background preloader

Réseaux sociaux : la grande désillusion ?

Réseaux sociaux : la grande désillusion ?
Facebook ne transforme pas, les réseaux sociaux ne génèrent pas de business, 3 ans après l’explosion du social marketing en France la désillusion est à la hauteur des espérances suscitées. Où sont passées les promesses du « earn media » qui était censé créer une nouvelle relation entre les marques et les consommateurs ? Le prochain dîner de l’EBG pose même la question : « Faut-il encore investir sur Facebook ? ». Comment créer de la valeur dans ces conditions ? Web 2.0 = Web 1.0 La situation actuelle rappelle beaucoup celle de 2002. massivement investis et qui ne leur servait à rien. A titre d’exemple, une récente étude de Millward Brown pointe que les compagnies aériennes ne postent que des promotions sur Facebook, considérant probablement que leur base de fans est un miraculeux nid d’intentionnistes prêts à acheter ? Ce qu’en dit Google Pourtant, les réseaux sociaux peinent aujourd’hui à livrer cette promesse. L’approche « applicative » Related:  IT, PR, 2.0, 3.0, telecoms, ... une vision des choses ...MarketingAnalysis

« Numericable et SFR, la convergence câble-mobile c’est le sens de l’histoire » Une dizaine de photographes, des caméras de télévision et une trentaine de journalistes se sont pressés ce lundi à la conférence de presse de Numericable pour écouter celui dont tout le monde parle depuis plus d'une semaine et qui fuit habituellement les feux de l'actualité : Patrick Drahi, le premier actionnaire d'Altice, la maison-mère de Numericable. Resté plutôt discret dans la bataille pour emporter SFR jusqu'au dénouement, vendredi, lorsque Vivendi a préféré son offre à celle de Bouygues, le magnat du câble, méconnu du grand public, a dû répondre aux attaques sur son statut fiscal suisse et aux demandes des ministres, Arnaud Montebourg, puis Fleur Pellerin, sur le rapatriement de ses biens en France. Il a surtout pris le temps de défendre la logique de son projet, sur les plans industriel et technologique: « nous allons créer ici un champion national, un champion européen en associant deux entreprises magnifiques aux parcours différents mais très complémentaires.»

Panorama des médias sociaux 2014 « MediasSociaux.fr MediasSociaux.fr If you are looking for the english version of this article, you can find it here: Social Media Landscape 2014. Comme chaque année, je vous propose une version révisée de mon panorama des médias sociaux. Publié pour la première fois en 2008, vous conviendrez que ce schéma à quand même beaucoup évolué : il a été à la fois simplifié (16 catégories en 2009, 7 en 2011, 6 en 2012 et finalement 4 en 2013 ) et densifié (plus de services par catégorie), preuve de l’évolution du marché vers une configuration plus mûre. La très large majorité des services présents sur ce schéma étaient déjà là l’année dernière. Les changements ne sont pas donc à chercher du côté de nouveaux acteurs, mais plutôt de la taille de ces acteurs et la façon dont les internautes s’en servent. Bienvenu dans le web social (et mobile) (et mondial) Quand j’ai créé la première version de ce panorama, les médias sociaux étaient considérés comme une catégorie à part, un sous ensemble du web. Le panorama des médias sociaux 2014

Les six types de conversation qui se déploient sur Twitter Une cartographie précieuse pour organiser vos opérations de marketing en ligne. The Pew Research Center vient de publier une étude sur les conversations qui se déroulent sur le site de micro-blogging. Pour ce faire, les chercheurs ont analysé le contenu mis en ligne par les utilisateurs américains de Twitter durant plusieurs années. (CC) Jorge Quinteros Ils ont ainsi identifié six types de conversation : les foules polarisées : leur sujet est souvent politique et polémique. Green Data Net veut baisser la facture EDF des datacenters de 80% Yann SerraPublié: 17 mars 2014 Permettre à des centres de données d’utiliser 80% d’énergie renouvelable, tel est l’enjeu des 2,9 millions d’euros que la Commission européenne vient d’injecter dans le projet Green Data Net. Pour prendre la mesure du défi industriel ici lancé, il faut savoir que des panneaux photovoltaïques installés sur le toit d’un centre de données en région parisienne ne fourniraient aujourd’hui que 1 à 1,5% de l’énergie qu’il consomme. En cause, l’énergie produite dans ce cas dépend de l’ensoleillement, celle consommée dépend de la charge de calcul et il est extrêmement rare que les deux aient leur pic d’activité en même temps. italienne de Trente et le constructeur automobile Nissan. Alimenter les datacenters avec les moteurs des voitures électriques Pour Nissan, qui se targue d’avoir déjà vendu 20.000 voitures électriques en Europe, ce projet est avant tout une aubaine pour recycler les batteries de ses véhicules lorsqu’ils seront en fin de vie.

Marketing expérientiel : quelles émotions pour le consommateur d’aujourd’hui ? | SWiTCH Fer de lance des marques et des agences ces dernières années, le marketing expérientiel fait toujours parler de lui. Mettre le consommateur au centre du dispositif marketing, plutôt que le produit lui même, telle est la recette désormais connue de ce marketing. Il s’agit de faire vivre au consommateur une expérience de la marque, grâce à une immersion totale dans son univers et à travers la sollicitation de tous les sens. Le consommateur participe à la construction de la marque et éprouve ses valeurs. Comment les émotions interviennent-elles dans notre relation à la marque ? Toujours plus d’émotions oui, mais quelles sont les émotions qui font vibrer le consommateur d’aujourd’hui ? The North Face : « Mission Paris »Chasse au trésor à rebondissements, relayée sur les réseaux sociaux, sur fond d’aventure polaire : The North Face à su créer la surprise dans Paris. Coca-Cola : « Share the good »Pour noël, Coca-Cola a plongé les rues d’une ville roumaine dans un vrai conte de fée.

A Guide to Quality Social Media Sharing: What, When and How to Share 6.7K Flares Filament.io 6.7K Flares × The currency of social media is the share. We all want to be the go-to person with the latest news, the most intriguing viral content, or the best hidden gems followers wouldn’t have found otherwise. Some people just have a knack for finding and crafting the perfect share. While this post can’t help you with the practice (hey, that’s what your Buffer queue is for!) What to Share Every day, all of us are inundated with lots of stuff – stuff to read and watch and see and think about. The average American consumes 34 gigabytes of content and 100,000 words of information in a single day. That means the biggest challenge of great sharing is to make sure your stuff is better than all that other stuff. 1. According to Ann Handley, Head of Content at MarketingProfs and author of Content Rules, this is a good place to start. Beyond that, would your audience’s audience thank you? 2. But “useful” is only one of the triggers that signals great content to share. 3.

Cloud hybride : quatre scénarios judicieux pour réussir L'utilisation des plates-formes de Cloud public en tant qu'option de déploiement pour les applications est souvent abordée d'un point de vue binaire : « L'application doit-elle être déployée dans le Cloud ou conservée sur site ? » Cette approche est trompeuse, car nombre d'entreprises évaluent la pertinence du Cloud public uniquement pour les exemples d'utilisation les plus appropriés, puis l'utilisent souvent comme une ressource informatique complémentaire. La transition vers le Cloud amènera les entreprises à trouver de façon pragmatique le juste équilibre entre utiliser leur propre infrastructure interne, souvent réaffectée à la constitution d'un Cloud privé, et utiliser les infrastructures fournies par des fournisseurs de services de Cloud public. C'est ce qu'on appelle le Cloud computing hybride. Charges de travail faciles à déplacer entre cloud public et privé Il en résulte deux avantages majeurs pour les entreprises. Compléter les capacités internes pour répondre aux besoins

Les Français et la publicité sur Internet Pendant les 3 heures qu’ils passent en ligne quotidiennement, les Français estiment être exposés à 70 publicités en moyenne. Selon l’étude que vient de réaliser l’Ifop pour Adyoulike, 2 Français sur 3 pensent que la publicité sur Internet est une mauvaise chose. 17 % la jugent même néfaste. Seuls 2% considèrent que la publicité en ligne comme une très bonne chose. Les Français interrogés ont le sentiment d’être submergés par la publicité sur Internet : elle est « omniprésente » affirment 90% d’entre eux, et ils la perçoivent largement comme un contenu parasite qui leur fait perdre du temps (84%). 74% pensent qu’une publicité doit d’abord être informative et que le contenu affiché doit être de qualité (73%).

How NGOs Are Using Vine By Laure Leuwers, Senior Consultant, Netintelligenz, MSLGROUP France NGOs are leveraging the Vine platform in a variety of ways, including inspiring people with positive messages, promoting events and spreading awareness. Our picks: Using Creativity to Raise Awareness Around an Event: UNICEF UNICEF made a Vine for World Malaria Day showing a mosquito protesting bed nets outside its offices. Why we liked it: It’s a really great effort at creative storytelling in the short time frame allowed. Inspiring People: UN Women The UN women have created short videos through Vine spreading inspirational messages to their followers. Why we liked it : It’s using emotion and real people to create and promote inspiring messages Using an Expert : GreenPeace USA GreenPeace USA used a marine biologist to create awareness about the importance of protecting the ocean. Why we liked it : It’s informative and credible. See also: Vines for Entertainment Creating Awareness: RED Laure Leuwers | MSLGROUP

Facebook : usages et visibilité Facebook joue jour après jour avec la patience des marques, des Community Managers, mais on entend aussi s’élever les voix des « marketeurs » ayant tout compris à Facebook et pour qui ce média social ne sert plus à rien puisqu’il ne permettra plus de vendre… Ce à quoi jamais il n’aurait jamais dû servir. Facebook n’est pas un canal de vente, mais bel et bien de visibilité, de communication. Rechercher la visibilité d’une marque est en soi normal lorsque l’on communique et qu’on investit des sommes parfois conséquentes. Mais il convient aussi de chercher l’amplification des messages, la recommandation entre membre des communautés, entre autres. Quand une marque veut faire du social média pour vendre, autant qu’elle se pose les bonnes questions, ça lui évite de perdre du temps et de l’argent. De la visibilité à la transformation Les réseaux sociaux des marques sont des relais de communication, des relais d’influence. Social Média et conversation Je ne vends pas : je ferme.

Sibylle Vincendon, Libération - Les grosses ficelles du marketing (et pourquoi ça marche) Thèmes et idéesNos invitésNos analysesÉmissions Les incontournables Hugues Chevalier Ces managers dangereux pour l’entreprise Emmanuelle Duez Les jeunes et l'entrepreneuriat : de l'adrénaline et du bonheur ! Aurélien Duthoit Michael Porter à l'ère numérique : la mise à jour 2.0 Alain Bloch Pourquoi certaines entreprises durent si longtemps ? Les grosses ficelles du marketing (et pourquoi ça marche) Par Sibylle Vincendon - Rédactrice en chef adjointe de Libération Precepta stratégiques a reçu Sibylle Vincendon, rédactrice en chef adjointe de Libération, dans le cadre de son ouvrage : "Le 2e à 1€ : Comment le marketing nous manipule". Une interview menée par Thibault Lieurade. Mots clés : Marketing et Stratégie, Consommation, Numérique, Publicité, Sibylle Vincendon, Libération Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Serge Masliah Stimuler toujours plus la dynamique entrepreneuriale en France Aurélien Duthoit Start-up : des valorisations excessives ? Les dernières émissions Accéder à Xerfi Canal Économie x

Marques, clients, et réseaux sociaux : 10 enseignements sur l'étude du SNCD Déjà la troisième édition de l'étude "Social Media Attitude" créée par l'atelier réseaux sociaux du SNCD, le Syndicat National de la Communication Directe. A l'instar des éditions précédentes, l'étude se focalise sur les les interactions clients/fans et le potentiel que représentent les réseaux sociaux en matière de vente. La méthodologie s'avère par ailleurs tout à fait sérieuse puisqu'elle se base sur une échantillon représentatif d'environ 10.000 personnes, tous majeurs, tous inscrits à au moins un réseau social (parmi Facebook, Twitter, Google+, Foursquare, Pinterest, Instagram, LinkedIn, Viadeo, ou Tumblr), et recrutés parmi les clients des enseignes adhérentes au SNCD dont Class'Croute, Office Dépôt, Orange, Pimkie, Femme Actuelle, M6 Mobile, Médecins du Monde, NAF NAF, ING Direct, Télé Loisirs, Libération, Voici et quelques autres. L'étude a été menée entre juin et juillet 2013. En voici le compte-rendu complet, et les 10 enseignements à souligner.

Related: