background preloader

La conception algorithmique automatise-t-elle nos vies

La conception algorithmique automatise-t-elle nos vies
Alexis Lloyd (@alexislloyd) est la directrice créative du laboratoire du New York Times, la structure de R&D du journal, créé en 2006, où elle est à la tête d’une petite équipe multidisciplinaire regroupant chercheurs, designers et informaticiens… Son équipe est chargée de construire des prototypes pour observer leur impact sur la production et la consommation de l’information. Mais elle n'est pas venue sur la scène de Lift pour nous parler de ce que fait le NYTimes Lab (dommage). Elle est venue nous parler de l'impact de l'innovation technologique sur la culture. Nous ne sommes pas les maîtres des appareils que nous utilisons "Pour innover, il faut comprendre et déchiffrer les indicateurs de changements autour de nous", estime la designer. Mais ce n’est pas si simple, car si on sait où va l’innovation technologique, il est plus difficile de saisir l’innovation culturelle et sociale. Image : Alexis Lloyd sur la scène de Lift. La transparence. L'agencement. La virtuosité. Hubert Guillaud

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2014/03/14/la-conception-algorithmique-automatise-t-elle-nos-vies/

Related:  AlgorithmiqueApprendre à coder ?TechnologiesArtificial Intelligence

Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes 1Les algorithmes – c’est-à-dire les instructions qui commandent le fonctionnement des programmes informatiques – ont des effets concrets sur nos actions et sur les formes de sociétés que nous construisons. Si Dominique Cardon s’attache à montrer les conséquences des algorithmes sur nos vies, c’est d’abord pour souligner que les machines et les humains ne s’opposent pas ; au contraire, humains et machines se créent mutuellement. Ce premier point se lie à un second ayant une portée plus politique : en connaissant les effets concrets des algorithmes sur nous, humains, nous pourrons, espère l’auteur, contester certains types d’algorithmes en posant à leurs inventeurs de bonnes questions. 2La première famille à faire son apparition sur le web est celle des algorithmes qui étudient la popularité des pages web, principalement en comptant combien de visiteurs elles reçoivent.

Emmanuel Davidenkoff: Informatique à l'école: veut-on un pays de consommateurs ou de citoyens concepteurs? Cette tribune a été précédemment publiée dans L'Echo Républicain. ÉDUCATION - "Il est urgent de ne plus attendre". C'est le sous-titre, bien peu académique, du rapport que l'Académie des sciences vient de publier sur l'enseignement des sciences informatiques à l'école. En filigrane, une question qui nous concerne tous: nos enfants sont-ils condamnés à n'être que des consommateurs passifs, ignorants, et aisément manipulables de l'ère numérique, ou saura-t-on en faire à la fois des acteurs de la révolution en cours et des citoyens éclairés, capables de dominer la machine et non d'en devenir les esclaves? Le rapport suggère notamment d'initier les enfants, dès le plus jeune âge à la "pensée algorithmique" -leur faire comprendre, par l'expérience, qu'une tablette ou un smartphone répondent à des séries d'instructions pensées et programmées par un être humain. Comme sur bien des sujets, l'Education nationale n'est pas totalement inerte en la matière.

Facebook, qui nous influence le plus : l’algorithme ou nos a-priori Claire Richard pour Rue89 revient sur l’étude publiée dans le magazine Science par trois chercheurs de Facebook, dont Eytan Bakshy, venant remettre en question la “bulle de filtres” d’Eli Pariser que les algorithmes des réseaux sociaux favoriseraient. “En examinant les « informations dures » (hard news, c’est-à-dire la politique, l’économie, etc., par opposition au divertissement ou au sport) partagées par ces utilisateurs ainsi que la couleur politique de ces articles, les chercheurs ont mesuré l’exposition à des contenus « transversaux » (cross-cutting) – indice d’une exposition à des contenus politiquement variés – et comparé l’influence de trois biais de sélection : l’homophilie, l’algorithme et le comportement des utilisateurs.” “Toute cette affaire de chercher à séparer conceptuellement l’influence de l’algorithme des choix individuels méconnaît volontairement ce que sont et ce que font les algorithmes. Hubert Guillaud Signaler ce contenu comme inapproprié

Axelle Lemaire veut que les enfants apprennent à coder LE SCAN - Au même titre que «le découpage et le collage», la secrétaire d'État au Numérique veut que l'école apprenne la programmation informatique aux enfants. Parlez-vous le HTML? Il est probable que non. Laurent Alexandre : "La stratégie secrète de Google apparaît…" Paru dans leJDD Selon Laurent Alexandre, Google est le premier embryon d'intelligence artificielle au monde. (Reuters) Laurent Alexandre est une personnalité atypique dont l'expertise est écoutée.

Algorithmes : quelle influence ont-ils sur notre vie ? Hier, les membres du Business Analytics Info étaient conviés à une table ronde menée par Thomas Boullonnois, consultant pour Rumeur Publique, au Grand Hôtel Intercontinental. L’occasion de débattre de l’influence des algorithmes dans nos vies autour d’experts et de conférenciers spécialistes du sujet. En voici un aperçu. Les algorithmes font partie de notre quotidien indirectement. Lors des navigations web, les internautes laissent de multiples traces, collectées par l’intermédiaire de cookies auprès des sites et navigateurs. Axelle Lemaire, secrétaire d'État au Numérique: «On apprend l’anglais, le chinois, il faut apprendre à coder!» [Le chat est terminé] Merci à tous pour vos questions! Désolé de ne pas avoir pu répondre à toutes. Je partage avec vous le constat que le champ à couvrir est très large: le numérique, ce n’est pas que de la technique! Ca tombe bien, c’est une priorité du président de la République et du gouvernement. Manuel Valls le disait hier en Conseil des ministres: Avec la transition écologique et la réformer des territoires, le numérique doit être le sujet central de l’action du gouvernement.

(20+) Dominique Cardon : «En calculant nos traces, les algorithmes reproduisent les inégalités entre les individus» On ne le voit pas. Quoi que l’on fasse sur le Web, des systèmes de calculs exploitent des masses de données afin de nous faciliter la tâche : ce sont les algorithmes. Alors que les critiques fusent à leur propos (ils nous gouverneraient, nous enfermeraient…), Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée, relativise. Avec A quoi rêvent les algorithmes, sorti aux éditions du Seuil la semaine dernière, il propose une approche à la fois compréhensive (et compréhensible !)

Apprendre le code, même à l’école En France, en Europe, dans le monde entier, les initiatives se multiplient pour développer la culture numérique des jeunes et proposer des apprentissages au code. La maîtrise et la compréhension des fondamentaux de l’informatique semblent de plus en plus nécessaires pour éduquer de véritables citoyens numériques éclairés, dans un monde toujours plus connecté. « Les jeunes d’aujourd’hui ont une grande expérience et une grande facilité pour interagir avec les nouvelles technologies, mais beaucoup moins pour créer et s’exprimer avec.

Related: