background preloader

Personnalité narcissique égoïste

Personnalité narcissique égoïste
Patrick Juignet, Psychisme, 2011. Nous verrons ici la forme de personnalité du pôle intermédiaire (entre névrose et psychose) caractérisée par le fait que la faille narcissique est compensée par un aménagement caractériel. Cette forme est appelée « personnalité narcissique » par Kernberg (1975), car le caractère est narcissique au sens ordinaire du terme d’être égoïste et imbu de soi-même. Ces cas sont parfois décrits comme des "pervers narcissiques". L’enfance Les difficultés de la première enfance passent inaperçues. Dans la seconde enfance, l’aspect clinique change. L'adolescence est généralement émaillée de diverses conduites antisociales. Le caractère Cette forme est moins symptomatique et permet une bonne socialisation. La dépression se manifeste rarement. Les décompensations sont rares. Égoïste, le sujet ne s'intéresse qu'à lui-même est envieux à l'égard des autres. Les conduites La relation aux autres se fait sur un mode utilitaire. Les relations amoureuses sont rares. L’évolution Related:  Trouble de la personnalité narcissique

Argument On doit la première synthèse théorique de “ la perversion narcissique ” à P.-C. Racamier. Racamier donne de la perversion narcissique une description clinique avant de l’aborder sur le plan métapsychologique. Cette notion “ sert son souci de décrire et de traquer les processus pervers dans les familles et dans les groupes ”, précise G. Bayle, dans son étude biographique consacrée à P..C. Avec une violence de plume tout à fait inhabituelle, Racamier, le thérapeute inlassable de patients psychotiques au long cours – avec lesquels il sait faire naître des mouvements profonds d’identification réciproques grâce au maniement subtil de son contre-transfert – se déchaîne contre le comportement des pervers narcissiques. La conception que développe Racamier de la perversion narcissique est-t.elle encore analytique ou n’est-elle que purement phénoménologique ? L’attraction objectale, vécue comme dangereuse, conduit le pervers narcissique à faire de l’objet un « objet-non-objet » chosifié.

Trouble de la personnalité narcissique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Trouble de la personnalité narcissique Classification et ressources externes Le trouble de la personnalité narcissique est un trouble de la personnalité[1] dans lequel un individu se manifeste par le besoin excessif d'être admiré, et par un manque d'empathie. Origines[modifier | modifier le code] La psychologie clinique s'est approprié la notion et a tenté de proposer une définition clinique du narcissisme comme trouble se manifestant dans l'environnement social par des symptômes comportementaux caractéristiques qui permettent de le diagnostiquer, indépendamment du processus de la cure analytique et de l'histoire intime du patient. Caractéristiques[modifier | modifier le code] Le trouble de la personnalité narcissique est décrit dans le Diagnostic and Statistical Manual DSM-IV qui classifie chaque trouble de la personnalité dans un groupe parmi trois, en fonction des symptômes qui les caractérisent[5]. DSM-IV[modifier | modifier le code]

Réflexion sur la méthode clinique en psychopathologie Par méthode, on entend les conditions générales de la science, mais surtout les procédés qui règlent l’expérience de façon à la rendre adaptée son objet. Nous laisserons de côté ces conditions générales, afin de nous concentrer sur la méthode au sens pragmatique, à savoir les manières de faire de la clinique. Nous insisterons surtout sur la singularité de la clinique dans le domaine de al psychopathologie. L’expérience clinique : La clinique met en œuvre une expérience particulière qui aboutit à des descriptions de faits transmissibles. Relativisation et réflexivité : La relativisation rapporte le fait à l’expérience qui le produit et s’oppose à l’idée selon laquelle le fait serait indépendant de l’observateur (objectivité concrète). Cette expérience particulière s’organise aussi grâce à l’acquisition de catégories (concepts spécifiques qui organisent la clinique) ce qui permet d’accéder aux aspects de la réalité qui sont propres à la psychopathologie.

Comment faire pour qu'un narcissique ressente de l'empathie ? Adopter une deuxième position de perception peut aider les sujets "narcissiques" à développer une plus grande empathie. Il est classique de dire que les sujets narcissiques ne s'intéressent pas beaucoup à la souffrance d'autrui, ni même aux autres sentiments. Ce n’est pas une règle comme le démontre l’étude « Can Narcissists Be Empathic? » d’Erica Hepper. Les participants de l’étude, n'ont pas été considérés comme ayant un trouble clinique, ont été divisés en deux groupes : «faible narcissiques» et «forts narcissiques». Dans une autre étude, on a aidé les sujets étiquetés narcissiques en leur donnant des pistes pour agir autrement. Les chercheurs ont même confirmé ces résultats d’un point de vue physiologique, afin de vérifier que les narcissiques ne disaient pas uniquement ce qu'ils pensaient être attendu d'eux dans l’expérience. Référence : Can Narcissists Be Empathic?

Évolution affective de l'enfant et psychogénèse. La psychogenèse correspond à l'édification du psychisme au cours de la vie. C'est ce que l'on nomme une "épigenèse" par opposition à la "phylogenèse" mettant en jeu l’hérédité. Ici l'impact de l'environnement (familial, social et culturel), et donc de l'éducation, est déterminant. L’idée d’une genèse et d'une évolution du psychisme tout au long de l'enfance est un élément essentiel du système explicatif de la psychopathologie dynamique (psychanalytique). 1.1 Définition de la psychogenèse Le psychisme, dont nous avons essayé de donner un modèle dans un autre article, ne surgit pas « tout fait » à la naissance, il se construit au cours de l'enfance et de l’adolescence puis, il est l'objet de certains remaniements pendant la vie adulte. On peut distinguer deux lignées de développement, la lignée objectale et la ligné narcissique ainsi que des grandes phases structurantes. 1.2 Les âges de la vie Les débuts La petite enfance La suite La grande enfance : Elle se déroule de six ans à treize ans.

L'arrogance Le crime d'amour-propre L’amour-propre n’est pas l’amour de soi ni le narcissisme, il s’agit d’une passion douloureuse dont les Moralistes depuis l’Antiquité [1] « Je suis, note Marc-Aurèle, souvent étonné de voir... [1] ont souligné l’étrange paradoxe de ne pouvoir tenir la nécessaire estime de soi que de la reconnaissance venue d’un autre. Je ne prendrai pas cette notion au sens où on a coutume de l’entendre depuis La Rochefoucauld qui en fait l’instrument d’une dénonciation de la pseudo oblativité en montrant que nos actions les plus désintéressées en apparence sont faites par souci de gloire personnelle [2] Je dois à E. Prado de Oliveira de m’avoir rappelé l’excellent... [2] . Il serait possible, mais cela dépasserait les limites de mon propos, de l’envisager aussi sous l’angle de la psychologie des collectifs, là où elle rejoint et engendre l’acte individuel. Chez ces sujets, le projet criminel se forme progressivement et s’impose petit à petit comme une issue inéluctable.

Syndrome de Peter Pan Le syndrome de Peter Pan (parfois nommé complexe de Peter Pan ou puer aeternus et abrégé SPP) est une expression utilisée pour désigner l'angoisse liée à l'idée de devenir adulte et le désir associé de rester enfant et plus généralement pour caractériser un adulte immature, en référence au personnage, archétype du garçon qui ne voulait pas grandir créé par J. M. Barrie. Bien que largement popularisée par un psychanalyste, Dan Kiley, qui en fit le titre d'un ouvrage à succès paru en 1983, la notion ne constitue pour autant pas un syndrome reconnu en psychologie clinique. Toutefois, selon l'analyse littéraire, la figure de l'enfant qui ne veut pas grandir, dite puer aeternus (le « garçon éternel » en latin), est au centre de nombreux mythes et œuvres de fiction. Elle peut aussi être rapprochée du concept d'enfant intérieur développé dans la théorie psychanalytique jungienne. Origine[modifier | modifier le code] Les stades[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Borderline Personality Disorder Information and Support - BPD Central

Related: