background preloader

Addiction aux jeux vidéo

Addiction aux jeux vidéo
L’article suivant a été extrait du journal » Enfance & psy » n° 31, rédigé par M. Valleur. Il traîte de l’addiction aux jeux vidéos… Valleur M., L’addiction aux jeux vidéo, une dépendance émergente ? , Enfance & psy, 2006, (31), p. 125-133 (M VALL 183) L’addiction aux jeux vidéo, une dépendance émergente ? Quelques consultations d’addictologie – dont celle du Centre Médical Marmottan – commencent depuis peu à recevoir et à suivre des personnes dans le cadre de dépendances à Internet, et particulièrement aux jeux vidéo. Il se constitue ainsi progressivement une clinique émergente en réponse à une forme d’addiction réellement nouvelle. Les demandes adressées aux centres proviennent la plupart du temps de parents inquiets, et une majorité de ces demandes ne se traduisent pas par des prises en charge de joueurs : après un entretien avec les parents concernés et une évaluation de la situation, il apparaît en effet souvent qu’il n’y a pas de réelle dépendance. Une nouvelle culture ludique C. J.P.

Combattre l'addiction aux jeux vidéo Juillet 2015 Dans l'immense majorité des cas, la consommation des jeux vidéo par les ados et pré-ados est avant tout... le problème des parents ! Sur le plan clinique, les véritables addictions pathologiques aux jeux vidéo sont rarissimes, même si elles sont bien réelles. Comment canaliser la fascination exercée par ces jeux sur les enfants ? Quels comportements les parents doivent-ils adopter ? Conseils à suivre. Les jeux vidéo : une passion moderne controversée Les jeux vidéos sont les jeux préférés des 10-15 ans, et concernent davantage les garçons que les filles. Au centre d'un véritable débat de société, les jeux vidéo font polémiques y compris dans la communauté des psychologues. 5 conseils pour bien utiliser les jeux vidéos Premier conseil : s'interdire d'interdire ! Deuxième conseil : s'initier aux jeux honnis, car pour mieux sortir l'enfant du jeu, il est préférable d'y entrer avec lui ! Troisième conseil : fixer des règles réalistes. Pour aller plus loin Publi-information

L’addiction numérique, un mal croissant chez les jeunes Etes-vous facilement distrait par votre smartphone ? Vous est-il difficile de vous en séparer? Etes-vous constamment en train de le consulter sans raison particulière? Il y a des risques que vous soyez accro et même que vous ayez besoin de l'aide d'un psychologue. De plus en plus de jeunes seraient dépendants à leur “téléphone intelligent“. A Singapour, comme dans un nombre grandissant de pays, des psychiatres militent pour que l'addiction aux smartphones soit reconnue comme un trouble psychologique. L’addiction au smartphone, un trouble psy ? Singapour et Hong Kong détiennent d’ailleurs le record régional du plus grand nombre d'utilisateurs de smartphones par habitant, selon un rapport publié l'an dernier par le cabinet d'étude Nielsen.87% des 5,4 millions de Singapouriens sont ainsi munis d'un téléphone multifonctions, contre 65% aux Etats-Unis. Et d’après Adrien Wang, psychiatre au centre médical de Gleneagles, l'addiction à l'internet devrait être classée dans les troubles mentaux.

USAGES - Jeux vidéo Les petits jeux en flash On y accède généralement sur de grands portails où les jeux sont classés par thèmes. Courts, souvent gratuits et sans téléchargement, les petits jeux flash misent avant tout sur la spontanéité et le plaisir immédiat. Ces activités sont souvent la porte d’entrée des plus petits vers les jeux vidéo. Les jeux massivement multi-joueurs Ils se caractérisent par la présence simultanée de plusieurs joueurs qui partagent une même activité. Celle-ci est majoritairement pratiquée par les adolescents et les jeunes adultes. Les jeux sociaux dont des jeux qui se jouent en ligne avec des amis qu'il eset indispensable de solliciter pour évoluer. Les jeux d'argent et de hasard Poker, loterie, les jeux d'argent et de hasard désormais légaux sont de plus en plus nombreux sur la toile. Conseils • Faire la différence, dans la gestion du temps et lès règles, entre ces différents types de jeux • Établir un dialogue avec l'enfant sur son usage des jeux vidéo

Les méfaits - GameAddict - Addiction au jeu vidéo - Cyberaddiction Je suis accro... enfin complètement addict quoi ! Accro à une série, addict à la musique... quelle différence ?Y en a t il seulement une ?Avant de tenter une approche qui aura pour but de sensibiliser à la question de l'addiction au jeu (jeu dit pathologique) il est intéressant d'observer la confusion qui règne dans nos propres propos. En écoutant les jeunes et les moins jeunes on réalise qu'ils sont incapables de les distinguer...et pour cause étant donné leur équivalence.Le terme "accro" renvoie à quelqu'un qui est "dépendant d'une drogue" au sens premier du terme et à quelqu'un qui est "passionné" au sens familier. Cette simple constatation, sans nous plonger dans un cours d'étymologie improvisé nous permet de constater que le sens familier "d'accro" n'est pas pour autant contradictoire ou moindre quant au sens premier, au contraire il renvoie à la notion de passion qui, petit rappel, est " une émotion très forte" et peut parfois avoir tendance à aller "à l'encontre de la raison"

L'addiction aux jeux vidéo - Passion, pratique excessive et addiction Lorsque l'on évoque la possibilité d'une addiction aux jeux vidéo, de nombreux passionnés se sentent immédiatement visés et réagissent parfois vivement. Il faut dire que les préjugés, relayés par une partie des médias, selon lesquels les fans de jeux vidéo seraient tous des "no-life" sont encore très ancrés dans les mentalités. Or, quand on se réfère à la description de l'addiction donnée dans le précédent chapitre, il apparaît clairement que si une passion, quelle qu'elle soit, présente quelques similitudes avec l'addiction, elle s'en distingue clairement au niveau du contrôle qu'en a l'individu et pas forcément au niveau du temps qui lui est consacré. En effet, tant qu'une personne est libre de s'adonner quand elle le souhaite à son activité favorite (même durant de nombreuses heures) et qu'elle peut s'en passer sans conséquences néfastes pour son équilibre psychologique, on parlera de passion.

Accro au jeu vidéo ? Le jeu vidéo est aujourd’hui un loisir qui concerne toutes les tranches de la population. Une enquête montre que 53 % des Français1 jouent régulièrement et 68 % occasionnellement. Qui joue le plus ? A quel type de jeu ? Qui joue ? Les derniers chiffres1 (octobre 2017) montrent que les plus gros joueurs se situent dans les tranches d’âge : 10-14 (95 %), 15-18 (92 %) et 19-24 (91 %). A quel type de jeu jouent les joueurs ? Dans le classement 2017 des 10 premiers jeux vendus en France toutes plateformes confondues1, on trouve : Les jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs (Massively multiplayer online role-playing game- MMORPG) dont « World of Warcraft » (WOW) et les arènes de bataille en ligne multijoueur (Multiplayer online battle arena-MOBA) dont « League of legends » (LOL) sont des jeux présentant potentiellement un caractère addictif. Puis-je être « addict » au jeu vidéo ? Les facteurs de risques d’une addiction au jeu vidéo Les caractéristiques de l’addiction au jeu vidéo

Addictions Dossier réalisé en collaboration avec Bertrand Nalpas, Directeur de recherche à l’Inserm et chargé de mission Addiction – Décembre 2014 Les addictions les plus répandues concernent le tabac (nicotine) et l’alcool. Viennent ensuite le cannabis et, loin derrière, les opiacés (héroïne, morphine), la cocaïne, les amphétamines et dérivés de synthèse. Il existe également des addictions liées à des activités (et non à des substances), comme les jeux d’argent, les jeux vidéo, le sexe ou encore les achats compulsifs. Des substances plus ou moins addictives souvent testées à l’adolescence Des dépendances peuvent survenir à tout moment de l’existence, mais la période de 15 à 25 ans est la plus propice à leur émergence. Certaines substances semblent avoir un pouvoir addictif supérieur à d’autres compte tenu de la proportion de personnes dépendantes parmi leurs consommateurs. Part des usagers développant une dépendance à la substance qu'ils consomment. Un diagnostic très normé Des conséquences délétères

Un ado sur huit a un usage problématique des jeux vidéo L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies a étudié le comportement de 2 000 élèves de 12 à 16 ans. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Pascale Santi Un élève sur huit aurait un usage « problématique » du jeu vidéo. C’est ce qu’indique une enquête menée auprès de 2 000 élèves de la 4e à la 1e inscrits dans 15 établissements d’Ile-de-France, rendue publique mercredi 17 décembre et réalisée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la consultation jeunes consommateurs (CJC) du centre Pierre Nicole de la Croix Rouge*. Avec plus de 11 écrans à domicile, les adolescents franciliens de cet échantillon sont suréquipés. 84 % d’entre eux ont une console de jeux, et 74 % une tablette. Les trois quarts des lycéens (60 % des collégiens) ont un ordinateur dans leur chambre. « Négliger d’autres activités pour jouer » Selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale, 5 % des jeunes de 17 ans joueraient entre cinq et dix heures par jour.

Article très intéressant qui parle des conséquences psychologiques positives ou négatives du jeu vidéo.

Cordialement,

Fanny Lafitte by lafitte_groupe4_psy Apr 7

Related: