background preloader

Un hôpital se spécialise dans le traitement de la cyber-dépendance - News Psycho

C'est le 9 septembre que le Bradford Regional Medical Center de Bradford, en Pennsylvanie, a inaugurer son programme de désintoxication à Internet de 10 jours pour les volontaires qui souffrent d'une grave addiction à la Toile. Même s'il existe déjà des programmes de "détox numérique" plus ou moins farfelus aux Etats-Unis, c'est la première fois qu'un hôpital propose ce service, pouvant ainsi recourir à une aide médicamenteuse pour se sevrer et évoquer des problèmes sous-jacents à l'addiction. Des recherches ont déjà montré que l'expérience d'addiction à Internet avait des points communs avec celle d'addiction à la drogue, avec des symptômes comparables de manque lorsqu'on s'arrêtait complètement du jour au lendemain. Pendant ce temps, au Japon, l'Etat a trouvé une solution pour ses 500 000 ados accros à Internet, des colonies de vacances où aucun gadget connecté n'est toléré. AFP/Relaxnews

Reprendre le contrôle Bien qu'on puisse voir de temps à autres dans des reportages télé à la limite du voyeurisme, des cas pathologiques de personnes complètement accros à leur ordinateur au point de passer leurs journées entières devant la machine sans se laver pendant des semaines, on a tendance a beaucoup sous-estimer la dépendance à l'ordinateur en France et à penser que ce n'est le problème que de quelques adolescents dépressifs jouant à des jeux massivement multijoueurs (le plus connu étant world of warcraft). Or, comme pour d'autres dépendances, par exemple le café, l'alcool ou la cigarette, la cyberdépendance peut s'avérer plus ou moins envahissante selon les personnes. Notons qu'il existe une grande part de subjectivité dans l'appréciation de celle-ci. Certaines personnes passeront cinq heures par jour devant leur PC et ne considéreront pas cela comme un problème, alors que d'autres, passant deux heures par jour devant la machine penseront perdre trop de temps avec elle. Aide supplémentaire

Comment vaincre la cyberdépendance ? (Satisfaction ou compulsion) D. Comment "décrocher" Même lorsqu'on en fait un usage tout à fait compulsif, Internet n'est donc qu'un moyen. Il sert à nous procurer ce qu'on ne parvient par à obtenir autrement. 1. La première chose à faire est d'identifier l'insatisfaction, le manque ou la faiblesse à laquelle Internet cherche à répondre. Mais parfois, la réponse est déjà claire en nous et nous n'avons qu'à la prendre en considération. Dans la plupart des cas, la réponse n'est pas déjà claire. (1) Le désir de savoir Il faut d'abord faire un effort réel de lucidité. Cette sensibilité est moins facile qu'on pourrait le croire à première vue. (3) L'exploration active La troisième condition est la plus facile à obtenir car elle s'appuie surtout sur une décision consciente et un effort de volonté. Les premières réponses sont souvent peu utiles: on découvre surtout l'angoisse qui monte en nous à cause de l'arrêt qu'on impose à notre action. 2. La recherche des moyens de satisfaction peut prendre bien des formes. 3.

Note Risques et conseils Questions-réponses avec Jean-Charles Nayebi Y a-t-il des risques pour la vie familiale dans le monde multi-média? Il y a, trois catégories de risques pour la vie familiale qui sont les suivantes: 1- La catégorie des risques liés à la vie conjugale dans les profiles de la cybersexe –dépendance ou de la cyberdépendance communicationnelle (chat, forums etc.) de l'un ou de l'autre des parents dans le foyer. 2- La catégorie des risques liés la dépendance des adolescents aux cyberjeux avec l'isolement de la vie familiale et relationnelle qu'engendre cette addiction. 3- La catégorie des risques liés à l'enfance à travers une mauvaise initiation aux habitudes de consommation de multimédia avec les dangers de la mise en place d'une future addiction et/ou de risques d'expositions aux contenus choquants. Quels dangers guettent nos enfants à travers l’écran de leurs ordinateurs ou autres consoles de jeux ? Ces dangers sont multiples, je vais donc en mentionner que les grandes lignes.

La cyber dépendance vous guette-t-elle A partir de quand l’usage intensif du Net peut-il perturber votre lucidité et vos relations aux autres ? Erik Pigani Sommaire Trois heures du matin. Les yeux à peine ouverts, Jérémy enfile son vieux peignoir élimé et se dirige à pas feutrés vers le petit bureau. Pas besoin de lumière, il est capable d’allumer son ordinateur dans le noir complet. Les premiers symptômes Au cours du dernier congrès de l’American Psychological Association, en août 1999, le docteur David Greenfield a annoncé que 6 % des internautes américains présentent les symptômes d’un comportement pathologique ressemblant fort à une dépendance : se sentir " ailleurs " dès qu’on se connecte ; être irascible et nerveux dès qu’on se déconnecte ; surfer pour échapper à son angoisse ; perdre la notion du temps ; tenter de réduire sa consommation de pages Web sans y parvenir, etc. " Je n’en suis pas à ce point-là ! La source du problème : vous !

Traitement de la cyberdépendance dans un camp militaire chinois Au 20h de TF1 hier soir, un reportage en Chine sur un centre militaire de désintoxication, traitant des victimes atteintes d’un « nouveau mal » : la cyberdépendance. Ils seraient plus de 2 millions de jeunes "cyberdrogués" en Chine, et le gouvernement a décidé il y a quelques années déjà de remédier à ce problème d’ordre sanitaire. En effet, de plus en plus de jeunes, d’un milieu social aisé toutefois, et ceci, malgré les problèmes de censure apparemment, ne peuvent plus se passer de leur cybernavigation quotidienne, ou de leurs jeux vidéo massivement multijoueurs en ligne. C’est ainsi que l’on a pu découvrir hier soir, au JT de TF1, que l’armée accueille depuis peu des groupes de jeunes accrocs, en vue de leur réinculquer certaines valeurs fondamentales, et de les aider à renouer avec la nature et les relations sociales. Il est à noter que le reportage de TF1 est tout à fait consensuel à ce sujet, mais on ne peut ni s’en étonner, ni leur en vouloir.

Note Des cures de désintox pour les accros d'Internet En Californie, un camp propose à tous les cyberdépendants des séjours pour revenir aux joies de l'enfance, loin des connexions et des réseaux. New York À chaque addiction son remède. En Californie, un camp de «digital detox» propose aux cyberdépendants de smartphones, tablettes et ordinateurs de retrouver un peu d'«humanité» pendant quatre jours, en se déconnectant. Aucun gadget, ni Internet, donc, mais des activités censées les replonger en enfance. Les adultes sont invités à se livrer, par exemple, à des batailles de polochons, à des concours de rire, ou encore à participer à des ateliers de cuisine pieds nus. «Redevenir humain» Camp Grounded propose déjà des soirées «déconnectées» (sans smartphone) qui font un tabac en Californie. La charte du camp ne fait pas mention de punitions pour ceux qui seraient pris en flagrant délit de tweeter, mais les organisateurs mettent en garde les rabat-joie.

Note Note PC… TV… complices des troubles du sommeil | ta sante en un clic Télé, PC, Internet, jeux video, téléphones…. Un cocktail réussi pour favoriser les troubles du sommeil ! Les troubles du sommeil sont retrouvés chez plus d’un tiers des personnes dépendantes à Internet. Les retentissements sur le sommeil sont d’autant plus élevés que l’usage de l’ordinateur et d’Internet est important: 38% de troubles du sommeil en cas de pratique addictive contre 26% si l’usage est non problématique. Ces troubles du sommeil liés à la cyberdépendance, concernent en plus grande partie les 16-29 ans. Par ailleurs, les enfants qui regardent la télévision au moins deux heures par jour pendant l’adolescence présentent un risque plus important de développer des troubles du sommeil à l’âge adulte. Écrans et troubles du sommeil…. parmi les éléments fautifs: La dépendance! Comment remédier à ces troubles? Il ne semble pas exister de recommandations ou de prise en charge spécifique des troubles du sommeil induit par la cyberdépendance. Sources :

Note Note

Bonjour,
Article interéssant. Il est surprenant de constater que l'addiction à internet est aussi soignée dans les mêmes principes que la toxicomanie. Bien que la cyberdependance soit considérée à ce jour comme une toxicomanie sans drogue. En France on parle plus d'un traitement "cognitif et comportemental" pouvant être appuyé par la prise de médicament.
Bonne continuation by guemar_groupeb_psy Feb 27

Bonjour,

il est intéressant de constater comment l'évolution de nos sociétés, des technologies, en parallèles des avancées positives qu'elles procurent, apportent également leur lot de problèmes. Face sombre des nouvelles technologies : l'addiction. Aussi apparaissent des solutions : cures de désintoxication, nouvelles spécialités en psychologie etc...et de nouveaux business.....
merci pour cet article.

Cordialement
Isabelle by isabelle_groupe3_psy Apr 6

Related: