background preloader

L'innovation Jugaad, faire mieux avec moins - FUTUREMAG - ARTE

L'innovation Jugaad, faire mieux avec moins - FUTUREMAG - ARTE
Related:  INTRODUCTION AUX LOW-TECHQarnot computingagro

The case for open source appropriate technology Much of the widespread poverty, environmental desecration, and waste of human life seen around the globe could be prevented by known (to humanity as a whole) technologies, many of which are simply not available to those that need it. This lack of access to critical information for sustainable development is directly responsible for a morally and ethically unacceptable level of human suffering and death. A solution to this general problem is the concept of open source appropriate technology or OSAT, which refers to technologies that provide for sustainable development while being designed in the same fashion as free and open source software. OSAT is made up of technologies that are easily and economically utilized from readily available resources by local communities to meet their needs and must meet the boundary conditions set by environmental, cultural, economic, and educational resource constraints of the local community.

Heating buildings using computers 7 October 2014Last updated at 19:13 ET The Chinese character for "house" Look closely at the Chinese character for "house". Yes, it's obviously got a roof, but what's that under the roof? Some 3,000 years ago - when the character "jia" originated - every comfortable village house in China had a pig inside, eventually for food. But during its life, the pig would provide at least part of the domestic heating. European farmhouses put people and cattle together in the same way for the same reason until the end of the 19th Century. And now here is Frenchman Paul Benoit trying to do the same thing in the 21st Century. 'Digital heaters' An engineer by training, 10 years ago Mr Benoit worked in the computer department of a French bank, where ever increasing computing power and capacity was seen as a competitive advantage. And those computer arrays were generating ever more heat, which the bank then spent a lot of power cooling down. Mr Benoit started thinking about that. Growing energy consumption

Ateliers prospectifs sur l'économie circulaire Publié le 3 juin, 2014 Le mois de juin sera placé sous le signe de l’économie circulaire chez weave AIR. En partenariat avec Orée et l’APESA, nous organisons deux ateliers prospectifs sur l’économie circulaire. L’objectif ? Se projeter en 2050 et imaginer collectivement un scénario idéal d’économie circulaire pour deux secteurs clés : le textile et l’agroalimentaire. Où et quand ? Le 12 juin de 16h à 20h30 à Paris « Ecrire ensemble l’histoire de Vesti+, entreprise du textile du territoire parisien » Le 19 juin de 16h à 20h30 à Biarritz « Imaginer ensemble l’organisation des acteurs de l’agroalimentaire sur territoire du Pays basque » Les scénarios seront présentés le 3 juillet prochain à Bordeaux, à l’occasion du Forum CICLE, et feront l’objet d’une co-publication avec Orée et l’APESA à la rentrée 2014. Pour plus d’informations ou pour participer, n’hésitez pas à contacter Bertrand Ranvier, bertrand.ranvier@weave-air.eu

Le bonheur au travail Qui, aujourd'hui, peut se vanter d'être heureux sur son lieu de travail ? Certainement pas les 31% de salariés "activement désengagés" – ceux qui ont une vision négative de leur entreprise et peuvent aller jusqu'à lutter contre les intérêts de cette dernière. Inspiré de l'armée, le modèle d'organisation du travail visant à contrôler l'ensemble des salariés en leur attribuant des tâches limitées a peu changé depuis la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, employeurs comme employés doivent s'accommoder d'un système archaïque qui ne correspond plus à personne : ni efficace, ni rentable. Toutefois, au milieu de l'apathie générale causée par ce dérèglement, certains refusent la fatalité et travaillent à l'entreprise du futur. Métro, boulot, bingo Que peuvent avoir en commun le ministère de la Sécurité sociale belge, le géant indien HCL et Chronoflex à Nantes, leader en France du dépannage de flexibles hydrauliques ?

Le « low-tech », nouvelle source d'innovation - Les Echos Accueil Plus simples, plus légers, plus astucieux, plus robustes... Dans plusieurs secteurs apparaissent de nouveaux modèles qui viennent concurrencer des solutions high-tech mais, souvent, peu durables.(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous. Et aussi sur les Echos Les articles à la une Social AP-HP : nouvel appel à une grève "massive" jeudi L’intersyndicale réclame « le retrait pur et simple » du projet de réorganisation du temps de travail mené par Martin Hirsch. Médias LVMH veut racheter "Le Parisien" Le groupe de Bernard Arnault, propriétaire des « Echos », est entré en négociations exclusives avec Amaury. Politique L'UMP pourra s'appeler "Les Républicains" L’UMP peut pour l’instant se rebaptiser « Les Républicains ». à lire également sur les echos Recommandé par Les articles les plus lus SNCF : ce rapport qui veut bousculer les trains Intercités Disparition de trois trains de nuit sur quatre, suppression de certaines dessertes au profit...

Des radiateurs numériques pour chauffer gratuitement des écoles Qarnot, une jeune société française a trouvé le moyen de convertir la chaleur produite par un ordinateur en un radiateur à chaleur douce. Le problème des ordinateurs, c'est qu'ils chauffent lorsqu'ils fonctionnent. Et il faut dépenser beaucoup d'argent pour les refroidir. Mais une start-up française a trouvé un moyen intelligent d'utiliser cette chaleur tout en réduisant les coûts des fermes d'ordinateurs (appelées «data centers»). Qarnot, une jeune société française baptisée ainsi en référence au physicien français Sadi Carnot, s'est développée sur l'idée géniale de Paul Benoit. La régie immobilière de la Ville de Paris est intéressée: «Elle doit en déployer cet été», espère Paul Benoit.

Secteur agroalimentaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le secteur agroalimentaire est un secteur d'activité correspondant à l'ensemble des entreprises des secteurs primaires et secteurs secondaires qui participent à la production de produits alimentaires finis. Il regroupe deux ensembles : Les industries agroalimentaires ne prennent pas en compte les petites agricultures vivrières. l'industrie agroalimentaire, qui transforme des produits vivants élevés, des plantes ou des fruits cultivés en produits alimentaires finis ;l'agriculture, qui élève les animaux et cultive les plantes et qui fournit les intrants à l'industrie agroalimentaire. Ce secteur d'activité a sa propre économie, qui regroupe les activités de conception, de production et de commercialisation de produits alimentaires issus de l'agriculture, tels que les produits laitiers. Où bien les usines de transformation du produit agricole en aliments. Organisation du secteur[modifier | modifier le code] Maillon amont[modifier | modifier le code]

Décryptage : le Big data santé En santé, le Big Data promet également beaucoup, notamment dans le domaine de l’épidémiologie, puisqu’il permet d’analyser des données sur des échantillons cliniques plus grands, voire de se passer d’échantillon et de laisser émerger des tendances que l’on n’aurait pas imaginées à l’avance. Par exemple, en 2009, en pleine pandémie de grippe H1N1, le ministère américain de la santé a demandé l’aide de Google. En localisant sur une carte la position la provenance des mots-clés tapés dans le célèbre moteur de recherche, les ingénieurs ont pu dessiner et finalement anticiper l’évolution de l’épidémie. Google Flutrends était né, et l’outil a depuis été utilisé pour suivre d’autres maladies comme la grippe ou la dengue. Mais plus les données étudiées sont fiables, plus les résultats seront pertinents. Toutefois, la plus grande prudence est de mise. Au-delà des moyens légaux, il existe également de nombreux moyens techniques pour protéger l’accès aux données de santé.

«La high-tech nous envoie dans le mur» De tout temps, la technologie est venue à la rescousse des problèmes que l’humanité s’était elle-même créés. Face à la déplétion des ressources, aux changements climatiques, aux pollutions des sols, des nappes phréatiques et de l’air… seules l’innovation et les hautes technologiques apporteraient leur lot de réponses. C’est faux, assure l’ingénieur Philippe Bihouix dans l’Age des low-tech (Seuil), un ouvrage célébrant les basses technologies. L’ère de l’ingénieur thaumaturge est révolue. Vous prétendez que les technologies ne portent plus les solutions qu’elles promettent. Pourquoi ? Il faut désormais admettre qu’on ne va pas s’en sortir avec des solutions technologiques, loin de là. Par exemple, 95% du titane extrait est utilisé comme colorant blanc universel. Les technologies de l’information et de la communication dématérialisent l’économie, ce qui ménage énergie et ressources… La bonne foi des consommateurs ne suffit pas, c’est la conception des objets qui pose souci.

Rebondir avec l'innovation frugale Un séparateur de jaunes d'oeufs, un support pour passer les verres à pied au lave-vaisselle en toute sécurité... Depuis un peu plus d'un an, Auchan a conclu un accord de commercialisation avec Quirky, une entreprise américaine qui développe des produits inventés par des consommateurs. Une simple innovation marketing? Pas seulement. A l'instar du distributeur, un nombre croissant d'entreprises s'approprient ces nouvelles stratégies qui appartiennent au champ de l'innovation frugale. " Dans un contexte de pressions financières, concurrentielles et environnementales, cela leur permet d'innover plus vite, mieux et moins cher ", synthétise Olivia Lisicki, spécialiste des questions de business inclusif. Les procédures rigides et codifiées sont obsolètes Pionnière de l'ingénierie frugale en Occident avec la Logan, en 2005 (la voiture bon marché, mais de qualité), Renault a vécu de plein fouet les changements managériaux induits par cette stratégie.

Rapport d'information sur l'avenir du secteur agro-alimentaire La capacité d'adaptation dont le secteur agro-alimentaire a su faire preuve depuis le milieu des années 60 lui sera d'autant plus nécessaire demain qu'il sera confronté à des enjeux importants. Ceux-ci apparaissent nombreux et variés mais forment, en fait, un triptyque très homogène dans lequel chaque élément est dépendant des deux autres : ainsi, l'internationalisation croissante des échanges alimentaires, l'élargissement de l'Union européenne aux Pays d'Europe Centrale et Orientale (PECO) et les futurs accords conclus au sein de l'OMC, rendront, par exemple, les variations de la demande alimentaire mondiale déterminantes pour l'évolution du secteur agro-alimentaire. Les industries agro-alimentaires seront confrontées dans les dix à vingt années à venir à deux tendances de fond : l'une concerne la libéralisation croissante des échanges dans le domaine alimentaire, l'autre a trait à l'augmentation de la demande alimentaire mondiale. 1. L'évolution de la situation alimentaire mondiale 2.

UP Magazine Alors que la recherche sur le sujet n’a jamais été aussi dense, l’impression 3D de cellules vivantes nourrit de grands espoirs ! Le procédé devrait en effet permettre de régler la pénurie liée aux dons d’organes, alors que l’on estime à 19 000 le nombre de personnes en attente d’une greffe en 2013 rien qu’en France. Et le Japon l’a bien compris et pourrait devenir rapidement le numéro un mondial dans le bio-printing. Les crédits seront partagés entre cinq instituts de recherche rattachés à l’Université d’Osaka et devrait concerner le développement de tissus humains réalisés par impression 3D. Ces cellules pourraient notamment servir à réparer des organes abimées ou tester l’efficacité de certains médicaments. De son côté, Tsuyoshi Takato, professeur à l’hôpital universitaire de Tokyo, annonce avoir développer la prochaine génération de bio-imprimantes 3D qui pourrait servir à la réalisation d’os et de tissus à la demande.Photo : Le Pr. L’imprimante 3D mise au point par l’équipe du Pr.

Cédric Carles : « On a toujours innové en période de crise » M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Propos recueillis par Anne-Sophie Novel A une époque de profondes mutations, le rapport au temps est chamboulé. Nous avons invité des personnalités et des anonymes à se confier sur ce vaste sujet. Il devait être ingénieur, mais a préféré s’orienter vers le design, et plus particulièrement la recherche en « design d’utilité publique ». Vous définissez la paléo-énergétique comme « une recherche dans le passé pour accélérer la transition énergétique »… Voilà qui mêle trois notions de temps ? Oui, parfaitement. « L’accélération de la transition énergétique peut être atteinte si nous rapprochons plus systématiquement sciences et techniques. » En créant la paléo-énergétique, l’idée est de recueillir sur une même plateforme l’ensemble des inventions faites pour améliorer notre rapport à l’énergie. Quel type de trouvailles avez-vous fait jusqu’à maintenant ? Notre approche prouve aussi une fois de plus qu’en période de crise on a toujours innové.

Related: