background preloader

Britta Riley: A garden in my apartment

Britta Riley: A garden in my apartment
Britta Riley: A garden in my apartment Britta Riley wanted to grow her own food (in her tiny apartment). So she and her friends developed a system for growing plants in discarded plastic bottles — researching, testing and tweaking the system using social media, trying many variations at once and quickly arriving at the optimal system. Call it distributed DIY. And the results? Delicious. This talk was presented to a local audience at TEDxManhattan, an independent event.

http://www.ted.com/talks/britta_riley_a_garden_in_my_apartment

Related:  Sauvegarde du milieu naturel (y compris en ville)Alimentaire

Grande Muraille verte au Sahel : « le Sénégal montre l’exemple » Le projet de Grande Muraille verte au Sahel progresse pied à pied. Le point avec Gilles Boetsch, anthropobiologiste, directeur de recherche au CNRS et de l'Observatoire Hommes-Milieux international (OHMi) à Téssékéré au Sénégal. Gilles Boetsch Où en est le projet de Grande Muraille verte, lancé en 2007 par les chefs d’Etat africains pour lutter contre la désertification au Sahel ? Vege Tables A propos Un restaurant Végétarien ? Végétalien ? Cartographier les continents poubelles Au fil des siècles l'homme s'est évertué à cartographier des nouvelles terres et de nouveaux espaces au cours des expéditions maritimes lancées à la recherche de contrées mythiques et de fabuleux eldorados. Ce sont d'autres espaces nettement moins oniriques qui sont désormais représentés, directement issus de l'activité humaine industrielle et consumériste. Des mondes immergés de déchets

François Dufour « Attention au bio industriel ! Depuis 2010, tout en continuant de s’occuper de son exploitation, François Dufour est vice-président du conseil régional (EELV), chargé des questions agricoles. Cet agriculteur, cofondateur d’Attac France et porte-parole de la Confédération paysanne au début des années 2000 en même temps que José Bové, raconte son expérience de paysan du département de la Manche lancé dans le bio depuis 1996. Son engagement politique et sa pratique agricole lui ont permis de mettre sur pied un réseau d’approvisionnement en bio et produits de proximité pour de nombreuses cantines scolaires de Basse-Normandie. Une réussite montrant que l’engagement des élus locaux peut être efficace pour lutter contre la malbouffe comme le rappelle le hors-série de Politis. Est-ce qu’il n’existe pas des freins juridiques pour qu’une collectivité territoriale favorise le bio ? Pour un fournisseur de lait comme vous, quels problèmes pose le « bio industriel » ?

Chine : une « grande muraille verte » pour sauver l'Asie Une fôret de bambous en Chine © Rob Shangaï C’est un projet méconnu mais pharaonique. La « grande muraille verte » a été imaginée par le gouvernement chinois pour freiner l’extension du désert de Gobi, au nord du Pays. Le plan prévoit que, d’ici 2074, une forêt de 4 500 km de long soit plantée autour du front désertique. Un appétit durable De jeunes chefs ont ouvert des restaurants « durables ». Ces laboratoires culinaires font la chasse au gaspillage alimentaire et énergétique. La cuisine est un lieu idéal pour mettre en œuvre les principes de l’économie. Certains restaurateurs rivalisent d’ingéniosité pour offrir à leurs clients une expérience « zéro déchet, zéro carbone » sans sacrifier les plaisirs gourmands. Silo, le nouveau venu Zéro déchet : c’est le credo de Douglas McMaster, jeune chef du restaurant-café Silo qui a ouvert en 2014 à Brighton, au Royaume-Uni.

Sur l’île de Pâques, les guetteurs de l’océan Dressés près du minuscule abri de pêche de Hanga Roa aux barques colorées, les moaïs tournent le dos à la mer. Les guetteurs de pierre de l’île de Pâques ont l’air d’interroger du regard les visiteurs qui viennent les contempler au soleil couchant. Mais, plus loin, du haut de la carrière où elles ont été taillées, les vénérables statues semblent scruter le large et méditer sur l’avenir du Pacifique et des océans de la planète. Solennelles. Europe : les multinationales peuvent désormais breveter le vivant C'est une décision de la Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets datée du 25 mars 2015 qui a permis de faire avancer "la cause" des multinationales sur le brevetage du vivant . A la question "si l'on découvre un lien entre une séquence génétique existant naturellement dans une plante cultivée et un caractère particulier de cette plante, peut-on devenir propriétaire de toutes les plantes qui expriment ce caractère" , la Grande Chambre de Recours de l'Office Européen des Brevets a répondu …"oui". Un changement très important du droit La décision de l'Office européen des brevets (OEB) d'accorder un brevet pour une tomate et un autre pour un brocoli, fait donc réagir de nombreux acteurs de l'écologie, comme du secteur semencier et agro-alimentaire. Cette décision d'accorder des brevets pour des plantes non modifiées génétiquement était crainte et attendue : près de mille demandes de brevets de la part des industriels du secteur ont été effectuées en quelques années.

Le castor, l'arme secrète des Britanniques contre les inondations Partager Des castors. C’est la solution aux inondations avancée par Marina Pacheco, directrice générale de The Mammal Society, une organisation environnementale britannique. Elle avance dans le Telegraph* que ce gros rongeur "pourrait constituer une contribution précieuse et peu onéreuse à une série de mesures de réduction des crues". Selon le Met Office, les services météorologiques britanniques, "le sud de l’Angleterre est touché par les plus importantes inondations depuis vingt ans". La région connaît son hiver le plus humide depuis 1995, avec 369,7 mm de pluie tombée, et subit de nombreux dégâts.

Comment donner du poids à la vente en vrac Acheter seulement la quantité d’amandes effilées que réclame une recette. Arrêter de nourrir sa poubelle à chaque retour d’emplettes. Cesser de consacrer une part de son budget alimentaire au seul financement de contenants éphémères… Sur le papier, la vente en vrac a tout pour plaire. Pourtant, son développement est encore balbutiant. A ce jour, la France compte, tout au plus, « une dizaine de magasins 100% vrac », selon l’association Zero Waste France (ex-Centre national d’information indépendante sur les déchets), co-auteure d’une cartographie des lieux de vente en vrac. L’achat à la pesée, très répandu avant l’essor des supermarchés, est aujourd’hui cantonné aux fruits et légumes, aux thés et épices ou aux enseignes bio.

Un immense technopole végétalisé va émerger en plein désert marocain Le futur campus de l'Université (Crédit : AAAB) Au Sud du Maroc, à 18 kilomètres de la ville de Laâyoune, le roi Mohammed VI a posé début février la première pierre d’un projet architectural d’ampleur dans la commune de Foum el Oued. Sa particularité : un toit de 83 000 mètres carré composé de "tentes végétalisées", qui recouvrira notamment le campus de la future Université Mohammed VI Polytechnique Laâyoune. « Notre économie alimentaire low cost est un substitut de fait à des politiques sociales plus redistributives » Par Andrea Paracchini Olivier De Schutter a été rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation pendant six ans. Il a lu le rapport Qui a le pouvoir ? et signé sa préface. Pour Altermondes, il revient sur les aspects plus déroutants que ce rapport met en lumière.

Related: