background preloader

La NASA prévoit la fin de la civilisation

La NASA prévoit la fin de la civilisation
Tempête Isaac. ERRATUM (8 avril) — Contrairement à ce que nous écrivions le 18 mars, aucune étude de la NASA n'a « prévu la fin de la civilisation ». Comme certains de nos lecteurs nous l'ont très justement fait remarquer, l'étude Handy citée dans notre billet, publiée dans un premier temps dans un blog du Guardian puis reprise dans un article de nos confrères belges de la RTBF, n'a rien à voir avec l'Agence spatiale américaine. Tout au plus le centre de vols spatiaux Goddard de la NASA a-t-il participé au financement de la bourse ayant permis à des scientifiques de l'université du Maryland et du Minnesota, à l'origine de l'étude en question, d'envisager des schémas possibles de la chute de la civilisation occidentale. La NASA le précise d'ailleurs dans un communiqué : « Les travaux n'ont été ni effectués, ni dirigés, ni révisés par la NASA. Il s'agit d'une étude indépendante menée en utilisant des outils de recherche développés pour une activité distincte de la NASA.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/03/18/selon-une-etude-la-nasa-prevoit-la-fin-de-la-civilisation/

Related:  futurrisques émergeantsCATASTROPHESSociéteGAIA

Kaya, l'équation qui calcule l'avenir de l'humanité Quand, en 1972, Dennis Meadows propose au Club de Rome le rapport qui le fera connaître, le monde en pleine croissance économique et démographique refuse de considérer avec sérieux le pessimisme du chercheur et de son équipe du MIT. Quarante ans plus tard, la planète réalise à quel point Meadows avait pu tomber juste dans ses analyses. Pour qu’elle soit réaliste, il est désormais accepté que l’écologie doit être imbriquée dans des problématiques globales : économiques, scientifiques et démographiques.

L'air pollué diminue le poids des bébés à la naissance Une étude britannique pointe les conséquences néfastes des particules fines en suspension dans l'atmosphère sur la croissance des fœtus. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout On savait déjà que la pollution atmosphérique augmentait les risques de pathologies respiratoires et de mortalité. La Nasa prédit la fin de notre civilisation : une catastrophe (difficilement) évitable L'Espagne et le Portugal pris en photo depuis la Station spatiale internationale le 12/03/14 (CB2/ZOB/SIPA) Les civilisations vont et viennent, l'histoire en est la preuve. L'empire romain, les Han de Chine, Sumer, Babylone, l'Égypte des pharaons et bien d'autres encore, ont disparu.

Indymedia Paris et les "antifas" soumis au détecteur de mensonge I- L’alerte antifasciste : décryptage d’une manipulation L’alerte (pseudo)-antifasciste s’apparente à une chasse aux sorcières maccarthyste, déguisée en combat contre le racisme. Elle est menée par quelques publications aux méthodes insidieuses et bien rodées (voir la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste).

L’Arctique fond, fond, fond et bouleverse le climat La banque Arctique se forme sur l’océan. En fondant, elle laisse à place à la surface de l’océan qui absorbe davantage les rayons solaires et amplifie le réchauffement © NASA La banquise a une influence climatique. En cause ? Principalement son fort albédo, pourcentage de lumière qu’elle réfléchit par rapport à celle qu’elle reçoit, comparé à celui d’une couche fine de glace et celui d’un océan libre de glace. En effet, si la glace épaisse avec neige a un albédo de 90 %, celui d’une faible couche de glace est de 50 % et celui d’un océan non recouvert de glace d’environ 6 %. 20 métiers étonnants qui pourraient exister dans le futur Les technologies évoluent sans cesse, surtout dans le web. Les métiers et compétences nécessaires doivent s’adapter à ces évolutions. Qui aurait par exemple pu imaginer il y a 15 ans qu’aujourd’hui être développeur d’applications mobiles ou expert en sécurité de stockage dans le cloud seraient tout ce qu’il y a de plus normal ? Qu’aurait pensé ma conseillère d’orientation si je lui avais dit que je voulais devenir community manager ou ninja strategist ?

La pollution met en danger le cerveau Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Stéphane Foucart Des enfants exposés in utero à des niveaux élevés de deux phtalates présentent en moyenne un quotient intellectuel (QI) inférieur de plus de six points à celui d’enfants moins exposés. Cette conclusion préoccupante est le fruit d’une étude au long cours, conduite par des chercheurs de l’université Columbia (New York), et publiée mercredi 10 décembre dans la revue PLoS One. Les phtalates sont des plastifiants présents dans de nombreux produits courants – objets en PVC, textiles imperméables, cuirs synthétiques, mais aussi rouges à lèvres et à ongles, bombes de laque ou certains shampooings. Ils sont interdits dans les jouets, en Europe comme aux Etats-Unis, mais rien n’est fait pour éviter l’exposition des femmes enceintes.

Le legs toxique de la consommation effrénée La consommation effrénée d’appareils électroniques à faible durabilité génère de plus en plus de déchets. Or, ces produits contenant des ressources précieuses et des substances toxiques sont toujours très peu recyclés. Et quand ils le sont, c’est le plus souvent dans des pays du tiers-monde, dans des conditions déplorables. En 2015, l’humanité devrait consommer plus de 75 millions de tonnes de produits électroniques, si on se base sur la moyenne des données compilées par Le Devoir. La « McDonaldisation » est l’essence-même du capitalisme Dimanche 23 mars 2014 7 23 /03 /Mars /2014 15:58 Née en 1937 dans une baraque à hot-dogs, la société McDonald’s est devenue depuis la plus grande chaîne de restauration rapide. Présente aux quatre coins du globe, son développement planétaire est déterminé par l’incroyable impulsion que cette marque parvient à avoir grâce à une publicité aussi trompeuse qu’omniprésente.

Un bio industriel à éviter Plusieurs labels garantissent un bio solidaire, à l’opposé du bio industriel. Saurez-vous les reconnaître ? © Natura Sciences Près de la moitié des produits bio sont à présent vendus en grandes surfaces. La ville du futur sera campagnarde » Retrouvez notre dossier «La ville de demain» Un homme en costume, faisant, à grand peine, rentrer sa vache dans un ascenseur. En son temps, cette publicité pour les produits laitiers avait fait beaucoup rire. Car pourquoi donc avoir une vache chez soi quand il suffit d'aller au supermarché pour acheter une brique de lait?

Nos civilisations se dirigent vers un effondrement irréversible des écosystèmes terrestres 44 717 lectures / 130 commentaires03 juillet 2012 ; révision : 06 juillet 2012, 09 h 53 L'humanité est entrée dans l'Anthropocène : une nouvelle ère géologique où tout pourrait basculer... pour le pire.© Globaia, Planet Under Pressure, SEI, SRC, CSIRO En se basant sur des théories scientifiques, des modélisations d'écosystèmes et des preuves paléontologiques, une équipe de 18 chercheurs, incluant un professeur de la Simon Fraser University (SFU, Vancouver), prédit que les écosystèmes de la Terre vont faire face à un effondrement imminent et irréversible. Dans un article récemment publié dans Nature intitulé "Approaching a state-shift in Earth's biosphere", les auteurs examinent l'accélération de la perte de biodiversité, les fluctuations climatiques de plus en plus extrêmes, l'interconnexion grandissante des écosystèmes et le changement radical du bilan énergétique global. Point de basculement et fonte totale de la calotte polaire du Groenland Sources

Related: