background preloader

La génération Y n'existe pas

La génération Y n'existe pas
Publié le 02/12/2010 Attention, cet article a été publié le 02/12/2010. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Assurez-vous de lire les dernières dépèches et dossiers publiés en utilisant notre moteur de recherche Professeur en gestion des ressources humaines à Rouen business school, Jean Pralong a réalisé une étude sur l’image du travail selon la génération Y. Pour quelles raisons avez-vous réalisé cette étude sur la génération Y ? La question des générations revient sur le devant de la scène tous les 25 ans, avec un circuit de production assez classique qui démarre généralement par des recherches dans les universités nord-américaines, puis de la littérature que s’approprient les consultants. Comment avez-vous procédé ? Nous avons constitué quatre échantillons distincts composés d’étudiants et de jeunes cadres de la génération Y (20-30 ans), de cadres de la génération X (30-45 ans) et de cadres baby-boomers. Related:  Géneration Y & EntrepreneuriatPédagogie et génération Y

Génération Y : comment s'en sortir ? Publié le 04/10/2010 Attention, cet article a été publié le 04/10/2010. Ce dispositif d'archives vous donne accès à l'ensemble des publications du site FocusRH. Assurez-vous de lire les dernières dépèches et dossiers publiés en utilisant notre moteur de recherche Désormais bien présente dans l’entreprise, la génération Y continue d’interroger, de surprendre, voire même de déstabiliser, en affichant un rapport à son environnement bien à elle. Pour essayer d’y voir un peu plus clair, le cabinet de recrutement Hudson organisait une matinée autour de la question, le 30 septembre dernier. Du plein emploi à la crise Les baby-boomers, d’abord, sont nés dans les années 1950 et ont accédé au marché de l’emploi dans les années 1970. « Ils ont connu le plein emploi, la croissance, les promotions et les garanties sociales, note Mireille Virot. Une génération éjectable C’est donc dans ce contexte qu’arrive la génération Y. Missions, compétences et reconnaissance Brice Ancelin Crédits photo : Fotolia.com

Une ?tude r?v?le le "coup de blues" de la G?n?ration Y Une étude réalisée par Opinion Way pour le compte du cabinet d'audit KPMG révèle que les « digital natives », ont été touchés de plein fouet par la crise économique. Elle met également en évidence un paradoxe : si le le désir d'indépendance des Gen Y est fort, ces derniers plébiscitent également la sécurité d'emploi. Cette étude réalisée en septembre auprès d'un échantillon représentatif de 1008 jeunes (étudiants et actifs) de 18 à 30 ans met à jour le "blues" de la Génération Y. Désir d'indépendance... et de sécuritéLa période de morosité ambiante n'a en tous cas pas entamé leur désir de s'affranchir des contraintes de l'entreprise : plus d'un étudiant sur deux préfèrerait être chef d'entreprise, un statut qui jouit d'une image très positive. En savoir plusL'étude d'Opinion Way pour KPMGVoir aussi notre interview de Edouard Le Maréchal, BVA : « Les représentants de la génération numérique évoluent plus facilement face aux changements » Crédit photo | Dreamstime Igorigorevich

Comment enseigner à la Génération Y Les Y ne sont pas des élèves comme les autres. Élevés avec l’Internet, ils vivent dans un monde différent. Pourquoi apprendre par cœur quand tout est disponible sur la Toile ? Une nouvelle façon d’enseigner Le prof’ moderne de l’enseignement supérieur a aujourd'hui face à lui des élèves de moins en moins passifs. Le « socle commun, adopté depuis 2006 dans les collèges pour définir ce que les élèves doivent impérativement savoir, parle de connaissances mais aussi de compétences. Donner confiance C’est dès l’enseignement primaire que les Y revendiquent le droit à être considérés comme des êtres pensants. Un point de vue qui repose entre autres sur l’enquête PISA que mène l’OCDE auprès des jeunes de 15 ans de plus de quarante pays développés. Aider les élèves Le sociologue Pierre Merle allait plus loin encore dans L’élève humilié. [1] Pierre Merle, L’élève humilié. Share and Enjoy Signaler ce contenu comme inapproprié

Mythes et réalités de la génération Y Il ne manque pas de billets et d’alerte pour nous dire tous les jours que les petits jeunes arrivent, pensent et font différemment, sont nativement digitaux, sinon ont muté du cerveau . Il est en tous les cas certain que toute marque ou organisation qui ne s’intéresserait pas à la première vraie génération digitalisée prend un risque de décalage inconsidéré d’avec ses publics. Derrière la mythologie, il est bon parfois de descendre sur terre et de constater par soi-même. Ayant donc passé en revue quelques 150 têtes bien faites, force est de constater que cette génération est effectivement parfaitement à l’aise avec les technologies, dégage une certaine confiance dans l’avenir et ses capacités. Je me suis fendu d’un petit quizz qui a montré qu’ils sont tous connectés. 1/ la soudaine prise de conscience que l’univers digital ne leur appartient pas. Cette soudaine réalité a suscité plusieurs observations du genre qu’il fait beau dehors.

Sociétés : Les entreprises qui font rêver les adolescents Dans leur cœur, les géants de l'informatique -Apple, Microsoft et Google- côtoient l'Éducation nationale et Air France. En revanche, aucun patron du CAC 40 ne figure parmi les modèles qu'ils aimeraient suivre. Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie. Entre rêve et inquiétude, les adolescents affichent une vision de leur avenir professionnel à la fois marquée par les paillettes médiatiques et par la crise économique. Les géants de l'informatique -Apple, Microsoft et Google- côtoient l'Éducation nationale et Air France, dans leur palmarès des grandes entreprises dans lesquelles ils aimeraient travail­ler, selon une étude réalisée par l'Observatoire de la parentalité en entreprise auprès de 500 jeunes âgés de 14 à 17 ans. «C'est la génération Internet. Apple arrive en tête des entreprises où les adolescents aimeraient travailler. L'Éducation nationale, la Défense ou les hôpitaux restent cependant une référence pour 20% des adolescents interrogés. «Un idéal un peu immature»

Un jeune sur deux souhaite créer son entreprise C’est ce que nous apprend un sondage réalisé pour l’agence pour la création d’entreprise à l’occasion du salon des entrepreneurs qui se tiendra à Paris les 3 et 4 février prochains. Les autres grands enseignements du sondage sont les suivants : 1. L’intention d’entreprendre des jeunes est réelle 47% des jeunes de 18-29 ans souhaite créer un jour leur entreprise10 % souhaitent le faire dans les deux ansCes chiffres confirment un précédent baromètre de l’IFOP de janvier 2009 qui montrait que l’envie de créer son entreprise était très prononcée chez les jeunes (Cf. photo ci-dessous) 2. “Savoir commander et diriger une équipe” (cité par 39% des jeunes)“Être organisé, n’être jamais débordé” (cité par 35% des jeunes)“Avoir de l’audace, oser des choses” (cité par 32% des jeunes) A l’inverse, seul 4% accorde de l’importance à son diplôme. 3. L’importance des acteurs associatifs Les acteurs de ce rapprochement jeunes – l’entreprise se trouvent souvent dans des associations. Articles similaires:

Les talents de la génération y | Generation Y 2.0 Imaginez un monde « inversé » où tous nos principes de fonctionnement et de management seraient le contraire de ce que nous connaissons… Dans ce monde, les tuteurs ne seraient plus les seniors mais…les jeunes. Quelles capacités, talents pourraient-ils bien transmettre à leurs ainés ? La liste serait longue mais voici quelques talents liés à la culture Y : L’Ecologie Respecter son environnement et se respecter soi-même. Prendre soin de soi pour mieux vivre avec les autres. à se recentrer sur eux, satisfaire leurs besoins, que cela n’a rien d’égoïste, bien au contraire. Le réseau Composer et compter avec les autres, développer et maintenir un réseau, faire partie d’une communauté pour partager, apprendre et se nourrir des autres. Le positivisme Voir le verre à moitié plein. L’assertivité Affirmer ses besoins dans le respect de l’autre et de la relation. L’empathie

Enfants et adolescents en mutation - Jean-Paul Gaillard  Enfants, adolescents en mutation : Mode d’emploi pour les parents, éducateurs, enseignants et thérapeutes. Comment vivre et travailler avec nos enfants « mutants » ? Les adultes, quelle que soit leur fonction auprès des enfants et des adolescents d’aujourd’hui, remarquent tous qu’ils ne ressemblent plus à ceux qu’ils connaissaient il y a quelques années encore. Dans leur désarroi, ils sont tentés, et certains franchissent le pas, de considérer comme pathologiques ces changements… Présentation L’occident connaît actuellement une mutation sociétale d’une ampleur équivalente à celle qu’il a connu aux 4ième, 10ième, 16ième et 18ième siècles : il produit un homme nouveau, de la même façon que les mutations précédentes l’ont fait. Avec les enfants et adolescents d’aujourd’hui, nous assistons à l’émergence d’une nouvelle normalité, d’une nouvelle économie psychique, d’une nouvelle « personnalité de base ». Informations Jean-Paul Gaillard. ESF éditeur. Le livre sur Decitre.fr L'auteur Conclusion

Ne me dites plus que je suis un digital native de la génération Y Arrivé à un certain stade, on peut en avoir marre d’être englobé… D’être systématiquement associé à une génération entière et de se voir ranger dans la case « connaisseur du numérique », juste parce que l’on a moins de 30 ans. Mais aussi d’être associé à un ensemble d’usages et de pratiques que l’on ne connaît ou ne cautionne pas du tout. Ou à l’inverse, de voir des amis à qui l’on demande le même niveau de technicité, la même compréhension d’un phénomène que l’auteur d’un blog sur l’e-réputation. J’ai moins de 30 ans. J’utilise un mac depuis que j’ai 5 ans (avec notamment un jeu qui m’a marqué à vie : Risk). J’ai eu mon premier accès à Internet en 1995 (des informaticiens dans ma famille). J’ai produit mon premier site web en 1998 (avec le club Internet de mon collège). J’ai découvert les IRC, forums et autres newsgroups la même année. J’ai développé et animé mon premier forum (sur la musique, décédé depuis bien longtemps et introuvable sur Google depuis) au tout début des années 2000.

De la BOF génération à la LOL génération Les générations postérieures à mai 68 ont souvent été qualifiées de BOF générations –titre d’un numéro du Nouvel Observateur qui date de 1978! Désabusés, «incapables de trouver la passion dans un monde sans émotion» (La Bof Génération, Renaud Hantson, 1997), peu engagés en politique, les gens de 20 ans semblaient avoir renoncé à rivaliser avec l’inoxydable génération de 1968 –qui, soit dit en passant, s’attarde encore aux places du pouvoir. Aucune relève d’impertinence n’apparaît à l’horizon: la plupart des jeunes «bricolent» en attendant des jours meilleurs et le tiercé (capital culturel de la famille, filière scolaire d’excellence, et soutien économique des parents) demeure immuablement gagnant pour trouver une place dans la société. La jeunesse aurait-elle définitivement baissé la garde? Peut être pas. publicité Le monde par le rire Comment définir ce terme «LOL» (laughing out loud: rire aux éclats)? Le LOL repose parfois sur un mème. Une centrifugeuse à images Be stupid Monique Dagnaud

Generation Y 2.0 - Le premier blog sur la génération Y et le Management 2.0 - Benjamin Chaminade

Related: