depuis des lustres, les syndicats ont obtenu l’arrêt immédiat des restructurations en cours. © Morvandiau Vers un état des lieux… Lire ou relire dans Bakchich :

Souffrance au travail : une entreprise aux petits soins Jean-Marc Blanc, directeur des Cinq Sens, et la conseillère Nathalie Puel, qui intervient auprès des salariés. (Photo FABRICE ANDRÈS) Des séances de massage, d’autres de sophrologie. Des groupes de paroles avec un psychologue et des consultations individuelles... La maison de retraite Les Cinq Sens, à Garons, bichonne ses salariés avec tout un arsenal de solutions au stress et à la souffrance au travail. "En trois ans, on est passé de 282 jours d’arrêt de travail à 150" "Il y a trois ans, on comptabilisait 282 jours d’arrêt de travail sur l’année, indique le directeur Jean-Marc Blanc. Créé en 2006 par trois infirmiers libéraux, l’espace de retraite Les Cinq Sens est un Ehpad privé aux tarifs de séjour légèrement supérieurs à la moyenne départementale. Il y a trois ans, le constat d’un fort taux d’absentéisme fait, le directeur prend le taureau par les cornes.

Apple responsable des mauvaises conditions de travail dans ses usines chinoises Apple a annoncé des bénéfices record mardi 24 janvier. Le secret d’une telle réussite? Faire fabriquer ses produits à un très bas coût et faire payer aux consommateurs un prix très élevé. Mais le modèle du géant des produits technologiques n’est pas irréprochable, notamment en ce qui concerne les conditions de travail dangereuses dans les énormes usines comme celles de Chengdu, en Chine. Les journalistes Charles Duhigg et David Barboza, aidés par Gu Huini, ont ainsi enquêté sur place et mené des dizaines d’interviews avec des ouvriers, des observateurs, des ONG et d’anciens cadres d’Apple. Leur conclusion est sans appel: les ouvriers qui assemblent les iPhone et les iPad travaillent dans des conditions difficiles, et même parfois mortelles. Un réseau de plus en plus important d’organisations de défense des travailleurs accuse non seulement les entreprises partenaires d’Apple en Chine d’ignorer la sécurité des ouvriers, mais aussi Apple lui-même d’être complice en les laissant faire.

Apple critiqué pour des conditions de travail « misérables » chez un sous-traitants chinois Bas salaires, heures non payées, dortoirs infestés d’insectes : China Labor Watch a dénoncé jeudi les conditions de travail dans une usine d’un sous-traitant chinois d’Apple. L’ONG China Labor Watch, sise à New York, a dénoncé dans un rapport, jeudi 22 octobre, les conditions de travail dans une usine d’un sous-traitant chinois d’Apple, recensant une « vingtaine de violations » au droit du travail. « Les bas salaires, les longues journées de travail, les heures non payées, les mauvaises conditions de sécurité et les conditions de vie misérables persistent », a estimé l’organisation, qui a mené son enquête clandestinement dans une usine à Shanghaï du groupe Pegatron. Les salariés pas informés des risques pour leur santé Dans l’usine de Shanghaï, la durée hebdomadaire du travail a certes été ramenée de 63 à 60 heures mais les conditions de travail actuelles ne sont « en général » pas meilleures que celles en vigueur il y a deux ans, assure China Labor Watch.

Related: