background preloader

POM, vidéographie, webdocumentaire : lexique des nouveaux formats

POM, vidéographie, webdocumentaire : lexique des nouveaux formats
Les différents outils numériques permettent l'émergence aujourd'hui de nouvelles formes narratives destinées aux nouveaux médias. L'événement POM+F est l'occasion de définir ces nouveaux formats qui apparaissent sur nos écrans. La crise dans les médias aura eu le mérite d’accélérer les initiatives des photojournalistes dans le “digital story telling”. Depuis 2005, une nouvelle orchestration éditoriale s’est mise en place pour l’ensemble des “journalistes de l’image” et des écritures narratives ont rencontré leurs publics. Même si nous sommes toujours dans l’essai, les enjeux sont réels : des métiers ont évolué (journaliste multimédia, iconographe bimédia), d’autres se sont créés (vidéographe, community manager) et des formats (ou capsules) ont vu le jour (POM, vidéographie, Websérie et Webdocumentaire) permettant à l’image fixe, désormais en mouvement, d’interagir. Ce média linéaire est basé sur un montage d’après des photographies uniquement, sa réalisation sonore est très poussée.

http://owni.fr/2010/12/06/pom-videographie-webdocumentaire%e2%80%a6-petit-lexique-des-nouveaux-formats/

Related:  théorie sur le webdoc

Le web-documentaire Raconter la réalité Raconter la réalité avec les moyens mis à disposition par les nouvelles technologies est un privilège que peu encore ont su mettre à profit. Le web-documentaire est un genre qui n’est pas encore défini, qui est multiple et qui dépasse au niveau de la narration tous les médias précédemment utilisés. Le web-documentaire n’est qu’un moyen comme un autre pour raconter la réalité. Au fil des conquêtes technologiques l’homme peut retranscrire de plus en plus de sens. Commençant par l’image, avec la peinture puis la photographie, puis le son, avec le phonogramme puis la radio, et ensuite les images animées, avec le cinématographe et la télévision, petit à petit rendre compte de la réalité n’est qu’une question de choix.

Wikileaks et la révolte du clergé » Article » OWNI, Digital Journalism Éric Scherer fustige les réactions hostiles à WikiLeaks d'une partie des médias traditionnels. Face à ce nouveau venu qui bouscule encore un peu plus les anciennes pratiques du métier, il est urgent d'évoluer. "WikiLeaks, c'est très vilain, comme tout ce qui se fait sur le Net d'ailleurs." Quand j’entends, depuis une semaine, les cris d’orfraies, le dénigrement, le mépris, l’inquiétude qui émanent du clergé médiatique face aux nouvelles fuites de WikiLeaks, je vois, hélas, une profession minée par des forces conservatrices et protectrices d’un ordre ancien, hostile à l’évolution de ses pratiques, qui veut se cramponner à des comportements d’un autre âge.

La mort du webdocumentaire annoncée… à tort « Pour que le webdocumentaire ne s’évapore pas dans les rouages trop bien huilés de la com’, qu’il garde son absence de modèle économique comme une singularité (certes précaire, mais précieuse), il faut le dire, même si ce n'est qu'une bataille de mots: le webdocumentaire n'est pas mort, il ne fait même que commencer à naître. » Par Nicolas Bole, rédacteur en chef webdocs et nouveaux médias du site Le blog documentaire. Le cimetière: un joli patio d'une société de communication. Le prêtre qui prononce l'oraison: Lucas Menget, journaliste. L'épitaphe: « Maintenant que nous savons que le webdocumentaire est mort et enterré, nous allons pouvoir avancer. » Bien sûr, ça n'est qu'une anecdote, une façon de lancer le débat: Lucas Menget est le modérateur d'un débat sur la narration interactive, qui s'est tenu mardi 26 juin, en marge de la présentation du logiciel Djéhouti, dans les locaux de BDDP & Fils, une des «majors» de la com' d'entreprise.

« Webdoc recherche financements » Alors qu’ils étaient encore méconnus voilà une dizaine d’années, les web-documentaires sont devenus un véritable phénomène sur la Toile. Consécration pour ce nouveau genre, un prix lui est dédié, celui de France 24-RFI du web-documentaire qui sera remis pour la seconde année consécutive le 12 septembre prochain, dans le cadre de Visa pour l’image. Alors qu’il n’en paraissait qu’une petite dizaine il y a encore trois ans, ces nouvelles productions ont acquis leurs lettres de noblesse avec près d’une quarantaine de web-documentaires publiés ou à venir en 2010. Pour l’internaute averti, impossible en effet de passer au travers des mailles du filet de Prison Valley, Voyage au bout du Charbon, Thanatorama, Gaza Sderot… NIRVANA HORS DE PRIX.

Théorie du flow et webdocumentaires Avez-vous déjà entendu parler de Football Manager ? Comme son nom l’indique, ce titre est un jeu de simulation qui vous met dans la peau d’un « manager » de club de foot, un super-entraîneur qui définit la tactique de son équipe, supervise ses entraînements, décide des transferts de joueurs etc. Quand j’ai commencé à jouer à Football Manager, il y a maintenant une bonne dizaine d’années, le jeu était repoussant au possible. Chaque joueur y était décrit sous forme d’une feuille de statistiques rappelant furieusement un tableau excel soviétique, les matches se déroulaient en mode texte uniquement (« Zidane prend la balle au milieu du terrain »… « Zidane passe »… Palpitant, non ?) et la seule satisfaction était de voir le jeune attaquant qu’on avait déniché en quatrième division moldave prendre de la valeur à mesure qu’il progressait sur le terrain. Et pourtant, si j’ai fini par me séparer de mon CD de Football Manager, ce n’est pas par dégoût.

Instruire et plaire pour informer Le webdocumentaire propose de nouvelles expériences pour explorer l'information. Plus ludiques et plus interactives, les pistes pour mettre en forme les sujets et raconter des histoires sont nombreuses et restent encore à inventer. Catch, indépendance de l’Afrique, obésité, système carcéral américain, autant de sujets abordés ces derniers mois sous forme de webdocumentaire. Autant de possibilités différentes de raconter une histoire en inventant les nouveaux codes de ce dispositif d’information en ligne à la fois support, format, outil, genre et média.

La France peut-elle vraiment expulser WikiLeaks ? La chasse à WikiLeaks est ouverte. Le site, qui a publié les télégrammes diplomatiques confidentiels américains, a été obligé de déménager son hébergement des Etats-Unis jusqu'en Europe, en Suède mais aussi en France chez OVH. Il n'est toutefois pas certain qu'il puisse s'y réfugier très longtemps. Car Eric Besson, le ministre de l'économie numérique, semble vouloir tout faire pour expulser cet invité encombrant. Il a en effet écrit vendredi au Conseil général de l'Industrie, de l'Energie et des Technologies (CGIET) pour lui demander de lui "indiquer dans les meilleurs délais possibles quelles actions peuvent être entreprises afin que ce site internet ne soit plus hébergé en France". LOGICIEL AUTEUR Vos définitions préférées : Retrouvez ci-dessous toutes les définitions préférées des internautes. 1) DISCLAIMER - Dictionnaire informatique, internet et .... DISCLAIMER, définiton du mot DISCLAIMER, Texte d'entête d'un manuel d'utilisation de logiciel par lequel l'auteur se désengage de toute responsabilité face aux 2) Définitions , LABEL D’APPROBATION TIERS, LAIZE, LAN .... définitions , label d’approbation tiers, laize, lan emulation server, lan, lane, lap, large bande, lata, lcd, lcie, lcos, ldap, lec, lecteur audio, lecture optique

Un webdoc sur la «débrouille» des jeunes face à la crise Capture d'écran "Ma vie à deux balles" - Photo DR Et si nous parlions de la crise sous un angle nouveau ? Délaissant la sinistrose qui entoure cette crise dont on nous parle tant, la réalisatrice Sophie Brandström a décidé de mettre en avant les initiatives citoyennes et le sentiment de solidarité qui ont émergé pendant la crise, en focalisant son regard sur les jeunes, en première ligne des coupes budgétaires drastiques. « Difficultés d’accès au logement et aux soins, contrats de travail précaires, les jeunes subissent de plein fouet les effets de la crise économique et sociale.

web doc construction Produit par Arte, le studio Upian et le Centre National du Cinéma, le webdocumentaire Prison Valley représente à ce jour l’horizon indépassable du rich media journalistique. Indépassable, sans doute provisoirement, par son budget de 230 000 euros (1). Mais l’argent ne recouvre pas toutes les raisons de considérer cette réalisation comme un chef d’œuvre absolu.

WEBDOCU.fr, webdocumentaires et nouvelles formes de reportage Dans le cadre de la rédaction d’un mémoire pour mon Master 1 journalisme au Celsa, je me suis penchée sur le webdocumentaire français qui semble connaître un véritable essor depuis la fin 2009. Afin d’en connaître davantage sur le webdoc et de savoir s’il engendrait une nouvelle écriture journalistique, je me suis intéressée à quatre webdocumentaires. Ils sont pour moi représentatifs car ils ont attiré beaucoup d’internautes et ont été chaque fois porteurs d’innovations dans le traitement de l’information en termes d’interactivité et de gestion du multimédia : 4 webdocumentaires à l’étude… Voyage au bout du charbon de Samuel Bollendorf et Abel Ségrétin (2007 production : Honkytonk ; diffusion : lemonde.fr). Qu’est-ce qu’un webdoc ?

Web-documentaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le web-documentaire[1] est un documentaire conçu en RichMedia et produit pour être dʼabord diffusé sur Internet, en associant texte, photos, vidéos, sons et animations, de manière interactive. Ce type d'œuvre se caractérise par : l'utilisation d'un contenu Multimédia[2],l'introduction dans le récit de procédés interactifs[3],[4],une navigation et un récit non-linéaire,une écriture spécifiqueun point de vue d'auteur[5]. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Related:  veille